AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2843441390
Éditeur : Le Bélial' (14/01/2016)

Note moyenne : 3.74/5 (sur 86 notes)
Résumé :
Bangkok. Demain.
Le régime politique vient de changer.
Le dérèglement climatique global a enfanté une mousson qui n’en finit plus.
Dans la mégapole thaïlandaise pour partie inondée, un assassin implacable s’attaque à la facette la plus sordide du tourisme sexuel. Pour le lieutenant Tannhäuser Ruedpokanon, chargé de mettre fin aux agissements de ce qui semble bien être un tueur en série, la chasse à l’homme peut commencer. Mais celui que la press... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (41) Voir plus Ajouter une critique
Foxfire
  20 juin 2016
152 pages, top chrono ! "Dragon va vite, très vite. C'est à la fois sa force et sa faiblesse.
J'ai tendance à penser que la concision est une qualité pour un thriller. le tout petit format de "Dragon" vient confirmer cette idée. le récit est terriblement efficace, la tension permanente. En allant à l'essentiel, Thomas Day propose un roman à l'allure de thriller épuré qui s'avère très prenant.
La concision de "dragon" est aussi sa faiblesse. Trop court, les personnages ne sont qu'esquissés alors qu'ils étaient passionnants. L'intrigue va trop vite elle aussi, elle aurait mérité plus d'ampleur, certains aspects auraient pu donner lieu à des développements très intéressants. En fait, j'ai un peu eu l'impression de lire le condensé d'un super roman.
N'allez pas croire pour autant que je n'ai pas aimé "dragon". Après tout, si je n'en ai pas eu assez, c'est bien que ce que je lisais me plaisait. de plus, ce n'est pas si souvent qu'un auteur s'attaque au sujet délicat de la prostitution des enfants. Et Thomas Day s'y attaque frontalement ; les adeptes du tourisme sexuel, les maquereaux, les flics trop peu actifs... tous en prennent pour leur grade. Quant à la façon dont est traité le tueur de pédophiles, il est particulièrement intelligent, l'auteur faisant preuve d'une finesse inattendue et évitant toute facilité. Bien sûr, le lecteur se range de son côté, prend même plaisir à le voir tuer des ordures, le récit faisant office de catharsis, mais pour autant Day nous rappelle que ce genre de croisade vengeresse ne résout rien grâce au très beau personnage de la présidente d'une ONG qui dira, en larmes, à Dragon : "vous n'êtes pas la solution".
En bref, un petit roman coup de poing qui, à mon goût, aurait mérité d'être plus étoffé mais qui a rempli son objectif, celui de me secouer à travers un récit riche en tension.
Challenge Petits plaisirs 2016 - 27
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          420
boudicca
  15 février 2016
Après un recueil de nouvelles coup de poing consacré aux violences faites aux femmes de part le monde (« Women in chains »), Thomas Day s'attaque avec « Dragon » à un sujet tout aussi terrible : la prostitution des enfants en Asie du sud-est. le continent asiatique avait déjà à plusieurs reprises servi de décor à l'auteur (« La voie du sabre » ; « La cité des crânes ») qui opte cette fois pour une Thaïlande en tous points fidèles à la notre si ce n'est que des dérèglements climatiques y ont provoqué une inondation partielle des terres. Pour circuler à Bangkok on emprunte désormais aussi bien pédalos et jet-ski que voitures et motos ! C'est dans cette capitale prisée des étrangers occidentaux en quête de toutes sortes d'expériences sexuelles (plus ou moins légales) qu'un certain Dragon entame une carrière de serial-killer. Ses cibles : des pédophiles profitants allégrement de la corruption locale et de la tolérance des autorités pour abuser de mineurs dans les bordels clandestins qui pullulent dans la capitale. Commence pour Tann Ruedpokanon, le policier en charge de l'enquête, une plongée éprouvante dans les bas-fonds de Bangkok et ses trafics les plus odieux pour tenter de comprendre les motivations de ce sanglant justicier.
Thomas Day a depuis longtemps habitué ses lecteurs à un style assez cru et « Dragon » ne fait pas exception à la règle. Aucun détail sordide ne nous est épargné et c'est justement grâce à cette brutalité parfois presque insoutenable que l'auteur parvient à communiquer au lecteur toute sa rage devant l'infâme trafic dont sont victimes aujourd'hui encore des milliers d'enfants en Asie du sud-est. Difficile en effet de ne pas bouillir d'indignation et de colère devant l'impunité dont jouissent ces riches touristes, protégés plus ou moins intentionnellement par les autorités locales qui manquent de moyens ou de volonté pour tenter d'endiguer le phénomène dans une ville bouffée par la corruption. « Le fric vient du trafic, et si y'a des vagues le trafic plonge, alors y'a pas de vague. » L'auteur met aussi l'accent sur des éléments d'ordre culturel qui permettraient d'expliquer en partie la prolifération impressionnante des réseaux de prostitution infantile dans cette partie du monde. L'image donnée ici de la capitale thaïlandaise n'est évidemment pas très flatteuse même si on reste quelques fois saisis par l'exotisme ou la magie qui se dégage de tel endroit ou de telle légende.
Un roman court mais marquant dans lequel Thomas Day s'attaque avec sa férocité habituelle au douloureux sujet de l'exploitation sexuelle des enfants sur le continent asiatique. A noter que « Dragon » inaugure avec « Le Nexus du Docteur Erdmann » de Nancy Kress la toute nouvelle collection « Une Heure Lumière » lancée par les éditions le Bélial' qui entend ainsi mettre en avant des textes courts mais ambitieux faisant la part belle à l'émerveillement.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          332
Tatooa
  16 juin 2016
Un livre que certains de mes potes Babelio et SC ont tellement bien noté que je l'avais mis dans mes tablettes sans même lire le résumé. Une lecture commune Babelio plus tard, bah, c'est un bouquin dont on ne sort pas indemne, quel que soit son passé, je pense.
Je vais reprendre un comm' que j'ai posté sur l'avis d'une amie Babelio et qui explique déjà l'essentiel :
" Tout ça me touche perso. J'ai vécu un truc dans le genre enfant. J'ai un dragon tatoué sur le bras. Et j'aurais été prête à tuer quiconque touche à un des miens, d'enfant. Autant dire que ce bouquin me prend au tripes."
Autrement dit, j'ai été "immergée" dans cette histoire de par la mienne. Et dans ce Bangkok glauquissime et noyé par la pourriture, qui dégoûte et fascine à la fois, d'où on a du mal à se tirer une fois plongé dedans. Vous vous doutez bien que je me suis gravement identifiée à "Dragon", forcément.
L'écriture de Day est brutale, sans concessions, sans fard. S'il s'est "adouci", c'est à se demander ce que c'est dans ses livres précédents (et si j'ai vraiment envie de les lire, du coup, lol).
On est dans l'horreur jusqu'au cou, et la préoccupation première de l'auteur n'est pas de nous épargner, mais d'en mettre plein la tronche au lecteur.
Finalement, la SF et le Fantastique ne sont pas du tout les sujets principaux de cette novella. Les sujets principaux, ce sont les enfants et ceux qui abusent d'eux. Et ça, c'est pas un sujet extraordinaire, c'est juste la vie de milliers d'enfants maintenant. Là de suite. Et des pourritures qui leur font les pires horreurs, là de suite. Et des pourritures qui en tirent du fric. Là. Maintenant.
Je savais déjà que certaines traditions impliquent l'exploitation sexuelle des enfants, ce qui sera sans doute une surprise pour certains. Les êtres humains sont très doués pour faire passer leurs vices pour des choses normales, voire "obligatoires". Traditions de merde, humains de merde. Je ne suis pas particulièrement violente (Je ne suis plus, c'est plus proche de la réalité). Mais comment ne pas détester le genre humain, quand on sait ça ? Comment ne pas se dire que tout ce qu'on mérite, c'est l'extinction. L'être humain est la seule race animale dont l'adulte est prêt à détruire et/ou exploiter sa propre progéniture... Alors je sais pas si un jour je pourrais échapper à ces pensées pas très gaies sur la race humaine. Je ne sais vraiment pas...
Je peux pas dire que ce livre soit un coup de coeur. Mais c'est un livre fabuleux.
Quant au côté fantastique et l'identification d'une victime à un dragon vengeur, mais surtout plus jamais victime, je ne peux en dire qu'une chose : c'est exactement ce que j'ai fait avec mon tatouage. du coup, on en vient à se poser des questions sur tous les gens qui ont un dragon tatoué sur eux, hein ?! Et il y en a un paxon...
Quant au parallèle entre Tann et Dragon, ainsi que la fin tout à fait bien tournée et qui pose question, j'ai vraiment adoré.
Je n'ai pas compris les chiffres en début de chapitre, s'il faut reprendre à un moment le livre en les suivant. Apparemment non d'après ce que nous a dit Domi_V, c'est juste comme ça que T. Day a écrit le livre, façon puzzle... ! Oo
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          317
kuroineko
  04 janvier 2019
Avec Dragon de Thomas Day pour inaugurer leur collection Une Heure-Lumière, les éditions Bélial ont frappé un grand coup et mis la barre haute pour les suivants. L'illustration de couverture, sobre et puissamment évocatrice, est une belle réussite d'Aurélien Police.
Thomas Day nous entraîne dans la moiteur glauque d'un Bangkok où la montée des eaux suite au dérèglement climatique a envahi une partie importante de la ville et menace le reste. Pourtant le tourisme sexuel continue de prospérer et les mineurs prostitués sont des milliers. Dans ce contexte surgit un meurtrier sauvage et violent, surnommé Dragon, qui massacre dans un bordel transitoire proxénètes et clients pédophiles. Sur leur cadavre, une carte de visite sans texte, portant juste l'image d'un dragon façon tatouage tribal.
Tannhaüser Ruedpakonon (et pas Redpokemon!!!), inspecteur de la police touristique, est mis sur le coup et va de surprise en surprise.
Un roman tellement prenant qu'il en est trop court. J'aurais aimé plus d'approfondissement sur les personnages et certains points de l'intrigue. D'un autre côté, cette concision est aussi la garantie du suspense crescendo de ce thriller d'anticipation, avec une pointe fantastique.
Thomas Dray construit son récit non pas de façon linéaire mais en éclatant l'histoire et en mélangeant l'ordre des chapitres, et donc des faits et révélations. le format novella empêche de s'y perdre et rend la lecture attractive.
J'en arrive maintenant au coeur-même de l'intrigue : la dénonciation du tourisme sexuel en Thaïlande, et dans les pays du sud-est asiatique en général. Et plus particulièrement de la prostitution pédophile. Thomas Day n'use pas de circonvolutions et décrit crûment, sans fard, la réalité. Il dépeint ainsi la journée type des touristes occidentaux : visite d'un temple sacré dans la journée, dîner dans un grand restaurant et viol de petits garçons ou petites filles moyennant quelques centaines de baths dans la soirée. Abject, dégradant, inhumain, nauséabond et je pourrais poursuivre la litanie de ce que ces touristes m'inspirent. Comment ne pas accueillir les actes du Dragon avec bienveillance, lui qui déclare en finir avec l'impunité, à sa manière forte? Ça n'est certes pas LA solution mais face à la corruption et l'incurie des autorités, il y a de quoi se poser des questions.
Dragon m'a rappelé la déchirante lecture de l'ouvrage Enfants prostitués en Asie de Franck Pavloff.
Pour une première rencontre avec la prose de Thomas Day, j'en ressors ébranlée et marquée par le thème. Mais aussi avec l'envie de découvrir plus avant l'univers littéraire de ce prolifique auteur, tant romancier que nouvelliste.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          200
Igguk
  11 janvier 2016
Pour démarrer 2016 en grandes pompes, les éditions du Bélial' lancent une collection toute neuve dès le 14 Janvier : « Une heure lumière ». La particularité de celle-ci est de publier des romans relativement courts (entre 100 et 200 pages), on peut aussi appeler ça des nouvelles longues, on sait pas trop. Les anglo-saxons s'emmerdent pas, ils ont un mot exprès, c'est un « novella ».
Ce format, un poil moins répandu chez nous (même si certaines parutions existent, comme les librio à 10 boules de quand j'étais pitit), semble être une source de petites perles cachées, d'expérimentations farfelues et de textes intenses dans la littérature de genre. La première parution sous ce label est un texte inédit de l'auteur français Thomas Day, qui a déjà sorti une tripotée de trucs mais dont je n'ai lu que l'excellente nouvelle Noc-kerrigan parue dans Bifrost 76 (Bifrost c'est bien, lisez Bifrost). Ça sera donc une bonne occasion pour voir si je vais encore ajouter un auteur à ma liste beaucoup trop longue de gens à suivre.
Dragon se déroule à Bangkok dans un avenir proche. le pays vient de changer de régime politique et le dérèglement climatique a provoqué l'inondation d'une partie de la ville, où les tuk-tuks ont étés troqués contre des jetskis et des barques. C'est dans cette cité qu'un assassin va s'attaquer aux proxénètes et aux clients d'un tourisme sexuel ignoble. le lieutenant Tannhäuser Ruedpokanon va être chargé d'arrêter le meurtrier en toute discrétion, le nouveau gouvernement ne souhaite pas faire de vagues car le tourisme redémarre à peine. Tann va donc utiliser sa connaissance des bas-fonds et des bars louches thaïlandais pour poursuivre le criminel, celui qu'on appelle Dragon.
Thomas Day nous dépeint un milieu bien sordide, celui du tourisme sexuel et de la prostitution de mineurs. Franchement, il y va pas avec le dos de la cuillère, c'est violent et dérangeant mais juste ce qu'il faut. le roman n'édulcore pas mais ne tombe pas dans le malsain inutile, j'ai apprécié ce sens du dosage dans le morbide (un petit meurtre bien sale au petit déjeuner, c'est toujours revigorant, n'est-ce pas ?). Chaque scène a un sens et un but, c'est pas du glauque pour le sensationnel. On nous pose également un contexte : Avec des scènes rapides montrant les représentants du gouvernement et d'ONG, on a un aperçu des enjeux politiques et économiques du problème. Ils essayent de lutter contre ça, tout en restant discrets pour que le tourisme « normal » continue de tourner.
Le personnage principal, le lieutenant Ruedpokanon, est le point fort du livre. Loin des super-flics habituels, on le suit dans les coins sombres de Bangkok et on comprends vite qu'il connait bien le milieu de la prostitution et des bars à « ladyboys ». Son passé et sa personnalité sont présentés avec beaucoup de subtilité malgré le background pesant. L'auteur nous parle de sexe, de transsexuels, de « déviance », sans jamais être moralisateur. Tann apparait comme un être humain errant dans un monde horrible, y cherchant sa place et un idéal bien à lui. L'affrontement entre ce personnage et Dragon est le point central du récit, tout est construit pour mener les trajectoires de ces deux protagonistes l'une contre l'autre.
Mais on n'a pas vraiment affaire à un thriller gore classique car une petite touche de fantastique plane sur l'histoire (on est chez le Bélial' hein…), un côté mystique va prendre le pas mais encore une fois, la subtilité est de mise et tout fonctionne parfaitement ensemble. le format du livre permet une histoire qui va vite, Thomas Day joue avec des ellipses bien placées et laisse quelques zones d'ombres dans sa construction légèrement éclatée, mais le propos reste intact, puissant. Dragon retourne le lecteur dans à peu près tous les sens.
J'ai toujours eu du mal à m'immerger dans les nouvelles courtes, mais le format adopté par « Une heure lumière » permet un bon compromis, on a le temps de poser l'ambiance et les personnages, de jeter une intrigue et de donner les clés au lecteur avant de le laisser se démerder avec tout ça. Ça fonctionne à merveille avec Dragon, et le nexus du Dr Erdmann de Nancy Kress, second livre de la collection, est déjà posé par très loin, attendant son heure.
Un mot sur le côté visuel, la collection se présente sur un format presque-poche (un poil plus grand) et des couvertures très graphiques concoctées par Aurélien Police. Il arrive toujours à nous pondre des visuels très classes et s'occupe des 4 premières parutions. Les couvertures des livres sont magnifiques et cohérentes entre elles, donnant son identité visuelle à l'ensemble de la collection. Cookie Monster et le choix sortiront le 11 février.
Lien : http://ours-inculte.fr/dragon/
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          161

critiques presse (1)
Elbakin.net   17 février 2016
Voilà typiquement une histoire vite lue, plus pour l’ambiance à part qui s’en dégage et le dépaysement qui va avec que pour un réel suspense sur le plan de l’enquête, mais certainement pas vite oubliée.
Lire la critique sur le site : Elbakin.net
Citations et extraits (20) Voir plus Ajouter une citation
boudiccaboudicca   30 janvier 2016
Depuis sa fondation au quinzième siècle, Bangkok a connu bien des quêtes. On raconte que nombre de trésors y ont été perdus ou cachés, que certains dieux y vivent, des déesses principalement, à l'abri des regards dans de grandes propriétés à la végétation luxuriante et aux innombrables fontaines. La capitale thaïlandaise compte autant d'histoires que d'habitants.
Commenter  J’apprécie          170
TatooaTatooa   12 juin 2016
Parfois, la presse nationale la surnomme "Pitbull Schwartz". C'est une femme culottée, chargée en magie, Dragon le reconnaît volontiers. Il a du respect pour elle. Beaucoup.
Si rien ne change, un jour Susan Schwartz sera assassinée, il ne peut en être autrement. C'est ainsi que "les problèmes de ce genre" finissent par se régler dans cette partie du monde. A trop remuer la merde, on y finit noyé.
Commenter  J’apprécie          150
DoVerdorieDoVerdorie   15 juin 2016
Cette ville [Bangkok] est pourrie jusqu'à la moelle, c'est la carcasse d'un chien rongé par les vers. Il ne peut plus mordre depuis longtemps, mais ses miasmes vous tuent à petit feu. C'est comme si on vous enfonçait dans la gorge un court tuyau d'arrosage relié au rectum d'un mort.
Commenter  J’apprécie          194
boudiccaboudicca   31 janvier 2016
Le fric vient du trafic, et si y'a des vagues le trafic plonge, alors y'a pas de vague. Le fric circule comme le sang d'un athlète, vite, il irrigue toute la société. Bangkok court le cent mètres trois cents fois par jour ; c'est une ville essoufflée, plus aigre que douce, trempée de transpiration, mais avec un cœur de bœuf, une pompe solide.
Commenter  J’apprécie          140
kuroinekokuroineko   03 janvier 2019
Cette ville est pourrie jusqu'à la moelle, c'est la carcasse aplatie d'un chien rongée par les vers. Il ne peut plus mordre depuis longtemps, mais ses miasmes vous tuent à petit feu. C'est comme si on vous enfonçait dans la gorge un court tuyau d'arrosage relié au rectum d'un mort.
Commenter  J’apprécie          80
Videos de Thomas Day (18) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Thomas Day
A l'occasion des Utopiales de Nantes 2018, rencontre avec Gilles Dumay autour d'Albin Michel Imaginaire.
Retrouvez les livres : https://www.mollat.com/Recherche/Editeur/0-71760/albin-michel
Note de Musique : Free Music Archive
Visitez le site : http://www.mollat.com/ Suivez la librairie mollat sur les réseaux sociaux : Facebook : https://www.facebook.com/Librairie.mollat?ref=ts Twitter : https://twitter.com/LibrairieMollat Instagram : https://instagram.com/librairie_mollat/ Dailymotion : http://www.dailymotion.com/user/Librairie_Mollat/1 Vimeo : https://vimeo.com/mollat Pinterest : https://www.pinterest.com/librairiemollat/ Tumblr : http://mollat-bordeaux.tumblr.com/ Soundcloud: https://soundcloud.com/librairie-mollat Blogs : http://blogs.mollat.com/
+ Lire la suite
autres livres classés : Bangkok (Thaïlande)Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr





Quiz Voir plus

Les plus grands classiques de la science-fiction

Qui a écrit 1984

George Orwell
Aldous Huxley
H.G. Wells
Pierre Boulle

10 questions
2616 lecteurs ont répondu
Thèmes : science-fictionCréer un quiz sur ce livre
.. ..