AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
EAN : 9782221198568
416 pages
Éditeur : Robert Laffont (16/11/2017)

Note moyenne : 3.45/5 (sur 74 notes)
Résumé :
« Je n'ai pas peur du noir… juste de ce qui s'y cache. »
Poursuivie par ses démons, Jennifer Dorey a quitté Londres pour retourner dans sa maison d'enfance avec sa mère, à Guernesey, où elle est devenue reporter au journal local. Elle pensait pouvoir souffler un peu. Elle avait tort.
Quand le cadavre d'une jeune femme s'échoue sur une plage, la journaliste mène sa propre enquête et exhume plusieurs morts similaires qui s'étendent sur une cinquantaine ... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (49) Voir plus Ajouter une critique
Julitlesmots
  18 novembre 2019
J'aime les intrigues complètement tordues, qui me vrillent le cerveau, mais j'apprécie aussi, parfois, les intrigues simples qui me permettent de me faire plaisir, sans me triturer les méninges… La griffe du diable, fait partie des polars classiques, agréables, qui fait le job qu'on lui demande, c'est-à-dire, nous faire passer un bon moment. Et c'est déjà une excellente chose.
Malgré ce classicisme, que certains pourraient lui reprocher, il y a un, je ne sais quoi qui fait que l'on se laisse facilement porter par la plume de l'auteure.
On retrouve tous les codes du genre, avec des personnages malmenés par la vie, qui prennent peu à peu forme et s'étoffent au fil du récit. L'auteure les décrit de belle façon, les rendant accessibles et surtout rendant palpables leurs fêlures. L'empathie, ce créé peu à peu, mais sans jamais tomber dans le gnangnan qui aurait pu me faire décrocher !
L'auteure tire son épingle du jeu, grâce à l'atmosphère qu'elle confère à son récit, avec les descriptions de l'île de Guernesey, ses plaines sauvages, ses légendes bien ancrées dans l'imaginaire collectif, avec une pointe de surnaturel propre aux lieux habités par les vieux démons… Une dualité est palpable entre le besoin de modernité et la peur du changement des plus anciens.
Le rythme assez lent, se calque sur le flegme tout britannique, avec un dénouement progressif, grâce aux paroles du meurtrier qui viennent se glisser entre les chapitres.
Un livre qui se déguste et se savoure avec un bon thé et des petits biscuits, en humant les vagues qui viennent s'écraser sur les rocher, isolant cette île pleine de mystère…

Lien : https://julitlesmots.com/201..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          272
stokely
  20 janvier 2018
Une petite île au nom de Guernesey quel parfait lieu pour enquêter sur un cadavre retrouvé sur la plage.
Jennifer Dorey est une journaliste qui revient vivre sur cet île chez ses parents au moment ou ce corps est découvert, elle va mener son enquête et découvrir que d'autres corps de femme ont été découverts précédemment.
Le récit mêlant habilement les passages de Jenny et de Mickäel l'enquêteur qui est chargé de ce dossier, il y a également une troisième voix celle qui nous narre des choses liées à Guernesey des années auparavant.
J'ai aimé cette atmosphère de mythes et légendes, ces histoires concernant Victor Hugo qui a fait de nombreuses séances de spiritisme sur l'île.
Tout cela confère au récit une ambiance très particulière, j'ai vraiment aimé le personnage de Jenny et en apprendre plus sur son passé.
Un petit bémol cependant pour moi sur la fin du récit ou j'ai peiné à lire les cinquante dernières pages, celui-ci aurait gagner en fluidité en éliminant ces dernières pages.
Une belle découverte et je surveillerais attentivement les prochaines parutions de l'auteur.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          200
Stewartjef
  09 février 2019
Savoir conclure est un art.
Un repas, bien arrosé, a besoin d'une conclusion qui demeurera un souvenir agréable.
L'amour a besoin de l'apothéose, qui laissera des traces (agréables ou pas).
Un conférencier me disait que, dans un exposé, le plus difficile est de commencer et de conclure. Pour le reste, c'est comme le pilote automatique d'un avion.
Selon mes croyances personnelles, il en va de même pour un roman.
Savoir conclure est un art.
Guernesey
Je ne ferai pas le guide touristique, à mes amis babeliotes (étant moi-même à des milliers de kilomètres), de ces lieux à consonance française, où on n'y parle pas français.
Une chose est sûr pour moi dans ce livre, il y manque une conclusion pour conserver un souvenir agréable, ou pas.
Commenter  J’apprécie          200
coquinnette1974
  23 février 2018
Je viens de terminer La griffe du diable de Lara Dearman, obtenu grâce à Robert Laffont et net galley.
J'ai un peu traîné à le lire car j'ai parfois eu du mal à accrocher avec ce roman.
J'ai aimé le fait qu'il se passe sur l'île de Guernesey, et l'ambiance particulière des romans se déroulant sur cette île.
Jennifer Dorey a quitté Londres pour devenir reporter au journal local, à Guernesey. Elle y vit avec sa mère, dans la maison de son enfance.
Quand le cadavre d'une jeune femme s'échoue sur une plage, la journaliste mène sa propre enquête et découvre qu'il y a eu d'autres morts similaires, avec un symbole sur elle, les fameuses griffes du diable gravées également sur un rocher... Elles portent ce nom car elles auraient été par Satan en personne...
Nous découvrons également Michael, l'enquêteur chargé de l'affaire.
Il y a trois voix : Jennifer, Michael et une autre voix nous permettant de découvrir ce qui s'est passé sur l'île, avant.
J'ai aimé l'ambiance, avec les légendes sur une île proche de la France mais assez méconnue.
J'ai aimé les personnages, notamment Jennifer.
L'ensemble est intéressant mais ce n'est pas un coup de coeur. Je trouve qu'il y a des longueurs par moment et de temps en temps je me suis un peu ennuyée, j'ai décrochée ici et là.
Dans l'ensemble, La griffe du diable est un bon roman, à qui je mets trois étoiles et demie.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          130
Eroblin
  22 novembre 2017
J'ai lu ce roman policier dans le cadre du Grand Prix des Lectrices de Elle et je l'ai trouvé agréable à lire. L'originalité du livre se trouve dans le fait que l'action se passe sur une île, celle de Guernesey. Pour les ignorants, c'est sur cette île que vécut Victor Hugo durant son exil qui dura une vingtaine d'années. C'est sur cette île que, régulièrement, il communiqua avec l'esprit des morts au cours de séances où il aurait discuté avec des auteurs, des philosophes…tous morts évidemment. Il lui est même arrivé d'être confronté à une mystérieuse Dame blanche…Tout cela pour vous dire que l'atmosphère de l'île est propice aux superstitions et aux pratiques occultes. C'est dans ce cadre que se déroule l'enquête policière et journalistique : quand le cadavre d'une jeune femme est retrouvée sur une plage, tout le monde pense d'abord à un accident voire à un suicide car la victime était déprimée. Mais une femme –Jennifer Dorey- va fouiner et s'apercevoir que sur plusieurs décennies, cinq jeunes femmes se ressemblant physiquement, sont mortes noyées. Elle convainc un policier que ces « accidents » n'en sont pas. On a là la description d'une enquête classique qui se déroule à un rythme assez lent. Pas de rebondissements à toutes les pages, pas de suspense non plus, on arrive à deviner qui est responsable des meurtres d'autant plus que l'auteur nous fait entendre sa voix et les raisons de son meurtre, raisons liées à l'origine de l'île. L'intérêt du livre se concentre sur le personnage principal : la journaliste Jennifer Dorey est originaire de l'île, mises à part quelques années passées en Angleterre, elle vit avec sa mère depuis la mort de son père. Elle a quelques casseroles derrière elle, l'auteur sème des digressions dans le roman qui nous permettent de comprendre que, lorsque Jennifer vivait à Londres, elle a mis son nez dans des histoires qui ne la regardaient pas et que cela a failli mal se terminer pour elle. Si l'auteur s'attarde ainsi sur ce qui paraît au premier abord des détails sans importance, c'est qu'elle va certainement les exploiter dans les tomes suivants. Car j'ai eu la nette impression en lisant que ce tome n'est que le premier d'une série et Jennifer un personnage récurrent. Et c'est sans doute pour cela que le rythme est aussi lent, l'auteur prenant du temps pour présenter Jennifer, pour la poser dans ce cadre enchanteur mais finalement restreint – l'île est petite-, pour installer les liens qui vont se nouer entre elle et l'inspecteur Michael Gilbert ou le journaliste Elliot. En conclusion, on a donc une intrigue correcte, des personnages bien campés mais on attend plus de dynamisme et d'intérêt pour le prochain tome.
Lien : https://labibliothequedeneko..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          120

Citations et extraits (32) Voir plus Ajouter une citation
BlackKatBlackKat   14 décembre 2017
Jenny adorait l'odeur du papier journal fraîchement imprimé. L'odeur métallique, propre, de l'encre sur le papier doux, odeur qui s'estompait, comme les nouvelles, au fur et à mesure que la journée avançait.
Commenter  J’apprécie          60
BlackKatBlackKat   17 décembre 2017
À un certain âge, on a l'impression de ne plus avoir grand chose à découvrir chez les autres. Ou du moins, rien qu'on ait envie de savoir.
Commenter  J’apprécie          70
belette2911belette2911   12 janvier 2020
Se répandaient en remerciements. À l’égard d’un homme décédé et de feu son gouvernement qui, vingt-neuf ans plus tôt, avait décidé de libérer les îles qu’il avait laissées se faire occuper par je-m’en-foutisme.

Personne ne semblait se rappeler ce détail. Du fait que Churchill les avait d’abord abandonnés, sans défense. Qu’il n’avait pas estimé utile de se battre pour eux. Qu’il était resté les bras croisés, à siroter son whisky et fumer ses cigares, laissant les Allemands s’emparer de ces "chères îles anglo-normandes".

Si chères qu’elles avaient été les seules terres britanniques à supporter, pendant des années, le bruit des bottes, les seules à voir leurs terres pillées, leurs femmes profanées. L’occupation n’était pas la faute des nazis.

La Grande-Bretagne méritait bien de perdre ses îles. Ces joyaux de la Couronne britannique n’attendaient que d’être volés.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
belette2911belette2911   12 janvier 2020
— L’Église m’a sauvé de bien des choses. Mais on ne peut apprécier la foi que si on connaît le doute, Jennifer. De temps en temps, je doute. Et quand je doute, je bois.
Commenter  J’apprécie          40
collectifpolarcollectifpolar   02 février 2020
Les cicatrices courent du pli de son coude jusqu'à son poignet. Elle en suit une du bout du doigt. Elle est d'un rose très pâle, maintenant. Presque argentée. Et très, très fine. Parce qu'elle ne s'entaille jamais profondément. Juste souvent.
Elle a les cheveux longs, bouclés, et elle aurait bien besoin d'un shampoing, alors elle se donne un bon coup de brosse et se fait une tresse qui descend sur son épaule. C'est mignon. Une coiffure de petite fille. Les garçons aiment bien ce genre de chose. Elle a lu ça dans un magazine. Il faut être assez jeune pour se le permettre. Jeune. Mince. Et jolie. Elle a la chance d'être les trois.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00

autres livres classés : guerneseyVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox

Autres livres de Lara Dearman (1) Voir plus




Quiz Voir plus

Retrouvez le bon adjectif dans le titre - (6 - polars et thrillers )

Roger-Jon Ellory : " **** le silence"

seul
profond
terrible
intense

20 questions
1910 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature , thriller , romans policiers et polarsCréer un quiz sur ce livre

.. ..