AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2800135395
Éditeur : Dupuis (07/04/2004)

Note moyenne : 3.62/5 (sur 239 notes)
Résumé :
Un ami formidable
Avec son mari, ses enfants, son frère et un ami, Jeanne vient remettre en état la maison de sa mère pour en préparer la vente. La vieille dame, qui perd la mémoire, est hospitalisée. Mais les médecins ont accepté qu'elle revienne passer quelques jours en famille dans la maison. De l'autre côté de la rue, un maçon forme un apprenti sur un chantier. L'ambiance est rude. Fascinés par les rapports entre les deux hommes, les enfants vont, par ac... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (44) Voir plus Ajouter une critique
Crossroads
  07 février 2013
L'été , la campagne , les petits zozios qui font miaou , une demeure familiale emplie de toute la fratrie et des rires cristallins de leur progéniture , l'on se dit , hé bobby ! , enfin , ébaubi , que Davodeau , exceptionnellement , va taper dans le morne quotidien estival d'une famille en villégiature . Pourquoi pas ? Dans la triste famille du gars qu'a systématiquement tout faux sur toute la ligne , je demande le fils ! Présent !
Plus qu'un cahier de vacances , un récit sur l'oubli , le temps qui passe et qui vous glisse dessus sans y trouver la moindre aspérité à laquelle se raccrocher , sur cette saloperie de dégénérescence de plus en plus communément en tête d'affiche des divers journaux nous abreuvant quotidiennement de leur flot ininterrompu de saloperies en tout genre : mesdames et messieurs , merci de faire un triomphe à Zheimer , al de son petit nom et qui gagne véritablement à ne pas être connu !
Irène , mère et grand-mère attitrée de toute cette smala , a des trous dans la tête . de ceux qui vous laissent un méchant vide à jamais . de ceux qui essorent le coeur de ses enfants Jeanne et Simon tout en amusant bien naïvement celui de ses petits enfants encore bien trop jeunes pour en assimiler toute la portée . Un dernier été rassemblés avant que la maison ne soit vendue . Un dernier été avant l'hiver éternel...
Récit touchant et authentique , Davodeau ne déroge pas à sa ligne de conduite .
Conteur hors pair du quotidien , il nous narre une histoire où la simplicité n'a d'égale que les traumatismes qu'elle génère...
Une famille presque soudée , devant faire face à l'inéluctable , à laquelle viendra se greffer un pote de toujours portant son terrible secret comme un fardeau sisyphéen . Direct , percutant et abouti de bout en bout , le tout porté par des couleurs chaudes contrastant terriblement avec la noirceur du propos , ce Davodeau pourrait rester dans les mémoires...
Chute de vélo : Avec ou sans casque , elle est fatale...
http://www.youtube.com/watch?v=FE0jGgc6jzc
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          390
marina53
  24 février 2013
Jeanne et son mari, Clément, leurs deux enfants et un de leurs neveux, sont venus passer quelques jours pendant l'été pour remettre en état la maison d'Irène, la maman de Jeanne. En effet, celle-ci, atteinte de la maladie d'Alzheimer séjourne désormais dans un hôpital. Ils seront bien vite rejoints par Simon, un des frères de Jeanne, puis par Toussaint, un ami très proche de la famille. Tous se mettent en selle pour tailler, débroussailler, trier... et faire remonter à la surface quelques bons souvenirs de cette maison familiale. Les trois enfants ne s'ennuient guère. Jean apprend à faire du vélo sans les roulettes, ils espionnent la maison d'en face où un maçon et son arpette n'ont pas l'air de s'entendre. Quelques jours dans ce petit village feront remonter à la surface de lourds secrets et tisseront davantage les liens familiaux...
Encore une bien belle histoire simple et humaine dans laquelle nous plonge Davodeau!
Les rapports fraternels et amicaux ici prennent une place très importante, les liens se tissent autour de cette grand-mère malade. C'est un récit tout en finesse, poésie et tendresse, c'est une tranche de vie dont chacun ne sortira pas indemne.
Les dessins aux couleurs pastel et chaudes de l'été rendent cet album magnifique, le trait reste, quant à lui, incontournable et de toute beauté.
Chute de vélo est une jolie métaphore pour désigner la maladie d'Alzheimer. Finalement, je ne m'attendais pas à un album aussi profond, poignant, frais et délicat.
Chute de vélo... j'aurais dû mettre un casque!
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          400
tchouk-tchouk-nougat
  19 août 2018
C'est les vacances. Des vacances un peu triste car c'est la dernière dans la maison de famille. Elle va être vendue et il faut la remettre en état. C'est que derrière cette vente se cache tout un tas d'histoire et de souvenir, de conflit de famille aussi...
Etienne Davodeau nous entraine dans la vie de famille, ordinaire mais pourtant touchante. Les enfants jouent dans le jardin, jean apprend à faire du vélo sans roulettes, son cousin espionne les maçons qui rénovent la maison d'enfance. Jeanne et son mari font du tri dans les armoires, débroussaillent le jardin et retrouvent à la cave vélos et vieux souvenirs. Celui de la mort de leur père, une terrible chute de vélo, celui du sauvetage de Toussaint, "le pauvre de la famille", celui de leur frère "qui a rompu les ponts". Simon amène Irène, leur mère. Elle ne les reconnait plus, elle a la maladie d'Alzheimer Irène...
Une vie de famille ordinaire, courante, tellement proche de ce que certaines personnes connaissent. Malgré la gravité des sujets, de la profondeurs qui se cachent derrière les faits anodins, il y a de la légèreté dans le récit. Tout comme dans le trait et la colorisation très fraiche.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          170
isabelleisapure
  04 juillet 2014
J'ai découvert Etienne Davodeau avec Lulu femme nue, capable de tout quitter pendant une journée, pour vivre quelque chose de nouveau.
Dans chute de vélo, c'est une famille ordinaire que l'auteur met en scène.
Une famille avec ses plaisirs et ses tristesses. Une histoire simple qui parle de gens ordinaires avec beaucoup de pudeur et de délicatesse.
Je ne suis pas une grande lectrice de BD, mais je dois reconnaître que Davodeau j'aime et j'en redemande !
Commenter  J’apprécie          190
Ziliz
  20 avril 2012
Avant de mettre en vente la maison de sa mère atteinte de la maladie d'Alzheimer, Jeanne, son mari, leurs deux enfants et un neveu y passent l'été pour faire du tri, du ménage, du jardinage. Ils invitent la vieille dame à les rejoindre. Simon, un frère de Jeanne, et Toussaint, un vieil ami de la famille, viennent également les retrouver. Ces vacances vont être riches en émotions, entre les répliques acerbes entre beaux-frères, les absences d'Irène, les quatre cents coups des enfants, les aventures du maçon et de son apprenti, les aveux de Toussaint...
Après les documentaires, retour pour moi dans le registre BD "fiction-émotion" d'Etienne Davodeau. A partir d'une histoire simple, dans laquelle chacun peut se reconnaître, l'auteur évoque de façon sensible et touchante Alzheimer, la famille et ses brouilles, la rédemption, la maladresse cruelle des enfants et leurs inquiétudes - sur la mort en général, et la perte d'un proche en particulier...
Encore une jolie découverte de l'univers d'Etienne Davodeau avec cet album !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          140
Citations et extraits (5) Ajouter une citation
tamara29tamara29   06 janvier 2013
"Madame, j'ai l'honneur de vous faire savoir que vous avez été radiée de la liste électorale de notre commune pour le motif suivant : décision de tutelle privative de la capacité électorale."
- C'est quoi ça ?
- C'est une conséquence de la mise sous tutelle d'Irène [la grand-mère]. Elle n'est plus considérée apte à voter. ça se passe comme ça...
- Meeerde... Même moi qui ne vote jamais, ça me fout un coup...
- Notez bien, ça a aussi un bon côté...
- Hein ?
- La droite française vient de perdre une de ses plus farouches électrices.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          130
EveToulouseEveToulouse   28 septembre 2014
Je... je viens de comprendre que, logiquement, mon accident de voiture aurait du me coûter la vie...
C'est vrai. la violence du choc, l'état de ma bagnole : tout aurait voulu que j'y reste...
Alors les jours que j'ai vécus depuis, c'est quoi? Un surplus? Du rab?
Et moi, bon couillon, j'en fais quoi de ce miracle? Rien. Je continue à vendre des bagnoles comme un con qui n'aurait rien appris de tout ça! Des bagnoles! Le plus possible de bagnoles!
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
tchouk-tchouk-nougattchouk-tchouk-nougat   19 août 2018
-Maman, tu reconnais notre ami Toussaint? Allons, Maman. Toussaint. Le pauvre officiel de la famille!
-Simon... Tu sais quelle est ta première qualité?
-Non vas-y, je sais pas.
-Moi non plus, mais c'est pas le tact!
Commenter  J’apprécie          110
beamag87beamag87   31 mai 2015
-En les voyant devenir mes bienfaiteurs, je croyais échouer... Mais non.
Je les sauve! En les amenant à la bonne action, je les sauve!
Sans eux, je serais à la rue depuis longtemps. Je le sais, ils le savent.
Je suis leur pauvre, leur bonne action.
Commenter  J’apprécie          70
YdamelcYdamelc   26 janvier 2015
J'ai vécu une heure avec la certitude qu'elle faisait partie des victimes de l'accident.
Que je ne la reverrais plus.
Une heure à chuter dans le vide...
Commenter  J’apprécie          120
Lire un extrait
Videos de Etienne Davodeau (45) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Etienne Davodeau
À vingt ans, Yvan considérait les quinquagénaires comme des gars en fin de course. Et ça y est, Yvan vient d?avoir cinquante ans. Un virage glissant. Alors, cinquante ans, fin d'une époque ou nouvelle vie ? Dix ans après Lulu Femme Nue, Etienne Davodeau revient à la fiction, avec ses complices Joub et Christophe Hermenier. Ils signent le roman graphique de cette fin d'année.
autres livres classés : maladie d'alzheimerVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Douce France

L'histoire commence à Lyon, devant le 89 montée de l'Observance, "c'est donc ici, devant chez lui qu'il s'est fait tuer (...) le 3 juillet 1975, à 2h42 du matin. (...) " dit l'un des personnages faisant référence au juge...............?............ surnommé "le Sheriff".

François Michel
François Fayard
François Renaud
François Courrières

10 questions
14 lecteurs ont répondu
Thème : Cher pays de notre enfance: Enquête sur les années de plomb de la Ve République de Etienne DavodeauCréer un quiz sur ce livre
.. ..