AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2714476139
Éditeur : Belfond (03/05/2018)

Note moyenne : 3.67/5 (sur 72 notes)
Résumé :
Amitié trouble sur fond de lutte des classes, ambition politique, homosexualité refoulée et violence sourde, un roman original, grinçant et particulièrement palpitant, quelque part entre le Monsieur Ripley de Patricia Highsmith, Le Dîner de Herman Koch et La Gifle de Christos Tsiolkas.
Martin Gilmour ne s’est jamais vraiment senti à sa place. Mais en réussissant à décrocher une bourse pour la prestigieuse Burtonbury school, ce fils unique d’une mère célibatai... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (48) Voir plus Ajouter une critique
viou1108
  22 mai 2018
Que s'est-il passé le 5 mai 2015 ?
Ce soir-là, Ben Fitzmaurice fête ses 40 ans en grande pompe avec sa sublime femme dans leur non moins somptueuse demeure de la campagne anglaise. Et avec, bien sûr, leurs 300 invités de prestige, le gratin de la sphère politico-culturo-médiatique britannique. Parmi eux, jurant un peu dans le décor, il y a Martin et sa femme Lucy. Martin et Ben sont les meilleurs amis du monde depuis le lycée. Ou, plus exactement, Martin voue un véritable culte à Ben depuis que celui-ci a pris sa défense, un jour parmi tant d'autres où Martin était - une fois de plus - la tête de turc de ses camarades. Ils ne sont pourtant pas issus du même milieu social : tandis que Martin, boursier, vient de la petite classe moyenne, élevé par une mère veuve, aigrie et pauvre, Ben est né les fesses dans le beurre dans une famille aristocratique richissime. L'un est mal dans sa peau, taiseux et inadapté socialement, l'autre est bourré d'assurance et de charisme. Il y a des amitiés plus évidentes...
Et donc, que s'est-il passé ce soir-là, qui soit suffisamment grave pour que Martin soit convoqué au commissariat trois semaines plus tard ? On l'apprendra par Martin lui-même, entre les chapitres où il relate son interrogatoire et ceux où il remonte le temps, de son enfance à la fameuse soirée du 5 mai. S'y intercale la version de Lucy, qui, par le biais de séances de psychothérapie, livre sa propre lecture, bien plus lucide, des événements et des comportements de Martin et Ben.
Ce n'est pas parce qu'il commence dans un commissariat que ce livre doit être rangé parmi les romans policiers. Il y a bien un coupable, un innocent et une victime, et cette vérité (ou ce mensonge) est la clé de cette « invitation ». Mais ce qui domine, c'est la critique acerbe de la classe sociale privilégiée, dépeinte comme cynique, vaine et prête à tout pour atteindre l'échelon supérieur du pouvoir politique et/ou financier. Amitié, pouvoir, amour, richesse, sont les enjeux ou les obsessions qui font courir les personnages. Loyauté, manipulation, hypocrisie ou secrets bien gardés sont leurs moyens d'action.
Si les personnages de Martin (amer, narcissique, un brin sociopathe) et de Ben (arrogant et opportuniste) ne provoquent pas la sympathie, celui de Lucy force presque l'admiration par tant d'abnégation et de loyauté. Les différences de ressenti dans leurs récits respectifs sont d'ailleurs piquantes et donnent le ton d'une intrigue efficace, dont la trame repose sur des non-dits et des faux-semblants. Bien écrit, bien construit, ce roman très british décrit finement la complexité des sentiments, surtout de ceux qu'on se cache à soi-même ou qu'on croit réciproques. Les illusions tombent, les lendemains déchantent. Mais la vengeance est un plat qui se mange froid...
En partenariat avec les éditions Belfond via Netgalley.
Lien : https://voyagesaufildespages..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          573
Annette55
  30 juillet 2018
Tout a été dit déjà, et pourtant ........Voici un roman espiègle, malin, construit de main de maître à l'humour grinçant tout britannique.
L'auteur , avec une incroyable dextérité nous offre une comédie sociale très réussie, sur fond de lutte des classes, argent et pouvoir , jalousie déguisée, désirs refoulés,amitié surfaite, ambition politique, hypocrisie , mensonges éhontés,, arrière - pensées malveillantes, et thé anglais frelaté sur fond de violence sourde.
Ironie, humour très noir et sens aigu de l'observation , construction parfaite entre polar et thriller psychologique nous tiennent en haleine du tout début à la fin.
On ne s'ennuie pas une seconde !
Différents allers et retours entre l'enfance , les études des protagonistes et aujourd'hui jalonnent un jeu de pouvoirs et de séduction , une sorte de puzzle débouchant sur un drame .
Tout commence par une rencontre au collége entre Martin, boursier maltraité , fils d'une mère célibataire sans le sou , Martin , fragile et sincére mais profondément trouble et menteur et Ben,fils de riches, un garçon brillant à qui tout réussit .......
Une amitiè fondée peut - être sur la pitié, pour l'un et l'envie pour l'autre ?
Ben se fait un nom en politique , Martin devient critique d'art .
Lors de la fête des quarante ans de Ben, le gratin est présent : pairs d'Angleterre, comédiens , chanteurs, animateurs radio, Premier Ministre , chefs de cuisine connus ........un décorum ....
Que s'est - il passé lors de cette soirée d'invitation?
Pourquoi une telle violence dans les mots ? Un tel déchaînement ?
COMMENT la fête dégénére t- elle ?
À partir d'une histoire d'ambition et de trahison , de tension palpable , de suspense , où la réflexion prend de l'épaisseur au fil des pages , l'auteur propose un final inattendu .
Cette comédie est addictive , irrésistible, à la fois généreuse et sombre, fine et nerveuse , intelligente et pleine d'esprit . Les phrases parfois drôles et les dialogues sont d'une justesse incroyable !
Une très belle découverte , je ne connais pas l'auteur mais quel talent !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          530
isabelleisapure
  24 juin 2018
Ce qui aurait dû être une agréable fête d'anniversaire, s'est rapidement transformée en descente aux enfers pour Martin et sa jeune épouse Lucy.
Dès le départ, quelque chose n'avait pas fonctionné, pourquoi des amis de longues dates, à qui la maison a toujours été ouverte, ont-ils été obligé de loger dans un modeste hôtel voisin alors que bien des chambres restaient disponibles dans la luxueuse maison de Ben et Serena?
Pourtant entre les deux hommes, il s'agissait d'une amitié durable et solide, c'est du moins ce que pensait Martin aveugle à la domination et à l'ambiguïté qui s'était installé peu à peu. Bien sûr, il y avait eu ce surnom De PO, petite ombre, qui lui collait à la peau pour lui rappeler ces années d'enfance et d'adolescence où Ben lui assurait une sorte de protection aussi indispensable que malsaine.
Lors de cette fête organisée dans un magnifique presbytère, demeure de Ben, les masques tombent comme si l'heure de régler les comptes avait sonné.
Une atmosphère lourde s'installe peu à peu, les épouses n'étant pas en reste par leurs réflexions acerbes pour accroître la tension ambiante.
Ce roman oscille entre polar et thriller psychologique, parfaitement maîtrisé, l'écriture est addictive.
Habilement construite, l'histoire se tricote à l'envers et débute le jour d'après, alors que Martin est interrogé par la police tandis que Serena, la jeune épouse de Ben est plongée dans le coma.
L'auteur réussit parfaitement à mettre à jour l'ambivalence entre les deux garçons, leur passé dans lequel ni l'un ni l'autre n'est parfait.
Les caractères des protagonistes sont minutieusement disséqués par la plume alerte et précise d'Elizabeth Day.
J'ai particulièrement aimé Lucy, épouse obéissante et apparemment soumise de Martin, qui est la seule finalement à avoir le courage d'exprimer la rancoeur qu'au fond tout le monde ressent.
Je remercie NetGalley et les Editions Belfond qui m'ont permis cette passionnante découverte.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          440
sandrine57
  29 juin 2018
Ben et Martin sont amis depuis les bancs du pensionnat chic qu'ils ont fréquenté dans leur tendre jeunesse. le beau, flamboyant, riche, populaire, Ben Fitzmaurice, issu d'une grande famille anglaise avait pris la défense de Martin Gilmour, pauvre boursier, introverti, orphelin de père, mis à mal par les brutes épaisses partageant son dortoir. Cette amitié a évolué au même rythme que les deux hommes qui aujourd'hui sont mariés, et épanouis professionnellement. Ben a épousé la belle Serena, lui a fait trois enfants et a repris les rênes de l'empire familial. Martin est critique d'art et écrivain, son dernier ouvrage a d'ailleurs remporté un franc succès, ce qui fait la fierté de la douce et discrète Lucy, son épouse. Mais les deux amis se voient moins ces derniers temps. Ben et Serena passent leur temps libre dans les Cotswolds où ils ont acheté et rénové à grands frais le prieuré de Tipworth pour en faire une somptueuse résidence secondaire. La pendaison de crémaillère se fera pour les 40 ans de Ben lors d'une soirée où se côtoiera tout le gratin londonien, journalistes people, politiques de premier plan, chanteurs à la mode, mannequins en vue. Et Martin et Lucy, mal à l'aise, nerveux, vexés d'avoir été obligés de loger dans un hôtel minable alors que la propriété compte de nombreuses chambres.
Le lendemain, Lucy est à l'hôpital, dans le coma, Ben à son chevet, Lucy dans une maison de repos et martin interrogé par la police. Et une question se pose : que s'est-il passé lors de cette fête qui se voulait exceptionnelle et de bon goût ?
Le sujet de l'amitié bancale qui unit deux êtres aussi dissemblables que possible, l'un ayant un ascendant certain sur l'autre n'est pas nouveau en littérature. Mais l'anglaise Elizabeth Day y apporte sa touche personnelle en nous livrant une satire sociale qui allie avec succès comédie et polar. Car oui, il y a bien tous les ressorts du roman à suspense dans cette invitation qui tourne au drame. La tension est maintenue tout au long du livre et, au fil des pages, les liens qui unissent les deux couples sont disséqués et mis à nu. Ce mélange d'amour, d'admiration, d'envie, de jalousie, de manipulation et d'attirance homosexuelle qui fait le ciment et aussi la tombe de l'amitié entre Ben et Matin qui, sous la plume de Day, sont tour à tour sympathiques ou détestables. Les femmes, ''pièces apportées'', tiennent le rôle de témoins de cette amitié. Mais pas de témoins muets. L'évanescente Serena sait dire tout le dédain qu'elle éprouve pour l'homme du peuple qui sert d'ami à son mari. Et la gentille Lucy ne mâche pas ses mots quand il s'agit de dénoncer l'égocentrisme et l'arrogance de ces nantis que Martin l'oblige à fréquenter.
Roman grinçant, critique et terriblement addictif, L'invitation est une réussite absolue, un moment de lecture qui réserve son lot de surprises et de révélations.
Un grand merci à Babelio et aux éditions Belfond pour cette passionnante lecture.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          390
scarlett12
  18 août 2018

Martin et Ben deviennent de grands amis à l'adolescence. Martin est boursier, fils d'une mère sans le sou et Ben issu d'une famille riche et aristocratique.
Martin est souvent invité chez les Fitzmaurice (chez Ben) où il envie le style de vie et l'affection qu'il reçoit (Il faut dire que sa mère est une femme froide et distante).
Martin voue un culte à Ben et en tombe amoureux. Rien ne peut séparer ces deux-là qui se sentent comme des âmes-soeurs ... Rien ? Si, la lutte des classes où finalement chacun se sert l'un de l'autre pour parvenir à ses fins ...et le temps qui met des épouses dans la vie des deux amis.
On ne peut pas dire que leur amitié cesse mais l'ambition de Ben va lui donner un tournant tragique. Et Martin qui voue une adoration sans bornes à Ben va se retrouver pris dans un piège insoupçonnable.
Un livre surprenant, bien écrit qui aborde des sujets aussi importants que l'amitié, l'amour, l'homosexualité, la différence de classes sociales, la trahison, les mensonges. Bref, un livre à lire, non pas un chef-d'oeuvre mais très intéressant et addictif. Ce n'est pas un polar même si ...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          450

critiques presse (1)
Actualitte   11 juillet 2018
Méfiez-vous de L'Invitation d'Elizabeth Day. Alors que le pouvoir et le désir, ces deux piliers silencieux, construisent et détruisent les liens, Martin, (im)pitoyable, nous conduit dans les souterrains parfois orduriers de l'amitié et de l'amour.
Lire la critique sur le site : Actualitte
Citations et extraits (20) Voir plus Ajouter une citation
scarlett12scarlett12   18 août 2018
C'est comme buter sur une pierre et se casser une jambe.
Parfois, le cours d'une vie peut changer en une seconde, parce que cette seconde n'existe pas isolée des autres : elle est reliée à la chaîne infinie de minutes, de jours, de semaines, de mois et d'années qui se sont écoulés auparavant. Mais cette seconde d'inattention vous met par terre.
Comme une maille ratée ruine l'écharpe qu'on tricote.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          310
Annette55Annette55   30 juillet 2018
"J'avais sous- estimé le pouvoir de séduction des Fitzmaurice.
Être près des gens comme eux------riches, privilégiés, beaux, égoïstes ------n'est pas bon pour l'âme.Ils ne s'intéressent qu'à eux tous en n'ayant que le mot "générosité "à la bouche..
Ils se fichent des autres. Non par méchanceté , mais simplement par manque d'imagination.
Ils ne savent pas comment nous vivons. Mais les plus impressionnables parmi nous-----les indaptés , les solitaires , les aigris et les vulnérables------se font emporter comme des nageurs trop faibles pur résister à la marée. Nous voudrions être à leur place et, en même temps, nous les détestons " ........
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          170
motspourmotsmotspourmots   21 mai 2018
Les riches font mieux la fête que nous autres. Ce n'est pas seulement l'argent ou l'assouvissement du moindre caprice, ni même les alcools et une nourriture de choix. C'est une qualité impalpable de l'atmosphère, l'excitation dans l'air. Le luxe nous électrise, plébéiens que nous sommes. Nous n'avons aucune envie de le reconnaitre, mais c'est bel et bien le cas. Nous sommes jaloux, oui. En notre for intérieur, nous sommes outrés par la prodigalité excessive, absurde, narcissique d'une fête comme celle du quarantième anniversaire de Ben Fitzmaurice. Mais l'argent a un pouvoir narcotique. Il vous fait planer. Oublier vos appréhensions. Vous vous sentez privilégié d'être là, vous êtes invité parce que vous êtes exceptionnel, comme si un minuscule fragment de feuille d'or d'une gigantesque statue tombait sur vous, et vous vous persuadez que vous faites partie de ce monde. Que pour une nuit, indubitablement, vous êtes un des leurs.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
brinvilliersbrinvilliers   27 juillet 2018
Je ne suis pas surprise par ce qui s'est passé. Je me sens mal à cause de ce que j'ai fait, bien entendu. Mais, je me demande si ce n'était pas inévitable. J'ai senti que quelque chose clochait dès que j'ai franchi les portes du prieuré, ce décor d'une extravagance ridicule. La soirée allait mal finir, çà ne faisait pas de doute. Et même si ce n'est pas une excuse, certains événements ont mené à ce que j'ai fait, et ces événements, ces affronts et ces déceptions remontent à des années et des années.
Je savais que Ben et Serena avaient une raison précise de vouloir que nous arrivions en avance. Ils avaient un plan, c'était évident. Ce n'est pas une simple invitation amicale. Je n'ai jamais été proche de Serena, et les relations entre Ben et Martin s'étaient rafraîchies au cours des mois précédents. La fréquence de nos dîners intimes à quatre dans leur maison luxueuse de Notting Hill avait diminué, à mon grand soulagement.
Ces dîners...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
verobleueverobleue   15 juin 2018
Comment Ben et moi sommes-nous devenus amis ? J’aimerais beaucoup vous raconter que c’était la rencontre naturelle de deux âmes sœurs, l’épanouissement organique de deux esprits jumeaux. Mais, en vérité, j’ai fait ce qu’il fallait pour le conquérir, comme s’il s’agissait
d’une campagne militaire. Je me fixais des objectifs précis, et chaque petite victoire représentait une étape supplémentaire vers mon triomphe final.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          80
Videos de Elizabeth Day (3) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Elizabeth Day
Elizabeth Day introduces THE PARTY
autres livres classés : homosexualitéVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr

Autres livres de Elizabeth Day (1) Voir plus




Quiz Voir plus

Freud et les autres...

Combien y a-t-il de leçons sur la psychanalyse selon Freud ?

3
4
5
6

10 questions
291 lecteurs ont répondu
Thèmes : psychologie , psychanalyse , sciences humainesCréer un quiz sur ce livre
.. ..