AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Michel Courtois-Fourcy (Traducteur)
EAN : 9782742731107
656 pages
Éditeur : Actes Sud (01/01/2001)

Note moyenne : 4.09/5 (sur 75 notes)
Résumé :
22 novembre 1963, assassinat du président Kennedy.
Faute d'élucidation crédible, le mystère est resté total et le drame est entré dans la légende américaine. Don DeLillo a puisé dans la vérité historique tous les éléments d'un fantastique roman policier - agents secrets, activistes de droite et de gauche, mafiosi, stripteaseuses, trafiquants de drogue, CIA, FBI, KGB, Fidel Castro. et un coupable désigné nommé Oswald, né sous le signe de la Balance (Libra, en ... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (6) Voir plus Ajouter une critique
thomassandorf
  06 janvier 2018
Pour Don DeLillo, l’assassin du président J.F. Kennedy se nomme certainement Lee Harvey Oswald. Cet homme avait vingt six ans au moment des faits. Comment ce garçon originaire de Louisiane, raillé et isolé dans sa jeunesse, va-t-il se retrouver à une fenêtre donnant sur la Dealey Plazza à Dallas le 22 novembre 1963 avec un fusil dans les mains et presser la gâchette ?
Le roman suit les étapes de son existence : engagé chez les Marines à dix sept ans, il se nourrit d'ouvrages marxistes. Le type taciturne prend de la consistance. Il quitte l’armée, s’exile trois ans en Union Soviétique où il travaille comme ouvrier métallurgique pour obtenir la nationalité ; en vain. Retour près de Dallas, avec Marina qu’il a épousée à Minsk.
Il n’a pas trente ans et son existence médiocre le déçoit. Il croit se forger un destin en assassinant un général à la retraite militant anticommuniste notoire. Echec. Tentative de retour à Moscou. Nouvel échec. Il espère rejoindre Fidel Castro, milite pour sa cause, infiltre un groupe anti castriste, part pour Mexico où demande un visa pour Cuba et un pour l’URSS. Echec au carré. Les boulots sans intérêts alternent avec le chômage. Marina attend une seconde fille.
Mais il n’est pas le seul dans cette histoire à attirer l’attention de DeLillo. Fait curieux, le KGB, le FBI et la CIA se sont intéressés au cas Oswald bien avant le crime qui a fait basculer l’Amérique. Il y aussi des activistes de tout bord qui gravitent autour de ce type, mutique et difficile à cerner. Parmi eux des hommes frustrés par l’échec de la Baie des Cochons ; ils montent cette conspiration contre le Président Kennedy. Le meurtre n’aura de sens que s’il est perpétré par un pro-castriste. Lee est partagé. Mais il se cherche un destin. Il sera leur homme. Un tireur parmi d’autres. Mais celui qui compte le plus car il sera la seule face visible de l’iceberg. Homme au tempérament secret, il est abattu par Jack Ruby avant d’avoir pu donner sa version du complot. Les autres disparaitront dans le sang et l’indifférence.
Avec DeLillo, son histoire devient le centre d’un roman de 650 pages. L’homme est suivi pas à pas. Alternent les vies de nombreux personnages qui auront un rôle dans cet assassinat qui se pose au sommet d’une pyramide, le croisement de destins variés dont le sens sera déterminé par le choix de Lee d’abattre Kennedy.
Lee est un damné. Un être maudit plus qu’un raté. Hanté par un idéal marxiste, il est fasciné par Kennedy. Pourtant il lui faudra accomplir un acte qui fera basculer la destinée de l’Amérique. Pour la nation fracassée par le crime de son président, il n’est qu’un meurtrier aux intentions troubles, assassiné trop tôt par Jack Ruby pour ait pu livrer toute son histoire.
Alors DeLillo livre son interprétation dans un livre qui se tient par lui-même. Ni biographie, ni roman historique. Il décrit plutôt les problèmes de couple, les obsessions d’une mère, l’exécution sur le bord de la route d’un chien devenu trop vieux, les disputes de couple, les états d'âmes de l'employé middle class, les blagues qui font rire les strip-teaseuses ... Le roman fourmille de ces vies qui s’entremêlent au hasard de l’existence ou parfois sur commande dans un réseau labyrinthique qui donne le tournis.
A vrai dire, pour lire ce roman, cela a été long. Libra a été même difficile à terminer. Peut-être parce que le sujet concerne une époque et un événement moins familiers. Avec le recul du temps (le livre a été publié en 1988) comment le prendre : témoignage ou invention ? Peu importe sans doute, mais il est difficile de repérer les lignes de forces narratives, les personnages clés.
Voilà peut-être le message de DeLillo quand il redonne sa véritable substance à l’existence – où en vérité les coups de théâtre sont assez rares.
Le roman polyphonique évolue très lentement vers ce moment de l’assassinat, sans aucune  construction savante ni le recours tragique à rouage fatal du destin. L'histoire est prise à rebours. Et ce qu'on y voit est plutôt une combinaison de facteurs non liés entre eux. Jusqu'à ce que Lee décide à un moment de prendre en main la situation et donner consistance à son histoire personnelle.
Un ensemble brillant. Un style qui m'a vraiment plu. A lire. Puis à relire par bloc ou en totalité.
T. Sandorf

Lien : https://thomassandorf.wordpr..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70
strummer
  04 juin 2012
Libra, le signe de la balance, celui de Lee Harvey Oswald, on passe du côté obscur, et l'on découvre la grande histoire, par un personnage principal : assassin ? coupable idéal ? manipulé ?
Voici le livre qui a donné envie à Ellroy d'écrire sa trilogie Underworld, tout est dit
Don de Lillo est un génie, son livre est énorme
Commenter  J’apprécie          170
Lalain
  16 novembre 2014
Ce qui est évident c'est que Don Dellilo ne facilite pas la tache du lecteur. le texte est dense et le récit en fonction des personnages est loin d'être linéaire chronologiquement, il faut un temps d'adaptation. Puis personnellement j'ai régulièrement du mal avec certains de ses dialogues que je qualifierai .... d'énigmatiques. Un Don Dellilo, ça se mérite! Est ce que cela signifie qu'il faut bien connaître l'affaire JFK pour apprécier Libra? Je ne pense pas que cela soit une obligation mais cela rendra la lecture un peu plus limpide et par conséquent augmentera le plaisir qu'on en retire. Voilà pour les côtés négatifs.
Une fois bien accroché on tourne les pages sans s'en rendre compte. le point fort à mon sens est le magnifique portrait de Lee Harvey Oswald que développe Don, sorte de François Pignon la gentillesse en moins. Cet antihéros passera systématiquement à côté de sa vie, sans rien maîtriser ni même comprendre la portée de ses actes ou de ses rencontres. Ce livre n'est pas une énième version de ce qui a pu arriver ce 22 novembre, mais plus une série de portraits captivants des différents acteurs plus ou moins directs du complot, pour conclure en thriller, les scènes finales de l'assassinat étant une pure merveille d'écriture. Au delà des faits bruts on s'approprie le contexte, les éléments, les sentiments des protagonistes.
C'est maîtrisé jusqu'au bout, donc abouti. du très lourd.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          80
ignatus-reilly
  09 mars 2013
Un livre exceptionnel.
Delillo fait de Lee Harvey Oswald, le héros, presque malgré lui, de ce livre.
Dans quelle mesure Oswald a-t 'il été manipulé?
L'a-t 'il été d'ailleurs?
Nous n'aurons jamais la réponse à cette question.
Complot, désir de s'inscrire dans l'histoire??
Delillo livre une perspective séduisante.
Commenter  J’apprécie          90
johaylex
  20 septembre 2011
Lee Harvey Oswald, la théorie du complot, l'assassinat de Kennedy, la guerre froide.
Exceptionnel. Mais chose surprenante, j'ai eu des réminiscences de "l'étranger" de Camus en le lisant à l'époque !
Commenter  J’apprécie          50

Citations et extraits (9) Voir plus Ajouter une citation
GehenneGehenne   25 avril 2018
Si nous regardons de l'extérieur, nous supposons qu'un complot est la mise en action d'un projet. Des hommes anonymes, silencieux, au coeur dur. Un complot est tout ce que n'est pas la vie ordinaire. C'est un jeu intérieur, froid, précis, concentré, et à jamais séparé de nous. Nous représentons l'imperfection, nous les innocents, essayant d'extraire un sens grossier aux bousculades quotidiennes. Les conspirateurs ont une audace et une logique qu'on ne peut atteindre. Tous les complots reviennent toujours à la même histoire tendue d'hommes qui trouvent une cohérence dans un acte criminel quelconque.
Mais peut-être n'est-ce pas le cas (..) Le complot contre le Président était une suite d'incohérences qui pourtant parvinrent à prendre forme, à atteindre un résultat grâce, principalement à de la chance. Des hommes habiles et des imbéciles, des indécisions et de fortes volontés, et aussi des conditions atmosphériques.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
Vicky-LeeVicky-Lee   06 décembre 2010
Il était coursier. Il portait des papiers à des compagnies de transport maritime ou, de l'autre côté de la rue, au bureau de la douane, un bâtiment qui ressemblait au temple de l'argent, imposant et gris, avec de grandes colonnes en granit. On s’attendait à ce qu'il soit vif et gai. Les gens apparemment comptaient sur son entrain. Moins vous êtes important dans un travail, plus on s'attend à ce que vous ayez aux lèvres un sourire heureux.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
Vicky-LeeVicky-Lee   06 décembre 2010
Il allait commencer immédiatement à économiser pour acheter une machine à laver et une voiture. Ils auraient un appartement avec un balcon et pour une fois leur mobilier à eux, des meubles modernes, lisses et nets. Ce sont ces moyens ordinaires qui vous aident à en finir avec la solitude.
Commenter  J’apprécie          30
LalainLalain   13 novembre 2014
C’était un événement qui risquait de devenir plus important dans l'histoire que la mort de Jésus elle-même
Commenter  J’apprécie          50
thomassandorfthomassandorf   06 janvier 2018
Votre Honneur, je ne peux exprimer la vérité de cette affaire avec des oui ou des non. Je dois raconter toute l’histoire.
Commenter  J’apprécie          40

Videos de Don DeLillo (7) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Don DeLillo
"Fou" de Christopher Moore. Editions L'Oeil d'Or "Héros Ordinaires" de S.G. Browne. Editions Agullo "Zero K" de Don DeLillo. Editions Actes Sud
Retrouvez toutes les vidéos ici : http://goo.gl/23DkUZ
autres livres classés : john f. kennedyVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Quelle guerre ?

Autant en emporte le vent, de Margaret Mitchell

la guerre hispano américaine
la guerre d'indépendance américaine
la guerre de sécession
la guerre des pâtissiers

12 questions
2052 lecteurs ont répondu
Thèmes : guerre , histoire militaire , histoireCréer un quiz sur ce livre