AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Dawid (Illustrateur)
ISBN : 9791092111064
Éditeur : Editions de la Gouttière (24/04/2014)

Note moyenne : 3.8/5 (sur 27 notes)
Résumé :
Prenez une fillette taquine, une grand-mère guillerette et un drôle de papillon. Lancez-les dans une aventure échevelée. Vous obtiendrez un cocktail tendre et rocambolesque qui apprivoise l'absence pour mener aux confins d'une magie où tout ce qui disparaît n'est jamais vraiment perdu. Un tour de Passe-Passe !
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (13) Voir plus Ajouter une critique
colimasson
  14 septembre 2015
Un album pour mettre de la pluie dans les yeux… ça marche à n'importe quel âge, ça marche même avec les cyniques indécrottables, pour peu qu'ils aient encore un vague sentiment de vide, et qu'ils se souviennent de la métamorphose étrange du monde lorsque celui-ci fut privé de son être originel.

On ne perd rien, on ne gagne rien, c'est juste étrange, un oeil qui s'éteint, une chute qui décolore, des traits qui s'estompent, entre une course à vélo et la préparation endiablée d'un risotto à la maison.
Commenter  J’apprécie          270
trust_me
  24 avril 2014
Une grand-mère et sa petite fille sur un banc. Un papillon se pose sur le crâne de la grand-mère et le récit commence. Cinq moments clés de l'histoire commune de l'enfant et de la vieille femme vont marquer la disparition progressive de cette dernière.
La mamy perd peu à peu couleurs et vitalité pour les transmettre au papillon. Au final on assiste à une « évaporation graphique » tout en douceur, un tour de passe-passe magique, sans un mot, qui en dit bien plus que de longs discours.
Je suis toujours fasciné par la narration sans texte. Tout tient dans un découpage où la lisibilité de l'image est le seul maître mot. En jouant sur le cadrage, le mouvement, l'alternance entre les grandes cases, les illustrations pleine page et les plans resserrés, il faut parvenir à donner du rythme en gardant le propos parfaitement compréhensible. Un tour de force qui, lorsqu'il est réussi comme c'est le cas ici, émerveille.
Une façon magistrale d'aborder le deuil, le souvenir et le temps qui passe. La nostalgie n'est pas triste et l'absence est comblée par les joyeuses réminiscences. Il est finalement très lumineux cet album.
J'ai l'impression de me répéter à chaque fois que je présente un ouvrage des éditions de la gouttière mais je n'y peux rien si le catalogue de cet éditeur ne propose que des pépites, des BD jeunesse d'une qualité rare que j'ai envie de faire découvrir au plus grand nombre. Et celui-là ne fera évidemment pas exception à la règle.
Lien : http://litterature-a-blog.bl..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          190
Amindara
  28 février 2015
Et voilà une nouvelle BD lue dans le cadre du comité de lecture de mon réseau. Je l'avais ajoutée à la sélection sans vraiment prendre le temps de regarder à l'intérieur. Il me suffisait de savoir qu'elle traitait d'un sujet qu'il est souvent assez complexe d'aborder avec les enfants, sans compter qu'elle avait reçu de bonne critique et qu'elle faisait partie, si ma mémoire est bonne, de la sélection pour Angoulême.
Passe-passe, c'est l'histoire d'une petite fille, d'une grand-mère et d'un papillon. Nous avons cette petite fille, qui aime sa grand-mère et passe beaucoup de temps avec elle. Et nous avons cette grand-mère qui vieillit et qui petit à petit disparait. En perdant ses couleurs d'abord, puis en s'effaçant progressivement. Et enfin, ce petit papillon, qui les suit à chaque instant et qui, lorsque la grand-mère commence à s'effacer, se colore et devient de plus en plus présent. En fait, on peut aisément remarquer que lorsque les couleurs s'effacent une à une de la grand-mère, elles apparaissent en même temps, une à une, sur le papillon. Une façon comme une autre d'expliquer aux petits que nos proches ne sont pas éternels, qu'un jour où l'autre, ils disparaitront, mais qu'en même temps, ils ne disparaitront jamais complètement, ils seront toujours présents à nos côtés.
J'ai beaucoup aimé cette bande dessinée. le fait qu'il n'y ait pas une seule ligne de texte met en avant le dessin. Parce que souvent, dans une bande dessinée, lorsqu'il y a du texte, on ne fait pas toujours assez attention au dessin. C'est pourtant tout l'intérêt d'une bande dessinée. Et c'est ici qu'il prend son importance. Il faut être attentif au dessin pour s'apercevoir vraiment des changements de couleurs, pour s'apercevoir de ce petit papillon qui, au départ est vraiment tout petit mais qui, pourtant, est bien présent dès la deuxième vignette (peut-être même dès la première, mais j'ai eu beau le chercher, je ne l'ai pas trouvé, il devait être vraiment trop petit encore). Et les illustrations, ici, sont vraiment magnifiques. Empreintes de douceur.
Une bande dessinée qu'on peut, donc, sans aucune crainte mettre en les mains de tous, petits ou grand. Une lecture qu'un adulte peut accompagner lorsque l'enfant est vraiment jeune, de façon à attirer son attention sur certains détails. Ou tout simplement pour discuter avec lui après, pour voir s'il a bien compris le message.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          80
Virginie94
  12 janvier 2015
Une petite fille et une grand mère semblent très complices. Elles sont ensemble devant la maison quand un papillon sans couleur vole jusqu'à elle et prend place un peu au dessus de la grand-mère.
La petite fille lave les cheveux de sa grand-mère, elles partent en vélo... Mais rien n'y fait, le papillon reste au dessus de la tête de la grand-mère et peu à peu elle perd ses couleurs jusqu'à disparaitre tout à fait tandis que le papillon lui prend de plus en plus de couleurs.
Evidement on assiste là à la disparition de la grand-mère. Je pense que le papillon symbolise l'âme ou la mémoire de la grand-mère. le papillon reste ensuite comme un souvenir avec la petite fille.
C'est très réussi.
La bande dessinée est sans texte. Je suis toujours impressionnée par la possibilité que l'image dise tout. La lecture n'est pas extrêmement facile même si on comprend très bien.
Le dessin est superbe. les couleurs en particulier sont très belles. Tout ça est très tendre. Les choses sont dites mais en tendresse dans la mesure.
C'est très réussi mais je n'ai pas aimé.
Je n'ai pas aimé parce que c'est une représentation de la mort comme quelque chose de normal, absolument pas triste.
La petite fille n'a finalement que deux expressions : son grand sourire et un air légèrement étonné. Elle ne marque jamais de tristesse.
La grand-mère n'en a que deux elle aussi : le bonheur et un autre que j'ai interprété comme " c'est comme ça, faut pas s'en faire"
A aucun moment ni la petite fille ni la grand-mère essaient de repousser l'inéluctable, ça ne me parait pas logique. Ca m'a gênée.
Je n'ai pas aimé parce que je ne suis pas sûre d'avoir tout compris. Par exemple, je ne sais pas exactement ce que représente le papillon. On dirait que c'est le papillon qui apporte la mort mais il reste après avec la petite fille.
Je me suis demandé si la petite fille lave les cheveux de la grand-mère pour éloigner le papillon. Je le crois mais je n'en suis pas sûre.
J'ai pensé qu'il s'agissait d'une seule journée, mais ça parait peu probable : la grand-mère mourante ne pourrait pas faire de vélo.
Je n'ai pas compris certaines choses, j'ai hésité sur l'interprétation d'autres... ca m'a dérangée
En plus, je trouve ça un peu facile d'émouvoir avec une histoire de disparition des grands-parents.
Je suis restée comme spectatrice de la bande dessinée. Je ne suis pas rentrée dedans.

Lien : http://bloguiblogas.blogspot..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
lunch
  12 avril 2014
C'est par une chouette journée ensoleillée, peut-être un dimanche, peut-être pendant les vacances, qu'une jeune fille et sa grand-mère partagent de petits instantanés de bonheurs. Tout commence sur ce banc jouxtant la vieille maison de pierre alors qu'ils contemplent la nature qui s'éveille. Il fait bon, les oiseaux batifolent et les papillons dansent. C'est justement l'un d'eux qui va bouleverser le petit monde. Un papillon tout décoloré qui se pose sur la tête de mémé et qui paraît s'en enticher...

L'effet papillon
Cette journée qui débute au matin et qui s'achève au crépuscule est une belle parabole de la vieillesse. Elle met en image une enfant qui voit changer sa grand-mère au fil des pages. Tout va très vite finalement mais le sujet est traité avec légèreté et délicatesse. le temps d'un battement d'ailes la mamie s'en va... et pendant ce temps le papillon prend de belles couleurs. Les cheveux, symbole par excellence de l'âge canonique (pour ceux qui ont la chance d'être velus de la tête évidemment), grisonnent en premier. Puis vient le tour de la vue, de la mémoire et ainsi de suite...
Ces moments-clefs qui se concluent par un nouveau « trouble » sont pour la grand-mère autant de retours en enfance aux côté de sa petite fille : souvenirs d'un pas de danse, expériences culinaires, course de vélo, cueillette de champignons... Elles s'amusent, on ne retient que les sourires... et le papillon resplendit.

Muet mais pas mutique
Contrairement à ce qu'on pourrait penser, les bande dessinées muettes ne rendent pas la lecture plus rapide : elles posent chaque instant avec douceur et aident à la contemplation.
Se lancer dans un exercice aussi périlleux pour une première est plutôt hasardeux... force est de constater que le message offert par Delphine Cuveele passe sans heurt.
Certains (les fous) pensent à tord que le travail du scénariste est plus aisé lorsqu'il n'y a pas de dialogues. C'est au contraire une mécanique complexe car différente qu'il faut maîtriser. L'absence de mot doit être compensée par une grande fluidité de lecture et par une compréhension sans faille de chaque case. C'est agréable de constater que la jeune auteure (qui a néanmoins épaulé son cher et tendre sur le réseau bombyce – tiens, encore un papillon ?) s'en sort très bien.
[...]
La suite à lire sur BenDis... !
Lien : http://bendis.uldosphere.org..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50

critiques presse (3)
Ricochet   31 août 2016
Joli et profond.
Lire la critique sur le site : Ricochet
BDGest   20 juin 2014
Au final, le tour de passe-passe fait son effet. Que demander de plus ?
Lire la critique sur le site : BDGest
BDSelection   03 juin 2014
Il n'empêche, elle devrait probablement aider les enfants à mieux comprendre ce qu'est un deuil.
Lire la critique sur le site : BDSelection
Lire un extrait
autres livres classés : mortVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Les personnages de Tintin

Je suis un physicien tête-en-l'air et un peu dur d'oreille. J'apparais pour la première fois dans "Le Trésor de Rackham le Rouge". Mon personnage est inspiré d'Auguste Piccard (un physicien suisse concepteur du bathyscaphe) à qui je ressemble physiquement, mais j'ai fait mieux que mon modèle : je suis à l'origine d'un ambitieux programme d'exploration lunaire.

Tintin
Milou
Le Capitaine Haddock
Le Professeur Tournesol
Dupond et Dupont
Le Général Alcazar
L'émir Ben Kalish Ezab
La Castafiore
Oliveira da Figueira
Séraphin Lampion
Le docteur Müller
Nestor
Rastapopoulos
Le colonel Sponsz
Tchang

15 questions
3514 lecteurs ont répondu
Thèmes : bd franco-belge , bande dessinée , bd jeunesse , bd belge , bande dessinée aventure , aventure jeunesse , tintinophile , ligne claire , personnages , Personnages fictifsCréer un quiz sur ce livre