AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio

Marie-France Desjeux-Lefort (Traducteur)
EAN : 9782221108932
432 pages
Éditeur : Robert Laffont (27/03/2008)

Note moyenne : 4.16/5 (sur 195 notes)
Résumé :
Voici l essai qui crée l événement et vient à point nommé : où l un des plus grands esprits d aujourd hui démontre qu on peut en finir définitivement avec Dieu et vivre dans un monde sans religion.


Le biologiste Richard Dawkins, athée « pur et dur », a un objectif : donner toutes les explications et les encouragements nécessaires au plus grand nombre d esprits libres afin qu ils se libèrent complètement de l emprise de la religion. Et qu ils ... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (28) Voir plus Ajouter une critique
Hugo
  19 mai 2013
Bonne parole de Hugo - acte 1 - version 2
Athée devant l'éternel, je condamne la religion de manière très tranchée et ce depuis un bon moment maintenant :
Non la prière ne guérit pas les malades,
Non il n'y a pas de miracle à Lourdes,
Non le Sida n'a pas été inventé par dieu pour punir les homosexuels,
Non l'avortement n'est pas un meurtre,
Non la femme n'est pas soumise à l'homme,
Non Marie n'était pas vierge, sinon Joseph ne serait pas resté,
Trop de haine, trop de guerres, trop de morts, trop de non sens.
Intolérante et immorale, la religion condamne donc je condamne de la même manière l'absurdité de telles croyances.
- Mais si tu ne crois en rien, non tu ne peux pas croire en rien (maman)
- Écoute ma petite maman d'amour je recommencerais à prier si toutefois tu m'apportes des preuves concrètes, mais pour l'instant si tu le permets je vais continuer à pisser sur l'illusion de ton dieu…(moi)
Je respecte trop les femmes pour croire en dieu… surtout les femmes nues ( vive le sex bordel…)
Je respecte trop la nature humaine pour croire en dieu, Peace and Love,
Je suis trop tolérant pour croire en dieu, vive tout,
Je suis trop intolérant pour croire en dieu, sauf les croyants,
Je suis trop ouvert d'esprit pour croire en dieu, vive l'homosexualité, vive Darwin, vive la science et vive l'évolution.
Récemment aux infos, j'ai vu un musulman, un catholique et un skins manifestés ensemble contre le mariage pour tous au nom de la famille, boutin en tête de cortège : quel PARADOXE n'est ce pas.
Ce roman est devenu ma bible, l'auteur prêche un convaincu avec des arguments scientifiques, moraux et sociaux. Un livre devenu une(ma) référence qui fait passer les religions pour ce qu'elles sont et ce de manière intelligente et très élaborée.
"Quand une personne souffre d'une illusion, on appelle cela la folie
Quand beaucoup de gens souffrent d'une illusion on appelle cela la religion." (page 18)
A lire sans retenue
"Au nom du père, du fils et du saint esprit" ( 2 ans de catéchisme et 2 ans d'école privée, ça laisse des traces)
Amen les copains
Il sont fous ces croyants...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          508
Walktapus
  20 mai 2011
Attention, livre très influent. Paru en 2006 en anglais, il a provoqué l'apparition de toute une littérature sur l'athéisme, de nombreux livres-réfutations et aurait même fait exploser les ventes de la Bible en Angleterre. Mais que peut-il bien raconter ?
D'abord une note : le titre original est moins vindicatif : The God Delusion (l'illusion de Dieu), et le ton général ne l'est pas, en effet. Vindicatif, non, mais néanmoins militant. L'ouvrage s'adresse aux croyants, indécis ou non, dans le but de les convaincre. L'outil qu'il utilise pour cela est la raison et l'intelligence.
Dawkins est un scientifique, un biologiste, devenu célèbre par le Gène égoïste, oeuvre de vulgarisation sur la théorie de l'évolution. Ses armes, il les acquiert d'abord en luttant contre les créationistes, et il les complète et les affine dans un long travail militant de promotion de l'athéisme. The God Delusion est donc un ouvrage très abouti et complet.
Pourtant, rien de très savant dans ce qu'il écrit (même quand il parle du flagelle bactérien). S'il est préférable d'avoir des notions de base sur l'évolution pour bien comprendre certaines parties, on n'a pas franchement besoin d'un bagage scientifique. La plupart de ses arguments sont fondés sur des notions accessibles à tous.
Très méthodique, le livre est en dix chapitres et trois parties. Dans la première, il montre que Dieu n'existe pas - ou du moins que son existence est extrêmement improbable, selon le principe de la théière de Russell. Il s'y applique en démontant une à une toute les preuves de l'existence de Dieu. C'est là qu'on parle de l'évolution et de dessein intelligent.
Ensuite, il cherche une explication à l'origine et à l'existence des religions dans les cultures humaines. L'idée principale est que la religion est une conséquence accidentelle d'autre chose. Il faut avouer que j'ai trouvé certains passages un peu faibles. La théorie des mèmes, c'est bien, mais explique-t-elle l'apparition des religions ? Mais en mettant l'accent sur l'endoctrinement systématique et considéré comme naturel des enfants, l'auteur entre au coeur du problème.
Enfin, Dawkins abord la question de la morale et démonte un à un les arguments qui voudraient que la religion soit nécessaire comme base morale de la société. Il montre que la morale est extérieure à la religion, et que l'esprit du temps, en évoluant, modifie d'ailleurs en permanence la manière dont les textes sacrés sont interprétés.
Ce petit résumé ne rend pas justice à ce livre très complet, accessible, intéressant de bout en bout, avec de l'humour, de très belles citations, et des exemples souvent tirés de son expérience personnelle. On pourrait cependant lui reprocher de manquer un peu de nuances sur certains points.
A conseiller à tous les adeptes de la licorne rose invisible.
___
Petit comparatif avec le Traité d'athéologie de Michel Onfray.
Approche scientifique chez Dawkins, philosophique et historique chez Onfray. Onfray s'attaque au Judaïsme, au Christianisme (non réformé) et à l'Islam, point, tandis que Dawkins parle de la religion en général. Onfray manie la dérision, l'attaque ironique, avec un style assertif, impersonnel et péremptoire. Dawkins cherche à convaincre, construit un raisonnement et fait souvent référence à des anecdotes personnelles. J'ai l'impression qu'Onfray s'adresse aux athées déjà convaincus, tandis que Dawkins essaie de toucher le croyant, spécialement le croyant tiède victime de la pression sociale qui aurait besoin d'une petite poussée pour s'affirmer.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          300
Luniver
  11 juillet 2012
Les livres modernes sur l'athéisme sont rares (ou bien cachés), jusqu'ici, je ne pouvais me mettre sous la dent que des ouvrages écrits quand l'Église et l'État étaient encore fortement liés.
Dawkins fait un tour d'horizon assez complet sur le sujet : les classiques réfutations des arguments des croyants, présentation de ses propres arguments, et répond à plusieurs questions qui reviennent fréquemment : d'où viennent les religions, peut-on et pourquoi être moral sans religion ? le thème est évidemment vaste, le nombre d'arguments présenté aussi. Quoi qu'on pense du livre, il faut reconnaître que le nombre de sujets sur lesquels on nous demande de réfléchir est conséquent.
Malgré tout, le livre comporte plusieurs défauts : le premier est de ne pas définir clairement à quoi l'auteur s'attaque dans son livre. Il me semble que c'est plus au fondamentalisme religieux, et plus précisément celui qui sévit aux États-Unis et au Moyen-Orient, qu'à la religion dans son ensemble. Aucun croyant dans mon entourage (même très élargi) ne défend bec et ongle le créationnisme, ou ne considère la Bible comme étant un livre à prendre au pied de la lettre.
Le fil conducteur du livre n'est pas très clair non plus, probablement à cause de la volonté de Dawkins de couvrir le plus de sujet possible. On passe beaucoup de temps dans des digressions, ou dans des anecdotes pas très importantes : j'ai dû faire des allers-retours incessants entre le texte et la table des matières pour retrouver de quoi on parlait exactement.
Et dernière critique, un peu de facilité et d'arguments balayés d'un revers de la main : les «c'est évident» et «c'est idiot» reviennent trop souvent à mon goût, et l'auteur a parfois tendance à faire parler les morts, notamment les Pères Fondateurs et à «convertir» d'autorité quelques grands scientifiques des siècles derniers à l'athéisme.
Comme point positif, je retiens la présentation de la sélection naturelle, souvent mal comprise et mal utilisée, la recherche des raisons de l'apparition des religions sur toute la surface du globe, et l'apparition du sens moral chez l'être humain, des points qu'on trouve rarement développés et qui sont pourtant essentiels.
Beaucoup d'idées intéressantes à découvrir dans ce livre, en gardant son sens critique aiguisé, et en évitant de céder à la tentation de mettre tous les croyants dans le même panier.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          250
likeabird
  02 mai 2021
Rchard Dawkins et la grue de Dennett

Richard Dawkins est un brillant éthologiste de renommée mondiale et à ce titre, il nous fait part de la foi du savant en sa supériorité concernant son approche ontologique de l'Univers.
C'est un ardent défenseur de la libre pensée et un fervent admirateur de Darwin.
Les sociétés sont polluées par la religion, il lui semble que la théorie de l'évolution aurait due contribuer à sa dilution,dans la science et conduire à augmenter de façon significative le nombre d'athées dans le monde.
Richard Dawkins prend sa plume avec l'espoir de réveiller la conscience d'un athéisme enfouit sous des couvercles de balivernes. le titre en anglais est « The God delusion » en référence à auteur pour qui « Quand une personne souffre d'une illusion, on appelle cela la folie. Quand beaucoup de gens souffrent d'une illusion, on appelle cela de la religion »

L'ouvrage comporte 10 parties

Dans le premier chapitre, RD veut faire un distinguo entre le dieu interventionniste, personnel et le Dieu que l'on prête abusivement à Einstein qui utilisait le mot Dieu avec un sens uniquement métaphorique.
Dawkins dénonce la forfaiture intellectuelle qui sacralise le fait religieux au sein de nos sociétés.
Dawkins définit une hypothèse ou une probabilité d'un bâtisseur de l'Univers (Dieu) .Il détermine un cadre de croyance allant du croyant pur et dur jusqu'à l'athée pur et dur (classé7 dans son échelle). Il se détermine dans la case 6, soit une non nulle probabilité de Dieu avec une existence présupposant que Dieu n'existe pas.
Il se moque un peu des agnostiques en méconnaissant semble t-il le concept. Etre agnostique ce n'est pas avoir le cul entre 2 chaises, mais c'est imaginer que toute ontologie est spéculative, Dieu n'étant pas une réponse acceptable par la raison.

Dans le second chapitre RD, nous fait part de sa non croyance en l'existence de Dieu avec un argument qu'il pense massif. Les lois de la probabilité interdisent toute idée d'apparition spontanée sans prédécesseurs plus simples.
Il reprend un argument de Dennett, en assimilant la sélection naturelle à une grue, il n'y a rien de plus simple, celle ci a hissé la vie depuis sa simplicité la plus primitive jusqu'aux sommets de la complexité.
Ma question ; quelle est la grue qui a hissé la vie jusqu'à sa simplicité la plus primitive ?ou encore plus simple, la sélection naturelle est –elle le démiurge de la sélection naturelle ?

Dans le chapitre 3, les arguments des théologiens et autres philosophes croyants ( Pascal, Thomas d'Aquin, Descartes auxquels s'ajoutent quelques scientifiques célèbres sont disséqués et retournés avec une rhétorique assez redondante sur le concept du Dieu personnel omnipotent. Au passage RD nous informe que des études ont montrées que plus le QI ou le niveau d'instruction d'un individu est élevé et plus les chances d'être croyant s'amenuisent.

Dans le chapitre 4, RD explique la sélection naturelle, et affirme que l'illusion de dessein dans les créatures vivantes se limite à une illusion. Il conclue toujours sur le même registre au rejet de l'hypothèse Dieu.
Au passage il relève les arguments créationnistes sur les constantes physiques (6) de l'Univers parfaitement ajustées .Il balaie cet argument avec la beauté de la sélection naturelle et sa capacité à dompter l'improbabilité.


RD oublie qu'il s'agit d'un paradigme, la microévolution est clairement une valeur sure, mais au contraire les mécanismes précis concernant la macro évolution restent flous et une nouvelle théorie sera certainement nécessaire.

Dans le chapitre 5, RD se demande pourquoi la sélection naturelle a permis l'émergence des religions, il invente une théorie des « mèmes » sur la sélection des grands concepts selon leur utilité sociale.

Dans le chapitre 6, Dawkins montre que la conviction des personnes croyantes que la moralité serait impossible sans Dieu n'est pas démontrée.
Il montre à travers maints exemples, l'intolérance, l'aveuglement violent, l'hypocrisie, de ceux qui proclament que Dieu est amour.

Le chapitre 7 est un catalogue d'histoires immorales et bibliques enseignées religieusement aux enfants. Il montre à travers un exemple qu'une histoire dont les protagonistes sont des assassins (mais avec l'aval de Dieu) est acceptable pour des enfants élevés pour l'avaliser mais qu'elle devient l'objet d'un jugement sévère si elle sort d'un contexte religieux.

Le chapitre 8 relève certains mythes véhiculés par les « pro life » avec par exemples des histoires sordides montrant que Beethoven est né après 3 ou 4 sourds muets aveugles et que de nos jours une interruption thérapeutique de grossesse nous priverait à coup sûr d'un génie ayant reçu un don divin.

Dans le chapitre 9, RD est politiquement très incorrect et tient des propos pour le moins surprenant concernant les enfants.
Il dénonce la maltraitance mentale des enfants élevés avec des balivernes qui les marqueront à vie. Il juge bien pire ces sornettes que les attouchements physiques et sexuels subis par ces enfants (avec au passage l'idée que l'esprit à une capacité incroyable à se concocter de faux souvenirs).
RD pense que les parents sont coupables d'endoctrinement vis à vis de leurs enfants, les termes enfants catholiques, musulmans, juifs devraient nous hérisser.

Dans le chapitre 10, RD distingue 4 fonctions accomplies par la religion
Explication, la science explique de façon plus rationnelle
Exhortation à la moralité, mais l'expérience n'est pas probante, la science notamment avec des recherches sur l'altruisme réciproque donne de meilleures réponses.
La consolation et l'inspiration, RD ne peut qu'admettre que la religion peut s'avérer utile, mais il pense que ces mêmes fonctions pourraient être accomplies autrement !!
Il termine en revendiquant une fierté à être athée, « bright » aux US, par analogie avec la fiertè à être "gay".

La postface est assez inhabituelle, il répond à certaines critiques ou objections concernant ses positions pour permettre au lecteur de défendre avec une rhétorique précise un athéisme militant.


Mon opinion d'agnostique confirmé (en l'état actuel de nos connaissances, je ne crois pas plus en un principe créateur qu'à une improbable grue de Dennet, tout le reste n'étant que spéculation futile) après la lecture de cette apologie de l'athéisme.
Je rejette en revanche l'idée d'un Dieu personnel, omnipotent et je rejoins certains propos de Dawkins sur les dangers d'une vision aussi naïve du monde notamment chez des dirigeants du style Bush, et autres ayatollahs.
En revanche l'idée d'un Dieu potentialisant le concept d'altruisme réciproque et support de coutumes ancestrales autour de la naissance, du mariage et de la mort me semble utile.

Richard Dawkins a pour ambition d'être dans la vérité, mais son discours est essentiellement destiné à un public occidental, avec des concepts parfois naïfs notamment sur l'idée fantasmée et uniformisée de Dieu. Un Dawkins Chinois ou Japonais n'appuierait pas sa vérité sur la béquille du narcissisme..
En Occident l'idée d'une loi morale transcendantale, distincte de l'ordre des choses, provient sans doute de l'idée d'un Dieu créateur qui légifère et organise le monde depuis un point de vue d'extériorité. Ce point de vue de survol sur le monde est sans équivalent dans les autres aires culturelles.
Dans la pensée juive, le problème de l'existence de Dieu ne se pose pas, il s'agit de codes, de lois, de coutumes. Il n'y a pas de dogmes.
Dawkins mélange les genres, sa philosophie personnelle et la science. La foi d'un être humain relève non de la démonstration rationnelle mais d'un engagement affectif dans une conception de la vie et de la mort, de soi et des autres, du Bien et du Mal, qui peut permettre à un être humain de traverser les drames de l'existence avec des repères utiles.
Les parents élèvent leurs enfants comme ils peuvent, à savoir dans la grande majorité du monde, il s'agit de les nourrir et les habiller, en occident, il me parait difficile de transmettre autre chose que ce que nous sommes, à moins d'un travail sur soi très conséquent de remise à plat de notre conception ontologique du monde avant d'avoir des enfants. Il ne faut pas oublier que les
2 parents doivent être sur la même longueur d'onde.
Dawkins devrait organiser des centres d'accueil pour enfant et parents afin de les désintoxiquer et leur apprendre la vérité sur l'origine du monde.
Sur le plan de la métaphysique Dawkins n'apporte aucune réponse, malgré des raisonnements en apparence logiques, c'est le propre des illusionnistes.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
Lordius
  30 octobre 2011
Publié en 2006, cet essai vibrant de 400 pages sur la religion, ou plutôt contre la religion, est l'oeuvre d'un biologiste britannique de renommée mondiale, athée fanatique, si l'on me permet cet oxymoron.
Le ton tourne parfois au pamphlet et quelques passages sont inévitablement longs ou abscons. Néanmoins, l'érudition de l'auteur (plus de 200 ouvrages en référence) et la pertinence de nombre d'idées sont véritablement percutantes, pour celui qui n'est pas aveuglé par les dogmes religieux qui ont pu l'endoctriner durant son enfance.
Je vais juste mentionner l'idée centrale du livre qui explique pourquoi Dieu a, selon Dawkins, très peu de chances d'exister.
Certains créationnistes invoquent l'étonnante complexité et sophistication de certains organes ou composants animaux (yeux, ailes, système immunitaire, etc…) pour dire qu'il est impossible que de telles merveilles soient arrivées là par hasard. Ce ne peut donc être que l'oeuvre de Dieu. Non, en effet, nous explique le biologiste Dawkins, spécialiste de la théorie de l'évolution, ce n'est pas dû à la chance. Ces organes merveilleux sont le fruit d'une très lente évolution basée sur la sélection naturelle (découverte par Darwin du XIXème siècle et amplement étayée par la science depuis). Ce n'est pas arrivé d'un coup mais très très progressivement avec beaucoup de ratés et fausses routes, ne laissant aucune place à la chance ni à une quelconque intervention surnaturelle.
Ensuite, Dawkins examine les facteurs qui permettent à une planète de développer la vie. Il faut un certain nombre de facteurs contraignants : de l'eau, être à bonne distance du soleil (pas trop prêt, pas trop loin), une grosse planète (Jupiter) dans les environs pour faire aspirateur à astéroïdes qui sinon dévasteraient notre planète, et d'autres conditions encore. Là, l'évolution ne peut rien. Alors disent les religieux, seul Dieu a pu créer tant de conditions favorables. Faux répond Dawkins. Il y a au moins un milliard de planètes dans notre galaxie. Et au moins un milliard de galaxies dans l'univers. Statistiquement, il y a donc une très forte probabilité que l'univers possède plusieurs planètes comme la nôtre, aptes à développer la vie, sans intervention surnaturelle.
Enfin, reste l'épineux problème de la création de l'univers, sur lequel nous manquons encore de données précises comme on peut s'en douter, le phénomène s'étant produit très loin d'ici il y a 13 milliards d'années.
Les physiciens se sont aperçus qu'il existe six nombres de la physique qui sont « réglés » juste à la bonne valeur pour qu'il puisse y avoir de la vie dans l'univers. Par exemple, une constante physique concernant la fusion nucléaire. Elle est 0.007 pour tout l'univers. Si elle était à 0.006 ou 0.008, il n'y aurait pas de vie.
Ah, ah ! jubilent les croyants, c'est impossible que ce soit arrivé par hasard. C'est forcément la main de Dieu.
Non, rétorque Dawkins pour deux raisons. D'abord si on imagine qu'il y a un être intelligent et très puissant qui a « titillé » les six boutons réglant les constantes physiques, alors cet être est très complexe. Répondre que c'est Dieu qui a lancé l'univers, ne simplifie pas le problème mais au contraire le rend encore plus complexe et improbable. Il est infiniment plus improbable qu'il y ait un super-créateur que simplement six constantes à la bonne valeur. Après tout, si on se dit par simplification excessive : « Dieu est, point ! » autant se dire « Les six constantes sont à la bonne valeur. »
D'autre part, la recherche récente en cosmologie et physique propose deux nouvelles théories intéressantes :
Selon la théorie de l'expansion-contraction, l'univers a une durée de vie de vingt milliards d'années. Il y a eu le big-bang, l'expansion. Vient ensuite la contraction de l'univers qui se termine par le big-crunch qui est l'opposé du big-bang. Ensuite un nouvel univers démarre. Selon cette théorie, un nombre quasi-infini d'univers peuvent se suivre dans le temps, en série. Selon la statistique (et le bon sens), la probabilité est forte que l'un de ces univers ait les six constantes à la bonne valeur. Ce serait le cas du nôtre.
L'autre théorie, c'est celle du multivers. Selon certains physiciens, il y aurait de très nombreux univers qui existeraient en parallèle. Là aussi la probabilité est forte que l'un d'eux possède les six bonnes valeurs. C'est le nôtre.
Bon, c'est un sujet très compliqué, et je ne suis pas sûr d'avoir bien expliqué mais vous voyez un peu le topo.
En conclusion, je conseille la lecture de cet ouvrage passionnant. Les agnostiques deviendront athées, les athées seront renforcés dans leurs convictions, et les croyants se poseront des questions légitimes.

Lien : http://lordius1er.blogspot.c..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          143


critiques presse (1)
Lexpress   03 août 2018
D'une portée universelle, ce manifeste athéiste vise, bien sûr, une des formes les plus retorses de la superstition, le créationnisme.
Lire la critique sur le site : Lexpress
Citations et extraits (96) Voir plus Ajouter une citation
LuniverLuniver   09 juillet 2012
Si Dieu n'existe pas, pourquoi être bon ?

Ainsi formulée, la question paraît franchement ignoble. Quand un croyant me la pose de cette façon (ce qui est souvent le cas), j'ai tout de suite envie de répondre par ce défi : «Est-ce que vous voulez vraiment me dire que la seule raison pour laquelle vous essayez d'être bon, c'est pour que Dieu vous approuve et vous récompense, ou pour éviter qu'il vous réprouve et vous punisse ? Ce n'est pas de la morale, c'est seulement de la lèche, du cirage de bottes, vous jetez un coup d'œil furtif à la grande caméra de surveillance dans le ciel, ou au petit fil électrique dans votre tête qui contrôle chacun de vos faits et gestes et même chacune de vos pensées les plus basses.»
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          311
LuniverLuniver   09 juillet 2012
On dit qu'Alfred Hitchcock, ce grand cinéaste spécialisé dans l'art de faire peur, voyageait un jour en Suisse quand il désigna soudain quelque chose par la fenêtre de sa voiture en disant : «Je n'ai jamais rien vu d'aussi effrayant.» C'était un prêtre en train de parler à un petit garçon, la main posée sur l'épaule de l'enfant. Hitchcock se pencha par la fenêtre et cria «Va-t'en, petit, sauve-toi vite !»
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          380
soun59soun59   04 février 2016
J'ai déjà raconté l'histoire d'un brillant professeur émérite du département de zoologie d'Oxford quand j'étais étudiant. Pendant des années, il avait passionnément cru et enseigné que l'appareil de Golgi (un trait microscopique de l'intérieur des cellules) n'existait pas, que c'était un artefact, une illusion. Tous les lundis après-midi, c'était la coutume dans le département d'écouter un exposé de recherche par un conférencier de passage. Un lundi, le conférencier était un biologiste cellulaire américain qui a présenté une preuve tout à fait convaincante que l'appareil de Golgi existait bien. À la fin de sa présentation, le vieil homme s'est dirigé à grands pas à l'avant de la salle, il a serré énergiquement la main de l'américain en disant - avec passion -: "Mon cher ami, je veux vous remercier. Je m'étais complètement trompé pendant quinze ans."
Nous avons applaudi à tout rompre. Aucun fondamentaliste ne dirait jamais cela. En pratique, les scientifiques ne le diraient pas tous. Mais tous déclarent que c'est un idéal - à la différence, mettons, des hommes politiques qui le condamneraient en disant que c'est retourner sa veste.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          80
PiertyMPiertyM   03 octobre 2014
On considère que le péché d'Adam et Eve s'est transmis de père en fils - dans le sperme, d'après Augustin. Quelle espèce de philosophie éthique est-ce là, qui condamne tout enfant, même avant sa naissance, à hériter le péché d'un ancêtre lointain?
Commenter  J’apprécie          290
AthenapanAthenapan   27 avril 2014
Pourquoi tous les chrétiens et tous les musulmans ne parlent-ils pas comme cet abbé quand ils apprennent qu'un ami est en train de mourir ? Quand une dévote s'entend dire par son médecin qu'il ne lui reste que quelques mois à vivre, pourquoi n'est-elle pas radieuse, tout excitée à cette perspective comme si elle venait de gagner des vacances aux Seychelles ? "Je suis impatiente!" Pourquoi les croyants qui viennent à son chevet ne la submergent-ils pas de messages pour ceux qui sont déjà partis ? "Dis bien toute mon affection à l'oncle Robert quand tu le verras..."
Pourquoi les croyants ne s'expriment-ils pas ainsi devant les mourants ? Serait-ce qu'ils ne croient pas vraiment à tous ces trucs auxquels ils font semblant de croire ?
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          91

Video de Richard Dawkins (1) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Richard Dawkins
20 mars 2013
La théorie du gène égoïste, c'est la théorie de Darwin exprimée autrement. Plutôt que de se focaliser sur l'organisme individuel, Dawkins adopte le point de vue du gène sur la nature pour démontrer que nous sommes des robots programmés à l'aveugle pour préserver les molécules égoïstes connues sous le nom de gènes. On dit du Gène égoïste qu'il est « le livre le plus important écrit sur la théorie de l'évolution depuis Darwin ». le fait est que ce livre est devenu en quelques années un classique dont tous les manuels s'inspirent aujourd'hui. Et la biologie de devenir aussi excitante qu'un roman d'aventures.
+ Lire la suite
Dans la catégorie : AthéismeVoir plus
>Philosophie et théorie de la religion>Concepts de Dieu>Athéisme (15)
autres livres classés : atheismeVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Retrouvez le bon adjectif dans le titre - (5 - essais )

Roland Barthes : "Fragments d'un discours **** "

amoureux
positiviste
philosophique

20 questions
569 lecteurs ont répondu
Thèmes : essai , essai de société , essai philosophique , essai documentCréer un quiz sur ce livre

.. ..