AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2070455297
Éditeur : Gallimard (28/08/2014)

Note moyenne : 3.13/5 (sur 56 notes)
Résumé :
Dans la Buenos Aires des années 50, à l'ombre de la dictature, Santiago, un jeune provincial réparateur de machines à écrire, se retrouve par hasard responsable de la rubrique ésotérique du journal où il travaille et informateur du ministère de l'Occulte, organisme officiel chargé de la recherche sur ces thèmes et les vérités qu'ils recouvrent. Malgré son scepticisme à l'égard du surnaturel, Santiago assiste à une rencontre de spécialistes des superstitions, y est t... >Voir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacCulturaLeslibraires.frMomox
Critiques, Analyses et Avis (30) Voir plus Ajouter une critique
LePamplemousse
  15 décembre 2014
Je ne connaissais pas du tout cet auteur, c'est grâce à une critique récente de missmolko1 que j'ai découvert ce roman, qui m'a énormément plu.
Il y a des livres qu'on ouvre comme ça, un peu par hasard et qu'on a du mal à lâcher, même pour aller manger ou dormir, qu'on pose sur un coin de table parce qu'on est occupé mais qu'on reprend dès qu'on a cinq minutes de libre devant soi avec le risque de renverser du chocolat chaud dessus ou de le repeindre avec des projections de dentifrice, selon ce qu'on fait !
L'histoire se situe en Argentine dans les années 50 mais ni le lieu ni l'époque ne sont beaucoup décrit et ça pourrait presque se passer n'importe où ailleurs.
Un jeune homme, Santiago Lébron, va commencer à travailler comme réparateur de machines à écrire dans un grand journal et par le plus grand des hasards, il va devoir rédiger des articles ésotériques et faire partie d'une sorte de club très mystérieux, ce qui va l'entraîner dans le milieu des librairies et des antiquaires, mais même ces mots ne semblent pas avoir la signification qu'on leur connaît....
Les antiquaires semblent être des personnes dotées de pouvoirs particuliers, mais est-ce une légende liée à leur métier ou une réalité ?
J'ai été totalement envoûtée par cette histoire, parce qu'on ne sait pas trop vers quoi elle tend, parce que le héros, bien que jeune et sans expérience n'est pas complètement stupide, parce qu'on y rencontre des personnages fascinants, parce que l'intrigue est captivante, parce qu'il y a du suspense, de l'amour, des dangers, parce qu'une bonne partie de l'histoire se déroule au milieu des livres et autres objets anciens et qu'à chaque page, je n'avais qu'une envie, tourner la suivante tout en espérant ne pas terminer le livre trop rapidement pour prolonger le plaisir.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          430
missmolko1
  02 décembre 2014
Pour mon challenge "Le tour du monde en 8 ans", j'ai besoin cette fois mes valises en Argentine. La soif primordiale est un roman qui me faisait envie depuis quelques temps et je suis ravie de l'avoir lu.
Malgré un démarrage un peu lent, le lecteur est vite pris dans le suspense au point ou je dois vous confesser que j'ai mis mon réveil a sonner plus tôt pour pouvoir le finir avant de partir travailler.
Pablo de Santis revisite ici le mythe du vampire qui fait couler tant d'encre depuis des siècles. Dans son roman on les appelle "les antiquaires", puisque qu'ils collectent les vieux objets et vieux livres.
"Je découvris un passe-temps auquel Calisser n'avait jamais accordé d'importance : la recherche de ce que les livres gardaient entre les pages. J'y trouvais un billet périmé, une photographie de mariage, des fleurs séchées, une lettre décolorée, des programmes de cinéma, un ticket de tramway de la défunte Compagnie du Sud. Je contemplais longuement ces traces de lectures, ces marques laissées dans des livres lus dans le tramway, le métro, au lit, a la plage, au café. J'aimais ma collection, elle formait les lettres d'un message secret. Je rangeais ces reliques dans une vielle boite de thé Cross&Blackwell" Moi l'amoureuse des livres forcement ce passage m'a beaucoup plu.
Ils évitent bien évidemment aussi le soleil et préfère sortir la nuit. On est loin des vampires prédateurs puisque qu'ils se nourrissent d'un élixir qui substitut le besoin de sang.
Malgré le fait qu'il soit publié dans la collection Science Fiction, j'ai aimé qu'il y ai peu d'éléments fantastiques et j'ai trouvé qu'il y avait quelque chose de très réaliste dans ce roman. Les vampires de ce roman sont plus ou moins comme vous et moi.
Dans ce roman c'est plutôt l'ambiance qui est toujours un peu inquiétante : "-Nous avons tous un ennemi que nous ne soupçonnons pas, et auquel nous ne pensons peut-être jamais, mais qui passe des nuits blanches a réfléchir au mal qu'il peut nous faire. Il y a toujours un ennemi quelque part qui nous tient pour responsable de tout ce qui cloche dans sa vie."
On tourne les pages sans s'en rendre compte et je vous recommande vraiment cette lecture. Mon seul regret est que l'Argentine est très peu décrite, ainsi que l'époque. J'aurai aimé en savoir un peu plus. Malgré ça le roman reste très bon. Cétait ma première rencontre avec l'auteur, je suis maintenant curieuse de découvrir ses autres romans.
Lien : http://missmolko1.blogspot.i..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          390
Ellane92
  11 septembre 2014
Santiago est réparateur de machines à écrire. Un beau jour, il est embauché pour réaliser la grille de mots croisés du journal dans lequel il livrait les machines réparées, et dévient par là-même responsable de la rubrique ésotérique du journal, et conseiller auprès du ministère de l'Occulte. Bien qu'il ne croit pas plus que ça au monde de l'occulte, cette double casquette lui permet de vivre plus que décemment, et Santiago remplit les missions qu'on lui confie avec plus ou moins de bonne grâce. Jusqu'à ce qu'il soit chargé d'assister à une rencontre entre grands spécialistes intellectuels, réunis pour voir de leurs yeux un mystérieux antiquaire. A cette occasion, il rencontre la belle Luisa. "Je sentis cet élancement douloureux que l'on éprouve devant une femme véritablement belle. Et perçus le message secret que murmure toujours la vraie beauté : Tu ne m'auras pas." le coup de foudre est à sens unique, et le promis de la belle fait partie de la communauté d'intellectuels du surnaturel. A ce sujet, qu'est-ce donc qu'un antiquaire ?
- Quelqu'un qui vend des antiquités ?
Il soupira, agacé.
- Quelqu'un qui n'est pas affecté par le passage du temps ni par la maladie et qui ne peut connaitre qu'une mort violente. On leur prête un pouvoir de transfiguration quand ils se sentent en danger.
- Ils changent d'aspect ?
- Il ne vous est jamais arrivé de reconnaitre de la fenêtre d'un train ou dans une foule quelqu'un qui est mort ? Quand cela nous arrive, c'est que nous avons vu un antiquaire.
Oui mais… la réunion tourne mal et le mystérieux invité est assassiné sans autre forme de procès. Aussi, dès qu'une ébauche de projet concernant ces antiquaires se reconstitue, Santiago s'arrange pour les avertir du danger et... se retrouver dans une situation critique.
J'ai apprécié la première partie de ce récit raconté à la première personne, avant que Santiago ne rejoigne les rangs des antiquaires. Les premiers chapitres sont drôles et fantaisistes, plein d'imagination, avec des chaises de dentiste transformée en appareil à effacer les lignes de la main, le gout du secret, la communication via boite postale, tout ce mystère plein d'attentes et de promesses. La seconde partie du livre m'a moins intéressée, je suis restée à côté, comme on dit. Ce n'est pas que la lecture soit pénible, ou l'écriture désagréable, au contraire, Pablo de Santis nous propose parfois de jolies formulations qui sonnent comme des aphorismes, c'est juste que l'ensemble manque de sentiments, d'émotions, de passion, de tension, d'action, de frustration. J'aime les lectures qui font réagir, qui dérangent ou qui bouleversent, qui bousculent ou réconfortent. Or, j'ai lu La soif primordiale (et dans primordiale, il y a quand même une idée de "nécessaire", de "vital", d'irrépressible", non ?) "intellectuellement", j'ai suivi la transformation, la quête, la rébellion, la vengeance… de Santiago, mais je suis restée indifférente à son histoire. Je ne me suis pas ennuyée, ce livre ne me laissera un souvenir désagréable, mais je l'oublierai sans doute très vite.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          310
LydiaB
  18 mars 2012
Je suis plutôt mitigée après avoir refermé ce livre. Tout dans la quatrième de couverture m'avait attirée : le côté historique tout d'abord, avec la didacture argentine ; le côté mystérieux ensuite avec l'occulte ; le thème, enfin, avec le personnage principal évoluant au milieu de vieilles machines à écrire.

S'il est vrai que j'ai trouvé intéressant le début du roman, mettant très vite en scène tous ces facteurs qui devaient contribuer à faire de cette lecture un vrai moment de plaisir, j'avoue m'être très rapidement ennuyée. le côté historique, la didacture en Argentine, n'apparaît pratiquement pas, ce qui, déjà, est un point négatif pour ma part. Ensuite, j'ai trouvé des longueurs à n'en plus finir. Il est vrai que j'aime généralement les romans où les actions ne laissent pas le lecteur souffler, ce qui n'est pas le cas ici. Quant aux vampires, certes l'idée était bonne, mais je crois qu'il faut laisser définitivement ce thème à Sheridan le Fanu ou à Bram Stoker.

Je reste persuadée qu'avec un rythme plus soutenu, ce roman aurait eu une autre envergure et m'aurait plu. Là, je reste un peu dubitative...

Merci à Ys de News Book pour ce partenariat ainsi qu'aux Editions Métailié.
Lien : http://www.lydiabonnaventure..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          280
selena_974
  24 avril 2014
Nous sommes dans la Buenos Aires des années 50, et nous découvrons le personnage de Santiago, tout juste arrivé de province. Après un passage chez son oncle qui lui a appris comment réparer les vieilles machines à écrire, Santiago se fait embaucher dans un journal, afin de tenir la rubrique ésotérique. Mais le ministère de l'Occulte va également faire appel à ses compétences, et Santiago découvre ainsi des êtres à part, qui se font appeler les Antiquaires, immortels, perdus dans le passé et les vieux livres, vivant dans l'ombre et subissant la soif primordiale, la soif du sang.
Dans La soif primordiale, Pablo de Santis revisite le mythe du vampire, bien loin des classiques, mais on y retrouve pourtant tous les éléments fondateurs. Ce qui m'avait au premier abord attirée dans ce livre, c'est ce mélange entre le côté historique et culturel de l'Argentine d'une part, et l'aspect fantastique des vampires d'autre part. Mais il faut avouer que le "folklore" argentin, bien présent au début du roman, disparaît très rapidement, et que le vampire n'est ici qu'une pâle copie de ce qu'il peut être dans d'autres oeuvres majeures traitant du sujet (je pense bien entendu à Bram Stocker).
Une petite déception donc pour moi... Cela ne veut pas dire que ce roman n'est pas agréable à lire, ni qu'il manque de qualités. Il manquait juste le petit truc qui fait qu'on s'y intéresse pleinement et qu'on a envie de continuer cette histoire. Je tiens quand même à préciser que j'ai particulièrement apprécié les passages qui parlent des livres anciens et du métier de libraire. Des sujets qui me tiennent à coeur et que j'adore explorer.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          150

critiques presse (2)
LeMonde   12 mars 2012
Le scepticisme fondamental de Santiago et la précision des descriptions des quartiers populaires de Buenos Aires, de l'atelier de l'oncle, de la rédaction du journal contribuent à ancrer dans le réel les étranges révélations qui suivent […].
Lire la critique sur le site : LeMonde
Liberation   12 mars 2012
L’intelligence et l’humour de Pablo de Santis trouvent la distance et la proximité exactes pour mêler les thèmes du roman populaire.
Lire la critique sur le site : Liberation
Citations et extraits (34) Voir plus Ajouter une citation
LydiaBLydiaB   18 mars 2012
Il sortit de sous un tas de papiers un livre à couverture noire, épais et abîmé, qu'il me tendit : le dictionnaire dont il m'avait parlé, Superstitions sud-américaines. Je cherchais à la lettre A et lus à voix haute :
- "Le professeur Amadeo Lippi découvrit, en octobre 1916, à la bibliothèque de Parme, l'oeuvre de Pietro Gauderio, dont nous ne connaissions qu'un fragment. Il s'agit de la description d'une espèce particulière de malades, qui avaient fait de leur mal un culte. Ces malades reçurent le nom d'antiquari, car les deux patients que Gauderio avait rencontrés exerçaient cette profession."
- Je saute les citations et les sources, dis-je à Crispino.
- Les livres des universitaires sont comme les jardins publics la nuit : fontaines et obscurité.
Je poursuivis : "Dans le Rio de la Plata, on a trouvé des traces de cette superstition parmi les marchands d'Antiquités. Trois traits caractérisent ce mal : une longévité anormale, la capacité d'évoquer chez les autres le visage ou les gestes de personnes décédées et la soif de sang que les antiquaires appellent soif primordiale."
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          120
Ellane92Ellane92   02 octobre 2014
Dans une longue vie, les hommes changent. J'ai rencontré de vieux amis qui m'ont paru des personnes différentes. Un jour, ils rompent avec une habitude, le lendemain ils ajoutent une folie, ou deviennent subitement impassibles comme des maitres chinois… Même leur regard change. Mais cela n'arrive pas aux femmes. Immortelles ou non, elles ont toujours l'air pareil à elles-mêmes.
Commenter  J’apprécie          150
Ellane92Ellane92   01 octobre 2014
Il faut songer que les librairies de livres d'occasion n'existent que pour les lecteurs qui détestent poser des questions : ils veulent trouver par eux-mêmes. De plus, ils ne savent jamais ce qu'ils cherchent ; ils ne le savent que lorsqu'ils l'ont trouvé.
Commenter  J’apprécie          190
Ellane92Ellane92   03 octobre 2014
- Moi, on m'a appris que l'on peut pêcher par la pensée, l'acte, la parole ou par omission. Mais je ne crois pas au pêché par la pensée, si terrible qu'elle soit. Ni même au pêché par la parole. Il n'y a de mal que dans ce que nous faisons et laissons faire.
Commenter  J’apprécie          150
Ellane92Ellane92   06 octobre 2014
- Je veux savoir comment faire parvenir un message au Numismate.
- Ah ! Vous aimez le risque ? Pourquoi n'allez-vous pas au zoo, qui est tout près d'ici ? Vous descendez dans la fosse et vous mettez la tête dans la gueule du lion. Vous vous en tirerez mieux qu'avec le Numismate.
Commenter  J’apprécie          120
Video de Pablo De Santis (1) Voir plusAjouter une vidéo

Pablo de Santis : La traduction
Depuis Piriapolis, une station balnéaire d'Uruguay, Olivier BARROT présente, de Pablo de SANTIS, un écrivain originaire de Buenos Aires, "La traduction", un roman sur la linguistique et la criminologie.
autres livres classés : littérature argentineVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacCulturaLeslibraires.frMomox





Quiz Voir plus

Vous avez dit vampires ?

Qui a écrit "Dracula" ?

Oscar Wilde
Bram Stoker
Arthur Conan Doyle
Mary Selley

15 questions
1674 lecteurs ont répondu
Thèmes : fantastique , vampiresCréer un quiz sur ce livre