AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio

Danièle Valin (Traducteur)
EAN : 9782072860829
176 pages
Gallimard (20/08/2020)
3.9/5   739 notes
Résumé :
Traduit de l'italien par Danièle Valin

On part en montagne pour éprouver la solitude, pour se sentir minuscule face à l'immensité de la nature. Nombreux sont les imprévus qui peuvent se présenter, d'une rencontre avec un cerf au franchissement d'une forêt déracinée par le vent.
Sur un sentier escarpé des Dolomites, un homme chute dans le vide. Derrière lui, un autre homme donne l'alerte. Or, ce ne sont pas des inconnus. Compagnons du même grou... >Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura
Critiques, Analyses et Avis (206) Voir plus Ajouter une critique
3,9

sur 739 notes

enjie77
  16 août 2020
« Permettez-moi de vous citer un vers de Phèdre de Racine : Ma vengeance est perdue, S'il ignore en mourant que c'est moi qui le tue. » (page 45)
C'est avec grand plaisir que j'ai retrouvé l'écriture d'Erri de Luca et je remercie les Editions Gallimard ainsi que Babelio de m'avoir permis(e) de me replonger dans ses réflexions philosophiques et métaphysiques. Ce qui me subjugue chez Erri de Luca, c'est l'aisance avec laquelle il fait de son style si dépouillé, si fluide, une véritable quête des profondeurs de la psyché humaine.
Un homme âgé, ancien militant de la cause révolutionnaire, passionné de haute montagne, alpiniste chevronné, s'engage sur le chemin escarpé d'une Vire dans les Dolomites en prenant soin de ne pas trébucher. Loin devant lui, à son insu, un autre homme, le précède. Ce dernier n'est autre qu'un ancien militant du même groupe révolutionnaire, à ceci près qu'il a dénoncé, auprès de la police, un certain nombre d'activistes dont notre homme âgé qui s'est retrouvé incarcéré quarante années plutôt. Assistant au loin à la chute de ce supposé inconnu, l'homme âgé alerte les services de secours.
« Impossible » une telle coïncidence, un tel hasard aux yeux du magistrat qui va tenter de faire « trébucher » l'accusé tant il reste persuadé de sa culpabilité avec préméditation.
De cette confrontation à huis-clos à laquelle l'auteur nous convie et des interactions qui en découlent entre le juge et l'accusé, une profonde réflexion s'installe entre le lecteur et l'auteur, c'est ce que j'ai le plus apprécié. Je me suis sentie très proche d'Erri de Luca. Il parvient à créer une proximité, une intimité avec son lecteur propice aux confidences. Son écriture abolit toutes les barrières et c'est de cette sensation de partage, le temps de la lecture, de ses propres pensées sur l'engagement, la fraternité, la fragilité de l'être humain qui m'a rendu cette lecture fascinante. Son questionnement rentre en résonnance avec le mien notamment sur la supposée neutralité d'un juge d'instruction (je pense au juge Burgaud dans l'affaire d'Outreau) comme sur l'emploi du « mot juste » pour éviter les malentendus, règle qui se perd aujourd'hui tant les mots sont remplacés par du franglais ou des anglicismes. Mais dans un débat duquel dépend votre avenir, l'utilisation du mot juste prend tout son sens.
Et il y a ces quelques lettres écrites à « Ammoremio » qui viennent comme un papillon se poser entre les chapitres dédiés à l'interrogatoire, des lettres d'amour, où est citée une très belle phrase de Léonardo Sciascia « Il écrit que la vérité est au fond du puits. Si on se penche, on voit le reflet du soleil ou de la lune. Mais si on descend dans le puits, on ne trouve ni l'un ni l'autre. On trouve la vérité. C'est ainsi, il faut descendre ou tomber dedans. le magistrat par exemple m'interroge de l'autre côté de la margelle. Il ne descend pas, il se penche tout au plus. »
Petit livre intelligent comme je les aime parce qu'il bouscule nos neurones et dont il se dégage une grande richesse de réflexions proposées par un homme de talent qui pose son regard sur sa destinée et dont l'esprit est en perpétuel questionnement. C'est un livre que je relirai.
« La langue est un système d'échange comme la monnaie. La loi punit ceux qui impriment de faux billets mais elle laisse courir ceux qui écoulent des mots erronés. Moi, je protège la langue que j'utilise ». (page 113)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          13430
mcd30
  16 août 2020
Merci aux éditions Gallimard et à Babelio pour ce roman de la collection "du monde entier", petit par le format mais grand par son contenu et son auteur : Erri de Luca. Impossible est un roman qui fleure bon les vacances et le dépaysement ( même si c'est un sujet sérieux ) avec sa superbe vue des Dolomites et quelques mots d'italien qui essaiment le roman, merci à la traductrice.
Dans ce roman un homme est soupçonné de meurtre, coupable, non coupable ? C'est ce que nous allons essayer de découvrir. À travers cette histoire, deux portraits très intéressants et une analyse du vingtième siècle et vingt-et-unième siècle où l'homme est passé du collectivisme à l'individualisme.
Le suspect a vécu sa vie suivant ses idéaux, a fait de la prison mais ne s'est jamais renié et n'a pas trahi ses camarades. Il est malin, joue avec les mots, mène la danse par sa sagesse et sa maturité.
Le magistrat est jeune, croit à la justice et va entrer dans cet espèce de bras de fer, il est intrigué par ce prévenu, témoin d'une autre époque, porteur d'autres valeurs.
Quant à la victime, elle a trahi tout son groupe et ses amis pour rester libre, a-t-il fait une chute en montagne où a-t-il été poussé.
Erri de Luca nous sert un récit intelligent, une critique de notre société sans jugement des personnages.
Avec son jeu du chat et de la souris, Erri de Luca nous laisse réfléchir à nos propres valeurs, un excellent roman et de belles pensées comme toujours avec cet auteur.
Rentrée littéraire 2020
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          974
palamede
  14 septembre 2020
Il fait partie de " la génération la plus poursuivie en justice de l'histoire d'Italie. " Aujourd'hui il est accusé d'avoir tué un de ses anciens camarades membres d'une organisation révolutionnaire armée pour l'avoir dénoncé, lui et d'autres, dans le but d'obtenir une réduction de peine et une remise en liberté. Au jeune juge convaincu de sa culpabilité, il explique pourquoi ce meurtre de vengeance est impossible. Pourquoi aussi il est en mesure de repousser des accusations plus que lui le juge ne l'est de les étayer.
Erri de Luca comme souvent fait appel à ses expériences personnelles et à ses passions pour construire son oeuvre. Ici il associe son passé d'activiste politique à la montagne, dont il est un pratiquant chevronné, pour livrer une réflexion sur la fraternité, sur l'engagement révolutionnaire, sur l'impossible vengeance d'une trahison liée à un temps révolu. Un livre, alternant une passe d'armes remarquable entre le juge et l'accusé et des lettres d'amour, certes moins poétique que d'autres oeuvres de l'écrivain italien mais néanmoins d'une grande sensibilité.
" Prendre connaissance des événements d'une époque à travers les documents judiciaires c'est comme étudier les étoiles en regardant leur reflet dans un étang. "
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          984
fanfanouche24
  17 novembre 2020
Encore…un petit trésor que ce dernier ouvrage traduit d'Erri de Lucca, dont j'apprécie infiniment le style, la simplicité et la force de ces récits. Ce dernier ne fait pas exception ; Un texte court et d'une intensité toujours époustouflante !
Ce dernier opus d'Erri de Luca que je souhaitais lire dès sa parution…a été détrôné très momentanément. Je me souviens qu'un autre ouvrage a capté toute mon attention dans l'instant et a reporté momentanément mon élan. …Voilà, je répare mon retard !!
Le narrateur (comme un double de l'écrivain) se trouve accusé d'un homicide ; homicide d'un ancien ami de lutte qui a trahi…ses camarades. le narrateur, passionné par la montagne, fait une escalade, voit de loin un homme qui le précède dans cette marche… Notre « héros » progresse dans sa grimpe, et découvre cet homme au fond d'un ravin, il appelle , prévient les secours… et il se retrouve emprisonné ; le mort , dans la montagne, étant un de ses grands amis de lutte et de militantisme… qui deviendra un traître et fera basculer la vie de ses compagnons en les dénonçant, en les envoyant en prison. le magistrat, en charge de cette affaire, devant ce hasard des plus incroyables , est convaincu que cela ne peut pas être une simple coïncidence, qu'obligatoirement, notre héros est « coupable », a voulu se venger de cette trahison ancienne. Il s'acharnera à le faire avouer, à le pousser dans ses retranchements. Les interrogatoires tout à fait étonnants du magistrat envers le « présumé coupable m'ont fait étrangement songer à un autre face à face , redoutable et ambigü ; Je voulais nommer le film de Claude Miller (1981) interprété par Lino Ventura et Michel Serrault, « Garde à vue »
A ces interrogatoires incroyables, déroutants, alternent les lettres qu'il écrit à la femme qu'il aime… L'occasion de parler, réfléchir, discuter de thèmes chers à l'écrivain : La beauté de la Montagne, La Nature, l'engagement politique, l'idéal premier du communisme, la fraternité dans le partage des convictions, la mort, la liberté, le sens et la valeur que l'on souhaite donner à son existence, l'amour, le silence, le refus d'obéissance et de soumission à un gouvernement, la colère des injustices sociales, les méfaits du capitalisme…La foi, l'Amitié, et cette passion de la nature, de la montagne qui fait oublier la folie des hommes…
Un style sobre , élégant, efficace, poétique qui va à l'essentiel, à l'universel d'un parcours d'homme… Toujours de magnifiques passages pour parler de cette Montagne…tant chérie par Erri de Luca !
« La montagne, immobile par nature, est un mobile. C'est exactement ça : elle attire à elle. Chacun a ses propres raisons d'y aller. La mienne est de tourner le dos à tout, de prendre de la distance. Je rejette le monde entier derrière moi. Je me déplace dans un espace vide et aussi dans un temps vide. Je vois comment était le monde sans nous, comment il sera après. Un endroit qui n'aura pas besoin qu'on le laisse en paix. (p. 20)”
J'achève ce “billet”… par cet extrait explicitant au plus près le noyau de cette narration:
« Tu sais qu'on m'accuse d'avoir poussé dans le vide du haut d'un sentier un camarade de nos vieilles luttes politiques, devenu ensuite un délateur. A l'époque, nous étions amis. On dit amis pour la vie, mais cette expression ne lui suffisait pas, car la vie est imprévisible. Il disait que nous étions amis par le sang. Mais nous n'avons pas fait le pacte en nous entaillant la paume de la main et en mêlant nos deux sangs. Il me l'a demandé, mais je n'ai pas voulu. Ce geste aurait exclu les autres camarades.
Dans ces années agitées, l'amitié était un échange d'aide, en sachant qu'elle serait immédiate et sans explications. On était unis par une volonté commune.
Nous nous étions coupés de nos familles à l'arrachée (...) Nous pratiquions une autre appartenance. L'amitié remplaçait l'affection familiale en faisant de l'autre un frère, un père, un fils. « (p. 99)
Restent un vrai suspens, une attente d'une réponse…Mais cela c'est une autre histoire qui peut laisser sur une sorte d'inachevé ou de frustration… mais la progression du récit est telle que la réponse, au final, n'est plus l'urgence première… ! Un très , très fort moment de lecture et de réflexion, à la lumière de cette histoire-fable !

+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          7412
DoubleMarge
  16 novembre 2020
"Un ancien membre d'un groupe révolutionnaire italien, alpiniste chevronné, est retenu en garde à vue. Son vieux compagnon de route a été retrouvé au fond d'un ravin. Accident, meurtre ? La force du roman tient dans l'équilibre entre les allers et retours du narrateur sur sa vie et ses engagements politiques et le face à face entre deux générations qui s'observent et se défient. Un jeune magistrat interroge un homme dans la force de l'âge. Mais comment interroge-t-il ? « Il existe deux verbes qui signifient demander, l'un sert à demander pour savoir, l'autre à demander pour obtenir. Quand le magistrat insistait avec ses questions, il disait qu'il voulait savoir la vérité. Ce n'est pas vrai. Il interroge pour avoir une confirmation de ce qu'il croit déjà savoir. Il n'utilise pas le verbe de la curiosité de celui qui veut s'informer ou connaître une vérité. »
Imperturbable, le narrateur répond inlassablement aux questions du magistrat qui s'étonne que le hasard ait placé « les deux hommes sur le même chemin, le même jour et à la même heure » ? « C'est une coïncidence. » « Impossible » répond le magistrat pour qui « la coïncidence est un indice… Si on lui attribuait la valeur numérique d'une probabilité, on aurait le chiffre zéro suivi d'une virgule et d'autres zéros. » S'ensuit une analyse sémantique implacable : « Impossible, c'est la définition d'un événement jusqu'au moment où il se produit. Vous aurez beau mettre tous les zéros que vous voulez, la statistique et vous ne pouvez nier les coïncidences… Les coïncidences sont une constante, elles n'ont rien de rares… En tant que personne présente sur place, je sais que votre impossible s'est produit. »
Dans ce récit, chaque mot est à sa place. Les propos échangés, sans haine ni mépris, suscitent une réflexion sur l'idéalisme, la camaraderie, la trahison, et nous font entendre l'écho que peut rencontrer une parole juste."
Elisabeth Dong pour Double Marge
Lien : https://doublemarge.com/impo..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          850


critiques presse (9)
LaCroix   17 novembre 2020
Erri De Luca raconte le face-à-face entre un juge et un vieux montagnard. Un récit singulier et magistral.
Lire la critique sur le site : LaCroix
LesInrocks   17 novembre 2020
Sur fond d’accident de montagne, un ancien militant d’extrême gauche affronte un jeune magistrat.
Lire la critique sur le site : LesInrocks
Actualitte   28 septembre 2020
Une joute où la force et l'ascendant ne seront pourtant pas l'apanage de l'accusateur vis-à-vis de l'accusé, pas plus que de la jeunesse sur l'âge mûr. Tous les engagements d'Erri de Luca sont le ferment de ce duel oratoire entre les deux personnages : la montagne, le militantisme, l'écriture,...
Lire la critique sur le site : Actualitte
LeMonde   24 septembre 2020
L'écrivain italien signe un roman désillusionné mais jamais amer.
Lire la critique sur le site : LeMonde
Culturebox   24 septembre 2020
Un concentré serré, façon expresso italien, de tout ce qui nourrit la vie et l'œuvre du romancier italien depuis ses débuts.
Lire la critique sur le site : Culturebox
Lexpress   21 septembre 2020
Avec Impossible, court roman aussi épuré que dense, l'auteur de Montedidio traite, à travers le dialogue entre un vieux combattant de la lutte armée et un jeune magistrat, de justice et de morale, de vengeance et de pardon.
Lire la critique sur le site : Lexpress
LeFigaro   16 septembre 2020
L’écrivain italien livre un roman cinglant, sec, où se retrouvent les thèmes qui hantent toute son œuvre.
Lire la critique sur le site : LeFigaro
Culturebox   16 septembre 2020
Une vaste histoire qui fait échos à celle de l'homme, de sa jeunesse intransigeante et révolutionnaire, à la maturité apaisée, mais toujours convaincue. Un roman magistral.
Lire la critique sur le site : Culturebox
LaLibreBelgique   24 août 2020
Superbe nouveau livre d'Erri De Luca qui évoque la lutte nécessaire, la fraternité et sa passion pour la montagne.
Lire la critique sur le site : LaLibreBelgique
Citations et extraits (232) Voir plus Ajouter une citation
fbalestasfbalestas   06 décembre 2020
Tu sais qu’on m’accuse d’avoir poussé dans le vide du haut d’un sentier un camarade de nos vieilles luttes politiques, devenues ensuite un délateur. A l’époque, nous étions amis. On doit amis pour la vie, mais cette expression ne lui suffisait pas, car la vie est imprévisible. Il disait que nous étions amis par le sang. Mais nous n’avons pas fait le pacte en nous entaillant la paume de la main et en mêlant nos deux sangs. Il me l’a demandé, mais je n’ai pas voulu. Ce geste aurait exclu les autres camarades.
Dans ces années agitées, l’amitié était un échange d’aide, en sachant qu’elle serait immédiate et sans explications. On était unis par une volonté commune.
Nous nous étions coupés de nos familles à l’arrachée, en renonçant, et en la reniant aussi, à la vie domestique. Nous pratiquions une autre appartenance. L’amitié remplaçait l’affection familiale en faisant de l’autre un frère, un père, un fils.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          220
fbalestasfbalestas   04 décembre 2020
impossible c'est la définition d'un évènement jusqu'au moment où il se produit. Vous aurez beau mettre tous les zéros que vous voulez, la statistique et vous ne pouvez nier les coïncidences. Elles existent en dépit des zéros.
Quantités de découvertes en ont été la conséquence, et aussi quantité de désastres. Une personne passe sur un pont au moment où il s'écroule. Tant d'autres y sont passées juste avant.
Les coïncidences sont une constante, elles n'ont rien de rare.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          280
palamedepalamede   15 septembre 2020
... j’aime cette langue italienne, ses précisions qui protègent des falsifications. La langue est un système d’échange comme la monnaie. La loi punit ceux qui impriment de faux billets, mais elle laisse courir ceux qui écoulent des mots erronés. Moi, je protège la langue que j’utilise.
Commenter  J’apprécie          450
fbalestasfbalestas   05 décembre 2020
J'avais déjà été amoureux avant de te connaître, mais jamais longtemps. Je cessais de l'être aux premières contradictions.
Avec toi, j'ai appris qui maintient sa prise et sa durée au-delà des disputes, des différends, des défauts, jusqu'à les aimer aussi. C'est l'amour pour ton air contrarié, les explosions et le retour des sourires ensuite.
C'est comme en montagne, toutes les expressions me plaisent, même la pluie, la saucée prise en grimpant qui ne refroidit pas le corps et n'a pas besoin d'abri.
Aussi ai-je décidé que ma définition du mot "amour" était ; "toi".
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          200
ChestakovaChestakova   23 août 2020
Je lui ai parlé du sentiment de la fraternité. Elle est avec la liberté et l'égalité dans la devise de la Révolution française, mais elle est différente. On se bat pour obtenir ou pour défendre une liberté, une égalité. Pour la fraternité, on ne peut pas.

La fraternité est un sentiment politique par excellence. Elle n'exclue personne. Un manifeste du peuple kurde dit que la victoire ne dépend pas du nombre d'ennemis tués, mais du nombre de ceux qui se sont ralliés. L'ennemi peut aussi faire partie de la fraternité.

Le communisme est une fraternité. Quand il la perd, il cesse immédiatement et se change en hiérarchies et en nouveaux privilèges.
(P 160-161)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          170

Videos de Erri De Luca (82) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Erri De Luca
Rencontre animée par Patricia Martin
Écrivain, poète, dramaturge, traducteur du Yiddish et de l'hébreu, Erri de Luca, s'est tourné tardivement vers l'écriture, après avoir été tour à tour militant révolutionnaire, ouvrier, bénévole en Tanzanie, chauffeur de camion dans des convois humanitaires pendant la guerre de Bosnie. Il a obtenu en 2002 le prix Femina étranger pour son roman Montedidio (2001), le Prix européen de littérature en 2013, ainsi que le Prix Ulysse pour l'ensemble de son oeuvre. La publication de Diables gardiens – avec les illustrations de l'artiste et architecte Alessandro Mendini – nous offre l'occasion de rencontrer l'une des personnalités les plus inclassables de la scène littéraire italienne. À lire – Erri de Luca, Diables gardiens, trad. de l'italien par Danièle Valin, Illustrations d'Alessandro Mendini, Gallimard, 2022 – le poids du papillon, illustré par Andrea Serio, Futuropolis Gallimard, 2022.
+ Lire la suite
autres livres classés : montagnesVoir plus
Notre sélection Littérature étrangère Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura





Quiz Voir plus

Grandes oeuvres littéraires italiennes

Ce roman de Dino Buzzati traite de façon suggestive et poignante de la fuite vaine du temps, de l'attente et de l'échec, sur fond d'un vieux fort militaire isolé à la frontière du « Royaume » et de « l'État du Nord ».

Si c'est un homme
Le mépris
Le désert des Tartares
Six personnages en quête d'auteur
La peau
Le prince
Gomorra
La divine comédie
Décaméron
Le Nom de la rose

10 questions
693 lecteurs ont répondu
Thèmes : italie , littérature italienneCréer un quiz sur ce livre