AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
EAN : 9782864248514
560 pages
Éditeur : Editions Métailié (02/02/2012)

Note moyenne : 2.95/5 (sur 19 notes)
Résumé :

1844 : dans la péninsule italienne partagée entre le royaume de Sardaigne et du Piémont, les provinces du Nord aux mains des Autrichiens, le centre occupé par les États du pape et le Sud, Sicile comprise, sous la férule réactionnaire des Bourbons de Naples, un désir d’unification et de démocratie monte de toute la société. Cette année-là, en Calabre, une expédition de partisans se heurte à l’indifférence des paysans qu’ils voulaient soulever, à la répression... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (9) Voir plus Ajouter une critique
Cath36
  17 août 2012
Echaudée par la critique de Val-m-les-livres j'ai bien failli refermer ce livre avant même de l'avoir commencé. Et puis je me suis lancée et j'ai finalement eu une agréable surprise. Certes, c'est un peu trop long. Certes c'est un peu confus et le découpage chronologique par chapitre n'arrange pas l'affaire, on a une impression de décousu du fait des différentes histoires qui s'entremêlent avant de se rejoindre. Cependant ce fut une belle découverte de l'histoire de l'unité italienne, avec tout ce qui se joue comme conflits, intérêts, rivalités et trahisons entre les différents protagonistes (certains moins connus que d'autres), avec l'influence de la mafia sicilienne-déjà!-, avec les luttes entre la politique officielle et les révolutionnaires, le tout dans un pays envahi par l'Autriche, ce qui donne à l'espionnage et aux terroristes un rôle de premier plan. (J'ai mieux compris notamment le rôle d'Orsini par rapport à l'Italie au moment de sa tentative d'assassinat contre Napoléon III.)
J'ai trouvé très habile la façon dont de Cataldo mêle ses personnages fictifs aux personnages historiques, et qui donne un relief important au récit, l'histoire, n'est-ce-pas, étant un roman, on peut bien y rajouter qui on veut, après tout. Bref un parcours hors des sentiers battus des livres d'école et une plongée intéressante dans les méandres de l'unité italienne. J'ai traversé des creux de vagues avec quelquefois l'envie d'aller plus vite dans ma lecture, mais dans l'ensemble j'ai lu avec facilité, plaisir et grand intérêt cette saga de l'Italie naissant à elle-même.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          190
Taraxacum
  15 juillet 2020
Honnêtement, il m'a fallu serrer les dents au début pour m'accrocher. Je ne connais pas grand chose à l'unification italienne et au tout début, j'avais un mal fou à m'y retrouver dans tout ce beau monde, et ce malgré une fort utile liste de personnages qui déclinent les historiques et les inventés par l'auteur, surtout que souvent l'auteur saute d'un personnage à l'autre de façon assez rapide. Les Traîtres est un roman choral: à mesure que l'histoire se déroule, les personnages se déchirent, entre eux ou tout seuls comme des grands, sur la question de qu'est ce que sera l'Italie unifiée. Sous quelle bannière? Et qui sera à sa tête? de l'éphémère république de Rome à l'épopée garibaldienne, beaucoup de sang coulera et beaucoup de principes seront sacrifiés.
Mes difficultés à m'y retrouver mises à part, j'ai fini par entrer dans l'histoire, mais quelle vision du monde! La quasi totalité de l'espèce humaine se révèle d'une bien piètre qualité sous la plume de notre romancier. Même ceux qui commencent plein d'illusions finissent par laisser l'intérêt ou la veulerie l'emporter. Bon, en même temps, vu le titre...
Je ne sais pas si je recommande ce roman: franchement, un essai sur le sujet, une petite histoire de l'Italie pour les Nuls ou quelque chose du même genre à recommander avant toute ouverture des Traîtres, sinon vous aussi vous pataugerez!
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
Loubhi
  03 décembre 2013
Italienniste depuis mes études secondaires de l'Italien comme ma troisième langue, tout ce qui touche à l'histoire de ce pays et notamment sa quête et ses combats pour son unité, m'intéresse particulièrement.
Je pense que l'on peut comparer ce très épais roman à un équivalent italien de "Guerres et Paix" pour les russes ou "Autant en emporte le vent" pour les américains.
Fresque et roman d'individualités au coeur des différents conflits et partages entre anglais , autrichien, piemontais et français de l'Italie, je reconnais que je fus dans l'obligation de prendre des notes au fur et à mesure que j'avançais dans ma lecture, bien aidé, heureusement, par les repéres chronologiques et la liste des personnages historiques réels et des héroïnes et héros de ce roman en début de livre, pour ne pas perdre le fil de ce récit, très bien documenté qui s'étale de 1844 à 1871.
C'est ainsi que toutes les implications entre les pays européens qui se déchirent la domination de l'Italie, les alliances, trahisons et calculs politiques sont parfaitement transcrites avec les combats, les passions amoureuses, les débats intimes de Lorenzo, Striga, Lord Chattam, Lady Violet, intimement lié aux destins des personnages historiques (Mazzini, Cavour, Victor - Emmanuel, Napoléon III) comme des moeurs sardes, siciliennes, piemontaise et romaine ou l'histoire de la maffia.
Une plume fébrile, précise, parfois trop touffue, tout est au rendez - vous de cette fresque indispensable pour tenter de capter la nature des bases de l'état italien moderne et de son identité.
Difficile de lire d'une traite mais on veut vraiment aller au bout de ces récits de vie.
Lien : http://passiondelecteur.over..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
stayfunny
  19 juin 2013
J'ai lu ce livre à l'occasion du prix des lecteurs de la médiathèque à laquelle je suis abonnée.
J'ai eu un mal fou à le finir. L'histoire mêle énormément de personnages (historiques et fictifs) et il est vraiment difficile de suivre l'histoire.
On y fait la connaissance de Lorenzo qui est employé comme traitre pour surveiller les faits et gestes de Mazzini.
On y suit également Striga une femme rousse muette qui possède un don pour les chiffres.
Le roman est bien ecrit, mais il est vraiment trop riche en informations.
Je n'ai pas apprécié.
Commenter  J’apprécie          01
val-m-les-livres
  29 février 2012
L'histoire commence en 1844, en Calabre. Lorenzo, jeune révolutionnaire sauve Striga, menacée de mort pour cause de sorcellerie. Pour sauver sa peau, il est obligé de changer de camp et de devenir un traître à la solde de l'Empire austro-hongrois., ce qui le mènera en Angleterre où il doit surveiller le révolutionnaire Mazzini. Il y a retrouve Striga et y côtoie aussi des gens aussi extravagants que le peintre Rossetti et l'aristocrate aux moeurs douteuses, Lord Chatam.
Ce roman avait tout pour me plaire: sa superbe couverture illustrée par La Guirlandanta de Rossetti et les deux pays dans lesquels se déroulent l'action: l'Angleterre et l'Italie. Mais il mélange personnages historiques et personnages fictifs et, même si la liste est donnée au début du roman afin que le lecteur fasse la disctinction, je n'ai pas aimé ce va-et-vient entre le réel et la fiction. Et si j'ai aimé les cent premières pages, la rencontre avec Rossetti dont l'auteur brosse un portrait bien peu flatteur et la rencontre entre Striga et Lorenzo, je me suis ensuite ennuyée. C'est dommage car j'avais vraiment envie de découvrir la plume de cet auteur qui avait écrit Romanzo criminale.
Lien : http://vallit.canalblog.com/..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10


critiques presse (1)
LesEchos   19 mars 2012
L'auteur de « Romanzo criminale » nous offre une fresque fouillée sur l'unification italienne.
Lire la critique sur le site : LesEchos
Citations et extraits (9) Voir plus Ajouter une citation
Cath36Cath36   17 août 2012
Malédiction de la mort ! Mais c'est quoi, ce roi qui se ravale sa parole ? Tu les as envoyés au gibet, eh ben pends-les, non ? Ou bien fais-les fusiller, suffit que tu les butes ! Mais c'est quoi ces repentirs, merde ? y'a que les cornards qui reviennent sur leurs pas. Un roi qui change d'avis, c'est comme un saint qui ne fait plus de miracles, comme une gonzesse qui se met dans la tronche d'étudier pour faire le docteur, comme un demi-sel qui se prend pour le Maestro. O roi devenu bon ! Mais quelle merde ! Un roi bon, c'est contre l'ordre du monde, donc un roi bon, c'est un roi mort.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          110
TaraxacumTaraxacum   29 juin 2020
Le jeune homme semble tout à coup vieilli de plusieurs années. Il a les yeux cernés, le regard dans le vague, le visage creux, une grimace presque hébétée déforme ses belles lèvres. Le juge laisse échapper un ricanement de triomphe. Durant ses vingt ans de carrière comme exécuteur des ordres des souverains, il en a rencontré beaucoup des comme lui. Héros de fer-blanc et de carton, impavides dans la chance, vils devant la mort concrète. Oui, vils. Le juge sait lire les âmes, cela fait partie de son métier. Il sait que ce jeune homme naïf, pendant le temps qui le sépare de la fin, a regardé à l'intérieur de lui-même. Et il a lu le dégoût pour les rêves qui se transforment en poussière, la commisération pour son propre destin, il a lu la colère, colère et fureur aveugle contre le Maestro qui envoie les jeunes à la mort et contre ces autres jeunes qui se laissent envoyer à l'abattoir au nom d'une idée abstraite et vaine, il a lu l'horreur de la balle qui lui fendra le crâne, qui effacera les pensées, les souvenirs des femmes qu'il a eues et le désir de celles qu'il n'aura jamais plus. Le jeune homme est prêt, et moi je serai un homme riche, pense le juge, et il répète, d'un ton léger, la proposition de la trahison.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Cath36Cath36   17 août 2012
Maintenant tout ce qui lui reste, c'est le Devoir. Mais le Maestro est le premier à savoir que le Devoir, sans sentiment, est décharné, pâle, n'est rien d'autre que le culte froid d'une idée.
Commenter  J’apprécie          100
Cath36Cath36   17 août 2012
-Certains pratiquent le mal et, sans le savoir, soutiennent, par leurs actions, les desseins du bien et du juste. Et certains autres, qui suivent la juste voie, peuvent involontairement provoquer les pires maux... "
Et il comprit que ce qui l'attendait à l'avenir, c'était une interminable théorie d'ombres çà et là percées de sporadiques lueurs. S'il savait les dominer, ces ombres, ou s'il apprenait au moins à vivre avec elles, il deviendrait un homme meilleur.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
Cath36Cath36   17 août 2012
Les coeurs sont gonflés d'espérance tandis que nous mettons le cap sur Sapri. On dit que 2500 hommes nous attendent. On dit que Naples est prête à se soulever. On dit qu'une armée de 12000 patriotes est en train de partir de la Lucanie. La mer alentour est calme. Au coucher du soleil, j'ai vu jouer deux dauphins.
Commenter  J’apprécie          30

Videos de Giancarlo De Cataldo (7) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Giancarlo De Cataldo
A l'occasion du festival des littératures du monde : "L'usage du monde" organisé par Lettres du monde, rencontre avec Giancarlo de Cataldo autour de son ouvrage "L'agent du chaos" aux éditions Métailié.
Retrouvez le livre : https://www.mollat.com/livres/2306288/giancarlo-de-cataldo-l-agent-du-chaos
Notes de musique : Youtube library
Visitez le site : http://www.mollat.com/ Suivez la librairie mollat sur les réseaux sociaux : Facebook : https://www.facebook.com/Librairie.mollat?ref=ts Twitter : https://twitter.com/LibrairieMollat Instagram : https://instagram.com/librairie_mollat/ Dailymotion : http://www.dailymotion.com/user/Librairie_Mollat/1 Vimeo : https://vimeo.com/mollat Pinterest : https://www.pinterest.com/librairiemollat/ Tumblr : http://mollat-bordeaux.tumblr.com/ Soundcloud: https://soundcloud.com/librairie-mollat Blogs : http://blogs.mollat.com/
+ Lire la suite
autres livres classés : italieVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Quelle guerre ?

Autant en emporte le vent, de Margaret Mitchell

la guerre hispano américaine
la guerre d'indépendance américaine
la guerre de sécession
la guerre des pâtissiers

12 questions
2116 lecteurs ont répondu
Thèmes : guerre , histoire militaire , histoireCréer un quiz sur ce livre