AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet
EAN : 9782815910750
224 pages
L'Aube (02/10/2014)
3/5   7 notes
Résumé :
La femme est nue, crucifiée sur un Abribus. Le meurtrier a violé sauvagement sa victime avant d’exhiber son corps en pleine rue. Claire, femme flic, tout juste nommée à la P.J. de Lille, se lance dans une course contre la montre pour le clouer sur le banc des accusés. Mais pour l'identifier, elle va devoir faire remonter à la surface les vérités enfouies, les histoires les plus sombres et les secrets bien gardés.

Rose, lycéenne, victime de harcèlement... >Voir plus
Que lire après CollisionsVoir plus
Critiques, Analyses et Avis (3) Ajouter une critique
Une bonne surprise que ce roman policier féministe. Enfin, j'écris féministe parce que Claire est une jeune femme qui veut prouver aux hommes qu'elle est autant capable qu'eux et parce que Emma Dayou s'exprime sur les violences faites aux femmes, rappelle quelques chiffres terribles : "Dans leur pays censé être un des plus civilisés, une femme sur dix avait été ou serait victime d'un viol." (p.66) Il n'est pas revendicatif, mais énonce des vérités. le féminisme n'est pas le sujet principal, il est un contexte qui se prolonge tout au long du roman ; il faut bien remarquer que l'un des suspects est un immonde personnage machiste égoïste. Féministe aussi parce que les personnages les plus beaux sont des femmes qui ne sont pas des chiennes de garde, mais des femmes qui cherchent l'appui d'autrui, homme ou femme, pour avancer, pour vivre simplement dans une société rapide qui ne laisse pas le temps aux timides ou aux angoissé(e)s de tisser des relations à leur rythme.
Ce n'est pas un polar qui révolutionne le genre, non, il en reprend les codes, les grandes lignes principales, les stéréotypes pourrait-on dire. Mais, Emma Dayou fait cela proprement, et surtout, elle s'intéresse aux personnages. Pas de descriptions sanglantes, pas de stress dû à des pages insupportables. L'auteure crée d'abord une équipe d'enquêteurs. Claire est légèrement mise en avant, mais son jeune collègue Florian, as de l'informatique est assez présent ainsi que Jan et Ilès, les deux flics plus âgés, à l'ancienne qui ne comprennent pas les nouvelles technologies. On pourrait résuler succinctement : "elle est la tête, ils sont les jambes". L'équipe est hétéroclite, chacun a sa méthode, mais tous se respectent, même si des vannes peuvent parfois blesser -superficiellement- l'un ou l'autre. Charlie Delroy, le commandant veille à ce que son équipe reste soudée et diverse, donc complémentaire, chacun apportant son vécu, sa vision de l'affaire. C'est pour moi un très bon point dans ce polar, et je verrais bien cette équipe poursuivre ses aventures dans d'autres livres.
Emma Dayou ne se contente pas de mettre en place une belle équipe, elle crée également toute une galerie de suspects, des coupables potentiels. Dès les premières pages, je me suis dit que si Paul Heursault était le coupable c'était vraiment trop téléphoné, trop prévisible, et puis, en avançant, chacun des témoins pouvait avoir commis ce meurtre -et l'éventuelle culpabilité dudit Paul Heursault n'était plus dès lors prévisible, parce que d'autres suspects arrivaient-, alors je me suis piqué au jeu de la devinette : qui est le tueur ? Et j'avoue que je n'en savais rien avant qu'Emma Dayou ne le révèle. Sur ce coup, elle m'a surpris tant sur le nom du tueur que sur sa manière de le livrer au lecteur. de la seconde de déception ressentie en lisant ce passage, je suis passé à un sifflement admiratif quant à son usage un peu détourné des codes du polar.
Une belle surprise donc que ce roman policier, qui en plus, d'être vraiment bien ficelé, fait la part belle aux personnages, et tout cela sans se perdre dans des considérations inutiles ou longues : 220 pages, longueur idéale !

Lien : http://lyvres.over-blog.com
Commenter  J’apprécie          20
Collisions, d'Emma Dayou, l'aube.

Être indulgent pour un premier roman n'empêche pas d'ouvrir les yeux et de juger du « produit ». Il est aussi plus facile de remarquer des maladresses que de souligner des qualités. Soit.

On remarquera donc que le premier meurtre n'indique en rien l'oeuvre d'un « serial killer », à part l'insistance de l'auteur pour annoncer, par les craintes d'une inspectrice novice, la survenue d'un prochain cadavre.

D'autant qu'elle voit juste ! Et d'annoncer aussitôt le deuxième, un autre cadavre en attente… on voit que, comme les assassinats, l'intrigue est fortement préméditée.

Les personnages, pour être consistants, sont tous suffisamment ambigus pour fournir des suspects. La recette fonctionne bien. Les adolescents, dans les malheurs de leur âge, restent pourtant crédibles. Sans doute qu'Emma Dayou, qui a enseigné en ZEP à Marseille, connaît à la fois son public et l'environnement scolaire.

Le style surprend parfois avec des tournures insolites : « les mains ricanantes » page 81, valent bien « la reconnaissance de dette signée du bout des lèvres » p 92.

Pourquoi l'auteure donne-t-elle à ses cadavres féminins des « postures pornographiques » ? Cette insistance met le lecteur mal à l'aise.

Espérons que le second polar annoncé jouera mieux des chapitres courts qui mettent successivement en scène les différents protagonistes.


Commenter  J’apprécie          20
Bon étant marseillais moi meme , il va m' etre difficile d' etre pleinement objectif (l'auteur a travaillé dans une ZEP à Marseille ). Pourtant je trouve vraiment ce livre très intéressant car il dépeint très bien le mal etre de la jeunesse dans notre société ( d'ailleurs en ce qui me concerne je ne le concerne pas comme un polar ). Pour une première oeuvre il s' agit d'une vraie révélation. Je suis impatient de lire son second roman.Bonne lecture à tous.
Commenter  J’apprécie          00

Citations et extraits (1) Ajouter une citation
Dans leur pays censé être un des plus civilisés, une femme sur dix avait été ou serait victime d'un viol. (p.66)
Commenter  J’apprécie          50

autres livres classés : platsVoir plus
Les plus populaires : Polar et thriller Voir plus

Lecteurs (10) Voir plus



Quiz Voir plus

Retrouvez le bon adjectif dans le titre - (6 - polars et thrillers )

Roger-Jon Ellory : " **** le silence"

seul
profond
terrible
intense

20 questions
2789 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature , thriller , romans policiers et polarsCréer un quiz sur ce livre

{* *}