AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
EAN : 9781022600744
Éditeur : Editions Métailié (13/03/2014)
2.96/5   36 notes
Résumé :
A la veille de l’inauguration de l’Exposition universelle de 1889, les plus célèbres détectives du monde et leurs assistants ont rendez-vous à Paris pour une réunion du Cercle des douze, l’organisation qu’ils ont créée. Dès les premiers jours, l’un d’eux est assassiné sur la tour Eiffel encore en chantier. Aux côtés de Viktor Arzaky, détective polonais vivant à Paris, le jeune Sigmundo Salvatrio, fils d’un cordonnier de Buenos Aires, mène une enquête qui l’entraîne ... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (11) Voir plus Ajouter une critique
2,96

sur 36 notes
5
0 avis
4
3 avis
3
2 avis
2
3 avis
1
0 avis

LePamplemousse
  06 juin 2018
Douze détectives sont rassemblés à Paris à l'occasion de l'exposition universelle de 1889. ils viennent du monde entier, les récits de leurs succès font la gloire des journaux et l'un d'eux va être assassiné sur la tour Eiffel à peine achevée.
L'histoire nous est racontée par l'un des assistants de ces célèbres détectives, Sigmundo Salvatrio un jeune argentin, qui va aider Viktor Arkazy, le détective français à résoudre cette enquête complexe.
Plus qu'un roman policier, cette histoire nous fait découvrir les dessous de l'exposition universelle, avec ses innovations technologiques et ses détracteurs, un milieu où les secrets sont nombreux.
Cette enquête est tortueuse à souhaits, pleine de mystères et de rebondissements avec une pointe d'ésotérisme.
Au passage, les détectives en prennent pour leurs grades, car même s'ils ont parfois de bonnes techniques, leur ego est souvent bien démesuré.
Commenter  J’apprécie          350
PetiteBalabolka
  28 septembre 2015
Je tente la métaphore mécanique, inspirée par la célèbre silhouette qui figure sur la couverture. Telle l'ascension (pedibus, bien sûr) de la Tour ne laissant voir, au cours de l'effort, qu'un entrelacs de poutres et de rivets, la lecture de ce Cercle des douze laisse une sensation d'avancée un peu laborieuse avant d'en arriver au dénouement, à la résolution de l'énigme, sauf que, dans mon cas, la vue panoramique promise est restée quelque peu brumeuse.
Le point fort de ce livre est sans nul doute le contexte qu'il puise dans l'Exposition universelle de 1889, devenue culte grâce à sa création emblématique, la Tour Eiffel. Construction incroyable et singulière, elle exerce un pouvoir d'attraction qui n'a pas échappé à la maison d'édition et a motivé le choix de la couverture. Si l'on ajoute qu'il s'agit d'une histoire de détectives donc d'énigmes, les ingrédients sont réunis pour intéresser le lecteur. Sauf que le lecteur a intérêt à être motivé pour aller jusqu'au dénouement. Il doit déjà supporter une première partie assez longue où d'emblée il faudrait croire que les détectives (du XIXème siècle) exercent de part le monde une forme de fascination au point de susciter la publication de revues, lues avec empressement par des sortes de fans. Cet enthousiasme plaqué m'a semblé quelque peu artificiel. L'histoire qui débute à Buenos Aires (l'auteur est argentin) nous est présentée par Sigmundo Salvatrio, grand admirateur des détectives, qui trouve une occasion en or de s'approcher du plus célèbre enquêteur privé de son pays, Renato Craig lorsque celui-ci, rompant ses habitudes de solitaire, lance une académie où il se propose d'enseigner son savoir et par là même, choisir enfin un assistant. Si le lecteur doit être motivé pour poursuivre sa lecture, ce n'est pas tant en raison du propos qui nous est proposé (après tout, il est courant d'avoir une impression d'artificialité au début d'un livre quand l'empathie avec les personnages n'est pas établie, quand le liant n'a pas encore pris) mais en raison du style, bien trop pesant (trop de phrases avec un groupe nominal suivi de deux points, utilisation des "il y a", "il y avait"...). Je ne sais pas si c'est une question de traduction car je suis perplexe quant à la capacité (ou le droit..) d'un traducteur à transcender un texte au point de lui donner une finesse littéraire si, initialement, celui-ci en est dépourvu. Heureusement, la qualité du style va en s'améliorant au cours de la lecture.
Sigmundo est envoyé pour représenter Craig, compromis dans une affaire, à la réunion du Cercle des douze dans le cadre de l'Exposition universelle. En effet, l'art de la déduction se doit d'être représenté au même titre que les autres arts et métiers. Chacun des détectives présents y va de son interprétation du métier. Certaines exégèses sont un peu embrouillées mais elles ont l'avantage d'être illustrées par une sorte de "digest" d'énigmes emblématiques dont chacune pourrait servir de source d'inspiration à un roman policier.
Alors que la conférence bat son plein, l'orgueil de ces fins limiers est provoqué par l'assassinat de l'un d'entre eux. Darbon, détective de Paris qui enquêtait sur les ennemis de la Tour Eiffel a basculé, à grands renforts d'huile, dans le vide depuis le deuxième étage. C'est l'un des aspects les plus intéressants du livre. On apprend ou on réapprend que la Tour, loin d'avoir suscité l'unanimité, a eu des détracteurs féroces (et pourtant, elle devait être démontée !). Au passage, l'auteur rétablit un peu la paternité de Koechlin, l'assistant d'Eiffel, dans la silhouette si particulière qui caractérise l'édifice. Ce livre, c'est la revanche des gens de l'ombre, des assistants...
Arzaky, l'autre détective parisien s'empare de l'enquête, aidé par Sigmundo. Leurs pas les mènent dans le milieu d'une secte d'hermétistes (mais plusieurs autres noms sont employés) qui considèrent comme un outrage ce symbole triomphant du positivisme (si j'ai bien compris...). Puis, nous les suivons dans l'intéressante Galerie des machines, l'autre grande attraction de cette exposition. Au cours de cette enquête, le jeune Sigmundo apprend, fait ses armes et éprouve à plusieurs reprises sa loyauté. Les ressorts compliqués de l'énigme rendent ce parcours initiatique cependant moins saillant qu'il ne le mérite, ce qui est regrettable car il est assez finement mené.
Un livre qui aurait gagné selon moi à faire quelques choix. Déjà servi par un contexte historique prégnant, il n'avait peut-être pas besoin d'être étoffé encore par autant d'idées, de rebondissements et de personnages (on est quasiment à la vingtaine...). Je l'aurais davantage apprécié un peu éclairci, gracieux comme la Tour Eiffel...

Lien : http://leschroniquesdepetite..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          170
Marie2406
  20 janvier 2021
Buenos Aires, mars 1888, le jeune Sigmundo Salvatrio fils d'un cordonnier d'origine italienne, rêve de devenir l'un des détectives dont les aventures sont relatées dans la revue « La clé du crime » qu'il dévore depuis qu'il est enfant.
Aussi, lorsque parait une annonce publiée par le célèbre détective Renato Craig informant qu'il va créer une école d'assistant de détective, Sigmundo tente sa chance.
Avec la vingtaine d'autres garçons retenus, il se rend vite compte que l'un d'entre eux nommé Alarcon, est au-dessus du lot et que sans aucun doute Craig le choisira comme assistant.
Lorsqu'Alarcon est assassiné par le tueur en série qu'il surveillait, tout change alors pour Sigmundo qui sera le seul à rester auprès de Craig empêtré dans le tourbillon créé par ce meurtre.
Craig ne peut alors se rendre à la réunion du Cercle des douze, cercle regroupant douze des meilleurs détectives du monde, qui va se réunir à Paris en mai 1889 à l'occasion de l'ouverture de l'Exposition universelle.
Il va donc y envoyer Sigmundo pour le représenter.
Mais très vite, cette réunion va virer au drame lorsque l'un des détectives français est retrouvé mort au pied de la Tour Eiffel en construction.
Suicide ? Accident ? Meurtre ?
Sigmundo va devenir l'assistant de Viktor Arzaky un autre détective français, pour enquêter sur cette mort et sur celles qui suivront.
Un bon polar historique qui nous replonge dans le Paris du début 1889 dans l'effervescence des semaines précédant l'inauguration de l'Exposition universelle.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
PinkCatReading
  25 août 2010
Le cercle des douze est une association d'enquêteurs chevronnés de différentes nationalités. L'un de ses fondateurs, l'argentin Craig décide d'ouvrir une école pour recruter un assistant. Sigmundo Salvatorio, fils de coordonnier suit les cours du maître car il a toujours admiré le Cercle des douze. A la veille de l'Exposition Universelle de 1889 se déroulant à Paris, et qui doit réunir les douze, une affaire sordide retient Craig qui envoie Salvatorio le représenter à la réunion. Celui çi fait la connaissance des assistants et de leurs maîtres : le japonais, l'américain, le français...mais voilà, une enquête leur tombe dessus lorsqu'un membre des douze est assassiné.
Encore une fois, je suis très partagée sur un livre...Fin du XIXe siècle, Paris, exposition universelle, sirène de cabaret, ambiance étrange, enquête...que des thèmes qui d'habitude me plaisent énormément. Mais je n'ai pas vraiment accroché.
L'ambiance est là, les personnages sont hauts en couleurs, les rebondissements ne manquent pas et l'histoire est bien trouvée, surtout la fin, que j'ai bien apprécié. En effet, le sac de noeud se dénoue un peu d'un coup et les explications éclairent toute l'enquête.
L' ambiance dégage une certaine esthétique propre à Paris et à la fin du XIXe siècle tout à fait envoûtante et parfois glauque sur un fond de roman d'apprentissage avec la découverte approfondie du monde des "douze" par Salvatorio mais le tout m'a paru assez froid et "papier glaçé". Normal peut être, pour une enquête, il faut bien une certaine distance. Ou alors peut être que trop d'ésthétique tue l'esthétique surtout si l'ambiance prime sur le fond?
L'écriture ne m'a pas mise à l'aise, peut être est-ce du, encore une fois, à la traduction ? Ou alors c'est le style de l'auteur, mais n'ayant rien lu d'autre de lui, je ne peux pas comparer.
Beaucoup de "peut être" et d'incertitude...Je mettrais éventuellement 3 coeurs avec le recul...Avec la quatrième de couverture, j'étais conquise mais finalement, je suis déçue de ne pas être arrivée à bien apprécier ce livre. Je le relirais peut être. Plus tard.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
viduite
  15 janvier 2018
Enquête sur l'illusion. Derrière le pastiche des déductions de détectives philosophes, le cercle des douze livre, derrière le trompe-l'oeil d'un très brillant exercice de style, une très fine réflexion sur l'accompagnement de la fiction. Pablo de Santis captive par son appropriation d'un Paris disparu, par ses pastiches d'un pari sur une rationalité illuminée.
Commenter  J’apprécie          40


critiques presse (1)
Telerama   27 mars 2014
Un livre irrésistible, signé par un auteur aux talents multiples : tantôt écrivain de polar, romancier pour la jeunesse, scénariste pour la télévision et la bande dessinée, et aussi éditeur.
Lire la critique sur le site : Telerama
Citations et extraits (3) Ajouter une citation
picturapictura   03 juin 2014
Pressentir, c’est se souvenir ; et c’est pour cela que l’expérience est la mère de l’intuition, qui n’est qu’une forme particulière du souvenir.
Commenter  J’apprécie          130
missmolko1missmolko1   30 décembre 2016
Un assassinat est toujours un problème de chambre close. Et la chambre close, c'est le cerveau du criminel.
Commenter  J’apprécie          40
laurannslauranns   05 décembre 2018
Peu importe que tout soit éclairé à la lumière électrique: plus il y aura de lumière, plus il y aura d'ombre; nous nous cacherons au fond de l'obscurité, comme les chrétiens dans les catacombes.
Commenter  J’apprécie          10

Videos de Pablo De Santis (3) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Pablo De Santis
Vidéo de Pablo De Santis
autres livres classés : exposition universelleVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Les classiques de la littérature sud-américaine

Quel est l'écrivain colombien associé au "réalisme magique"

Gabriel Garcia Marquez
Luis Sepulveda
Alvaro Mutis
Santiago Gamboa

10 questions
305 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature sud-américaine , latino-américain , amérique du sudCréer un quiz sur ce livre