AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 1020905263
Éditeur : Les liens qui libèrent (06/09/2017)

Note moyenne : 4.29/5 (sur 12 notes)
Résumé :
Depuis quinze ans, les femmes occidentales se détournent de plus en plus de la pilule. Lassées de subir les effets secondaires de ce médicament puissant – dépression, baisse de libido, migraines etc. –, elles sont nombreuses aujourd’hui à refuser ces souffrances. Face à cette désaffection, certains crient au retour en arrière. Pourtant, il devient difficile de fermer les yeux sur les effets de la contraception hormonale : produit cancérigène de première catégorie, p... >Voir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frMomox
Critiques, Analyses et Avis (5) Ajouter une critique
carlottita91
  13 septembre 2017
Merci Sabrina Debusquat d'avoir su mettre des mots sur cette petite révolution qui monte en moi depuis un an.
Ce livre est une révélation. Il m'a permis de me recentrer, de mettre à jour mes envies, de retrouver le contrôle de mon corps. C'est le livre dont j'avais besoin. Celui qui manquait à ma bibliothèque d'apprentie féministe.
Je sais que Babelio ne sert pas à déballer sa vie et encore moins à témoigner sur la relation que l'on a avec son corps. Mais voilà, pour cette critique de livre, je vais faire une exception.
Voilà maintenant un an que j'ai arrêté la pilule suite à un mal-être grandissant. Je n'arrivais pas forcément à mettre des mots dessus à l'époque, mais en résumé, j'avais l'impression d'avoir perdu le contrôle de mon corps. Bouffées de chaleur, perte de cheveux, perte de libido...J'étais prisonnière de quelque chose qui me dépassait.
La pilule m'a été imposée par ma gynécologue afin d'éradiquer mon acné, puis approuvée par ma mère qui n'avait plus besoin de se préoccuper de ma sexualité. Je n'ai jamais dit non, je n'ai jamais dit oui. J'ai subi. Ce petit cachet est alors devenu mon quotidien pendant dix longues années et il a amené avec lui son lot de déconvenues. Mais je n'ai pas tout de suite fait le rapprochement vu qu'elles se sont installées là doucement, petit à petit, grignotant mon bien-être.
Et un jour, après un enième changement de pilule, une énième perte de cheveux catastrophique, j'ai tout arrêté.
Depuis je réapprends à aimer mon corps, sans bouffée de chaleur, sans perte de cheveux. J'ai gagné une nouvelle liberté que je n'osais pas exprimer de peur d'être jugée par mon entourage.
Le livre de Sabrina Debusquat permet d'exprimer tout ce qu'une génération de jeune femme n'ose dire de peur d'affronter le regard des autres, de peur de contredire une autre génération qui s'est battue pour cette merveilleuse pilule. Mais les choses évoluent, les besoins aussi, il est temps d'écouter de nouveau son corps et d'engager un nouveau combat.
Merci Sabrina Debusquat et bravo !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
tiph85
  22 décembre 2017
J'ai trouvé beaucoup d'informations intéressantes dans ce livre, et me suis rendue compte que j'avais une vision faussée de l'arrivée de la pilule. Pour moi, c'était quelque chose de post 68, dans un contexte de libéralisation de la femme.
Hors, la pilule est un pur produit post colonialisme. Il est à noter une part importante de l'eugénisme dans l'histoire de la pilule, en effet sous prétexte de défendre les droits des femmes, cette dernière a vu le jour grâce a un mouvement politique et idéologique (et grâce notamment à Margareth Sanger, une infirmière américaine et féministe et un biologiste Monsieur Picpus).
On a des doutes sur la fiabilité des tests réalisés par la société qui a créé la pilule. Cette dernière avait des liens politiques et peu de regard critique, notamment de la part de l'organisme américain qui attribue les autorisations de mise sur le marché des médicaments aux USA.
Chose intéressante également des essais de contraception ont été effectués sur les hommes pour éradiquer l'homosexualité, mais en raison d'une atrophie des testicules, ces tests ont été arrêtés. En revanche, le nombre d'effets secondaires sur les femmes, cela n'inquiète personne!
On voit donc que nous ne sommes pas dans l'imagerie que l'on peut avoir sur ce sujet.
Une baisse de la natalité était déjà présente en 1870, il n'y avait donc pas d'effet de la pilule, c'est la connaissance des couples qui ont permis cette baisse. Avec la pilule on est passé de 2,6 à 2 enfants par femme. La pilule renforce l'efficacité de la contraception mais c'est surtout l'attitude des femmes et leur volonté de conquête de liberté qui ont fait évoluer les choses.
C'est un certain progrès, mais de très nombreuses femmes se plaignent d'effets secondaires, que les médecins se plaisent à minimiser voire à faire croire à l'affabulation.
Attention, l'effet de la pilule dure jusqu'à 20 ans après son arrêt, les hormones se stockent dans les graisses et quand une femme est enceinte ou qu'elle a besoin d'énergie, les graisses se libèrent et, les hormones synthétiques circulent dans le corps.
On note également qu'une carence en zinc induite par la pilule reste une piste pour l'explication de l'autisme.
Enfin, les hormones dans la pilule sont des perturbateurs endocriniens et sont pour autant considérés comme un médicament. À noter que le bisphénol est 1000 fois moins puissant qu'une des molécules de la pilule. Cette dernière associée à des progestatifs, décuplent l'action de cette molécule.
On voit ainsi des malformations et une féminisation des espèces aquatiques, mais aussi au-delà des rivières.
Donc la molécule EE2 est un perturbateur endocrinien, et s'il s'allie avec un autre, il y a un effet cocktail (exemple manger une pomme avec des pesticides et prendre la pilule).
Ainsi, comme je l'ai dit, beaucoup d'informations très intéressantes sur l'histoire de la pilule, mais aussi ces effets peu connus, car ne concernent que les femmes, donc "faudrait savoir ce qu'elles veulent "...! L'auteure nous met en garde sur de nombreux points, tout en spécifiant bien ne pas avoir la solution miracle. Mais nous sommes une nouvelle génération qui fait plus attention à ce qu'elle mange, consomme et ingère, donc c'est un appel pour que l'on ne se laisse pas dicter ce que l'on ressent au fond de nous, mais aussi et surtout pour que les autres générations poursuivent ce combat de liberté.
Le petit guide à la fin du livre qui répertorie toutes les méthodes contraceptives et leur efficacité est très instructif.
Seul bémol, si on apprend plein de choses, les 100 dernières pages sont très redondantes.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
MaPiccoloBubble
  14 septembre 2017
Le sujet reste encore discret et pourtant il devient de plus en plus omniprésent dans les conversations entre femmes.
La pilule.
Ce moyen de contraception révolutionnaire, au moment de sa mise sur le marché, a changé la sexualité des femmes. Enfin, c'est ce que l'on nous a toujours dit. Une femme sous pilule est une femme libre de vivre sa sexualité comme elle l'entend. Une femme qui ne risque pas de tomber enceinte à tout va. Une femme qui a le contrôle de son corps…
Et si en réalité, c'était tout le contraire.
Car, finalement, au moment où la pilule a été mise en vente, quel recul avait la communauté scientifique pour assurer aux femmes que c'était vraiment le moyen de contraception idéal.
Quand on constate aujourd'hui, le nombre de scandales qui émerge autour de la pilule (pilule de 3ème et 4ème génération retirée de la vente, effets secondaires impressionnants et dont la liste ne cesse de s'allonger…) ne cesse d'augmenter même si la presse a naturellement d'autres chats à fouetter. A moins de s'intéresser à la question, on reste dans un flou artistique. Ce qui n'empêche pas les femmes de la remettre en question et de favoriser d'autres moyens comme le DIU, l'anneau ou encore l'implant…
C'est pour cela que le livre de Sabrina Debusquat m'a tout de suite attirée. J'arrête la pilule dresse un portrait sans concession de ce moyen de contraception et des autres aussi.
Je rejoins l'auteur sur un point. Comment aujourd'hui, alors que l'on cherche à être plus respectueux de notre corps, qu'on est soucieux de tout ce que l'on ingère et des effets que cela peut avoir sur nous, continuons-nous à avaler bêtement cette petite pilule sans broncher ?
LIRE LA SUITE SUR MON SITE
Lien : http://runmyworld.fr/arreter..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
eterlutisse
  31 décembre 2017
Sabrina Debusquat, journaliste, présente l'histoire de l'élaboration et de la mise en circulation de la pilule, elle nous parle de ses effets secondaires et des raisons pour lesquelles nos gynécologues ne les prennent pas en compte, elle propose des alternatives et nous donne des éléments de réflexion pour comprendre la place de la pilule dans le combat féministe passé, présent et à venir.
Son livre est complet et documenté et il fait écho à mon parcours de femme. Il est à mettre entre toutes les mains, au plus vite !
Commenter  J’apprécie          10
beberoots
  25 novembre 2017
J'ai entendu parler de ce livre aux informations le soir de sa sortie. C'était le bon moment pour moi car je me pose beaucoup de questions sur mon bien être et ma santé. Ce document tombe à point nommé !
Sabrina Debusquat a mené l'enquête pendant un an. Une année entière à lire tous les articles, livres, thèses, études et résultats de sondages qu'elle a pu trouver sur le houleux sujet de la pilule. Soixante ans après sa mise en circulation sur le marché pharmaceutique la pilule pose questions, les multiples effets secondaires graves ou "supportables" sont impressionnants et ahurissants !! L'auteur ouvre les yeux sur des réalités qui dérangent, nos grands-mères se sont battues pour l'obtenir, être libre, mais à quel prix !
Tout mon avis sur mon blog !
Lien : https://lesmotschocolat.word..
Commenter  J’apprécie          10
Citations et extraits (30) Voir plus Ajouter une citation
Sabrina_DebusquatSabrina_Debusquat   09 septembre 2017
Bien que de nombreuses féministes refusent de l’entendre, cette remise en question est avant tout opérée par les femmes elles-mêmes. En arrêtant la pilule, en mettant fin au tabou des règles ou en dénonçant les violences gynécologiques, une nouvelle génération de femmes nous bouscule avec un féminisme sans concession. Leur façon d’exiger que leur intégrité corporelle et leur opinion ne soient pas des options force à constater que cela n’était pas totalement le cas jusque-là.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
Sabrina_DebusquatSabrina_Debusquat   09 septembre 2017
Malgré les espoirs louables que portait la pilule, rien n’effacera le fait que la misogynie et le paternalisme de l’époque ont permis de passer au-dessus outre toutes les mises en garde quant à sa sûreté. Les inventeurs de la pilule ont sciemment choisi de passer sous silence tout ce qui pourrait donner une image négative de leur produit et les considérations politiques et sociales ont achevé d’étouffer tout esprit critique. Cet état d’esprit initial contribue encore à l’aura d’intouchable qui entoure la contraception orale.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
tiph85tiph85   22 décembre 2017
De même, pour mener de front vie personnelle et professionnelle, les femmes modernes croulent sous ce qu'on appelle la « charge mentale » : une longue liste de choses à faire et auxquelles penser quotidiennement qui phagocyte sans cesse leur esprit. Parce que leur « libération » est récente, elles doivent en faire deux fois plus que les hommes pour compenser une organisation sociale peu adaptée à une société où la mère travaille tout comme le père. Les femmes qui travaillent supportent donc encore la majeure partie des tâches familiales et surtout, y pensent en amont. Débordées, en surchauffe, elle paient elles-mêmes le prix de leur libération en assumant un double rôle permanent et épuisant. Pour beaucoup, la situation est si tendue et insupportable qu'elle préfère prendre la pilule, malgré les risques pour leur santé et les effets secondaires, plutôt que de tomber enceinte à nouveau.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
Sabrina_DebusquatSabrina_Debusquat   09 septembre 2017
Officiellement, on ne sait pas pourquoi les femmes boudent la pilule depuis les années 2000. Officieusement, la plupart vous le diront, un vent de révolte contraceptive souffle. Beaucoup de jeunes femmes sont lasses de subir les effets secondaires de ce médicament puissant. Contrairement à leurs aînées, elles ne croient plus au « tout science » et supportent de moins en moins bien qu’on leur fasse la leçon « pour leur bien ».
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Sabrina_DebusquatSabrina_Debusquat   09 septembre 2017
Que ce soit pour la pilule, leurs vies professionnelles ou familiales, les jeunes générations cherchent de nouvelles solutions. L’industrialisation, le synthétique, la consommation de masse et le « tout science » avaient promis à leurs aînés un monde meilleur. Mais rien ne s’est passé comme prévu et ce sont eux aujourd’hui qui en paient les conséquences. Alors ils s’éloignent vers de nouveaux horizons.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
autres livres classés : féminismeVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frMomox





Quiz Voir plus

Ecrivain et malade

Marcel Proust écrivit les derniers volumes de La Recherche dans une chambre obscurcie, tapissée de liège, au milieu des fumigations. Il souffrait

d'agoraphobie
de calculs dans le cosinus
d'asthme
de rhumatismes

10 questions
153 lecteurs ont répondu
Thèmes : maladie , écriture , santéCréer un quiz sur ce livre