AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2081467313
Éditeur : Flammarion (24/10/2018)

Note moyenne : 5/5 (sur 2 notes)
Résumé :
«Mes sujets favoris sont les jeux de pouvoir et les hiérarchies. Je veux toujours tout changer,
chambouler l'ordre établi, remplacer les héroïnes et les idiots.»
Paula Rego.

Formée à la Slade School of Arts, où elle a côtoyé Francis Bacon, Lucian Freud ou encore Frank Auerbach, Paula Rego est née en 1935 à Lisbonne, au Portugal. Résidant à Londres depuis plus de cinquante ans, elle a quitté le Portugal pour suivre ses études en Angleterr... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (2) Ajouter une critique
michfred
  14 janvier 2019
Paula Rego, portugaise,  école de Londres, peinture narrative et autobiographique...
Avant d'aller voir l'expo "les Contes cruels de Paula Rego"  à  l'Orangerie, pour moi : inconnue au bataillon.
Sur l'affiche, La Danse: des couples, des groupes et une femme seule tournoient au bord de la mer, sous un ciel nocturne. 
Les personnages massifs, taillés à la serpe, étrangement dérangeants, me font penser à un tableau  de Balthus. Et  la scène, irrésistiblement, à  la très onirique  Nuit d'été de Winslow Homer , qui est, elle, nettement plus gracieuse. 
A l'intérieur, un festival de surprises: un univers cohérent , une recherche farouche qui trace son sillon avec une force et une détermination étonnantes.
Comment une telle peintre a-t-elle pu être ignorée en France?
Des premières toiles, où de petites filles jouent avec des chiens qu'elles manipulent comme des jouets - transposition de la souffrance de Paula qui voyait se dégrader la santé de son compagnon,  le peintre Wiĺling, atteint d'une sclérose en plaques , au point de devenir entièrement dépendant d'elle - aux grands pastels vigoureux où des danseuses identiques, massives et maladroites, évoquent le ballet des autruches dans Fantasia;  qu'il s'agisse  des aquatintes d'une incroyable finesse, pleines d' étrangeté et de sarcasme comme celles de Goya, ou de ses statues en tissus , en plâtre, en toutes sortes de matériaux glanés, travaillés,  recomposant l' univers fantasmatique et enfantin qui peuple son atelier , et constituant un petit théâtre personnel où elle puise son inspiration, tout affirme  une même personnalité : celle d'une femme indépendante, puissante, créative,  qui transforme les fragilités de sa vie en forces nouvelles.
Le catalogue, très intéressant, éclaire et confirme les impressions de l'exposition.
Plusieurs leit-motiv y trouvent leur explication: certains sont autobiographiques, comme la place du père, dépressif et tendrement aimé, celle  du mari, admiré et malade ,  l'emprise néfaste de la mère, l'horreur de toute forme de dictature -Paula a fui le régime de Salazar..et la tutelle cruelle de sa mère.
D'autres sont à la fois intimes et  culturels: on découvre  son attachement aux livres illustrés de l'enfance- et particulièrement aux  gravures de Benjamin Rabier( les fables, Gédéon)  Tenniel ( Alice au pays des merveilles)  Castelli ( Comtesse de Ségur), Gustave Doré, Grandville,  Braquemond...- à son tour,  elle illustre contes, fables et nursery rimes...à sa manière, toujours percutante, incisive, originale.
Elle revisite ses livres de chevet, détourne et réinterprète les héros romanesques - et surtout les héroïnes- . Elle se crée un bestiaire bien à elle à  l'instar des  Grands: Louise Bourgeois,  Odilon Redon, Francisco de Goya- mais le tribut de l'admiration jamais ne la lie ou ne l'inféode: on sent chez elle  une souveraine liberté, une affirmation courageuse de soi.
Un catalogue qui se dévore comme un roman, et qui propose aussi nombre d'autres oeuvres, absentes de cette belle rétrospective, parfois accidentellement détruites comme ce Départ , poignant, des articles, nombreux, qui  éclairent , dans un bel accord, un parcours magnifique, et pas clos: Paula Rego vit toujours, peint toujours, et, à la fin du catalogue, enlève le masque qui la cachait pour découvrir  un beau visage, expressif et mobile, et un rire éclatant.
Comme si elle nous disait: "cherchez moi dans mon oeuvre, ce masque que vous voyez,  ces toiles que vous admirez,  c'est moi, comment ne l'avez-vous pas compris? "
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          412
Nayac
  01 janvier 2019
Peintre découvert lors de l'exposition au musée de l'Orangerie. Mais c'est du catalogue dont je vous propose la critique.
Bien sur les reproductions sur papier ne donnent pas la même impression que les oeuvres elles mêmes. Mais il est un bon moyen de découvrir cette artiste anglo-portugaise tant de par les reproductions que par les commentaires, pour l'essentiel à travers plusieurs points de vue largement développés, ce qui permet de multiplier les angles d'appréciation de la partie de l'oeuvre de Paula Rego.
Difficile de synthétiser un style... qui par ailleurs a évolué.
Je vous propose une série de mots dont aucun ne peut suffire à résumer la peinture/ sculpture de Paula Rego: étrangeté, oppression, ambiguïté, énigmatique, fantastique, tradition populaire, réalisme hispanique, enfance, mise à nu, lourdeur des corps.
Il peuvent être complétés par quelques duos pouvant caractériser les femmes figurant sur ses tableaux: empathique et cruelle, victime et manipulatrice, héroïque et triviale, artiste et animale.
Mais ce sont aussi les "correspondances" qui m'ont séduit:
- correspondances avec d'autres peintres: Lucian Freud, Goya, Velázquez, Doré, J Bosch, O Redon...
- correspondances avec la littérature, qui l'a profondément inspirée, et en particulier les contes (Alice au pays des merveilles, Peter pan..). Je ne résiste pas à vous citer, pour conclure, un sous titre d'un commentaire d'un tableau inspiré par un roman: "entrer dans le livre".
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          90
Citations et extraits (4) Ajouter une citation
michfredmichfred   09 janvier 2019
Il existe un fil qui relie directement la chambre de l'enfant à l'atelier de l'artiste. Et Paula Rego n'est pas la seule dans sa catégorie à faire de l'atelier le lieu de cristallisation et d'aboutissement des expériences esthétiques premières. (..) En rassemblant dans son atelier et donc aussi dans sa peinture des artefacts, en inventant des dispositifs scéniques, en créant des personnages, Paula Rego transpose dans son lieu de travail -celui créé à l'âge adulte- la vie dans la chambre d'enfant.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          100
michfredmichfred   09 janvier 2019
...Paula Rego, par son art, nous secoue profondément car elle renverse les jeux de pouvoir et les hiérarchies : elle veut tout changer, chambouler l'ordre établi, remplacer les héroïnes et les idiots, comme elle le dit souvent elle-même. Ses tableaux subversifs sont souvent indéchiffrables, mais ils suscitent effroi, malaise, peur, dégoût, admiration, compassion. Seule l'émotion, qui est le point de départ de toute création, l'interesse, tout comme Louise Bourgeois, car pour ces grandes artistes femmes, toutes deux exilées et dont l'oeuvre est autobiographique , le personnel est politique. Elles nous donnent ainsi de belles leçons de révolte , d'anticonformisme, de liberté.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
michfredmichfred   09 janvier 2019
Pour Paula Rego comme pour de nombreuses artistes ( Dorothea Tanning, Leonora Carrington , Rosemarie Trockel..) , la femme est proche du devenir animal, revendiquant la position de l'horizontalité contre l'Homo erectus et se ressourçant à ses racines sauvages et naturelles, archaïques et primitives. Femme, mère, maîtresse, sorcière, folle... la plupart des archétypes de la femme sont revisités de façon révolutionnaire par Paula Rego, qui est avant tout la femme peintre, la créatrice.. .
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
NayacNayac   01 janvier 2019
Les contes traditionnels sont des équivalents de notre enfance. L'enfant, dans sa perspective, le comprend naturellement et l'illustrateur ne peut aborder le conte que dans cette même perspective qu'il a retrouvé en lui-même. Pour cela il doit retourner au monde de l'enfance. Mais il est peut-être possible que, au lieu d'y retourner, il se serve de l'enfant qui vit toujours en lui pour instruire son monde adulte.
Paula Rego, 1978
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
Videos de Cécile Debray (3) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Cécile Debray
Exposition "L'aventure des Stein" au Grand Palais Visite en image, avec une interview de Cécile Debray (commissaire d'expo
Livres les plus populaires de la semaine Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr





Quiz Voir plus

Les écrivains et le suicide

En 1941, cette immense écrivaine, pensant devenir folle, va se jeter dans une rivière les poches pleine de pierres. Avant de mourir, elle écrit à son mari une lettre où elle dit prendre la meilleure décision qui soit.

Virginia Woolf
Marguerite Duras
Sylvia Plath
Victoria Ocampo

8 questions
691 lecteurs ont répondu
Thèmes : suicide , biographie , littératureCréer un quiz sur ce livre