AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
EAN : 9782072853340
128 pages
Éditeur : Gallimard (12/09/2019)
4/5   8 notes
Résumé :
Qu'en est-il de "l'art d'être français" ? Et quelle figure d'écrivain serait la mieux à même d'incarner ce génie singulier ? Une institution littéraire réputée, saisie par les plus hautes instances politiques, aurait, dit-on, tenté de répondre à cette question, en soumettant le sujet au vote auprès de ses membres les plus éminents. Résultat : Stendhal, premier sur la liste, assez loin devant Hugo.
Alarmé par cette rumeur, et conscient qu'un tel choix aurait ... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (3) Ajouter une critique
VincentGloeckler
  15 septembre 2019
« Dans le pays où 1789, c'était la faute à Voltaire et à Rousseau, et 1940 à André Gide et Marcel Proust, personne ne songe plus à mettre « le suicide français » sur le dos de la NRF ou des Éditions de Minuit. On enquiquine son monde en lui parlant bouquins, sauf à enchaîner de suite sur le testament de Johnny ou la dernière série Netflix. le trésor national vivant, le monstre sacré, le délégué du génie national à l'étranger, c'est celui dont le pied laisse une trace sur le Walk of Fame d'Hollywood Boulevard. C'est Montand ou Aznavour (180 millions de disques) ou, intra-muros, Johnny. Donner sa couleur à l'époque, accompagner nos joies et peines, faire vibrer plusieurs générations de suite, ce n'est plus dans les moyens du noircisseur de pages. L'imprimé a cessé d'imprimer. Plus compétitif. Seuls les bons restaurateurs parisiens et les clercs de notaires donnent encore du « Maître au folliculaire ». c'est le show-biz et le stade qui mènent la danse et concentrent les honneurs, les réseaux et les hommages présidentiels. de l'image à l'image, c'est en circuit fermé qu'on est sûr de se faire voir et entendre des populations. »
Du génie français, Régis Debray, Gallimard (septembre 2019), pp.17-18
Il est parfois bien agaçant, ce Régis, passé du Che (Guevara) à Valéry (Paul), et bien moins rebelle aujourd'hui que, comme il le dit lui-même, " vieux screugneugneu ". Mais, outre cette citation qui dit avec justesse la misère du Livre et du littérateur dans la France actuelle, cet essai sur le génie français et le formidable match Stendhal-Hugo qu'il déroule est absolument pertinent et brillant, drôle et convaincant. Et, même si l'on en était déjà un fan absolu avant, après lecture, on vote à deux mains pour le grand Victor contre l'égotiste Stendhal, tellement à l'image, ce dernier, c'est vrai, de notre ère libéralo-macronienne... Oui, oui, avec tout le brio de Régis Debray, mettons-nous au bord du tombeau de Hugo et adressons notre requête au grand cadavre : " lève-toi et marche "...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70
PaulCambon
  25 février 2021
Debray, en bon littérateur, a le courage d'orchestrer, loin du petit écran, un match peu évident de prime abord, mais de manière assez convaincante, sur l'identité nationale littéraire. Selon lui, le vrai gagnant de l'époque, en France, serait Stendhal, qui par son romantisme, son jeunisme, son individualisme, dans ses romans comme dans sa vie, voire par ses échecs et frustrations, constituerait LA référence à la mode et snoberait un Hugo relégué parmi les auteurs scolaires. Ce serait là la modernité française. L'"aéré du style", le « décousu main », les ellipses ont sans doute contribué pour partie à une certaine adhésion. Les héros stendhaliens ont également de quoi enthousiasmer. de fait, Stendhal brasse large effectivement, et l'écrivain rassemble de manière paradoxale des adeptes aux opinions politiques très tranchées. Par opposition, l'hommage rendu à l'homme plutôt qu'à l'écrivain Hugo relève d'une poignante sincérité et rappelle effectivement qu'il fut l'homme de quasiment tous les combats.
le match est pourtant loin d'être plié. L'opposition n'est pas si tranchée. Stylistiquement, Stendhal n'est pas vraiment non plus l'apogée d'un style photographique ni éclaté dont le XXe siècle fourmille. C'est aussi un romantique qui fait croire au bonheur, et pas seulement un chroniqueur cynique. Politiquement, Stendhal est plus engagé, il a bien pris part mouvements libéraux de l'époque (Vanina Vanini) et les ultras en prennent bien pour leur grade (Le Rouge et le Noir, Lucien Leuwen...). Côté Hugo, il est difficile de souscrire pleinement à l'idée de son déclin actuel tant les événements, les séries (Les Misérables ; Hugo, ennemi d'Etat), les documentaires (Hugo en exil), les publications continuent de lui rendre hommage certain. L'exclusion trop rapide d'autres prétendants, comme Flaubert dont Barnes voudrait faire le patron de notre époque, montre que la couronne est au moins partagée, et les valeurs plurielles.
Au-delà, le titre accrocheur soulève une autre question plus profonde sur les idées de l'époque : individualisme replié, consécration du soi et du roman personnel, frustrations et échecs. On ne dissimule pas un certain malin plaisir à retrouver ici un exercice de style familier à l'auteur. le trait est cependant forcé, « Stendhal » devenant alors un prétexte à une critique plus général. C'est alors on peut sérieusement se questionner sur l'existence même d'un tempérament national unique et distinct. Posé comme une évidence, les grands symboles nationaux étrangers semblent également assez éloignés des pratiques politiques et des identités nationales en cours. Si Johnson est shakespearien, c'est plutôt Macbeth. Quant à Confucius/Xi Jiping…
le plus paradoxal sans doute tient à ce que le critique se prend à son propre jeu. Son propre style, formulaire, allusif, la rédaction fugitive de l'essai empruntent bien davantage à celui qu'il prétend condamner (Stendhal) qu'au candidat de son choix. Ce qui fait l'intérêt de cet essai, c'est bien sa brièveté et son allant. Au moins, Debray a le mérite de s'engager et de lancer le débat, proposant une vision littéraire des débats actuels, et ce n'est pas là sa moindre qualité.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
SamueldHalescourt
  08 septembre 2020
Stendhal porté aux nues, symptôme d'une époque

Victor Hugo a longtemps dominé par son écrasante majesté l'histoire des lettres françaises, élu par goût majoritaire numéro un des écrivains dans le coeur des français. Mais depuis quelques décennies Stendhal l'a détrôné et occupe désormais sa place de grand magistère littéraire.
Entre froissement et perplexité, Debray tente dans son essai d'expliquer et de dénouer les enjeux de ce retournement de popularité d'Hugo pour Stendhal.
Il avance comme argument principal l'égotisme contemporain qui s'identifie davantage à Henri Beyle qu'à Hugo, que ce soit par son oeuvre ou par sa vie. Cet homme qui préférait l'Italie à la France et dont les personnages, sans grands engagements répondent à des destinées imprévisibles. A contre-courant de leur siècle, ils font désormais corps avec le nôtre.
Cette mise en perspective des deux écrivains et leur affrontement spéculatif est un exercice de style réjouissant où Debray conspue l'être moderne stendhalien en restant fidèle au monde hugolien.
La prose de Debray est toujours une joie. Cet engagement de phrases biscornues et toniques, révélatrices d'un imaginaire fécond en ébullition. On passe au-dessus et au-dessous de la ligne de flottaison de l'académisme scriptural, ballottant notre esprit captif et imposant ralentissements et accélérations dans le rythme de la lecture. Son style est une musique qui se module en fonction du sens des mots alignés, de l'enchaînement des idées et des orientations conceptuelles.
Pour conclure, un livre passionnant, porteur de tout ce que Debray charrie de pensées sur l'époque et les êtres qui la traversent. N'échappant pas à l'écueil de notre temps, je me reconnais en l'égotisme De Stendhal mais n'oblitère pas pour autant la figure tutélaire incontestée du géant Hugo.

Samuel d'Halescourt
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50


critiques presse (2)
Actualitte   23 décembre 2019
Régis Debray, dans un petit essai intitulé Du Génie français, paru en septembre 2019, évalue les mérites respectifs de Stendhal et de Victor Hugo, finalistes d’une prétendue consultation des membres de la SGDL (Société des Gens de Lettres) pour savoir qui incarnerait le mieux « l’âme française ».
Lire la critique sur le site : Actualitte
LeMonde   23 septembre 2019
Le nouveau livre de l’essayiste est une philippique contre une France du XXIe siècle où régnerait l’individualisme stendhalien au détriment de la grandeur hugolienne. Embarrassant.
Lire la critique sur le site : LeMonde
Citations et extraits (5) Ajouter une citation
VincentGloecklerVincentGloeckler   15 septembre 2019
« Dans le pays où 1789, c’était la faute à Voltaire et à Rousseau, et 1940 à André Gide et Marcel Proust, personne ne songe plus à mettre « le suicide français » sur le dos de la NRF ou des Éditions de Minuit. On enquiquine son monde en lui parlant bouquins, sauf à enchaîner de suite sur le testament de Johnny ou la dernière série Netflix. Le trésor national vivant, le monstre sacré, le délégué du génie national à l’étranger, c’est celui dont le pied laisse une trace sur le Walk of Fame d’Hollywood Boulevard. C’est Montand ou Aznavour (180 millions de disques) ou, intra-muros, Johnny. Donner sa couleur à l’époque, accompagner nos joies et peines, faire vibrer plusieurs générations de suite, ce n’est plus dans les moyens du noircisseur de pages. L’imprimé a cessé d’imprimer. Plus compétitif. Seuls les bons restaurateurs parisiens et les clercs de notaires donnent encore du « Maître au folliculaire ». c’est le show-biz et le stade qui mènent la danse et concentrent les honneurs, les réseaux et les hommages présidentiels. De l’image à l’image, c’est en circuit fermé qu’on est sûr de se faire voir et entendre des populations. »
Du génie français, Régis Debray, Gallimard (septembre 2019), pp.17-18
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
SilverSmasherSilverSmasher   29 juin 2021
Oui, mais l'ouvrage relié pleine peau et la chauffeuse près de la cheminée ont déjà rejoint l'écomusée car nous avons muté en rejetons de l'image et du son. Comme notre esprit se calque sur nos prothèses, et notre mémoire sur l'écosystème, il y a, à chaque génération, un darwinisme de la gloire, une sélection du plus apte, d'où vient l'impitoyable tri de la vidéosphère parmi les candidats à la devanture. L'écrit en style sauf accident, se mord la queue et tourne en rond. La vieille religion littéraire a beau se survivre à coups de subventions, pubs, foires, festivales, résidences et Goncourt, l'encombrement des librairies n'empêchent pas les désertions. La France entend toujours se doter d'une voix et d'un visage mais les ados ont d'autres autels : ils écoutent et ils visionnent. Branchez votre radio, ouvrez votre télé, lisez les nécros. Celui ou celle qui "nous a quittés à l'âge de quatre-vingt-un ans, à la suite d'une longue maladie", c'est le comédien, le chanteur, le rockeur, non le poète ou le romancier. Le point de mire fait l'ouverture du 20 heures et des nouvelles à la radio parce qu'il y a des images à faire défiler, un son de voix à faire entendre. Ca meuble. Alors qu'avec nous, les plumitifs, la flatteuse rumeur n'a rien à se mettre sous la dent en sorte que notre trépas reste clandestin, expédié en page 13 de notre quotidien préféré, dans un "en bref". C'est la loi sous l'audiovisuel. On n'y peut rien.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
SilverSmasherSilverSmasher   02 juillet 2021
Mais quand on voit, en 2018, "Mimi", la reine des paparazzis et du show-biz, en haut lieu, debout derrière le bureau du général De Gaulle, faisant des deux mains le V de la victoire, on se convainc que l'état lui-même et sa majesté ne sont pas sortis indemnes du clic-clac Kodak.
Commenter  J’apprécie          00
SilverSmasherSilverSmasher   02 juillet 2021
Normal qu'on se sente en famille, quand on a dans sa poche un cousin de Grenoble, chez qui on ne risque pas de tomber sur des vocables aussi ringards que dévouement, loyauté, conviction, bien commun, grandeur, fraternité ou sacrifice.
Commenter  J’apprécie          00
SilverSmasherSilverSmasher   02 juillet 2021
On ne prend pas la Bastille avec pour slogan un "ne croyons plus en rien ni personne". Difficile à mettre sur pied, le Rassemblement des "J'en ai rien à foutre".
Commenter  J’apprécie          00

Videos de Régis Debray (45) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Régis Debray
Grand témoin de ses idéaux, de ses combats, petites et grandes défaites, Régis Debray raconte le siècle, sa vie en filigrane de l'air d'un temps qui n'est plus et dont il transmet la mémoire. le philosophe et écrivain publie " D'un siècle l'autre " (Gallimard, 5 novembre 2020).
autres livres classés : dérisionVoir plus
Notre sélection Non-fiction Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Charade-constat

Première saison d'une épopée

Iliade
Bible
Saga
Genji

6 questions
49 lecteurs ont répondu
Thèmes : sociologie , météorologie , vacancesCréer un quiz sur ce livre