AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio

Renae De Liz (Autre)
EAN : 9782381330044
304 pages
Urban Link (10/07/2020)
4.12/5   17 notes
Résumé :
Née du désir profond de la reine Hippolyte d’avoir un enfant, Diana vit ses premières années entre quatre murs, elle que l’effronterie et l’inépuisable curiosité poussent pourtant sans cesse vers le monde extérieur. Les obligations liées à son rang et la destinée que les amazones semblent déjà avoir tracée pour elle ne lui conviennent pas. Elle en est convaincue, son avenir est ailleurs, et sa rencontre avec le pilote Steve Trevor ne fera que confirmer son ressenti.... >Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura
Critiques, Analyses et Avis (10) Voir plus Ajouter une critique
4,12

sur 17 notes
5
5 avis
4
5 avis
3
0 avis
2
0 avis
1
0 avis

Presence
  14 octobre 2020
Ce tome est le premier (et l'unique) d'une version autonome de Wonder Woman qui ne nécessite aucune connaissance préalable du personnage pour apprécier le récit Il regroupe les 9 épisodes initialement parus en 2016, écrits et dessinés par Renae de Liz, encrés, mis en couleurs et lettrés par Ray Dillon. Ces épisodes ont auparavant fait l'objet d'une prépublication en numérique sous la forme de 27 chapitres en 2015/2016.
Au début, il n'y avait que le chaos. Puis hors du vide vint l'endroit où se tapît la mort, et la nuit. Puis l'amour naquît amenant avec lui l'ordre et la lumière. Puis il y eut l'ère des dieux, et de la reine Hippolyta. Cette dernière bâtît une nation de femmes, avec l'aide de Penthesilea, Antiope, Menalippe et Gauce. Impressionné par leur courage et leur puissance, Zeus fit don de l'immortalité aux amazones. Mais leur reine finit par tomber amoureuse, puis fut trahie. La guerre des humains finit par gagner les dieux qui combattirent un titan. Après quoi, Zeus construisit une île pour les amazones qui vécurent en autarcie, coupées du monde, sur Themyscira. Par la magie des dieux, Hippolyta eut le bonheur d'avoir une fille Diana, née de la glaise. Encore enfant, Diana suit les leçons de la préceptrice Orithyia avec les autres filles de son âge. Mais déjà les charges de sa position, fille de la reine, lui pèsent. Un après-midi, alors que sa mère est en train de la coiffer, Diana lui demande quand elle pourra prendre des leçons de combat pour devenir une guerrière. Sa mère lui répond qu'elle est destinée à la remplacer et qu'elle a besoin d'une éducation dans les matières scientifiques et littéraires, et pas dans l'art de la guerre Sa fille n'est pas d'accord car elle ressent que les ténèbres guettent Themyscira, sensation que sa mère ne partage pas.
Quelques jours après, elle regarde avec envie les jeunes adultes s'entraîner aux armes, en montant des kangas, sous les ordres d'Alcippe. Un autre jour, elle découvre une grille descellée permettant de sortir de l'enceinte de la cité. Elle n'hésite pas un seul instant et s'élance vers la forêt. Elle découvre une mare avec des poissons et des petites créatures sous-marines anthropoïdes, un cerf luminescent qui semble l'inviter à le suivre, ce qu'elle fait. Elle parvient au bord de la mer : au loin un géant hyperboréen est en train de pêcher des pieuvres à la main, des hippogriffes voletant au-dessus de lui. Plus loin encore, elle a la vision du mont Olympe. Mais sa contemplation est interrompue par la brusque arrivée de Pégase. Puis celui-ci s'enfuit soudainement. Diana se retourne et elle se retrouve enveloppée dans un nuage de ténèbres. Une manticore l'attaque et s'apprête à l'aiguillonner avec sa queue, mais elle se détourne pour se défendre contre Alcippe. Après avoir ainsi été sauvée, la jeune Diana entame la conversation avec Alcippe car elle a quelque chose à lui demander.
C'est une véritable gageure : raconter les origines de Wonder Woman à neuf. Un défi au bon sens parce que ses origines tout le monde les connaît, parce qu'elles ont déjà été racontées à maintes reprises, avec des variations plus ou moins heureuses. Quelle est la probabilité qu'une autrice parvienne à intéresser un lecteur avec une histoire déjà connue ? Qui peut être assez inconscient, ou pire prétentieux, pour croire qu'il peut réaliser une nouvelle version des origines qui perdurera plus longtemps que les dizaines d'autres qui ont précédé ? À l'évidence, il s'agit d'une commande de l'éditeur qui veut disposer d'une version dans un format un peu différent pour le placer dans des lieux de vente un peu différents, par exemple des librairies non spécialisées. de fait, le lecteur de comics de superhéros se rend vite compte que cette version s'adresse à une cible de jeunes lectrices à l'orée de l'adolescence : point de vue exclusivement féminin, couleurs douces, dessins aérés et élégants, pas trop denses en informations visuelles, une influence shojo très, très légère et bien digérée par l'artiste. C'est très calibré et pourquoi pas ? Il y a toujours de nouvelles lectrices qui ne connaissent pas le personnage, qui ne sont pas attirées par la version plus superhéros de l'univers partagé DC, et pourraient potentiellement être touchées par ce recueil épais (presque 300 pages) à l'apparence plus respectable que les comics de superhéros bourrés de gugusses avec des muscles hypertrophiés et des jeunes femmes avec des costumes riquiquis, en train de cogner sur tout ce qui bouge comme des bourrins.
S'il n'est pas allergique à cette apparence très ciblée, le lecteur se prépare à (re)découvrir ce personnage dans une version un peu différente. L'autrice établit dès le départ qu'elle repart de la version initiale de William Moulton Marston (1983-1947) et Harry George Peter (1880-1958), apparue pour la première fois en 1942 dans Sensation Comics 1, et se battant contre les nazis. Sa trajectoire est donc toute tracée, et le lecteur se dit que l'intérêt du récit se trouve dans la manière dont il est raconté… sauf que non. Renae de Liz montre Diana encore enfant et il faut attendre 3 épisodes, c'est-à-dire 90 pages, avant qu'elle ne quitte Themyscira. Il y a bien sûr le fameux tournoi pour déterminer l'amazone la plus forte, mais il ne se déroule pas comme d'habitude. Elle finit bien par se battre contre les nazis, mais il faut patienter au-delà des deux tiers du récit pour en arriver là. Et puis la narration visuelle et textuelle est très différente d'un comics de superhéros. L'artiste peut aussi bien réaliser un décor d'une grande précision, avec des traits fins et précis, que passer plusieurs pages de discussion, sans aucun décor en arrière-plan avec essentiellement des plans taille ou plus rapprochés, donnant la sensation d'acteurs récitant leur texte sur une scène vide, avec une conviction plus ou moins soutenue, et un texte manquant de naturel. Il y a un risque non négligeable que le lecteur finisse par se lasser des couleurs doucereuses, des visages lisses, des tenues trop propres, des dessins trop gentils même pendant les combats. Ça n'a pas grand rapport avec un récit de superhéros, ou de superhéroïne.
D'un autre côté, il est un peu paradoxal de reprocher à Renae de Liz & Ray Dillon de ne pas se couler dans le moule des comics de superhéros quand l'objectif qui leur a été assigné est d'écrire pour un public différent. En outre, difficile de leur reprocher de ne pas faire juste une autre histoire des origines, une de plus. Oui, les personnages sont mignons avec une allure inoffensive, mais sans en devenir kawaï non plus : ils ne font pas peur, mais ils ne ressemblent pas à des peluches pour enfant de moins de 3 ans. Oui les décors semblent parfois oubliés, et le jeu des acteurs est entièrement premier degré, sans malice ni ambiguïté, mais il est difficile de résister à ces individus inoffensifs et pour la plupart animés par de bonnes intention. Oui les nazis sont caricaturaux, d'un seul bloc, mais pas assoiffés de sang, le vrai méchant de l'histoire étant d'origine surnaturelle et diminuant le libre arbitre des humains par son influence néfaste. Oui, il est impossible de prendre pour argent comptant cette histoire de dieux de l'Olympe, introduisant une mythologie de pacotille, des effigies en papier mâché insufflant des élans artificiels dans les personnages, vision difficilement réconciliable avec les soldats sur le champ de bataille.
Oui, le parti pris narratif de ce récit est très affirmé et ne peut pas plaire à tout le monde. Il est très déconnecté des conventions narratives des récits de superhéros industriels. Il est possible que le lecteur se lasse de ces pages chargées en dialogue ou en flux de pensée, et de ces personnages trop lisses ou trop gentils. S'il persévère, il ne peut que reconnaître que les auteurs remplissent leur mission sur tous les tableaux : raconter une origine de Wonder Woman différente, ou au moins différemment. de ce point de vue, cette version justifie son existence. En outre, ils ne trahissent en rien l'essence du personnage. le lecteur connaissant bien Diana et Themyscira retrouve l'île des amazones, la reine Hippolyta, les dieux de l'Olympe, Steve Trevor, Etta Candy, et même les kangas. Diana finit par obtenir son costume étoilé avec une explication convaincante de la présence des couleurs du drapeau américain et de ses étoiles. Il apparaît même un personnage civil récurrent de la série Superman, et un autre de la série Batman, amenés avec une réelle finesse et une pertinence au regard du récit, des clins d'oeil pour les initiés avec une belle sensibilité et une belle justesse. Contrairement à ce qu'il pouvait penser au début, le lecteur découvre que Renae de Liz dispose d'une solide connaissance sur Diana et sa mythologie. Il le reconnait de bonne grâce avec ses accessoires offerts par sa mère : les bracelets de soumission, la ceinture dorée de Gaea, le lasso de Vérité, les sandales d'Hermès et bien sûr la tiare. L'autrice les met en place de manière élégante sans ressasser les clichés éculés qui y sont associés. Dans le dernier tiers, elle évoque ou elle incorpore d'autres éléments récurrents avec une certaine malice pour certains, ce qui fait sourire le connaisseur. Quelles que soient ses réticences, le lecteur finit par se laisser séduire par cette version. S'il y accroche dès le départ, il ressent la montée en puissance vers l'affrontement final. Si sa sensibilité n'est pas en phase avec celle de l'autrice, il apprécie plus le dernier tiers où les différents fils finissent par former un motif reconnaissable, sans que la narration change de tonalité pour autant.
Si la couverture n'a pas suffi pour l'alerter, le lecteur comprend vite que la forme de la narration de ce récit vise un public très précis : des jeunes filles ou jeunes adolescentes souhaitant découvrir ce personnage. Indépendamment de son ressenti, le lecteur finit par apprécier la grande cohérence de la vision de Renae de Liz pour Wonder Woman, et son mode de narration constant du début à la fin. Si sa sensibilité est en phase avec celle de l'autrice, il (ou plutôt elle) suit la très sympathique Diana dans une série d'aventures échevelées jusqu'à révéler sa vraie nature, et ses nobles convictions dans des pages aux dessins aérés, et au texte solide. Si sa sensibilité n'est pas en phase avec celle de de Liz, il éprouve des difficultés à ressentir un plaisir de lecture au premier degré, mais il est épaté par le savoir-faire de l'autrice qui donne sa version du personnage avec ses émotions, et une mise en valeur respectueuse de la plupart des aspects spécifiques de la version originale des années 1940, avec parfois une pointe d'espièglerie.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          90
Booksbookmarks
  23 juillet 2020
9/10
Tout d'abord, je souhaite remercier les éditions Urban Link pour l'envoi de ce roman graphique.
Je ne vais pas y aller par quatre chemins : j'ai adoré cette histoire. C'était une de leurs sorties que j'attendais le plus de ce mois de juillet et j'avais très hâte de pouvoir le lire.
Je ne connaissais pas du tout l'univers Wonder Woman car je ne suis pas très orientée DC Comics et j'ai été ravie de faire la connaissance de Diana dans ce roman ainsi que ses origines. Je l'ai trouvée attachante, magnifique et très courageuse. Après ma lecture, j'ai eu très envie de découvrir le film sur cette héroïne et il me tarde de le regarder (surtout que j'ai l'impression qu'il suit à peu près ce roman graphique donc ma hâte est décuplée).
Le point fort de ce roman est clairement les dessins. Ils sont DIVINS, magnifiques, et j'en passe. Les couleurs sont merveilleuses et à chaque page que je tournais, j'avais parfois la bouchée bée tellement je disais « wow ».
Je tiens aussi à noter la beauté de la mise en couleur des planches, les ombres et lumières sont super bien faites et c'était un plaisir pour les yeux !
Au niveau de l'histoire, j'ai adoré suivre la première partie qui suit Hippolyte, la mère de Diana, puis l'enfance de cette dernière. Même si au début, il faut s'accrocher pour bien suivre l'histoire, car elle est assez dense, on suit l'histoire de certains Dieux ainsi que leur fonctionnement et leur monde. J'ai plusieurs fois dû relire les premières pages pour bien saisir l'essentiel afin de ne pas être perdue plus tard dans le récit. Ce qui est sûr, c'est qu'il faut être concentré pour cette lecture, sinon vous risquerez de lâcher l'affaire (surtout si vous ne connaissez rien de l'histoire de Wonder Woman avant de commencer ce roman (comme moi ahah)).
Même si j'ai été moins emportée par la partie où Diana est sur Terre (avec les humains), j'ai quand même été beaucoup touchée par le personnage de Etta, la « meilleure amie » de Diana. Elle a le coeur sur la main et est un peu fofolle, j'ai adoré les passages où elle apparaissait. J'ai eu parfois un peu de mal avec les scènes Diana/Steve. Au fur et à mesure des scènes entre eux, il y avait constamment un rejet de la part de Diana et cela m'a lassée sur la longue, je me disais que certaines de ces scènes étaient superflues. Néanmoins, j'ai été convaincue par la fin, qui laisse peut-être présager une suite, mais celle-ci se suffit à elle-même je trouve. C'est un super roman « féminin » qui saura vous séduire si vous êtes novices dans l'univers DC, et même si vous adorez cet univers, ce sera un + ! Bref, je le conseille à tous, pour peu que vous soyez intéressés par cette héroïne.
Lien : https://booksbookmarks.wordp..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
harmo20
  21 juillet 2020
Hop, je continue la découverte des Urban Link avec Wonder Woman Legendary. C'est le plus gros de tous pour le moment. Les couleurs sont moins sombres que d'autres histoires mais j'ai beaucoup aimé car comme il est plus gros, l'auteur a su développer son histoire.
Je ne connais pas beaucoup les aventures de Wonder Woman mais je connais ses origines et celle-ci m'a bien plus. L'intégration de son amie Etta est une très bonne idée, il faut dire qu'on ne peut qu'aimer ce personnage, elle est haute en couleur, toujours souriante et elle a la joie de vivre.
Je ne suis pas déçue de mon achat bien au contraire. C'est vrai que le nombre de pages reste important dans le sens ou plus il y a de pages, plus l'auteur a le temps de développer ses idées.
Commenter  J’apprécie          40
VirusdInteretLitteraire
  04 novembre 2020
Une grande première pour moi car il s'agit du premier comics que je lis.
Et j'ai adoré cette histoire ! Je connaissais peu l'histoire de Wonder Woman et cela a été une belle découverte.
Dans ce récit se mêle mythologie grecque, seconde guerre mondial et super pouvoirs.
On y découvre alors un personnage féminin courageux, prête à tout pour défendre son peuple et ses convictions. Une sacré nana !
J'ai trouvé les dessins et surtout les couleurs absolument magnifiques !!
Le seul petit bémol a été la taille de l'écriture que j'ai trouvé vraiment petite (et pourtant j'ai des lunettes ^^).
Mais cela ne m'a pas empêchée de dévorer ce livre pour autant.
Une première expérience dans le comics réussit et un bel ouvrage que je vous recommande vivement !
Commenter  J’apprécie          10
Catwowo
  01 septembre 2020
Je me suis lancée dans la lecture des romans graphiques de chez Urban Comics, et Wonder Woman détrône pour le moment ses consoeurs. Pourtant, je ne jure que par Harley Quinn, mais non, la Harley de Mariko Tamaki et Steve Pugh ne saurait égaler la Diana Prince de Renae de Liz et Ray Dillon. Elle est forte plus que jolie, carrée et musclée plus que lisse et raffinée, elle a ce charme intangible, légendaire. Elle évolue, se perd, s'adapte et combat dans un décor incroyable, d'un paysage luxuriant et féerique aux horreurs de la guerre doublées de scènes fantastiques, quelque part entre la mythologie et Blade Runner. Les couleurs sont un enchantement rétinien à en défier Zeus. Prochaine étape : Supergirl.
Commenter  J’apprécie          10


critiques presse (2)
BoDoi   21 octobre 2020
À la croisée de ces deux approches, Diana/Wonder Woman elle-même, dont le design insufflant ce qu’il faut d’humanité et de bienveillance à son physique de statue grecque est la plus grande réussite de cet album.
Lire la critique sur le site : BoDoi
Sceneario   16 septembre 2020
Même si l'on reste assez fidèle à la mythologie Wonder Woman, cet album plein de rebondissements reste une magnifique découverte qui devrait rallier même les plus sceptiques à la cause Amazonienne !
Lire la critique sur le site : Sceneario
Citations et extraits (2) Ajouter une citation
Mady23Mady23   14 janvier 2021
Tandis que l’homme façonnait la terre avec ses guerres et ses désirs mesquins… …Hippolyte fondait une nation de femmes, sans avidité ni haine
Commenter  J’apprécie          00
AelurusAelurus   27 septembre 2020
Et là, à l’horizon, attendaient les réponses qu’elle cherchait dans les griffes de l’ennemi.
Commenter  J’apprécie          00

Video de Renae De Liz (1) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Renae De Liz
The Legend of Wonder Woman - Official Trailer
autres livres classés : super-hérosVoir plus
Notre sélection Bande dessinée Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura




Quiz Voir plus

Les super-héros et super-héroïnes de comics

Eternel amoureux de Loïs Lane, il vient de Krypton :

Batman
Superman
Spiderman

15 questions
526 lecteurs ont répondu
Thèmes : bande dessinée , super-héros , comicsCréer un quiz sur ce livre