AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2360110152
Éditeur : Møtus (24/08/2011)

Note moyenne : 3.83/5 (sur 6 notes)
Résumé :
Un garçon prend régulièrement son vélo pour rendre visite à son frère enterré dans le cimetière. Sur un petit carnet, il note ce qu'il voit, ce qu'il fait, ce qu'il pense. Les jours passent, puis les mois, les années...
Un texte magnifique de Nicole Dedonder, plein de délicatesse, d'émotion, d'humour, de tendresse et de vie.

Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle
Critiques, Analyses et Avis (2) Ajouter une critique
Juin
  21 juin 2014
Il est venu tout seul. Avec le vélo de Victor. Victor, son frère, enterré dans ce cimetière.
Et le jeune Rémy y passe du temps dans cet endroit, il parle à Victor, il choque aussi les gens quand "il prend ses aises" en s'allongeant sur la tombe. Il prend des notes, écrit les questions qui le hantent...
Il tient un carnet qui se remplit peu à peu. "Note" les voisins de son frère. Léger humour pour dédramatiser cette histoire?
C'est un livre tristement noir. Un livre que l'on ne peut conseiller et que l'on garde juste pour soi.
Ce Rémy Doury, inventé par l'auteure, on a l'impression qu'il a vraiment existé et que c'est son histoire que l'on lit...
C'est poignant et douloureux. C'est l' histoire de la mort...Vu par les yeux d'un enfant.
Il y a de la candeur dans ses lignes, il y a la voix d'un enfant perdu devant un drame trop grand pour lui...Heureusement le temps passe et efface un peu le malheur, comme les pages de ce carnet...
Noël 1952 : Je suis plus grand que toi maintenant
Noël 1954 : Je n'ai plus beaucoup de temps. Désolé
Noël 1958 : Pense à toi de temps en temps. Moi, ça va.
Comme tous les livres de cette collection, un petit format, des pages noires et glacées et une illustration faite par l'auteure. Presque rien....un trait blanc qui accroche le regard : un banc, une paire de moufles, des fleurs, de la pluie et un carnet usé...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70
julinou
  16 avril 2013
Ce livre est tellement petit qu'on pourrait passer à côté. Pourtant, cela vaut la peine de le lire. En le lisant, difficile de ne pas penser à quelqu'un qu'on a connu et qui est parti malheureusement trop vite.
Commenter  J’apprécie          30

critiques presse (2)
Ricochet   19 décembre 2011
Se coucher sur la tombe est-ce iconoclaste ; dire que l’on envie, un peu, parfois, son frère mort ; est-ce autorisé ? Sans jugement, la simplicité de la parole de Rémy intrigue d’abord, touche ensuite ; la pauvreté voulue de l’illustration laisse place à la réflexion. Très fort.
Lire la critique sur le site : Ricochet
LaLibreBelgique   01 novembre 2011
Sensible, "Je suis venu tout seul" évoque la mort d’une langue naïve, poétique et décomplexée. Précieuse parole du frère, l’oublié, celui qui doit survivre et sauver d’inconsolables parents. Selon le principe de la collection "Mouchoir de poche" de Møtus, petite maison intéressante, Nicole Dedonder accompagne elle-même graphiquement son texte
Lire la critique sur le site : LaLibreBelgique
Citations et extraits (2) Ajouter une citation
JuinJuin   21 juin 2014
Comme on avait beaucoup pleuré à l'église, des élèves lui avaient dit que c'était moche et triste et qu'ils ne viendraient plus le prochaine fois.
La prochaine fois?
Commenter  J’apprécie          30
JuinJuin   21 juin 2014
"A la récré, Roxane Van Sück dit que tu manges les pissenlits par les racines et les autres rient "

Du bout des doigts, il rassemble les pétales séchés des bégonias roses et les pousse vers le gravier.

" Tu manges quoi?"
Commenter  J’apprécie          10
autres livres classés : frèresVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle




Quiz Voir plus

Bientôt l'automne !

Le roman raconte la vie d'un dictateur sans âge - il aurait entre 107 et 232 ans, personne ne sait plus très bien - qui règne de façon tyrannique sur un pays tropical sous-développé. Grotesque, pitoyable, sale et grossier, notre roi vit dans un palais délabré, fréquenté seulement par des poules et des vaches. Il y a bien longtemps que les hommes ne s'y risquent plus. L'automne du Patriarche (2008)

Gabriel Garcia Marquez
Pablo González Cuesta
Rafael Alberti

10 questions
25 lecteurs ont répondu
Thèmes : roman , roman contemporain , littérature allemande , littérature américaineCréer un quiz sur ce livre