AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2021031950
Éditeur : Seuil Jeunesse (14/10/2010)

Note moyenne : 4.19/5 (sur 32 notes)
Résumé :
Cette fois Dedieu nous dit, sur le ton de la fable, le long travail silencieux de l’artiste qui vise à la perfection du trait.

Sous une même couverture, le récit de l’affrontement, très théâtralisé, du Maître des estampes et du riche mandarin, suivi d’un extrait de son carnet de croquis.
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (10) Voir plus Ajouter une critique
Syl
  04 février 2015
« Un riche mandarin de la prospère province du Siam » admire chez un ami une estampe. Saisi par la beauté du dessin, il propose de la lui acheter ! La réponse est négative, mais il s'en retourne chez lui avec le nom et l'adresse de l'artiste.
Ne perdant pas de temps, le mandarin se rend chez le maître des estampes pour lui commander un dessin. La tractation se fait moyennent un délai de six mois et la somme de cinq mille yens, la moitié payable d'avance.
Pour l'artiste et celui qui a passé commande, la notion de temps n'est pas la même. L'un s'impatiente, l'autre puise son art dans la contemplation et la méditation.
Le jour venu, après tous ces mois, le maître amène un rouleau de papier vierge qu'il déroule devant le regard surpris du mandarin très agacé. En quelques coups de pinceau, l'oeuvre prend vie et subjugue. C'est un petit écureuil qui descend d'une branche de bambou… magnifique !
Le conte aurait pu s'arrêter à la satisfaction des deux parties, mais l'histoire prend une autre tournure lorsque le mandarin refuse de s'acquitter du restant de la somme demandée ; le maître n'ayant mis que quelques minutes pour tracer l'estampe. Que pensez-vous que le maître fit ?
La fable a sa morale, belle, sensible, spirituelle et d'une honnêteté très digne. La vraie valeur de l'art ne se trouve pas que dans le dessin, elle est aussi dans l'étude et l'inspiration. Pour reproduire la vie, la beauté, il faut d'abord l'approcher, l'analyser et l'apprendre. Pour le maître d'estampes, l'imagination ne suffit pas pour rendre la perfection.
(Cette philosophie peut-être discutée… mais ça serait s'éloigner du message.)
Si je devais décrire en deux mots ce conte illustré, je dirais élégante sobriété. L'auteur a su traduire son histoire avec des dessins rappelant la pureté des estampes et en ne colorisant que les tissus des kimonos. Il se rapproche des maîtres qui ont avant lui tracé à l'encre des histoires dessinées. Douceurs, harmonie, grâce, réflexions, intériorisations…
Les personnages sont des animaux. le mandarin est un cochon bien gras, cupide et fat. le maître est un renard, dont la posture est droite, altière.
Dans la dernière partie du livre, Dedieu nous offre des esquisses de son cahier d'études. Crayon, encre, un écureuil est saisi sur le naturel. Il montre la dynamique de ses observations, le détaille, l'apprivoise, et finit par rendre au pinceau la moelle essentielle de sa morphologie et de sa quintessence.
Je vous recommande ce beau conte illustré…
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Judithbou
  04 mai 2019
Un de mes albums jeunesse préféré...Le maître des estampes ravira les petits et les grands. Ce livre est à la fois un conte philosophique, un voyage en Asie, un poème sur le temps et l'acte de création. Il comprend deux parties distinctes. D'abord, un récit illustré : nous suivons un riche mandarin souhaitant acheter une estampe à un grand peintre. le mandarin s'impatiente...sa commande tarde, le peintre semble si désinvolte et pourtant...
La seconde partie nous livre un carnet d'étude qui prolonge le récit et le sublime. Les croquis, les encres et les peintures nous offrent tout à coup la clé de l'histoire.
Commenter  J’apprécie          40
Mamechiku
  03 décembre 2015
Le maître des estampes est un livre découpé en deux parties: la première relate le récit et la seconde est le carnet d'études de l'artiste. C'est un petit livre court mais qui met en avant le travail de l'artiste (le choix du papier, de l'encre, les croquis...) pour atteindre la perfection. Il s'agit là d'une belle réflexion de la part de l'auteur. La seconde partie apporte un petit quelque chose supplémentaire.
Commenter  J’apprécie          30
VanessaV
  15 mai 2012
L'histoire n'est pas nouvelle dans l'univers des peintres asiatiques. Il s'agit d'un noble souhaitant acquérir une estampe d'un maitre. Ce dernier accepte mais demande un délai et une avance de la moitié de la somme, considérable en plus. L'intérêt scénaristique est dans ce délai, dans ces doutes de malhonnête, d'oisiveté et de vénalité du peintre. Et là, Thierry DEDIEU offre une superbe proposition... le suspens est là.
Les personnages animaux rappellent la faune satirique dessinée par Hokusai dans sa "Manga" ou ceux défilant dans les emaki et particulièrement les Choju-giga. Mais ici l'inspiration est plus chinoise. Les dessins reprennent un peu ces lignes asiatiques avec des traits de détails plus occidentaux... Les touches de couleurs dans cette monochromie forment aussi une syntaxe de lecture: les personnages et quelques détails choisis des maisons chinoises et du monde des lettrés... pinceaux, thés, balades en pleine nature.
Et puis ce mystère de l'attente, de l'acte de création, est ici extrêmement bien rendu. le travail en amont et l'état d'esprit y sont graphiquement présent.s Et je ne peux que vous convier à ouvrir le carnet d'étude à la fin de l'histoire...
Lien : http://1pageluechaquesoir.bl..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
Accalia
  28 avril 2014
Voici un album pour les plus grands!
Je vous ai déjà parlé de Thierry Dedieu (avec Yakouba) qui est un auteur jeunesse très important en jeunesse et qui fait des petites merveilles. Comme cet album-là.

Un mandarin commande une estampe à un grand artiste, qui lui réclame beaucoup de temps et d'emblée une certaine somme. Il accepte surpris.
Le jour de la livraison, l'artiste arrive avec une grande feuille blanche et dessine en seulement quelques minutes avec des traits d'encre de Chine un écureuil.
Le mandarin, voyant que cela lui a pris 5 minutes en tout refuse alors de payer. Mais l'artiste l'amène dans son atelier…

Cet album est comme un conte en fait, un très beau conte avec une belle morale à la fin. On comprend avec le mandarin que le travail ne se fait pas tout seul et en juste 1h et qu'il faut s'entraîner, longtemps pour parvenir à l'excellence. C'est un conte sur la sagesse.
J'ai aussi beaucoup aimé l'illustration : elles sont très épurées. Tout a sa raison d'être, il n'y a rien en trop! Cela va parfaitement avec l'ambiance zen. C'est vrai qu'ici, avec le mandarin, les paysages, on est clairement en Asie et cet album est une leçon de la philosophie zen.

Je dois avouer que je m'attendais pas du tout à ça en lisant cet album et à cette conclusion. Et pourtant, c'est logique, comme le dit le petit proverbe à la fin : Des deux vies du papillon, ce n'est pas celle de la chenille que l'on retient, mais celle du papillon".

Et en bonus, des pages entières de croquis, brouillons et estampes sur l'écureuil. Que du bonheur! C'est un album que j'aimerais avoir!
Lien : http://writeifyouplease.word..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Citations et extraits (1) Ajouter une citation
PalmyrePalmyre   04 février 2012
"Des deux vies du papillon, ce n'est pas celle de la chenille que l'on retient, mais celle du papillon."
Commenter  J’apprécie          50
Videos de Thierry Dedieu (22) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Thierry Dedieu
LA FEMME DU POTIER, un album engagé de Kuro Jiki, alias Thierry Dedieu, éd. HongFei 2019. Une fable douce-amère où l'on apprend qu'en matière d'art, l'excellence n'a pas de genre ; une histoire férocement efficace pour sensibiliser les jeunes lecteur·trices à la condition des femmes, à l?égalité femme-homme et plus substantiellement à la question de l?émancipation individuelle.
autres livres classés : estampeVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Prénoms de grands peintres : trouvez leurs noms ! (3)

Je suis né à Paris en 1848. Chef de file de l'Ecole de Pont-Aven, inspirateur du mouvement nabi, j'ai vécu de nombreuses années en Polynésie où je suis décédé en 1903. Je suis Paul...

Gauguin
Cézanne
Signac

12 questions
537 lecteurs ont répondu
Thèmes : peinture , peintre , art , Peintres paysagistes , Peintres français , peinture moderne , peinture espagnole , Impressionnistes , culture générale , peinture belge , peinture romantique , peinture américaineCréer un quiz sur ce livre