AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
EAN : 9782917689752
380 pages
Éditeur : Editions ActuSF (03/10/2014)

Note moyenne : 4.02/5 (sur 113 notes)
Résumé :
Je m'appelle Agnès Cleyre et je suis orpheline. De ma mère sorcière, j'ai hérité du don de voir les fantômes. Plutôt une malédiction qui m'a obligée à vivre recluse, à l'abri de la violence des sentiments des morts. Mais depuis le jour où mon oncle notaire m'a prise sous son aile, ma vie a changé. Contrairement aux apparences, le quotidien de l'étude qu'il dirige n'est pas de tout repos : vampires, loups-garous, sirènes... À croire que tout l'AlterMonde a une succes... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (60) Voir plus Ajouter une critique
lyoko
  16 novembre 2016
Un très bon moment de lecture avec ce roman . ou l'on retrouve garou, vamp et autres êtres imaginaires mais en fait bien réel qui peuplent l'altermonde.
C'est sur ce style de roman fait fureur en ce moment, mais celui ci a son originalité. Tout d'abord il se situe a Paris et plus spécialement au fin fond d'un office notarial qui gère la succession de l'altermonde.
Un des personnage clef est Agnès une jeune sorcière qui a beaucoup de défaut, et qui apprend l'altermonde en même temps que le lecteur.
J'ai beaucoup aimé les personnages, qui ont les dons naturels de leur nature profonde, mais surtout à côté de ça ils ont de nombreuses faiblesses.. très humaines celles-ci. Et j'ai trouvé que cela donnait du poids aux personnages.
C'est aussi l'occassion de sourire beaucoup grâce à ce roman plein d'humour ... et j'avoue que je suis très bonne cliente.
Je tenais donc a remercier mon ami Relax qui m'a inspirée pour cette lecture.. que j'ai trouvé très relaxante et il faut avouer que c'est le style de roman qui se lit très vite.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          535
BazaR
  11 octobre 2016
En général je ne me précipite pas sur les récits de vampires, loups garous et autres momies ; je n'ai même pas lu Dracula de Bram Stoker ou Frankenstein de Mary Shelley. Je suis de plus très sceptique vis-à-vis de la bit-lit. Mais les critiques de certains de mes amis babéliotes m'ont incité à rompre avec mes préjugés. Et je me suis bien régalé, comme quoi…
J'ai beaucoup aimé le décor, cet AlterMonde structuré autour de la société humaine parisienne comme le lierre autour du chêne, ces Meutes de loups garous qui règnent sur les quartiers populaires, ces Cénacles de vampires qui dominent les arrondissements riches, et éparpillés des sorciers et autres « bestiaux » minoritaires, comme Agnès l'héroïne – sorte de Jean Grey / Phénix de l'AlterMonde – et Géraud, son sorcier éternel d'oncle. Tout cela est assez classique (je crois) mais très bien construit.
Là où ça devient original, c'est quand Jeanne-A Debats place l'action dans un cabinet de notaires qui traite les problèmes d'héritage de notre bestiaire plus ou moins éternel et mort-vivant. Imaginez les embrouilles en pelote que peut représenter une succession de vampires millénaires. Sûr ! l'auteur tient là une bonne idée.
Elle la fait fructifier au sein d'une histoire prenante emplie de personnages intéressants et attachants. On ne pénètre pas beaucoup leur psychologie – le seul point de vue du roman est celui d'Agnès – et j'approuve à cent pour cent cette aura de mystère qui se dégage de ses personnages inhumains. On a envie de les connaître mieux en se doutant que c'est impossible. Malgré leurs postures ou leur retenue, ils laissent parfois passer une émotion qu'un humain peut comprendre, et qui devient de l'or du fait de sa rareté même. C'est excellent ! Je préfère largement cela à l'approche humanisante que Damien Snyers avait employée avec ses elfes et ses trolls dans La Stratégie des As.
Mais c'est le ton humoristique, un peu second degré, sur lequel Jeanne-A Debats surfe dans son récit, qui lui donne une saveur proche de celle d'un Gabriel Katz. On se vanne à gogo dans l'AlterMonde ; Michel Audiard était peut-être un loup-garou en fait. Bon, quand on est un vampire de la haute, on essaie de se tenir, mais ceux qui rejettent cet héritage sont franchement frapadingues, de vrais Jokers.
L'héroïne Agnès possède cet humour ; elle manie l'analogie comme le serrurier la radiographie : avec professionnalisme. C'est une ado – ses chaleurs face aux superbes mâles vampires en sont une preuve – mais une ado affublée d'une malédiction qui lui bouffe chaque instant de sa vie. Après avoir partagé un morceau de son existence, vous serez heureux de ne pas être medium : on peut perdre la raison à voir la mort en face. Pourtant elle a du potentiel ; comme je le disais tout à l'heure, la comparaison avec Jean Grey des X-men n'est pas stupide selon moi.
Donc, première pénétration dans l'AlterMonde réussie. Je remercie amplement BlackWolf, Amaruel, Mariejuliet et boudicca qui m'y ont converti. Je compte bien attaquer Métaphysique du Vampire prochainement, en attendant la sortie en poche de la suite de l'Héritière.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          4314
florencem
  10 janvier 2021
La trilogie de Jeanne - A Debats me faisait de l'oeil depuis longtemps, et puis je suis retombée sur le premier tome que j'avais acquis il y a un petit bout de temps en rangeant ma bibliothèque. L'occasion parfaite de s'y plonger. L'urban fantasy étant un genre que j'affectionne, j'avais de bon espoir surtout que rien qu'à lire le résumé, on sentait une dose d'originalité qui avait de quoi titiller ma curiosité.
Dans l'ensemble, ma lecture n'a pas été mauvaise, mais… je n'avais pas ce réel plaisir à me replonger dans l'histoire quand je reprenais L'Héritière. Il y avait pourtant pas mal de choses pour me plaire. Les personnages sont intéressants, même si je ne me suis attachée à aucun. L'histoire sort de l'ordinaire en plantant nos héros dans une étude notariale qui s'occupe des affaires de l'AlterMonde. On y voit défiler un bestiaire surnaturel, pas toujours très content, mais avec des histoires riches et un univers ultra travaillé. Rien que pour la visite guidée de Paris, on sent clairement que l'auteur sait de quoi elle parle. La qualité est là, je ne peux pas le renier.
D'ailleurs la trame globale est complexe et intéressante. Elle permet de découvrir un monde très pointu avec des règles que chacun essaye de respecter et que tout le monde veut voir disparaître. Les codes, la hiérarchie même ce côté plus vaste en faisant entrer des sirènes dans cet univers toujours très ciblé vampire/garous/sorcier est très avenant. La recherche de cet héritier dont certains voudraient la mort conduit nos héros dans un passé sombre, mais réaliste, avec des passages de montée d'adrénaline. On navigue dans un monde dangereux et cruel, mais on y voit aussi toutes les nuances en apprenant à connaître chaque protagoniste.
Je crois que la plus grosse partie de l'histoire qui m'a chagriné reste Agnès et ses proches. La situation dans laquelle ils l'ont laissé, sans trop trouvé de solution (ou alors de très mauvaises). La colère de la jeune femme quand on veut lui en apprendre plus sur elle (ce qui pourrait l'aider en soi, mais non…). Personne mais alors personne ne s'est dit qu'il faudrait peut-être apprendre à la miss à gérer son don, l'apprivoiser, non, elle se cantonne à la drogue, l'alcool où à éviter les fantômes. Et le must c'est quand un petit prof d'histoire (Humain !!) trouve un début de solution…
Et ce sont les personnages que je dirais secondaires qui m'ont le plus plus. Zalia avec son côté petit gabarit, pin-up, mordante et plus létale qu'il n'y paraît. Jacques, cet intellectuel nonchalant plein de charme. Géraud pince sans rire, en mode gros nounours, mais qu'il ne faut pas titiller. Herfauges insolent, psychopathe mais qui a ce je ne sais quoi qui fait que malgré tout ce qu'il a fait, on arrive quand même à s'attacher à lui. Azraël qui malgré son apparition très courte m'a fait mourir de rire. Agnès m'a laissé par contre assez froide. Elle est adorable par certains côtés mais trop stéréotypée. Navarre également, et le jeu est encore plus poussé avec lui.
La sauce n'a donc pas pris avec moi. Je ne suis même pas curieuse de savoir ce qu'il va se passer par la suite… Ce qui n'est pas un très bon signe avec moi. J'ai fermé l'Héritière sans aucun mauvais sentiment, mais pour moi, l'histoire était close.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          240
boudicca
  08 novembre 2014
Les romans de fantasy urbaine made in France ne sont pas légion, et la première incursion de Jeanne A. Debats dans le genre est assez prometteuse. « L'héritière » met en scène le personnage d'Agnès, fille de sorcière ayant la capacité de voir et de communiquer avec les fantômes, qui retrouve son oncle après le décès de sa famille. Un oncle d'un genre un peu particulier qui lui offre un emploi dans un cabinet de notariat spécialisé dans les affaires de l'Alter-Monde, autrement dit celui des créatures surnaturelles qui peuplent notre monde. Une nouvelle vie commence alors pour la jeune femme qui va devoir apprendre à maîtriser son don dont on prend vite conscience qu'il est loin de représenter une bénédiction. L'auteur nous offre un récit bien rythmé, ponctué de nombreux rebondissements inattendus, et reprend à son compte tous les clichés de la « bit-lit ». On a donc affaire à une héroïne séduisante mais peu sûre d'elle et possédant des réflexes d'auto-défense impressionnants (surtout avec des escarpins !), et surtout un triangle amoureux impliquant deux amants radicalement différents, l'un loup-garou et l'autre vampire. Autant d'éléments que l'on retrouve presque systématiquement dans les ouvrages appartenant à ce genre à la mode mais avec lesquels l'auteur s'amuse ici avec beaucoup d'humour (vous apprendrez par exemple que les véritables vampires ne sont absolument pas fans de la tétralogie « Twilight »).
Comme dans tout roman d'urban fantasy qui se respecte, celui-ci n'hésite pas à puiser abondamment dans la mythologie et les bestiaires antique et médiéval. Nous avons ainsi un vampire, un loup-garou, une roussalka, une sorcière..., bref, chaque personnage à sa propre spécialité. Rien de particulièrement original de ce côté-là, sauf que l'action se passe pour une fois en France, à Paris pour être précis, et que cela permet à l'auteur de varier un peu l'angle d'approche. On apprend ainsi qu'il existe une répartition des différents quartiers de la capitale entres les différentes meutes de garous, ou encore qu'il existe une distinction non seulement d'ordre physiologique mais aussi sociale entre les vampires, généralement issus de la vieille aristocratie, et les loups-garous dont les rangs sont composés d'hommes et femmes davantage issus du prolétariat. L'auteur nous fait également profiter de petites anecdotes intéressantes sur la ville de Paris et ses lieux les plus emblématiques (le cimetière du Père Lachaise, les catacombes...). Les personnages sont pour leur part plutôt attachants, à commencer par Navarre sur lequel on apprend finalement peu de choses ici mais que les lecteurs l'ayant déjà découvert dans « Métaphysique du vampire » ou d'autres nouvelles (« Eschatologie d'un vampire » ; « Lance ») seront ravis de retrouver. Agnès est quant à elle une héroïne intéressante, malgré sa trop grande tendance à se préoccuper de sa tenue et à éclater en sanglots à mon goût.
Jeanne A. Debats nous offre avec « L'héritière » un bon roman d'urban fantasy dans lequel elle réutilise tous les codes du genre avec son humour et son ironie habituel, le tout dans un cadre un peu plus original que ce qu'on a l'habitude de voir. Un bon divertissement qui appelle une suite.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          220
BlackWolf
  10 octobre 2014
En Résumé : Au final ce livre m'a offert un excellent moment de lecture nous offrant une histoire de fantasy urbaine efficace, percutante et sans temps mort dont on tourne les pages avec plaisir. On retrouve ici clairement un tome d'introduction avec une présentation de l'univers qui se révèle fascinant à découvrir avec une ville de Paris remplie de mystères et des créatures fantastiques solides et intrigantes, mais aussi une intrigue pleine de surprises et de rebondissement. Les personnages se révèlent attachants et surtout terriblement humains ce qui fait qu'on s'accroche rapidement à eux, malgré une légère frustration de ne retrouver Navarre qu'en personnage secondaire. L'humour se révèle très présent et offre ainsi un vernis de légèreté qui apporte un véritable plus à l'ensemble avec des scènes comiques au possible. La plume de l'auteur est fluide, entrainante et subtile ce qui fait que le lecteur tourne les pages avec plaisir et sans jamais s'ennuyer. Je regretterai peut-être juste une conclusion de l'intrigue assez prévisible, mais cela ne gâche en rien la lecture. Je lirai avec grand plaisir d'autres écrits dans cet univers.

Retrouvez ma chronique complète sur mon blog.
Lien : http://www.blog-o-livre.com/..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          348

Citations et extraits (17) Voir plus Ajouter une citation
BazaRBazaR   07 octobre 2016
On pouvait dire ce qu'on voulait de la plupart des éternels, Herfauges en tête, mais jamais ils n'égaleraient en horreur ce que les simples humains étaient capables de concevoir rien que pour s'éliminer les uns les autres. En général, les éternels ont du mal à penser industriel, même en terme d'extermination. Ce n'est pas dans leur nature. Ce sont plutôt des chasseurs, ils comprennent la nécessité de la reproduction du gibier.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          460
lyokolyoko   15 novembre 2016
Pendant ce temps, je restai figée en me rappelant ce que Navarre avait dit de la télépathie chez les vampires. Je contemplai un instant le dos large de Denis, ses muscles fins qui roulaient sous le tissu du jean et dus me maîtriser pour ne pas laisser échapper un sourire envieux. Elle ne s'embêtait pas la dame Bathilde, en dépit de son grand âge ! A ce stade, est-ce qu'on pouvait encore l'appeler couguar ? voyons, une femme sexy, surpuissante mais vieille comme le monde, ça pourrait être quoi ? Un tigre à dents de sabre ? Un tyrannosaure ?
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          290
BazaRBazaR   28 septembre 2016
C'est pourquoi, cette nuit-là entre toutes, quand mes consœurs sorcières de pure lignée dansaient nues dans les forêts en invoquant quelqu'un dont les réponses leur parvenaient deux minutes plus tard à cause du décalage de distance - même la magie n'est pas plus rapide que la lumière - je faisais des efforts désespérés pour ne pas me fouler une cheville en dégringolant les grilles ouvragées du cimetière le plus célèbre de Paris.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          320
BazaRBazaR   05 octobre 2016
Et puis je confesse une certaine compassion pour les avorteurs. Ils font un boulot épouvantable qui va à l'encontre de tout ce qu'ils ont appris à l'école de médecine, dont personne ne leur est reconnaissant - même pas leurs patientes, en tout cas pas sur le moment. Et dans la plupart des pays du monde, ils risquent encore leur peau.
Commenter  J’apprécie          355
BazaRBazaR   02 octobre 2016
-- Quant aux sorciers en tout genre, ils se cantonnent aux cinquième et sixième arrondissements et une partie du quart sud-ouest.
-- Logique, fit Navarre, c'est là qu'on trouve les bibliothèques et les salons de thé. Ces types ne savent pas s'amuser
Commenter  J’apprécie          260

Videos de Jeanne-A. Debats (12) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Jeanne-A. Debats
Avec Jeanne-A Debats, Antonio Casilli et Baptiste Beaulieu
autres livres classés : vampiresVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

L'envol du dragon de Jeanne A-Desbats

Qui s'immerge dans le jeu vidéo World of Dragons?

Alexandre
Tonny
Valentin
Vincent

10 questions
5 lecteurs ont répondu
Thème : L'envol du dragon de Jeanne-A. DebatsCréer un quiz sur ce livre