AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet

Karine Laléchère (Traducteur)
EAN : 9782383990727
576 pages
Sonatine (06/06/2024)
4/5   32 notes
Résumé :
Et si la peur changeait de camp ?

En apparence, Chelsea Martin mène une existence idéale. Mariée à David, son amour de jeunesse, mère de deux filles, elle ressemble à s`y méprendre à une femme comblée. Mais au sein de la maison où habite le couple, Chelsea étouffe. Pire, elle rase les murs. Une assiette sale dans l`évier, une tenue négligée, le dîner qui n`est pas prêt... Il suffit d`un rien pour soulever la terrible colère de David, assez pervers pou... >Voir plus
Que lire après DélivréesVoir plus
Critiques, Analyses et Avis (19) Voir plus Ajouter une critique
4

sur 32 notes
5
8 avis
4
9 avis
3
2 avis
2
0 avis
1
0 avis

Bonjour Booksta,
Voici « Délivrées » de Delilah S. Dawson. Nous suivons une mère de famille américaine à la vie en apparence parfaite mais ce n'est qu'une apparence. Chelsea Martin est en réalité sous l'emprise d'un mari pervers et monstrueux. L'apparition d'une terrible épidémie lui permettra-t-elle d'avoir le courage de fuir avec ses filles ? J'ai adoré ce thriller engagé et corrosif qui
dénonce les violences psychologiques, physiques et sexuelles. Harcèlement, maltraitance, isolement, manipulation et violences se sont données rendez vous dans un scénario terriblement d'actualité, addictif et brillant. Les trois générations de femmes sont hautes en couleurs et leur psychologie finement analysée. L'auteure m'a séduite grâce à une plume percutante, incisive, grinçante et non dénuée d'humour . Un excellent thriller à découvrir au plus vite !
Commenter  J’apprécie          452
"Délivrées" est un thriller psychologique engagé et un roman social original grâce à sa touche de fantastique !
Une intrigue percutante inspirée de faits réels dont la prose incisive et l'humour mordant sont aiguisés comme des lames de couteau !

Grinçant, provocant et impossible à lâcher : avec "Délivrées", Delilah Dawson dresse le portrait de la parfaite famille dysfonctionnelle américaine, précipitée par les événements dans une spirale de violence d'une redoutable actualité. Mieux qu'un roman : une grenade dégoupillée !

Certaines scènes de violence physique et psychologiques peuvent choquer les plus sensibles.
Ce roman noir aborde le thème douloureux des violences conjugales et des maltraitances familiales. Mais, si la peur changeait de camp ?

Floride en 2025. En apparence, Chelsea Martin mène une existence idéale. Mariée à David, son amour de jeunesse, mère de deux filles, (Ella, dix-sept ans et Brooklyn, cinq ans), elle ressemble à s'y méprendre à une femme comblée.

Mais au sein de la maison où habite le couple, Chelsea étouffe. Pire, elle rase les murs. Une assiette sale dans l'évier, une tenue négligée, le dîner qui n'est pas prêt... Il suffit d'un rien pour soulever la terrible colère de David, assez pervers pour violenter sa famille sans laisser de traces. Chelsea est prise au piège. La situation paraît sans issue. D'autant plus que Patricia, sa mère, semble trop narcissique et despotique pour lui venir en aide...

Jusqu'au jour où une étrange épidémie appelée "La Violence" (titre original du roman) fait son apparition. Ses symptômes ? de la fièvre, un excès de salive… et des accès incontrôlables de violence. Est-ce l'occasion dont rêvait Chelsea pour échapper à son triste sort et protéger ses filles ?

Je remercie @Sonatine et @NetGalleyFrance pour leur confiance renouvelée.

La structure narrative de ce roman choral est composée de quatre parties où les points de vue de trois personnages alternent : celui de Chelsea qui est l'héroïne du roman, mais aussi celui de sa mère, Patricia, mariée à un époux infidèle, et celui d' Ella, dont le petit ami la harcèle.

Malgré quelques longueurs et un rythme en dents de scie, j'ai trouvé l'intrigue bien ficelée car elle met en lumière trois générations de femmes qui ont été victimes de maltraitance au cours de leur vie. Elles décident de s'émanciper de l'ordre patriarcal et l'élément déclencheur va être cette épidémie de violence qui va leur permettre de passer à l'action.

Ce qui m'a beaucoup plu, c'est la manière intime et survoltée de traiter ce sujet douloureux, sous couvert d'anticipation, avec une extrême sensibilité malgré les scènes de violences très brutales. Ce contraste crée une sorte d'électrochoc face aux violences subies par les femmes, qu'elles soient physiques, sexuelles ou psychologiques au coeur même de leur foyer, d'autant plus en période de confinement.

L'autrice s'est inspirée de faits réellement vécus pour nous décrire avec acuité les mécanismes d'emprises psychologiques qui deviennent de plus en plus dévastateurs et qui mène inexorablement à une violence physique, encore plus destructrice. Les portraits psychologiques complexes des personnages féminins permettent de susciter de l'empathie envers elles.

J'ai tout particulièrement apprécié l'histoire pleine d'humour caustique de la grand-mère narcissique Patricia, qui finit par recréer un lien affectif avec sa petite fille de cinq ans, Brooklyn. Par contre, j'ai ressenti un flottement au niveau de la troisième partie qui ralentit le rythme, ce qui est vraiment dommage. Un peu plus de concision au niveau des scènes de Chelsea au Violence Fighting Ring aurait donné plus de poids à l'intrigue. L'histoire de road-trip d'Ella m'a bien plu, malgré quelques longueurs aussi. Un trio de choc inoubliable !
Commenter  J’apprécie          100
🦟Chronique🦟

« Il y a une rumeur bizarre. À propos d'une nouvelle épidémie. Pas comme le Covid. Une maladie qui rend les gens bizarres. Agressifs. »

Est-ce que la Violence sera la réponse à la violence? Cette question posée dans un sens comme dans l'autre, nous mène au coeur d'un problème de société majeur mais silencié, et quoi de mieux que ce nouveau thriller de Delilah S. Dawson pour aller piquer, pile là où ça fait mal? Sous couvert d'anticipation, elle nous emmène dans l'enfer des violences faites aux femmes. Au coeur des foyers. Quelles soient physiques, psychologiques ou sexuelles, les violences domestiques sont réelles mais pas toujours visibles, alors l'autrice s'emploie à nous décrire les mécanismes d'emprises, à nous montrer ces monstres insoupçonnés, à nous déciller les yeux sur un phénomène systémique dévastateur. J'imagine que ces périodes de confinements que nous avons passé avec la pandémie planétaire a nourri son intrigue, mais on sent qu'il a aussi développé sa compassion pour ces femmes enfermées avec un homme violent. Mais avec ce roman captivant, engagé, puissant et cette nouvelle épidémie de Violence, la donne pourrait changer. Les camps pourraient s'inverser. Les femmes pourraient se libérer...Avouez que c'est réjouissant! En tout cas, je vous invite vivement à vous précipiter sur cette petite bombe littéraire! J'ai adoré! Mais plus encore, je crois que ce qu'il m'a plu, c'est cette manière intime et survoltée de traiter ce sujet avec autant de sensibilité. C'est maitrisé, documenté, et juste. Ces femmes, quel que soit leurs âges sont victimes. Toutes souffrent d'une façon ou d'une autre d'être une femme, dans un monde de brutes. Cette famille, de la grand-mère à la mère et aux petites filles, est dysfonctionnelle car elle essaye de correspondre aux diktats insensés de la société patriarcale. Mais, à un moment, il est temps de dire STOP. Avec ou sans aide, avec ou sans Violence, il n'est plus humainement possible de subir ce genre de maltraitance insidieuse et ignoble. Je peux vous certifier que je n'ai pas pu lâcher cette lecture. Non seulement, on s'attache à ces femmes qui se débattent pour survivre, on est pris viscéralement dans une tension permanente et addictive qui nous bouleverse de l'intérieur, mais on a aussi matière à réfléchir à nos propres peurs avec ce virus qui court les rues. Je ne veux pas divulgâcher de l'intrigue mais j'ai apprécié l'évolution de ces femmes, qu'il soit timide ou phénoménal, leur changement est encourageant et significatif. C'est un coup de coeur. Mais ce n'est pas cela l'essentiel, ici, dans cette chronique, ce que je pense en revanche, c'est qu'il est un souffle de fraîcheur pour celles qui en ont besoin. Peut-être que de s'imaginer un instant, incarner la Floridienne pourra leur être utile. Même en rêve, même pour un peu de temps, sortir de leurs réalités cauchemardesques, réveillera sans doute, un élan d'émancipation. Un cri au moins, dans la maison. Et je promets de tendre l'oreille. Je jure d'y faire attention. Et je remercie du fond du coeur, Delilah S. Dawson, d'avoir eu cet acte de générosité et de sororité en écrivant, Délivrées, cet excellent thriller!

« Maman, tu viens de te faire tabasser par papa. À quoi tu voudrais ressembler? »
Lien : https://fairystelphique.word..
Commenter  J’apprécie          200
La violence, omniprésente. C'est d'ailleurs le titre original du roman de Delilah S. Dawson racontant le parcours de femmes Délivrées dans un monde qui vacille.

Encore une histoire de pandémie, me direz-vous. Oui, sauf qu'elle est très singulière et que le récit se focalise surtout sur ses personnages féminins, le contexte ne servant qu'à accentuer le message.

Une famille, plusieurs générations. Une mère tout d'abord, vivant sous le joug d'un mari tyrannique et brutal, l'archétype du pervers narcissique. Ses deux filles ensuite, une adolescente déjà fortement confrontée à cette violence dans le cercle familial et dans sa vie personnelle, et une gamine lumineuse de cinq ans pas encore gâtée par l'ambiance délétère. Et se rajoute une grand-mère « de la haute » qui va devoir remettre les pieds sur terre.

Un contexte qui offre les ingrédients pour un thriller psychologique, sauf que l'autrice a voulu sortir des schémas habituels, son cursus passé d'écrivaine de romans fantastiques n'y est pas étranger.

L'épidémie qui s'abat sur le monde va rebattre les cartes. Et, d'une certaine manière, traiter le mal par le mal. Son nom : la Violence, justement. Les infectés se mettent à avoir des crises qui les poussent aux pires extrémités, en réaction à une agression ou juste un stress.

Chelsea, cette mère, va subir comme user de ce virus. le reste de la famille et elle vont voir leurs vies chamboulées, d'une manière que le lecteur n'imaginera pas.

À part les excès de cette épidémie qui parsèment le récit, lui insufflant une aura étrange, le reste de l'histoire de ces femmes est très crédible. À tel point que les scènes de violence conjugale sont difficilement soutenables tellement elles sont fortes et expressives. Terribles moments qui font prendre conscience de tous les détails de ce genre de relations.

Delilah S. Dawson dénonce, mais ne le fait pas dans le vide, sa postface où elle parle de son propre parcours ne peut que renforcer la puissance de ces passages. À travers cette fiction, on sent qu'elle a puisé dans son parcours personnel, et qu'elle a voulu l'exorciser.

C'est donc une histoire de femmes, un seul personnage masculin surnage dans un éventail de salauds, mais c'est bien pour ouvrir les yeux de tous. La parole s'émancipe, mais ces horreurs du quotidien sont toujours aussi présentes. Une accumulation de scènes uppercuts dans un texte qui met la violence au centre, au premier degré comme de manière plus figurée.

Le roman n'en reste pas moins une fiction, où ces personnages vont avoir la possibilité de s'émanciper, grâce aux rencontres surprenantes sur leurs chemins de vie bouleversés. Une aventure humaine au propos puissant, même si l'idée de répondre à la violence par la violence est parfois limite. le propos se veut volontairement provocant pour faire bouger les lignes.

On s'attache fortement à ces personnages, même à la grand-mère atrabilaire, le coeur du lecteur palpite à leurs côtés, à vivre des émotions fortes.

Delilah S. Dawson propose un récit plein de rage, mais où la résilience est possible. Les femmes qu'elle met en scène sont Délivrées de l'oppression de la violence quotidienne. Parce que le monde change, et qu'il doit changer encore davantage.
Lien : https://gruznamur.com/2024/0..
Commenter  J’apprécie          200
« Délivrées » traite de violences physiques, émotionnelles et sexuelles. de l'aveu de Delilah S.Dawson dans la postface, placé initialement en préface dans la version originale titrée « The Violence », ce roman tire sa genèse de son expérience personnelle de maltraitance familiale : « J'entretenais une relation compliquée avec mon père. Lorsqu'il était sobre, j'étais une source de déception constante pour lui. Lorsqu'il avait bu, il était violent, psychologiquement et physiquement. Les soirées de Chelsea dans la cuisine s'inspirent de ce que ma mère et moi avons vécu auprès de lui. Mais, parce qu'il était respecté et apprécié dans notre ville, personne ne nous croyait. de l'extérieur, notre vie semblait parfaite. »

« Délivrées » est dédicacé aux survivantes et aux survivants, ceux qui vivaient dans la terreur des portes closes, de la parfaite connaissance des signes avant-coureurs avant l'explosion des mots et des coups. Cela pouvait être un souffle, un simple geste ou simplement le fait de se trouver dans la même pièce et d'oser respirer le même air, à l'image de Chelsea Martin, mère de famille et femme a priori comblée. Chelsea a épousé David, son amour de jeunesse. Parents de deux filles, tout semble parfaitement lisse dans cette famille vivant dans un beau pavillon, rangé, propre et entretenu à la perfection. Sauf que… David est un époux tyrannique, despote et violent qui contrôle aussi bien sa tribu, que les comptes du foyer, et la façon dont il est organisé. Pour le dire autrement, Chelsea rase les murs. Elle fait tout ce qui est humainement possible pour éviter les crises de son mari, sans jamais y parvenir. Quand le foyer supposé être l'endroit le plus sûr du monde devient celui où la peur prend le dessus, l'existence quotidienne oscille entre suffocations, apnées et strangulations. Comment sortir de cette spirale infernale ?

Un mystérieux virus, totalement incontrôlable, commence à sévir sur tout le territoire. Ses symptômes ? de la fièvre, un excès de salive et d'irrépressibles accès de violence.

Et si ce virus incontrôlable appelé La Violence par les autorités permettait de rebattre les cartes et de changer les règles de manière significative pour obtenir un impact immédiat et se débarrasser ainsi de tous les hommes violents qui pourrissent l'existence des femmes ? Et si la violence permettait d'infliger aux hommes, ce qu'ils infligent aux femmes depuis des millénaires ? Delilah S.Dawson a justement choisi trois femmes issues de trois générations différentes pour décortiquer la spirale de violence dans laquelle elles tombent toutes les trois. Patricia Lane, la grand-mère a fait un mariage de convenance avec un homme riche et puissant, qui, à sa manière, la contrôle totalement. Chelsea, sa fille a épousé un homme du même acabit, mais qui se sert en plus de ces poings pour régler ses comptes. Ella, la fille de Chelsea, âgée seulement de 17 ans, fréquente un garçon du même âge, qui possède déjà en lui, toutes les caractéristiques d'un homme susceptible de faire des femmes, ses victimes privilégiées. Elles ont toutes besoin d'être « Délivrées » de cette forme d'emprise du sexe masculin sur le sexe féminin. Si le roman est un thriller domestique à tendance horrifique, il est avant tout un roman féministe qui met en lumière des situations de violence domestiques qui frappent de nombreuses femmes dans notre société.

Ce qui rend « Délivrées » totalement passionnant, sont les choix narratifs faits par l'auteure. En effet, les personnages suivis qui contractent le virus sont ceux qui habituellement ne sont pas violents ( même si tout le monde peut l'attraper sans condition de sexe). Ils prennent à la fois la mesure de la mécanique de l'abus de pouvoir tout en se mettant à rêver d'un futur différent. « Délivrées » démontre à quel point ces femmes avaient à peine conscience de l'horreur de leur condition et surtout parviennent à analyser le cercle vicieux de la montée en puissance de la violence masculine tout en décryptant les phénomènes d'isolement, de ressources coupées, et d'emprise.

Plusieurs choses m'ont interpellée dans « Délivrées ». D'abord, la façon dont Delilah S.Dawson utilise son expérience personnelle pour créer une oeuvre de fiction où, sans raconter sa situation personnelle, elle tacle les comportements masculins, la société américaine post-covid, le système politique à l'arrêt, le système médical toujours plus discriminatoire, tout en divertissant le lecteur. À aucun moment du roman, je n'ai su avec certitude où elle m'emmenait et je dois dire que loin de m'agacer, cela a suscité un délicieux lâcher-prise. Ensuite, j'ai aimé le fait qu'elle utilise ce virus de la violence pour écarter les hommes de la vie des femmes sans que cela ne me choque vraiment (et que je jubile un peu…) : ils récoltent la monnaie de leur pièce, avec ou sans virus, ils sont mis à l'isolement et ainsi ne peuvent plus nuire. Jouissif ! Elle a travaillé ses personnages féminins avec grand soin, les faisant évoluer d'un état de victime et celui de guerrière. (je rappelle que le choix narratif de l'écrivaine est bien de faire contracter le virus à des gens qui ne sont pas violents habituellement) Les voir prendre conscience des choses, réagir et prendre leur envol font partie des moments les plus savoureux de « Délivrées ». Enfin, le virus La Violence pourrait n'être qu'une possible métaphore pour combattre un phénomène de société, sortir d'un cercle vicieux et encourager les femmes à rendre les coups. Il nous faudrait un virus de cette nature pour éliminer définitivement cette relation de pouvoir que les hommes entretiennent sur les femmes afin de redéfinir l'équilibre.

Si « Délivrées » comporte à raison des scènes relativement violentes, on y rit autant que l'on y est ému. Ces trois générations de femmes se rapprochent, finissent par se comprendre et par s'apprécier lorsqu'elles sont enfin débarrassées de la présence masculine qui sans relâche les empêchait d'être elles-mêmes. Leur évolution, Patricia qui devient une vraie grand-mère, Chelsea qui prend son destin en main, Ella qui comprend comment ne pas se laisser enfermer dans le cercle vicieux est le sel du roman.

« How people treat you is their karma; how you react is yours. » – Wayne Dyer (La façon dont les gens vous traitent est leur karma ; la façon dont vous réagissez est le vôtre)

« The Violence », titre américain s'axe sur les causes alors que « Délivrées », choix du titre français focalise sur les conséquences. « Une chose est sûre, c'est que la peur nourrit les monstres, explique Patricia, se demandant machinalement quelle part d'elle s'exprime, Patty n'est jamais très loin, en ce moment. Les monstres ont besoin de savoir que tu as peur d'eux, qu'ils sont plus grands et plus importants que toi. Si tu t'enfuis, si tu pleures, ils sont satisfaits. Mais si tu les affrontes, ou, mieux encore, si tu les ignores, alors ils vacillent. » le vent tourne…

Traduction : Karine Lalechère
Lien : https://aude-bouquine.com/20..
Commenter  J’apprécie          50

Citations et extraits (13) Voir plus Ajouter une citation
Ce que j'ai appris pendant ces semaines de séparation, c'est que tu n'y es pour rien. C'est ma faute.
Non, je rigole. C'est bien toi, le problème, toi et tes pareils. Les mecs qui pensent qu'ils sont tellement géniaux qu'on devrait être aux petits soins pour eux, alors que ça ne leur viendrait même pas à l'idée d'en faire autant pour qui que ce soit.
Ceux qui pensent que « non » signifie « peut-être ».
Ceux qui se prennent pour des victimes alors que ce sont eux qui font des victimes autour d'eux.
Commenter  J’apprécie          10
Ses cruautés étaient de cette nature au début : mineures et excusables, s'accumulant comme la neige sur les arbres, lentement mais sûrement, jusqu'à ce que les branches fragilisées gèlent et se brisent sous le poids.
Commenter  J’apprécie          30
C'est presque drôle de songer à tous ces Américains qui ont virilement refusé de se confiner au moment du Covid parce que ce n'était qu'une « grippette », et qui se barricadent chez eux maintenant qu'ils risquent de se faire tabasser.
Commenter  J’apprécie          20
Il n’y a peut-être pas de familles normales. Seulement des familles dysfonctionnelles de différentes manières.
Commenter  J’apprécie          50
C'est un cercle vicieux. Les cajoleries, les supplications, les exigences, les insultes, les excuses, les cajoleries... Mais le problème, avec les cercles vicieux, c'est qu'ils vous enferment.
Commenter  J’apprécie          20

autres livres classés : thrillerVoir plus
Les plus populaires : Polar et thriller Voir plus


Lecteurs (127) Voir plus



Quiz Voir plus

Retrouvez le bon adjectif dans le titre - (6 - polars et thrillers )

Roger-Jon Ellory : " **** le silence"

seul
profond
terrible
intense

20 questions
2912 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature , thriller , romans policiers et polarsCréer un quiz sur ce livre

{* *} .._..