AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2283018641
Éditeur : Buchet-Chastel (30/11/-1)

Note moyenne : 2.32/5 (sur 14 notes)
Résumé :
4° de couverture :
(Édition source : Buchet-Chastel - 11/2001)


DORITA a réussi sa vie. Elle a un mari, un appartement, une voiture, des bijoux - de ceux que l'on remarque -, des fourrures et de grands enfants presque indépendants.
Le temps, en cette fin d'après-midi, est glacial. Et, par le meilleur des hasards, devant les Galeries, Dorita tombe sur cette vieille, cette bonne... enfin, quel est son nom, déjà ? La pauvre, elle a t... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (4) Ajouter une critique
zazy
  13 mai 2013
Si une « vieille » copine d'école avec laquelle vous ne vous entendiez pas particulièrement, ou plutôt, qui ne vous aimait pas, vous hèle dans la rue : Courage, fuyez à toutes jambes !!!
Cette chère Carmen en a fait les frais au grand bonheur de Mercedes Deambrosi.
« -Comment as-tu fait pour me reconnaître ? Quelle mémoire Dorita, quelle mémoire après tant d'années…
Cette pauvre fille est encore plus laide que lorsqu'elle était u lycée, comment aurais-je pu l'oublier ? » pensa Dorita, et à voix haute : -Mais tu n'as guère changé ma chérie dès que je t'ai aperçue, je me suis dit : mais c'est cette bonne amie Carmen Gonzalo y Gonzalo. Elle pinça ses lèvres étroites en un semblant de sourire où le rouge Revlon débordait généreusement »
Dorita, est-ce parce qu'elle s'ennuie un peu dans sa vie « réussie », embarque cette Chèèère Carmen dans une course échevelée vers…. Elles ne savent pas trop quoi. de cafeteria en bar, Dorita impose son luxe, impose ses vues, rabaisse, sans en avoir l'air tout en sachant ce qu'elle fait, cette Chèèère Carmen. Dorita se vautre dans son luxe, montrant les derniers bijoux offert par son Cheeer Mari. Cette pauvre Carmen n'a que son allure de vieille fille mal fagotée et Dorita s'en paye une bonne tranche sous couvert « d'amitié ».
Un après-midi mémorable fait de méchanceté à sens unique. Plus la soirée avance plus le vernis craque, le fond de teint part en plaques, tout comme la bienséance ! Dorita s'enfile Martini sur Martini. Mercedes Deambrosis s'en donne à coeur joie à dépiauter cette vieille Espagne des carcans, des faux-semblants, des apparences (mais cela vaut aussi dans notre chère France). La scène « d'amour » dans les toilettes d'un night-club est un délice mordant, dévastateur, cruel que je vous laisse découvrir.
Un livre que j'ai adoré ; un livre ponctué de rires, de ricanements, de oh scandalisé ou désolé. Une soirée que ni l'une ni l'autre n'oublieront facilement. de retour à leurs domiciles respectifs, elles y trouveront ce qu'elles n'auraient voulu y trouver : le vide. Cette journée fut une véritable descente en enfer !!
Au fait pourquoi ce titre ? La réponse est dans ce livre. Une réponse cruellement jubilatoire mais pathétique.
Ce petit roman est cruellement jubilatoire avec une pointe pathétique pimentée. Mercedes Deambrosis appuie là où ça fait mal à la bourgeoisie !!!!
Je l'ai rencontrée au « Salon des Dames » à Nevers début avril dernier où elle présentait son livre « Juste pour le plaisir ».
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          80
Lali
  15 février 2015
La vie est beaucoup trop courte pour lire de mauvais livres et, de plus, des romans portant sur la méchanceté des êtres humains. C'est ce que je me suis dit quand j'en ai eu terminé avec les 103 pages d'Un après-midi avec Rock Hudson.
Le titre m'avait séduite, je n'avais lu le quatrième de couverture qu'en diagonale, Enfin, il me semble. Et comme j'avais une heure devant moi, pourquoi pas la passer avec Rock Hudson?
Eh bien, je vous le dis, j'ai été flouée. Rock Hudson n'apparaît qu'à la toute fin, alors que le soir a depuis longtemps pris le pas sur l'après-midi, et sur une photo fort probablement découpée d'une page de magazine il y a un demi-siècle. le reste dépeint les retrouvailles de deux femmes qui se sont perdues de vue après avoir (peut-être) été amies à l'adolescence et tout le mal que l'une peut faire avec l'autre par son comportement, la violence de ses mots et de son regard, et cette volonté évidente de lui faire passer quelques mauvais quarts d'heure.
Un livre inutile, à l'écriture banale et au contenu sans intérêt. Peut-être est-il possible de le découper et d'en faire des objets d'art postal? Je vais en parler à mon amie Danièle, elle connaît bien davantage que moi le sujet.
Lien : http://lalitoutsimplement.co..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
vallery73
  31 août 2009
Se lit d'une traite... oui parce qu'il est bref (103 pages), mais surement pas intéressant. Deux anciennes amies se revoit et vont prendre un verre pour parler, à vrai dire une parle et quand l'autre s'y met elle se fait couper la parole. Tout le long du livre je me dis que ça va venir, l'histoire ou le punch vont arriver, mais non rien. Tout se placotage donc une qui est dure et méchante pour finir tous les deux dans une solitude total. Peut-être est-ce une morale que l'auteure nous fait? Aucune idée, mais moi je n'ai pas adoré. Une chance qu'il était court!
Commenter  J’apprécie          00
Stephiboux
  20 janvier 2010
Il y a des livres dont on se dit "comment j'ai pu dénicher ça, et où?" C'est le cas de ce petit poche. Où, je ne sais pas mais c'est un cadeau que l'on m'a fait (merci tatie!) Quant à comment... là aussi, mystère!
C'est un après-midi raconté en une centaine de pages. L'après-midi de Dorita et de Carmen. Elles étaient camarades de lycée et ont toutes deux la cinquantaine je crois. La première a tout réussi : mari médecin, bijoux, fourrures, enfants qui ont quittés le nid familial. Carmen, elle, est restée vieille fille, s'occupant des enfants de sa soeur, etc.
Lorsqu'elles se retrouvent cet après-midi là, elles vont simplement boire un café... et de fil en aiguille s'entraîneront dans une drôle de soirée. Carmen ressasse son amour pour un acteur américain, Dorita se montre trop aguichante.
Paraît que c'est un livre drôle. Je cherche encore. Certes ce n'est pas du premier degré mais il y plus de cruauté que d'humour, pour moi, dans ce livre. Un drôle de livre. Les deux femmes sont agaçantes, l'une car trop extériorisée et un peu bourgeoise, l'autre car justement pas assez.
Je ne peux pas dire que j'ai aimé ce livre. Ni que je n'ai pas aimé. C'est encore un ouvrage à classer dans les "qu'en penser ?" C'est cependant à lire, pour voir.
Lien : http://imperceptiblepassaged..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
Citations et extraits (2) Ajouter une citation
NievaNieva   25 mars 2015
Dans la rue le flux des voitures avait diminué et les lumières scintillaient joyeusement. Le vent fouettait les rares passants, donnait à leur démarche des inclinations singulières. Les mannequins, dans les vitrines, semblaient les regarder, prêts à leur emboîter le pas.
Commenter  J’apprécie          40
NievaNieva   25 mars 2015
— Mais c'est moi, Dorita ! Tu ne te souviens pas de moi... ? Il est vrai qu'après toutes ces années... On change n'est-ce pas ?
— Dorita... Dieu du ciel ! Je ne t'avais pas reconnue !
En un geste prompt, elle ramassa le paquet tandis que Carmen levait son visage rond à la peau épaisse, légèrement recouverte de sueur, et souriait, pleine de reconnaissance.
— Comment as-tu fait pour me reconnaître ? Quelle mémoire Dorita, quelle mémoire après tant d'années...
«Cette pauvre fille est encore plus laide que quand elle était au lycée, comment aurais-je pu l'oublier ?» pensa Dorita, et à voix haute :
— Mais tu n'as guère changé ma chérie, dès que je t'ai aperçue, je me suis dit : mais c'est cette bonne amie Carmen Gonzalo y Gonzalo. Elle pinça ses lèvres étroites en un semblant de sourire où le rouge Revlon débordait généreusement.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
Video de Mercedes Deambrosis (2) Voir plusAjouter une vidéo

[Mercedes Deambrosis : Milagrosa]
De Madrid, Olivier BARROT présente la réédition du roman de Mercedes DEAMBROSIS "Milagrosa", chronique douce amère de l'Espagne de 1950 dont il lit un extrait
autres livres classés : espagneVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr





Quiz Voir plus

Littérature espagnole au cinéma

Qui est le fameux Capitan Alatriste d'Arturo Pérez-Reverte, dans un film d'Agustín Díaz Yanes sorti en 2006?

Vincent Perez
Olivier Martinez
Viggo Mortensen

10 questions
50 lecteurs ont répondu
Thèmes : cinema , espagne , littérature espagnoleCréer un quiz sur ce livre