AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2092530704
Éditeur : Nathan (18/08/2011)

Note moyenne : 3.82/5 (sur 14 notes)
Résumé :

Afrique de l'Ouest, XVIIIe siècle. Traoré est un jeune berger peuhl respectueux des traditions... jusqu'au jour où il tombe amoureux de Vanidia, une femme d'une autre ethnie. Pour avoir bravé cet interdit, il est vendu, avec elle, comme esclave. Privés de liberté, traités comme des bêtes, ils sont contraints de marcher à travers la savane jusqu'aux rives de l'océan. Là, les attendent d'étranges h... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (5) Ajouter une critique
Takalirsa
  06 mars 2016
Une immersion poignante dans le monde de l'esclavage.
Ce dont parle avant tout ce roman, c'est d'intolérance. Dans son village, déjà, Traoré se désole de l'absurde rivalité peuhl-toucouleur dont on ne connaît même plus les raisons : "Il constate qu'ici rien ne diffère de ce à quoi il a été habitué chez lui"... Pourtant dans les faits, chacun a ses propres territoires, son propre dialecte. Ce manque de cohésion, d'unité africaine, Traoré le retrouve au milieu de ses compagnons esclaves : loin d'être une richesse, leur diversité les empêche de communiquer, de se coordonner pour faire front ensemble. de même, une fois aux Antilles, les "nègres créoles" ont bien du mal à intégrer les "nègres d'Afrique". Dès lors, il est d'autant plus facile pour les Blancs d'imposer leur domination.
Une fois enchaîné, Traoré est déshumanisé, réduit à l'état de marchandise. "Une seule chose compte désormais", lui dit Vanidia, "survivre et être fort. Ceux qui faiblissent sont condamnés". Mais comment ne pas céder au désespoir lorsque l'on est soumis comme un troupeau de chèvres et que l'on subit les humiliations à longueur de journée ? Seul l'espoir de croiser la jeune fille, d'échanger quelques mots avec elle, lui donne la force de tenir : elle est à la fois "la cause de son malheur et sa raison de survivre". Malheureusement on la perd de vue un moment... Traoré est bel et bien le personnage principal de cette histoire.
Le point de vue des Blancs nous est donné à travers le journal de bord de Yvon de Kerven, qui fait office de médecin sur le bateau négrier. C'est la première fois que le jeune homme voit des Noirs mais il comprend rapidement que l'attitude de ses confrères à leur égard n'est pas digne d'êtres humains. Pour autant il ne protestera jamais, préférant fermer les yeux sur les atrocités dont il est témoin.
Traoré ne veut pas se contenter de dignité : c'est la liberté qu'il veut retrouver, quel qu'en soit le prix. Si le jeune peuhl est souvent envahi par le désespoir ("Est-ce qu'il ne vaudrait pas mieux être mort ?"), il bouillonne également de colère, rêvant d'entraîner ses compagnons à la révolte. Pour l'aider à traverser cette épreuve, il y a heureusement les veillées, une fois la semaine, qui autorisent à prendre un peu de bon temps, ainsi que son camarade Seghor qui, comme lui, se demande s'il vaut mieux vivre en esclave ou mourir libre ("en guerrier peuhl"). Mais la liberté peut être "aussi dure à vivre que la servitude", et surtout, quel prix faudra-t-il payer ?
Un roman instructif, complété par des informations sur la traite des noirs en fin d'ouvrage.
Lien : http://www.takalirsa.fr/de-l..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
letteratura
  02 février 2012
Je remercie Samia des éditions Nathan pour ce livre. J'ai un avis assez mitigé sur ce livre un peu trop jeunesse, mais qui a un sujet assez intéressant.
La couverture est assez belle et c'est surtout celle-ci qui m'a fait penché pour ce livre qui me rappelait Case départ, le film qui parlait d'esclavage à la légère, mais ici, au contraire de mon impression, rien n'est pris à la légère, tout a un poids et l'asservissement aussi !
Le thème était trop bien trouvé, le voyage de deux petits enfants de couleur Noir qui vont se retrouver devant la honte des hommes Blancs : l'esclavage, il vont apprendre à être esclave, mais comment perdre sa liberté alors que l'on est né avec ça dans le sang ? Comment aimer mais laisser sa bien-aimée dans les bras d'un autre parce qu'il est blanc ?
Voilà un peu le pitch de l'histoire qui est vraiment exceptionnel, le voyage vers les Amériques, les conditions d'esclavage, la volonté de liberté, et encore beaucoup d'autres aventures dans ce livres assez court. le thème est original, c'est personnellement la première fois que j'entends parler d'un livre qui parle de ça, mais je pense qu'il en faut pour faire comprendre à nous les jeunes que le racisme, c'est dégoutant, et que les Noirs sont autant humains que nous et que leur liberté est précieuse. Ce livre malgré tout jeunesse, a su me plaire par l'aspect didactique des dialogues de l'esclave qui faisait un éloge de la liberté et s'interrogeait sur l'esclavage.
L'écriture est le gros point noir de ce livre, effectivement, quand l'écriture d'un livre est mauvaise, le livre le devient, mais j'ai pas envie de faire cela, parce que je sais que ce livre est très bon, mais que son écriture (désolé pour l'auteur) n'est pas des plus belles et des plus envoutantes, donc je préfère vous le dire, avant que vous n'achetiez ou lisiez ce livre.
Sinon, je conseille ce livre aux jeunes pour qu'ils comprennent désormais le malheur qu'a été l'esclavage avec de vrais personnages et non pas dans des cours d'histoire barbant ! Voilà tout pour mon avis de ce livre qui est bien d'un aspect et non de l'autre !
Lien : http://litteraire-en-herbe.b..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
BMSierre
  15 mars 2013
Pour celui qui s'intéresse à la philosophie et qui se pose des questions sur le sens de sa vie, ce livre peut être le point de départ d'une étude plus profonde. L'auteur, Wolfram Eilenberger, est le rédacteur en chef de « Philosophie Magazine » en Allemagne. Tout au long des 23 chapitres, il soulève des questions essentielles et donne des pistes bibliographiques pour celui qui veut poursuivre la réflexion. J'ai apprécié cet ouvrage de vulgarisation : le style est simple et les sujets variés. G.
Commenter  J’apprécie          10
bolulou3
  27 avril 2013
je me suis investi corps et âmes dans cette lecture car la passion avec laquelle l'auteur raconte l'histoire est envoûtant et précis et réelle. On à tendance à accepter les situations que l'on nous imposes trop vite mais surtout subir les injustices qui les accompagnes juste pour à voir de quoi subsister. Ce livre est l'exemple parfait de la liberté et de la conviction qu'on ne peut vivre asservie.
Commenter  J’apprécie          10
Pays_des_contes
  31 août 2011
A travers son roman, Pierre DAVY choisit de raconter la traite des noirs, ce commerce florissant qui dura de la fin du seizième siècle au début du dix-neuvième. Son héros, Traoré, est un jeune homme respectueux de chacun et qui ne parvient pas à se résigner à devenir moins qu'un homme, un animal, une marchandise. Celle qu'il aime, Vanidia, est son guide dans le malheur, ayant déjà connu l'expérience de l'esclavage en Afrique. A travers ces deux individus, Pierre DAVY nous montre la difficulté à choisir son destin : se résigner ou mourir.[...]
Lien : http://siletaitencoreunefois..
Commenter  J’apprécie          00

critiques presse (1)
HistoiresSansFin   28 novembre 2011
Le récit de Pierre Davy est une belle histoire de passions et de liberté. De racisme également, d’une tribu envers une autre, d’un blanc envers un noir, d’un captif antillais envers l’esclave africain
Lire la critique sur le site : HistoiresSansFin
Citations et extraits (5) Ajouter une citation
Pays_des_contesPays_des_contes   31 août 2011
- Ne bouge plus. Ferme les yeux et essaie de dormir. Une seule chose compte désormais : il faut survivre et être fort. Ceux qui faiblissent sont condamnés. Que faisais-tu quand une de tes chèvres s’était brisé une patte ?
- Je la tuais.
- Voilà. Nous n’avons qu’un seul espoir : avoir un prix, être une bonne marchandise. Car maintenant, nous sommes une marchandise, que ces hommes ont achetée pour la revendre.
- Comment sais-tu cela ?
- Tu oublies que ça m’est déjà arrivé. J’étais petite, mais je me souviens. Il faut dormir, Traoré, pour ne plus penser.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          100
TakalirsaTakalirsa   05 mars 2016
Un berger peuhl, qui a eu la sottise ou le courage de transgresser pour elle la loi de la savane.
Commenter  J’apprécie          20
fatoutou97fatoutou97   29 novembre 2013
" C'est toi que mon cœur aime "
Commenter  J’apprécie          60
TakalirsaTakalirsa   06 mars 2016
- Nous avons ici quelques médecins, mais ils répugnent à s'occuper des esclaves. Accepteriez-vous cette charge ?
- J'ai surtout des connaissances vétérinaires.
- C'est exactement ce qui convient.
Commenter  J’apprécie          00
4eme3Groupe14eme3Groupe1   16 décembre 2016
J'ai été un moment désorienté, car sans conteste, il s'agit bien d'êtres humains.
Commenter  J’apprécie          00
autres livres classés : esclavageVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

oran 62 la ruptu

Qui est Aicha?

une amie qu’il rencontre en Algerie
sa maman
son chat

11 questions
0 lecteurs ont répondu
Thème : Oran 62 : La Rupture de Pierre DavyCréer un quiz sur ce livre