AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
EAN : 9782290064849
J'ai Lu (07/11/2012)
3.76/5   988 notes
Résumé :
Lorsqu'il est entré dans ma vie, je ne savais rien de Gideon Cross sinon qu'il exerçait sur moi une attraction violente, si intense que j'en fus ébranlée. J'ignorais encore tout de sa force et de ses failles, de ce besoin qu'il avait de posséder et de dominer, de l'abîme au bord duquel il oscillait. Je n'imaginais pas que chacun de nous deviendrait le miroir de l'autre - un miroir dans lequel se reflèteraient les blessures intimes et les désirs vertigineux qui nous ... >Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura
Critiques, Analyses et Avis (192) Voir plus Ajouter une critique
3,76

sur 988 notes

Luna05
  25 mai 2013
Décidément, les détracteurs ont beau déverser leur venin sur la vague « Fifty Shades », on ne pourra pas dire que cette dernière n'a pas permis à des auteurs de surfer sur ce phénomène du moment pour percer, ou tout simplement saisir l'opportunité d'offrir leur vision de l'érotisme avec connotations de dominance grâce à leur plume personnelle et caractéristique. Nous trouverons bien évidement dans ce lot des talents confirmés, des perles qui ne méritent qu'à être découvertes et appréciées, et d'autres, qui s'avèreront être de réelles déceptions qui auraient mieux fait de ne rien tenter sur ce terrain dont le sujet délicat se doit d'être traité avec un certain doigté. Sylvia Day n'est à priori pas une novice dans le registre de l'érotisme c'est donc, avec un sentiment de curiosité que je m'apprêtais à découvrir l'univers de Crossfire avec en son sein un certain Gideon Cross dont la réputation l'a précédé bien avant que je n'ouvre cet ouvrage. Un titre dont les échos furent très élogieux et dont la qualité n'était plus à démontrer. Un livre étant supérieur à son ainé « Fifty Shades », se révélant plus vraisemblable et peuplé de personnalités bien plus approfondis et attachantes sans parler du fameux Cross valant un certain Grey, voir le surpassant très largement niveau caractère et charisme. Avec de tels commentaires il ne me restait plus qu'à découvrir la bête ! Serait-ce une très agréable surprise ou une saga de plus à éviter sans aucun regret?
Après avoir tourné en rond pendant plus d'un mois sans pouvoir coucher un seul mot sur mon écran je me suis posée tranquillement, et là tout est devenu limpide, j'ai enfin réussis à restituer tout mon sentiment de lecture lors du parcours de « Dévoile moi ». Eh bien, au risque de me faire des ennemies je vais tout de même clamer haut et fort et en toute franchise que j'ai absolument tout détesté dans ce livre. Habituellement, il est rare qu'une lecture obtienne un constat si négatif à mes yeux car je trouve toujours un élément pour rattraper ma déception, mais là, je n'ai entraperçu que le néant absolu…
Parlons de l'histoire et des raisons qui ont faits que ma lecture s'est révélée être un véritable chemin de croix.
Tout commence avec l'arrivée d'Eva Tramell à New York s'apprêtant à occuper son nouveau poste en tant qu'assistante dans une agence de pub située dans les locaux de Cross Industries. C'est en voulant faire le tour des lieux et chronométrer la distance la séparant de son domicile de son lieu de travail qu'Eva tombera au sens propre comme figuré sur Gideon Cross. Une rencontre qui ébranlera nos deux comparses à un point tel que cela poussera Gideon à faire une proposition des plus inattendue et sulfureuse à Eva.
Comme vous pouvez vous en rendre compte rien de bien nouveau sous le soleil, juste pour exemple, citons la première rencontre entre Eva et Gideon qui vous laissera comme un air de déjà-vu si vous avez déjà lu le premier tome de E.L James, des impressions qui reviendront hélas bien trop souvent. Je n'irai pas jusqu'à dire que « Dévoile-moi » est une pâle copie de « Cinquante Nuances » mais ne nions pas l'évidence, ce titre s'est bel et bien inspiré de ce dernier mais, là ou son ainé a excellé et su émouvoir, ce roman a malheureusement fait une sortie de route magistrale.
Sylvia Day est certes pourvue d'une plume agréablement soutenue et expérimentée, néanmoins son écriture n'est pas parvenue à m'arracher une quelconque émotion lors de mon immersion dans son univers, un comble au vu des passés sordides qu'ont vécu Eva et Gideon. Les révélations d'Eva ont été abordé de manière si maladroite qu'elles n'ont eu pour seul effet que de me laisser de glace. J'ajouterai également que cette romancière a eu aussi tendance à user de détails plus que superficiels lors des descriptions qui à la longue alourdissait tout l'ensemble de son texte.
Passons dès à présent aux personnalités donnant vie à ce roman.
Honneurs aux dames, faisons entrer l'héroïne et qu'avons-nous là ?
Avec toutes les qualités que j'avais lu sur Eva Tramell je m'attendais donc à les retrouver fidèlement, hélas que de désillusions. Jeune femme assez drôle au début de l'histoire dû à des réparties amusantes de son cru mais également dû à sa malchance et maladresse légendaire, j'ai néanmoins très vite déchanté lorsque la demoiselle a accepté l'offre de Gideon. Lors de mes lectures j'attends en générale que les personnalités gardent une certaine cohérence dans leur caractère et action. Pour exemple, l'épisode de la limousine qui arrive subitement, sans préambule et surtout au vu des résolutions qu'avaient pris Eva, cette scène s'avère donc pas vraisemblable pour un sous. Une héroïne qui m'a donc au fur et à mesure de mon avancée de lecture, excédé, fatigué et tout simplement déçu. Ses réactions disproportionnées n'ont eu de cesse de me lasser, passant de la jeune femme ne pensant qu'au sexe à la jeune fille mièvre étant follement amoureuse de son Gideon, sans oublier ses périodes hystériques et pas vraiment justifiées. Je ne doute pas de l'intelligence de cette héroïne car Eva a été également capable de prendre de bonnes décisions et d'agir pour le bien de ceux qu'elle aime, je pense juste que la plupart du temps son intellect a hélas migré bien plus bas…Un point commun la rapprochant indubitablement de Gideon Cross.
Je ne vois absolument pas quels sont ses points communs avec Grey car il n'est à mes yeux absolument pas dominateur comme pouvait l'être son « ainé ». Il sera d'ailleurs la plupart du temps plus la victime d'Eva que l'inverse. Dès sa malheureuse entrée en scène je n'ai hélas ressenti aucune attraction pour ce personnage masculin, bien que décrit de manière alléchante je n'ai pas été conquise. Un personnage s'étant avéré dépourvu de charisme et dont les tactiques d'approches laissent à désirer voir effrayer. Concernant son caractère je l'ai trouvé bien trop fade et également incohérent dans ses actions. On passe trop vite de l'homme froid et un tantinet manipulateur au Gideon fous amoureux prêt à tout pour que sa relation marche. Que dire de sa part sombre, je dirai juste un autre cliché que l'on évente bien trop vite. J'ai néanmoins été déstabilisé par son instabilité mentale concernant certaines de ses actions à la fin comme « La chambre d'Eva ».
Abordons à présent le couple. Comme je l'ai cité plus haut, même si la plume de l'auteur est agréable, une écriture certes fluide mais sans émotion n'est pas intéressante, car pour moi ce qui prime ce sont les sentiments et l'empathie, sans cela un livre se révèle sans d'âme.
Sylvia Day est d'après moi totalement passé à côté de son sujet. J'avais lu que le couple était plus approfondi et réaliste, je répondrai de manière négative à ces deux affirmations. Citons la manière dont Gideon aborde personnellement Eva la première fois, où est le réalisme ici ? Oui on est certes dans une fiction mais il y a des limites. Parlons de ses attentes et revirements en un laps de temps très court. Ce couple ne s'est avéré ni naturel et encore moins crédible. Certaines scènes apparaissant de temps à autre sur joué voir trop théâtrales. Ce livre était censé être une romance mais pour ma part je ne l'ai jamais perçu telle qu'elle. Pour qu'une romance érotique fonctionne il faut qu'un minimum de tension perdure entre le couple et ce du début à la fin, dans le cas contraire les scènes érotiques se révèlent mécaniques et redondantes, ce qui fut le cas ici. Sylvia Day a fait le choix de trop précipiter les évènements quant à former son couple, une fois ceci fait les scènes de sexe vont s'enchainer pour un oui pour un non comme si c'était leur unique moyen de communiquer et solution à leurs problèmes... Des scènes charnelles très détaillées limite pornographiques dont le langage cru et vulgaire nous bercera jusqu'à la fin. du sexe pour du sexe justifiant leur simple présence lors de disputes, réconciliations, punitions et autres excuses.
Sylvia Day n'est pas parvenue à faire évoluer de manière réaliste ce couple car nous passons d'une relation sulfureuse assumée à une romance clichée et guimauves très rapidement, et dont les déclarations se veulent vide de sens. L'auteur a également usé de prétextes gratuits et superficiels pour mettre un semblant de doute dans la relation entretenue par Eva et Gideon, de quoi se mettre des bâtons dans les roues inutilement.
Concernant les personnages secondaires, rien de bien joyeux à l'horizon, que cela soit l'amoureuse de Gideon qui attend qu'il fasse enfin attention à elle, le meilleur ami bisexuel d'Eva très présent , protecteur mais également autodestructeur et l'ex de Gideon nous aurons également à faire à des clichés sur pattes, peu de réjouissance de côté-là non plus.
Là ou « Cinquante nuances » m'avait emballé j'ai peiné à m'intéresser à « Dévoile-moi » et été nullement transporté par cette romance érotique vraiment trop cliché, invraisemblable et pas naturelle.
"Dévoile-moi" s'est avéré être une amère déception dont j'ai peiné à en voir le bout. Entre scènes de sexe gratuites, répétitives, trop détaillées et psychologies des personnalités invraisemblables, j'ai tout bonnement saturé. Quant au couple il n'a eu de cesse de m'exaspérer et le manque probant d'émotion a anéantis mes maigres espoirs. Une saga que j'éviterai désormais sans regrets.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          296
Supermaman64
  23 juin 2020
Attention: si vous vous appelez Gideon ne lisez pas cette critique !
C'est quoi ce délire ? Gideon (le personnage principal) c'est le Marcus américain ? Ce prénom a vraiment titillé des lectrices ? Il n'y a que moi qui pense, au mieux, au dessin animé avec le canard et au pire à un personnage de BD? Mauvais choix stratégique (désolée Gideon). Bref si j'ai mis un temps fou à essayer d'imaginer le fameux beau gosse et à lui enlever sa tête de canard. J'ai aussi eu sacrement peur de retrouver Monsieur 50 nuances qui lui ressemble un peu beaucoup au départ. L'histoire se lit vite, m'a parfois amusée et m'a bien distraite. de là à dire que je vais rêver de Gideon... Pourvu qu'il se fasse appeler "Gid" dans la suite que je ne lirai pas tant j'ai été déçue.
Commenter  J’apprécie          443
trust_me
  05 mars 2013
J'aurais dû savoir que le « mommy porn », ce n'était pas pour moi. Mais comme je ne veux pas mourir idiot, j'ai tenté. Pas avec 50 nuances de Grey mais avec Dévoile-moi, un autre roman qui deviendra lui aussi à n'en pas douter un classique du genre d'ici peu.
Le pitch tiendrait sur un timbre alors je vous la fais courte. Un beau mec richissime rencontre une jeune stagiaire. Ils tombent amoureux, copulent comme des bêtes et vivent une belle histoire. Quoique, les choses ne sont pas si simples, chacun cache en lui des fêlures et des traumatismes au moins aussi profonds que l'amour qui les unit (blablabla et blablabla…).
Le mâle dont on parle se prénomme Gidéon (oui je sais c'est spécial comme prénom. Ça me rappelle le canard Gédéon dans la BD de Benjamin Rabier). En gros, c'est l'homme parfait : incroyablement séduisant, incroyablement friqué, incroyablement bien monté, incroyablement bon au pieu. En fait, il se situe entre le prince charmant et le personnage de science fiction.
Soyons clairs, l'idylle de ces deux tourtereaux vivant dans les quartiers chics de New York et navigant d'apparts sublimes en soirées fastueuses n'a strictement aucun intérêt (de mon point de vue du moins). Heureusement qu'il y a quelques scènes vraiment hot pour pimenter le tout. Je crois que c'est le coté « romance » que je ne supporte pas. Normal me direz-vous, c'est du « mommy porn », pas du « daddy porn ». Disons que j'ai lu ce bouquin comme je regarde un film de Marc Dorcel, c'est-à-dire en appuyant constamment sur la touche avance rapide de la télécommande pour me concentrer sur les moments les plus croustillants (oui, « concentrer », c'est le mot juste).
Je crois que le problème majeur tient au fait que le narrateur est une narratrice. Son récit à la première personne nous apprend que les biceps de Gidéon sont d'une « dureté minérale », que son abdomen est « aussi rigide qu'une planche », que ses épaules sont larges, ses hanches étroites, etc. Et encore je ne vous parle pas de sa voix, de ses yeux ou encore de la taille de son sexe… C'est bien joli tout ça mais elle ressemble à quoi Eva ? Tout juste apprend-on qu'elle est blonde et que ses seins sont lourds. Un peu léger pour se faire une idée. Vous me direz, on s'en tape de son physique quand on est une lectrice hétérosexuelle. Pas faux, je m'incline.
On est donc ici face un texte écrit par une femme pour les femmes. Il faut décidément tout compartimenter de nos jours. Après la Chick Lit et la Bit Lit, nous voici avec un nouveau genre. La chercheuse Françoise Hache-Bissette parle de Clit Lit. Plutôt bien trouvée comme appellation. Ça me parle davantage que le « Mommy Porn » et au moins je sais avant même de commencer que ce n'est pas pour moi.
Je préviens donc d'avance la première blogueuse qui lancera le challenge Clit Lit : je ne m'inscrirai pas ! Par contre je peux suggérer comme logo L'origine du monde de Courbet (soyons glamour jusqu'au bout).
Lien : http://litterature-a-blog.bl..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          301
ordinary_reader
  01 juin 2016
Comme vous l'aurez remarqué (mes fidèles Babeliophiles), je suis une lectrice plutôt ouverte au multi-genres, exception faite pour les polars et la SF...
Bref, en surfant sur la vague actuelle des "sagas érotiques", une copine m'avait conseillée Sylvia Day pour sa plume, lorsque je lui avais fait part de mon (cruel) désappointement à la lecture de 50 nuances de Grey (!).
Curieuse, entière, et détestant m'auto-censurer, j'ai acheté la fameuse trilogie à succès. Ce n'est pas par forfanterie, encore moins par "élitisme littéraire", mais je n'ai jamais pu dépasser la moitié du premier tome (alors que j'avais lu 50 N... jusqu'au bout des trois tomes, pour connaître l'issue de cet imbroglio speudo-amoureux).
J'ai encore eu l'impression de répétition d'un scénario-type, avec sa dose de faux-pathos et de contradictions, et puis du sexe toutes les deux pages pour "combler les trous" (excusez-moi, mais c'est un euphémisme !).
Il m'est heureusement arrivée de lire des scènes brûlantes d'érotisme, que ce soit dans la littérature classique ou contemporaine, via des subtilités littéraires ou des évocations irrésistibles, laissant la part BELLE à l'imaginaire.
Ne vous méprenez pas, je ne fustige pas ce nouveau genre de "porno soft", comme il a été nommé dans les tabloïds, ni l'engouement qui l'accompagne, je dis seulement qu'il ne me convient certainement pas, à moi...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          3010
Melvane
  09 décembre 2012
Que dire par rapport à ce livre ... Je suis septique. Pas déplaisant mais il ne casse pas des briques non plus.
Après avoir lu les "50 nuances de Grey", on m'a conseillé "dévoile-moi" qui d'après les "on-dit", était beaucoup plus "mature" et "intelligent". Il est vrai que l'écriture est beaucoup plus travaillée, agréable à lire. Pas de répétition incessante, de conversation bateau et d'irritation au niveau de l'immaturité du vocabulaire. Fluide et prenante, je n'ai rien à dire sur la plume de l'écrivaine.

Concernant la maturité, en effet, l'histoire était nettement plus "psychologique" et "humaine" que celle de Grey. J'ai même envie de dire, qu'une certaine angoisse est née durant le livre qui ne s'est pas dispersée au fil des pages. Elle était là, récurrente et à chaque chapitre, j'avais envie de souffler tellement la relation des deux personnages est destructrice. Donc Mature ? Oui, même si l'amour rend indéniablement idiot. Je suis une femme, j'aime tout ce qui est fleur bleue, intense et profond (bla-bla-bla) mais certains aspects de ces livres à tendance érotiques, me dépassent. Cette soumission des sentiments est parfois, comment dire ... Idiote. Oui, il n'y a pas d'autre mot.
Les personnages sont très intéressants. Gideon est un homme souffrant d'un passé dont on a beaucoup de mal à réaliser, tellement les indices sont infimes. Une maison qui lui déplaît, un père qui s'est suicidé alors qu'il n'avait que 5 ans, une sensation de ne pas pouvoir être aimer, une mère un peu trop protectrice qui apparemment aime les petits jeunes ... Voilà tout ce que j'ai retenu. Eva se pose les bonnes questions pourtant. Si elle ne se laissait pas constamment dominer par le "sexe" et cette attirance hors norme envers Gidéon, elle pourrait très probablement résoudre le soucis de cet homme, intelligemment tout en cessant d'offrir son corps à tout va ... Si l'écrivaine voulait nous maintenir dans le "suspens", je vais dire que c'est réussit mais cela en devenait presque pesant. Des "ne me quitte pas", "ne pars jamais" ... C'est désespéré, c'est éprouvant pour cette femme qui l'aime mais au bout d'un moment, on a envie qu'elle se rebelle et qu'elle le force à parler, qu'il crache enfin son venin et son passé. Mais bon, apparemment, elle ne veut pas le brusquer. c'est une solution mais difficile à lire quand même ... Bref, attendons de voir la suite, afin de savoir si elle va tenter de dénouer un peu ce mystère chez Monsieur Cross.
Un personnage qui m'attire et que je trouve exceptionnel est Cary, le colocataire de Eva. Une tonne de question plane au-dessus de lui. Une adolescence triste, avec des soucis incurables comme il le dit lui même. Il est encore dans un tourment dont il n'arrive pas à en sortir. Il est amoureux mais fout tout en l'air ... ça prône bien le manque de confiance au bonheur que lui offre la vie avec cette crainte que si il s'y attache, on va le lui reprendre. Espérons aussi que Eva pourra l'aider, se concentrer sur ce garçon qui a toujours été là pour elle ... Se serait bien.
Malgré tout ces petits points, je trouve l'histoire banale. Des problèmes psychologiques, beaucoup d'argent en jeux, de la domination, de l'amour, c'est en soit une histoire qui ne pète pas des flammes mais qui demeure néanmoins intéressante au niveau des acteurs. J'aime ce côté très "dépressif", qu'il faut gratter pour en connaître les réponses. On aime ou on aime pas; j'ai adhérer mais sans plus. Peut-être voulais-je plus d'indices afin de me faire une idée. Là, je suis un peu paumée, je l'avoue.
Alors, une chose que j'ai relevé, depuis que je me suis lancée dans des histoires à caractère érotique, c'est que la plupart des "hommes" à "soucis" rejettent leur mal être dans les relations sexuelles, comme une échappatoire, comme si cela était nécessaire à les rendre important, comme si ils dominaient le monde à leur manière. C'est fou quand même cette façon de voir les choses. Les hommes viennent de mars et les femmes de Vénus, c'est dans de tels romans que nous découvrons que c'est VRAI. C'est un petit point qui m'a fait rire ...
Je vais attendre le second tome, le lire et peut être que les idées de base que je me fais, changeront, trouveront un chemin autre que cet avis sans grande réaction que je me fais. Je le conseille pour ceux qui n'ont rien à faire de leur journée, mais attention, il reste un peu prise de tête dans le sens où il est difficile d'être "bien" en lisant un tel livre. On entre dans leur monde et par la même occasion, dans leur problème qui, cela va sans dire, sont prenants, quand même.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          150

Citations et extraits (130) Voir plus Ajouter une citation
CrunchesCrunches   09 décembre 2012
Prétendre que nous étions vierges aurait été ridicule, et pourtant, d’un point de vue émotionnel, nous l’étions bel et bien. Nous avancions à tâtons dans l’obscurité, trop impatients, le sol se dérobait sous nos pieds, nos fragilités nous rattrapaient, nous cherchions à impressionner l’autre et nous passions à côté de détails essentiels.
Commenter  J’apprécie          310
AnalireAnalire   20 mars 2013
Tu sais comment c'est - il y a des mecs très beaux qui n'ont aucun effet sur tes hormones et des types quelconques qui te mettent les sens en ébullition.
Commenter  J’apprécie          461
justineevaleojustineevaleo   28 mars 2013
- Un instant, Eva m'arrêta Cross en m'attrapant par le coude. Elle vous rejoint tout de suite, ajouta t-il à l'intention de Mark tandis que les portes se refermaient sur le visage ahuri de mon patron.
Cross demeura silencieux le temps que l'ascenseur amorce sa descente.
- Tu couches avec quelqu'un ? demanda-t-il en pressant de nouveau le bouton d'appel.
La question avait été posée avec une telle désinvolture que je mis un moment à comprendre et que je ne réalisais même pas qu'il m'avait tutoyée.
Je pris une brève inspiration.
- En quoi cela vous regarde-t-il ?
Il me fixa et je retrouvais dans son regard ce que j'y avais vu lors de notre première rencontre - puissance hors norme et contrôle d'acier. Je reculais involontairement. Comme la première fois. Cette fois, cependant, je ne tombai pas à la renverse - j'étais en progrès.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70
MelvaneMelvane   08 décembre 2012
Il y a des mecs très beaux qui n'ont aucun effet sur tes hormones et des types quelconques qui te mettent les sens en ébullition. Lui, il a bon partout !
Commenter  J’apprécie          280
MelvaneMelvane   08 décembre 2012
J'étais partagée entre mon inquiétude à son sujet et mes certitudes chèrement acquises en thérapie. Des certitudes qui m'assuraient que sa stratégie de survie n'était pas de celles que je supporterais. Je savais que le chemin de la guérison était pavé de douloureuses vérités. Pas de mensonges et de déni.
Commenter  J’apprécie          120

Videos de Sylvia Day (4) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Sylvia Day
Vidéo enregistrée le samedi 23 mars 2013 au Salon du Livre de Paris
Le succès planétaire de la romance érotique semble réaffirmer le pouvoir de l'union du sexe et de l'amour. Les pratiques sexuelles, dont l'humanité a achevé la libération, apparaissent pour ce qu'elles sont : des dispositifs à produire des sentiments. Comment expliquer l'engouement pour la mise en récit de ces nourritures terrestres ?
Avec Sylvia DAY (J'ai lu), Stéphane MARSAN (Bragelonne), Sylvie GAND (www.blue-moon.fr), Ghislaine PARIS (Albin Michel) Animée par Murièle ROOS (Femme Majuscule)
autres livres classés : érotiqueVoir plus
Notre sélection Roman d'amour Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura





Quiz Voir plus

Les Amants de la Littérature

Grâce à Shakespeare, ils sont certainement les plus célèbres, les plus appréciés et les plus ancrés dans les mémoires depuis des siècles...

Hercule Poirot & Miss Marple
Pyrame & Thisbé
Roméo & Juliette
Sherlock Holmes & John Watson

10 questions
4512 lecteurs ont répondu
Thèmes : amants , amour , littératureCréer un quiz sur ce livre