AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet
EAN : 9781023501545
Seuil (06/02/2014)
4.6/5   54 notes
Résumé :
Un livre hommage aux poilus, avec des images violentes et réalistes, pour dire la guerre là où les mots ne sont plus.

Une minute de silence à nos arrières grands-pères courageux.
Cette minute de silence correspond aux conditions presque réelles de lecture de l'album. Le livre s'ouvre sur cette confidence : «Chère Adèle, il n'y a plus de mots pour décrire ce que je vis.» S'ensuit une série d'illustrations saisissantes, réalisées au pastel dans d... >Voir plus
Critiques, Analyses et Avis (26) Voir plus Ajouter une critique
4,6

sur 54 notes
5
18 avis
4
3 avis
3
1 avis
2
0 avis
1
0 avis

milamirage
  17 août 2014
14 – 18, une minute de silence à nos arrière-grands-pères courageux
Hélas, ma Chère Adèle il n'y a plus de mots pour décrire ce que je vis.
Gustave
Et c'est sans le moindre mot que Thierry Dedieu nous hurle toute l'horreur de cette première guerre mondiale !
Mon avis : Un très grand album pour une énorme claque… A l'occasion de la commémoration de la première guerre mondiale, bon nombre d'ouvrages de qualité ont été publiés et il y en a pour tous les goûts, du roman au documentaire, en passant par la bande dessinée. Et puis il y a le 14 – 18 de Thierry Dedieu, qui nous coupe le souffle et nous laisse à genoux… Si ce n'est la phrase de Gustave que l'on trouve en ouverture, il n'y a plus un seul mot pour nous dire, mais des illustrations sépias et sombres qui nous transportent au coeur même de l'horreur, à côtés de ces poilus… on entend avec eux, on sent, on voit avec eux… on souffre avec eux par la puissance suggestives des grandes planches de Dedieu. A la fin de l'ouvrage, sur la troisième de couverture, faisant face à un certificat de bonne conduite, deux médailles du mérite et une photographie de Gustave en uniforme, on découvre une enveloppe contenant une lettre d'Adèle : c'est les doigts tremblants qu'on ose enfin l'ouvrir, avec cette sensation bizarre de commettre une indiscrétion ! Parce qu'au pays aussi, les populations étaient en souffrance…
Que dire de plus, sinon merci Monsieur Dedieu… pour ce devoir de mémoire si puissant, qui nous laisse bouleversés !
Nota bene : les deux portraits de gueule cassée sont très impressionnants, il convient d'y penser pour les âmes sensibles...
Public : à partir de treize - quatorze ans en lecture autonome, prévoir un accompagnement avec l'enfant plus jeune.
Si vous voulez vous rendre sur le blog de l'auteur et illustrateur, Thierry Dedieu, vous pouvez suivre cette adresse :
http://thierrydedieu.blogspot.fr/
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          280
Titou483
  05 mai 2018
Un des plus beaux albums illustrés que j'ai vu, à mon avis.
Commenter  J’apprécie          351
OverTheMoonWithBooks
  22 septembre 2019
Une vraie curiosité cette bande dessinnée. Un vrai petit bijou aussi !
Un soldat part au front en 14 et relate son expérience que ses proches restés à l'arrière ne peuvent s'imaginer.
A mesure que le lecteur tourne les pages, on ne lit aucun mot, on voit juste des fragments de cette expérience en sépia, en double page, comme si on y était. C'est destabilisant, mais les mots paraissent superflus. La crasse, la peur, l'horreur es scènes se suffisent. Puis à la fin, il y a la lettre du soldat à sa fiancée qui met le point final album.
Une expérience de lecture unique qui illustre parfaitement le fait que le silence sait dire parfois les maux bien plus que les mots qu'on ne saurait dire ou écrire... Qu'ils soient du côté du soldat qui subit ou des proches qui subissent l'absence et l'incerrtitude : seul le silence les unit... même sans les mots, la souffrance muette émeut...
Magnifique hommage
Commenter  J’apprécie          162
Lagagne
  15 mars 2014
Ce livre est terrible et magnifique. le silence. Les grandes illustrations au pastel dans les tons sépias. La force des traits noirs. Les visages effrayants. Les regards. La terre meurtrière, les engins meurtriers. Et cette lettre d'une femme de poilu si touchante.
Un livre bouleversant, profondément.
Commenter  J’apprécie          160
mrsturner
  02 décembre 2015
Cet album est constitué principalement d'images sans texte avec une lettre à la fin de l'ouvrage. Il commence par quelques mots, d'un certain Gustave à Adèle. de nombreuses illustrations en pastel dans des tons sépias se succèdent ensuite. Elles sont belles, poignantes, parfois choquante mais parlent d'elles-mêmes. Il n'y a pas besoin de mot pour décrire les scènes que l'on voit. Elles seraient d'ailleurs impossibles à décrire avec tant d'émotions. Elles nous marquent d'un simple regard et s'imprime dans notre esprit. Au fil des pages nous sommes absorbés et concentrés sur l'album. le silence devient pesant et l'histoire magnifiquement illustrée nous émeu et nous choque. A la fin de l'album une lettre de réponse d'Adèle à Gustave nous attend dans son enveloppe. Elle s'inquiète de ne plus avoir de nouvelles, d'avoir que quelques mots « ça va ». Elle raconte maladroitement son quotidien et attend son retour.
Cet album est vraiment un magnifique hommage au poilu. Certes il n'y a presque pas de texte, mais il dit tout. A travers ces pages, je me souviens des discussions que j'avais avec mon arrière-grand-père sur ses genoux. Ses histoires me fascinaient, mais bien sûr à 6 ans, il ne me racontait pas tout et je le savais. Je suis fière aujourd'hui d'avoir hérité de sa canne qu'il a sculpté à partir d'un morceau de bois qui dépassait des barreaux de sa prison. Je finirais en disant que je suis fière d'avoir ce livre et je vous conseille de vous le procurer.
Lien : https://mrsturner6259.wordpr..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70


critiques presse (1)
Ricochet   04 mars 2014
Reste l'impression d'un presque rien qui dit tout. Le talent du dessinateur, la force de pensée de l'auteur se ressentent à peine dans ce dispositif à la simplicité travaillée.
Lire la critique sur le site : Ricochet
Citations et extraits (7) Voir plus Ajouter une citation
milamiragemilamirage   17 août 2014
La patrie a besoin de héros soit ! Moi je n'ai besoin que de toi !
[extrait de la lettre d'Adèle]
Commenter  J’apprécie          170
milamiragemilamirage   13 août 2014
Hélas, ma Chère Adèle
il n'y a plus de mots
pour décrire ce que je vis.
Gustave
Commenter  J’apprécie          190
MurielTMurielT   10 août 2016
Le fils des Romieu a perdu tous ses bras, le neveu des Badouin crache ses poumons et Marcel Pelletier a laissé sa mâchoire dans les fossés de Craonne.
.....
Mais eux sont rentrés vivants !
Commenter  J’apprécie          30
NievaNieva   11 décembre 2017
Gustave, mon amour

Que se passe-t-il ? Tes dernières lettres m'inquiètent. Pourquoi tu ne me racontes plus rien ? Finies les lettres de quatre pages où tu me disais les petits travers de tes camarades, et leur courage aussi ! Finies les confidences où tu arrivais à me faire rire de vos petits malheurs ! Dans ta dernière lettre, ces deux mots "ça va" m'ont glacé le sang.
Commenter  J’apprécie          10
mrsturnermrsturner   02 décembre 2015
Je sais qu'il est stupide sur le front, en temps de guerre, de te dire de faire attention à toi. Pourtant je t'en supplie: sois valeureux, sois courageux, mais moins que les autres !
Commenter  J’apprécie          30

Videos de Thierry Dedieu (26) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Thierry Dedieu
TRAMPOLINE clôture son itinéraire en terres gersoise et haut-garonnaise en vous ouvrant les portes de l'atelier de l'auteur-illustrateur Thierry Dedieu, près de Lectoure (32), celles des réserves de la médiathèque François-Mitterrand à Muret (31) et enfin celle de l'Atelier du Canapé à Toulouse. La conservation partagée des collections jeunesse est une histoire de sensibilités, de rencontres et de lectures. Thierry Dedieu nous plonge dans son antre et nous partage avec humilité son processus créatif. Variétés des techniques et des outils employés, richesse des inspirations sont à retrouver dans ses albums, conservés à la médiathèque-ludothèque de Lectoure. Auteur-illustrateur tout aussi prolifique, Bruno Heitz a légué plus de 600 originaux à la médiathèque François-Mitterand de Muret qui conservait déjà ses ouvrages. Claudine Mélard, directrice adjointe, nous donne à voir le large éventail de la palette créative de cet artiste, de l'aquarelle à la linogravure, de la peinture sur bois aux papiers découpés, sans oublier les papiers sculptés ! Ces talents reconnus laissent néanmoins toute latitude à la jeune garde de l'illustration de continuer à explorer les champs de possible expressifs et créatifs, comme le suggèrent quelques images tournées à l'Atelier du Canapé à Toulouse. Nul doute que dans l'avenir, de nombreux artistes émergents viendront compléter les axes de conservation du riche plan de conservation partagée des collections jeunesse en Occitanie. Belle fin de balade ! -------------------- Production : Occitanie Livre & Lecture
avec le soutien du ministère de la Culture - Appel à projets Patrimoine écrit 2021 et en coopération avec le comité de pilotage du plan de conservation partagée des collections jeunesse
Réalisation : Extra Art, septembre 2022
Remerciements spéciaux à la Ville de Lectoure, Ludovic Bayart et Thierry Dedieu, à la Ville de Muret et Claudine Mélard, à l'Atelier le Canapé, Franëck, Laura Fanelli, Livio Fania, Sara Gavioli, Lise Perret.
Licence Creative Commons : Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International (CC BY-NC-ND 4.0)
+ Lire la suite
autres livres classés : première guerre mondialeVoir plus
Notre sélection Jeunesse Voir plus





Quiz Voir plus

QUIZ LIBRE (titres à compléter)

John Irving : "Liberté pour les ......................"

ours
buveurs d'eau

12 questions
253 lecteurs ont répondu
Thèmes : roman , littérature , témoignageCréer un quiz sur ce livre