AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2234056810
Éditeur : Stock (31/05/2006)

Note moyenne : 2.83/5 (sur 15 notes)
Résumé :
Gamin tanneur de fourrures, nageur aux JO de 1912, sous-lieutenant chez les zouaves en 1914, journaliste sportif après la guerre puis cinéaste, celui qui surnommait Truffaut "La Truffe" a dévoré la vie en glouton truculent, collectionnant les femmes - Danielle Darrieux en tête - et les succès. La vie d'Henri Decoin est un roman extraordinaire, drôle et pudique à la fois. Son fils l'a écrit pour lui.

"Sa tendresse était une peau retournée, la fourrure ... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (4) Ajouter une critique
moravia
  16 février 2018
Nous sommes ici dans l'admiration d'un fils pour son père. Didier Decoin rassemble des souvenirs, apporte des témoignages qui tournent à l'hagiographie. Évidemment il est difficile de lui reprocher cela, mais à un certain moment je me suis demandé s'il n'en faisait pas un peu trop. Cependant c'est un livre attachant, certes pas un chef-d'oeuvre, mais qui va passionner les amateurs, de cinéma, (puisque Henri Decoin a été un réalisateur important avant et après la Seconde Guerre mondiale. Il a fait jouer Raimu, Charles Vanel, Fernand Ledoux, Jean Gabin, Jeanne Moreau, Lino Ventura, Anouk Aimée, et sa femme Danielle Darrieux), et d'anecdotes en tous genres.
J'ai appris bien des choses lors de cette lecture. C'est bien là l'essentiel puisque je ne me suis pas ennuyé.
Commenter  J’apprécie          280
Cannetille
  09 mars 2019
Didier Decoin relate la vie étonnante de son père, qui, d'origine très modeste, évolua de métier en métier (fourreur, nageur, boxeur, journaliste sportif, écrivain, cinéaste…), atteignant chaque fois le sommet de ses professions, et côtoyant les plus grands.

Si le personnage est fascinant (truculent, passionné, mais aussi humain, secret) et justifie pleinement l'admiration filiale palpable tout au long du récit, le livre me semble rester néanmoins d'un intérêt parfois relativement limité pour le lecteur qui n'a connu ni l'homme, ni l'époque : de nombreuses références à des personnalités et à des oeuvres d'alors n'évoquent malheureusement plus toujours grand chose aujourd'hui. Il manque en quelque sorte une partie documentaire que la télévision pourrait par exemple apporter par des images d'archives et des extraits de films.

C'est donc pour moi une appréciation plus moyenne cette fois.

Lien : https://leslecturesdecanneti..
Commenter  J’apprécie          20
steph42
  16 novembre 2015
Encore un homme d'âge mûr qui écrit sur son père.Moins de sentiment que dans le livre de P Charras mais une belle découverte de la vie surtout le début d'Henri grand réalisateur de cinéma.
Commenter  J’apprécie          00
VivianeB
  10 décembre 2012
Un portrait fourni et complet mais décevant. Dommage.
Commenter  J’apprécie          10
Citations et extraits (9) Voir plus Ajouter une citation
moraviamoravia   13 février 2018
Henri craignait par-dessus tout d'être tué d'un coup de couteau dans le ventre.
Il croyait déjà voir son sang se mêler au lait renversé, formant une coulée rose et visqueuse que les chiens de l'aube viendraient laper. Il se figurait crevant aux petites heures, dans des gargouillis répugnants. Se demandant avec angoisse s'il allait avoir très froid au fond de l'abdomen quand on lui aurait ouvert de bas en haut, et si ses boyaux allaient sentir mauvais en se répandant hors de son ventre.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          212
moraviamoravia   19 février 2018
Tassé au fond de sa chaise roulante, enveloppé de châles bruns qui le faisaient ressembler à un bananier en fin de vie, Joseph Auguste avait longtemps fait le rêve de tremper ses lèvres dans ce Dubonnet dont la réclame le narguait, étalée en grandes lettres blanches sur le mur aveugle qui faisait face à sa nouvelle tanière.
Commenter  J’apprécie          190
moraviamoravia   24 octobre 2017
Entre septembre 1937 et mai 1938, une des joues de Shirley Temple se mit à gonfler comme un énorme bubble-gum rose à cause d'une dent de sagesse, et c'était bien sûr le soir de la première de son nouveau film Wee Willie Winkie ; un avocat essaya de persuader Bette Davis d'entreprendre une action en justice contre les frères Fleisher, créateurs du personnage de Betty Boop, sous prétexte qu'ils s'étaient inspirés des yeux de Bette pour dessiner ceux de Betty ; le veilleur de nuit d'un studio surprit un iguane femelle en train de pondre ses oeufs dans la loge de Fred Astaire ; et des pluies torrentielles s'abattirent sur Los Angeles pendant vingt jours et vingt nuits, soit très exactement la moitié du temps officiel que la Bible impartit au Déluge.
(incipit)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
moraviamoravia   12 janvier 2019
Au fond, ce qu'il n'admit jamais, c'est que la guerre n'ait pas tout changé. Qu'elle ait bouleversé le paysage, pas les idées. Qu'elle n'ait abouti qu'à cette folle fête d'après-massacre où l'on couvrait les murs de Paris de réclames pour un rouge à lèvres couleur de sang qui avait l'impudence de s'appeler L'Éternelle Blessure.
Commenter  J’apprécie          80
moraviamoravia   10 février 2018
Mon père était arrivé en Amérique fin septembre 37, Danielle Darrieux à son bras. Elle avait dix-sept ans quand il l'avait rencontrée sur un plateau, lui quarante-quatre. Il en était tombé éperdument amoureux, l'avait fait tourner, succès tout de suite, l'avait épousée sans attendre qu'elle soit majeure.
Impressionnés par la popularité grandissante de Danielle et le flair d'Henri qui semblait savoir exactement ce qu'elle devait interpréter, les studios Universal les avaient engagés tous les deux pour sept ans. Elle comme vedette, lui comme auteur chargé de sélectionner et de superviser les histoires que sa jeune femme allait interpréter. Le couple avait aussitôt traversé l'Atlantique sur le Normandie qui, à la vitesse moyenne de 30.99 nœuds, venait de ravir le Ruban Bleu au Queen Mary.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Videos de Didier Decoin (38) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Didier Decoin
http://www.librairiedialogues.fr/ Numéro 77 de l'émission Dialogues littéraires d'avril 2017, produite par la librairie Dialogues et réalisée par Ronan Loup. Invités : Pierre Adrian pour "Des âmes simples" (Équateurs), Didier Decoin pour "Le bureau des jardins et des étangs" (Stock), puis la chronique du rayon Littérature étrangère par Delphine. Présentation : Élise le Fourn. Interviews par Laurence Bellon et Élise le Fourn.
Retrouvez-nous aussi sur : Facebook : https://www.facebook.com/librairie.dialogues Twitter : https://twitter.com/dialogues Instagram : https://www.instagram.com/librairiedialogues
+ Lire la suite
Dans la catégorie : Biographie des artistesVoir plus
>Biographie générale et généalogie>Biographie: artistes et sportifs>Biographie des artistes (292)
autres livres classés : fils deVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr





Quiz Voir plus

Livres et Films

Quel livre a inspiré le film "La piel que habito" de Pedro Almodovar ?

'Double peau'
'La mygale'
'La mue du serpent'
'Peau à peau'

10 questions
5301 lecteurs ont répondu
Thèmes : Cinéma et littérature , films , adaptation , littérature , cinemaCréer un quiz sur ce livre