AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
>

Critique de LaGeekosophe


LaGeekosophe
  11 février 2019
Aussitôt le premier tome dévoré, je me lance dans le second ! le verrou du fleuve est la suite des aventures de Mériane. Ancienne paria devenue messagère du ciel, elle se retrouve investie de la mission sacrée de protéger le Royaume. En prime, elle peut entendre Wer, ce dont elle se serait bien passé.

Une fois de plus, Lionel Davoust me convainc. le roman est mené tambour battant après l'installation des personnages et des forces en présence. L'aventure prend une tonalité bien plus sombre, car la grande majorité prend conscience de la gravité de la situation. Car oui, c'est véritablement désespéré et on a envie de taper du poing sur la table pour dire à tout ce beau monde qu'il serait temps de prendre les bonnes décisions.

La pauvre Mériane continue de se faire malmener et gagne en maturité. Elle semble moins impulsive que dans le premier tome et prend conscience que, parfois, modérer ses propos est la meilleure solution. Même quand la personne en face de vous est un crétin fini. Léopol est toujours aux côtés de Mériane. Leur duo est moins percutant, notamment car il rumine pas mal dans ce tome et cherche moins à se mettre en avant.

J'ai trouvé dommage que Chunsène soit également moins présente le long du roman. J'aurais aimé avoir plus d'aperçus de sa façon d'interagir avec les autres personnages de Rhovelle, elle qui est si différente. J'aime beaucoup le mystère entretenu autour de la belle Mange-doigts, qui perd un peu de son côté Mary-Sue providentielle pour devenir un personnage plus nuancé. Quant à Izara, disons que j'ai un peu de mal de voir où ses décisions vont la mener.

En parlant d'Izara, la politique prend moins de place dans ce tome. C'était un reproche que je faisais au premier titre de la saga, dont les parties politiques avaient tendance à ralentir l'action et causait quelques longueurs. Ici, le roman est nerveux et plein d'action, ce qui se justifie par l'urgence de la situation. [spoiler]La forteresse qui protège l'ensemble du Royaume est sur le point de céder, que diable ![/spoiler]

L'écriture est simple et va droit au but. La mise en scène de certains combats est très claire et nous offre des moments très prenants. Lionel Davoust ne lésine pas pas sur les effets gore pour nous faire comprendre à quel point les antagonistes sont terribles et cruels. Si l'histoire semble toujours manichéenne, on se méfie un peu plus de Wer qui n'est pas toujours très transparent.

Autre détail, j'ai trouvé que ce tome ne faisait pas beaucoup avancer l'histoire. le nombre de pages était en plus moins important que le tome 1, ce qui était assez surprenant, le contraire étant plus la norme. Mystère résolu : la trilogie s'est transformée en tétralogie. Plus de plaisir ? Plus d'attente ? Je l'ignore pour le moment.

Un très bon second tome qui souffre de quelques défauts, mais un coup de coeur pour cette saga qui se forme ! Les personnages évoluent chacun à leur manière, l'écriture est toujours fluide et convaincante. L'action est très présente et offre des moments très prenants. Certains enjeux deviennent plus complexes, ce qui laisse entrevoir de belles évolutions pour la suite.


Lien : https://lageekosophe.com/
Commenter  J’apprécie          172



Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Ont apprécié cette critique (17)voir plus