AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2369421746
Éditeur : Nouveau Monde (19/03/2015)

Note moyenne : 4.25/5 (sur 2 notes)
Résumé :
Le conflit qui a opposé Israël et l’Égypte en 1956 a pour toile de fond la crise de Suez, faisant suite à la décision du président Nasser de privatiser le canal et de fermer aux transports israéliens l'accès à la mer Rouge.
Au cours d'une campagne qui durera huit jours, l'opération "Kadesh," menée par les troupes israéliennes sous le commandement de Moshe Dayan, lance une offensive contre les forces égyptiennes le 29 octobre. Au même moment, les troupes franc... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (3) Ajouter une critique
moravia
  16 décembre 2017
C'est la dédicace de Moshé Dayan en page de garde qui m'a décidée d'acheter ce livre d'occasion. Je n'avais pas du tout en projet une lecture sur le sujet.
Dernièrement j'ai terminé la lecture d'un livre de Gilbert Poincelet "Dans le ciel de Syrie". Récit des combats que l'aviation française a livrés en 1941 face à l'armée anglaise.
Il se trouve qu'alors Moshé Dayan faisait partie de cette armée (pour rappel L'état d'Israël ne sera fondé qu'en 1948 après que le gouvernement britannique remette le mandat qu'il détenait depuis 1920 sur la Palestine aux Nations unies).
J'ai reçu cette information comme un signe. Le temps était venu que je me plonge dans "Le Journal de la campagne du Sinaï".
Pourquoi cette action militaire ?
Moshe Dayan explique que les pays arabes autour d'Israël constituaient une menace qui devenait de plus en plus forte depuis que l'Égypte avait formé un corps des "fedayins" afin de perpétrer des attentats sur le sol Israélien. Après avoir commis leurs forfaits ces éléments retraversaient la frontière pour se réfugier soit en Jordanie soit dans la bande de Gaza où ils étaient en sécurité. Le gouvernement Ben Gourion n'était pas dupe. Il savait parfaitement que c'était l'Égypte le chef d'orchestre de ces agressions. Ne pouvant tolérer cela plus longtemps il décida de prendre le contrôle du Sinaï et ainsi de stopper l'infiltration des fedayins venus de la région de Suez.
L'occasion était trop belle, puisque au même moment Français et anglais de concert se préparaient à envahir la région du canal que l'Égypte avait nationalisé et interdit à la navigation internationale.
J'ai été surpris par la qualité du récit. Moshé Dayan se révèle un narrateur de premier plan. Précis dans le déroulement de l'action, sans avoir la tentation de faire dans la gloriole, ce qui aurait été facile puisque les défenses égyptiennes ont été balayées en quelques semaines. Il reste lucide, humble, et ne manque pas de pointer du doigt les erreurs commises par sa propre armée, des avions qui se trompent de cible et mitraillent une colonne de véhicules israéliens par exemple.
Ce fut une lecture très enrichissante. Ce livre me semble accessible à tous les lecteurs qui s'intéressent un tant soit peu à l'histoire contemporaine mais il y a aussi en prime le lieu de cette bataille. Le désert de pierre, les dunes de sable, les noms évocateurs de Golfe d'Agaba, couvent de sainte Catherine, ont rajouté une touche d'aventure, d'exotisme, pour faire voyager le lecteur et se perdre avec un peu d'imagination dans les siècles passés.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          250
Groucho
  30 avril 2016
Ouvrage fort bien documenté, véritable ouvrage d'histoire militaire, enrichi d'une très intéressante préface de Pierre Razoux.
Pour lui, Moshe Dayan fut l'un des rares généraux israéliens à exceller à la fois comme tacticien et stratège. A l'instar de Yigal Yadin, l'un des premiers chefs d'état-major de Tsahal, et Ariel Sharon, après lui. Yitzhak Rabin sera un excellent stratège et réel visionnaire, mais ne brilla jamais comme tacticien. Ehud Barak se distinguera plus tard comme brillant tacticien, mais piètre stratège.
Ce journal de campagne montre la réelle proximité qui existait alors entre la France et Israël, probablement plus profonde que celle qui existera plus tard entre Israël et les États-Unis.
Commenter  J’apprécie          30
benjetpascal
  09 décembre 2017
Un récit au jour le jour, bien documenté et mêlant aspects tactiques et considérations diplomatiques d'un conflit ponctuel d'un type inhabituel pour le Moyen-Orient, contemporain de la crise de Suez qui y est également abordée. La prose de Moshe Dayan est parfois presque légère et teintée d'ironie ; quelques remarques qui à coup sûr seraient taxées au moins de condescendantes de nos jours - alors que les tensions dans la région sont exacerbées – témoignent de la genèse à la fois de la crise entre Israël et ses voisins/populations arabes, de relations régionales et internationales pour le moins tumultueuses et de plusieurs armées et états. Plutôt intéressant pour qui s'intéresse à cette région d'un point de vue militaire ou géopolitique.
Commenter  J’apprécie          10
Citations et extraits (17) Voir plus Ajouter une citation
moraviamoravia   29 décembre 2017
Le maire nommé par les Égyptiens était évidemment un homme à eux, Munir el-Ra'is, précédemment haut fonctionnaire de la municipalité. Notre gouverneur militaire veut le remplacer par un autre notable de Gaza, Rushdi el-Shawa, jugé loyal et bien vu de la population. En général ces notables locaux ne font pas la moindre difficulté pour coopérer avec nous. Au contraire, dès que nous sommes maîtres de la place, ils viennent pour la plupart frapper à la porte de nos représentants pour supplier qu'on leur donne quelque poste dans l'administration de l'agglomération ou les services du nouveau gouverneur. Certains, plus subtils, vont jusqu'à insinuer qu'un court emprisonnement leur fournirait un halo nationaliste bien commode (à condition de ne pas pousser les choses trop loin ; 5 ou 6 jours de détention seraient amplement suffisants).
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          110
moraviamoravia   18 décembre 2017
28 septembre 1956
Réunion de l'Etat-major général ce matin à 10.00.
Nous partons ce soir pour Paris et devons mettre au point la liste du matériel militaire que nous allons essayer d'obtenir des Français. Le décompte de nos ressources logistiques nous fait plus que jamais toucher du doigt notre pauvreté. Nous avons néanmoins réduit notre liste aux postes les plus urgents et les plus essentiels. D'une part nous ne voulons ni exagérer, ni même donner l'impression que nous exagérons et d'autres part nous ne voulons ni imposer à notre armée l'obligation d'absorber au dernier moment plus de matériel nouveau qu'il n'est absolument nécessaire, ni encombrer les routes assez peu nombreuses qui desserviront les fronts.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          120
moraviamoravia   01 décembre 2017
Pour le traitement des aspects politiques, j'ai aussi suivi les indications de M. Ben Gourion qui était Premier ministre et ministre de la Défense lors des événements relatés dans ce livre et qui estimait que le moments n'était pas encore venu de publier tous les documents se rapportant aux circonstances précédant la campagne du Sinaï. Cependant, je revendique la responsabilité de tout ce qui a été écrit dans ces pages, faits et jugements. Je tiens à souligner que ce livre présente les événements d'un point de vue strictement personnel et ne saurait donc être considéré comme une histoire officielle de la campagne du Sinaï.
(Préface - Moshe Dayan. Zahala, Israël. Septembre 1965.)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          110
GrouchoGroucho   30 avril 2016
.../...
Les parachutistes n'avaient pas le choix : il leur fallait escalader les pentes pour s'emparer une par une des positions ennemies, en se battant au corps à corps. C'était le seul moyen non seulement de terminer l'engagement en vainqueurs, mais de pouvoir dégager les dizaines de blessés et de morts qui gisaient sur le chemin à côté des véhicules calcinés.
C'est très exactement ce qu'ils ont fait. Je doute qu'une autre unité de notre armée aurait pu l'emporter sur l'ennemi dans de pareilles conditions.
[...]
Plusieurs officiers de l’État-major général ne m'ont pas caché leur désapprobation ; ils me trouvaient trop "coulant" avec les parachutistes, alors que je sais qu'ils ont attaqué le défilé en contradiction formelle avec mes ordres et que leur action a provoqué des pertes aussi sévères.
[...]
L'unité a chèrement payé de son sang ses erreurs de jugement et ses fautes de tactiques. Quant à sa désobéissance et à mon indulgence, la vérité, c'est que je considère le problème comme grave quand une formation se dérobe au combat, pas quand elle va au-delà de son devoir et fait plus qu'on ne lui demande.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
moraviamoravia   09 décembre 2017
Ce soir, la radio du Caire a annoncé que de lourdes pertes avaient été infligées à des patrouilles israéliennes le long de la frontière du territoire de Gaza. La vérité, c'est que pas un de nos hommes n'a été blessé, et pas un n'est manquant. Je me demande si les gens de Gaza croient ce que la radio leur raconte; ou s'ils se sont déjà rendu compte que tout ce qui concerne Israël est de la propagande plutôt que de l'information.

1er septembre 1956.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          140
Videos de Moshe Dayan (2) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Moshe Dayan
Le monastère Sainte-Catherine - Mont Sinaï – Égypte. Le Sinaï, haut lieu des premiers siècles du christianisme, devint, après la conquête arabe de 630, une terre musulmane. Seuls les moines de Sainte Catherine parvinrent, durant tout le Moyen Âge, à composer avec les bédouins, quitte à édifier mosquées et minaret au cœur même du monastère.
Situé à 1570 mètres d’altitude, le monastère Sainte-Catherine a été fondé en 527 par l’Empereur Justinien, autour d’une chapelle construite deux cents ans plus tôt au pied du mont Sinaï (Mont Horeb), où Moïse aurait vu le Buisson ardent. Ses murs et ses bâtiments sont très importants pour l’étude de l’architecture byzantine. Le monastère abrite des collections extraordinaires d’anciens manuscrits chrétiens et d’icônes. Le paysage montagneux et sauvage qui l’entoure comprend de nombreux sites et monuments archéologiques et religieux, et forme un décor parfait autour du monastère.
Au sommet de ce mont, qui porte aussi le nom du prophète, selon l’Ancien Testament, Moïse aurait reçu les Tables de la Loi. La montagne est également connue et vénérée par les musulmans qui l’appellent djebel Musa. La zone tout entière est sacrée pour les trois grandes religions monothéistes : judaïsme, christianisme et islam.
+ Lire la suite
autres livres classés : israëlVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Oyez le parler médiéval !

Un destrier...

une catapulte
un cheval de bataille
un étendard

10 questions
807 lecteurs ont répondu
Thèmes : moyen-âge , vocabulaire , littérature , culture générale , challenge , définitions , histoireCréer un quiz sur ce livre