AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2369144041
Éditeur : Libretto (04/10/2018)

Note moyenne : 3.69/5 (sur 8 notes)
Résumé :
Dans les montagnes de l’Himalaya, une expédition fait la découverte de plusieurs livres et manuscrits à l’origine inconnue cachés à l’intérieur d’un coffre. Après deux années d’un travail de recherche, il est avéré que cet ensemble d’écrits est la correspondance entre deux sages aux origines extraterrestres. Ces différents textes, dont la traduction nous est livrée ici, décrivent la faune, la flore, la littérature, et le système politique d’une autre planète située ... >Voir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacRakutenLeslibraires.frMomox
Critiques, Analyses et Avis (5) Ajouter une critique
Kickou
  09 novembre 2018
Bien que je ne sois pas un fervent lecteur de Science-fiction, ce bouquin m'a fait de l'oeil lors de la dernière Masse Critique (merci Babélio & merci Libretto). Je suis, par contre, plutôt curieux, et ce titre, ce nom d'auteur, et une 4ème de couverture m'annonçant la redécouverte par Raymond Queneau de ce texte 100 ans après sa 1ère publication en 1854 - Queneau le considérant comme précurseur de la S-F - ne pouvaient qu'attiser ma curiosité.
De fait, ce bouquin est un Objet Littéraire Non Identifié. L'introduction est très engageante et on ne dira jamais assez la qualité d'écriture des auteurs du 19ème siècle, hélas la suite est un peu décevante. En effet, ce roman serait aussi, selon la 4ème de couv. le 1er Space-opéra ( !), un space-opéra peut-être, mais sans lyrisme, ni grandes envolées, car le texte est surtout descriptif, il ne raconte pas vraiment une histoire, mais l'Histoire d'un peuple extra-terrestre : les Stariens. L'auteur nous dit leur civilisation, leurs guerres, leurs exodes ... leur culture, leur système politique, la faune et la flore de leur(s) planète(s) etc. Au fond, ces extra-terrestres ressemblent beaucoup à notre humanité, ou plus exactement à l'humanité du 19ème siècle de l'auteur, et à ses considérations philosophiques (le progrès par la Science & les arts par exemples). Bien-sûr on trouve aussi des soucoupes volantes : « les Abares » (sont-elles les 1ère de la littérature ?), des Repleux (genre de singes de la planète du même nom), d'autres extra-terrestres plus ou moins bizarres (Les Tossuliens ...) mais on en a vus d'autres depuis. Dans cette sorte de « Lagarde & Michard » S-F, on trouve aussi pêle-mêle : une pièce de théâtre, genre marivaudage E-T, un drame en un acte ou un poème épique, ou supposé tel, qui ressemble davantage à ce que je m'imagine d'un roman cucul-Harlequin.
Alors, certes l'auteur est précurseur et pionnier dans le domaine de la S-F, mais à l'époque (ou presque) Jules Verne envoi ses personnages sur la Lune ou 20000 lieux sous les mers avec la verve et le souffle de très grands romans d'aventure, du coup l'oeuvre de Charlemagne I. Defontenay fait pschitt. Celui-ci reste lucide quant à la qualité de ce texte puisqu'en dernière page, il avoue au lecteur : « Qu'importe ! Si j'ai mal réussi, j'aurai beaucoup osé », faute avouée est à moitié pardonnée, alors ... 3* malgré tout, dans la constellation de Cassiopée évidemment. Allez salut.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          100
raton-liseur
  04 novembre 2018
Etrange objet littéraire que ce livre. Curieuse de voir ce que l'éditeur nomme, un peu pompeusement il est vrai, « le tout premier space opera de l'histoire de la littérature », je me suis laissée tenter par ce titre lors de la dernière masse critique de Babélio, mais je sors ici de mes lectures habituelles et j'ai un peu de difficultés à aborder cette note de lecture.
Passé inaperçu lors de sa parution en 1854 nous précise la quatrième de couverture, on comprend un peu pourquoi. On a l'impression qu'aujourd'hui ce livre serait auto-publié, ou publié à compte d'auteur, et il ne semble pas tout à fait abouti. Même si ce point est assumé par l'auteur, la succession des parties, les intermissions et autres intercalaires sont assez surprenantes. Je ne sais si l'auteur, qui devait mourir deux ans après la parution de son livre se savait voué à une fin précoce, mais cet ouvrage ressemble un peu au fourre-tout où il aurait voulu, lui un homme de sciences et non de lettres, mettre toutes ses productions littéraires plus ou moins abouties, plus ou moins cohérentes, afin de ne pas les perdre.
Il ne faut pas espérer lire un grand roman d'aventure lorsque l'on ouvre ce livre, et c'est là que ma lecture a achoppé. Dans space opera, j'entends toute la dramaturgie de l'opéra, il faut en faire son deuil ici. Pendant toute la première partie de ma lecture, j'ai plus eu l'impression que je lisais l'ancêtre du Guide du Routard, plutôt que l'ancêtre des space opera. Après une introduction un peu poussive, on a en effet une première partie qui décrit les paysages et le climat de cette planète à découvrir. Puis vient une partie sur l'histoire, tout ceci tracé à grands traits, sans beaucoup de détails, juste assez pour savoir quoi mettre dans sa valise et à quoi s'attendre quand on sortira de l'avion, pardon de l'abare.
Une fois que je me suis habituée au style Guide du Routard, j'ai pu me pencher plus sur le fond, et cela tombait bien puisque j'en arrivais à la partie sur les moeurs politiques, sociales et culturelles de nos chers Stariens. Et là encore, j'ai été déroutée. Je n'ai pas assez l'habitude de ce type de livre pour décrypter le propos de l'auteur. J'ai été dérangée par moments par sa description de cette société qu'il a créée de toutes pièces et qui donc est plutôt idyllique. Certains aspects, notamment l'existence d'infra-humains, m'a beaucoup embêtée. Mais il est bien difficile de remettre de tels propos dans le contexte de leur époque et de savoir s'il faut y voir un racisme nauséabond ou bien une simple scorie des usages de l'époque. Je laisserai de plus aptes que moi trancher ce débat.
Je préfère souligner le grand optimisme de Defontenay, qui semble profondément marqué par l'idée de Progrès qui irrigue la société européenne de ce milieu de XIXème siècle. Il croit en la capacité de l'homme à s'élever, à s'améliorer, à devenir l'égal d'un dieu. Il pense même qu'il suffit de faire confiance aux aspirations naturelles de l'homme et que la société doit les laisser s'épanouir pour qu'un tel progrès existe. C'est touchant de naïveté pour la cynique que je suis, mais après tout bien rafraîchissant. Et je ne ferai pas grief à Defontenay de ne pas s'étendre sur les mécanismes de régulation d'une telle société, ce n'est pas le rôle d'un Guide du Routard
Par contre, j'ai moins goûté le culte de la beauté physique qui irrigue toute la seconde partie du livre. J'ai lu quelque part que, non content d'avoir écrit le premier space opera, M. Defontenay était un chirurgien renommé, considéré comme un des pionniers de la chirurgie plastique. Prêche-t-il pour sa paroisse, ou bien est-ce parce qu'il est convaincu de la nécessaire adéquation entre la forme et le fond qu'il s'intéresse à la chirurgie esthétique (je suis consciente que je fais un raccourci un peu facile entre chirurgie plastique et esthétique ici, je ne suis pas à une approximation près moi non plus…), je ne sais, mais c'est un type de discours que je goûte peu et qui a un peu gâché une partie de ma lecture.
C'est donc un bilan en demi-teinte pour ce premier livre offert par Babélio et l'éditeur Libretto, que je remercie. Un livre que j'ai apprécié de découvrir et que je n'aurais probablement pas lu si cela n'avait tenu qu'à moi. Mais c'est une découverte qui m'a fait passé un moment hors du temps et hors de l'espace, qui m'a fait sortir de ma zone de confort livresque, et qui m'a fait me poser beaucoup de questions.
Pour conclure, encore un mot sur l'auteur. C'est finalement dans les dernières pages du livre qu'il semble dévoiler un peu plus ses intentions : « Créons-nous une terre ! / Inventons des soleils ! ces astres plus heureux / Pour trouver du nouveau prêteront leur lumière. » (p. 242, “Le monde des rêves”, “Epilogie”). Il montre notamment sa fragilité, d'une façon finalement assez touchante. Ce livre n'est peut-être finalement que la forme d'un rêve qu'il nous enjoint de mener aussi. En créant d'autres mondes, d'autres planètes, ce sont nos rêves que nous explorons, et qu'importe peut-être le résultat, c'est l'exploration qui compte. Et en cela, Defontenay a réussi, car son plaisir à écrire ce livre est manifeste, et il a su s'évader dans ses propres rêves. Libre au lecteur de le suivre ou de créer ses rêves à lui.
Oh ! certes, au-dessous de ma tâche
Dans mes projets je suis resté ;
Mais je dis qu'il est bien de fléchir de la sorte !
Sous un vaste sujet que je ploie écrasé,
Qu'importe !
Si j'ai mal réussi, j'aurai beaucoup osé.
Puissent ces récits d'un autre monde
vous avoir fait oublier un instant les misères de celui-ci.
(p. 245-246, “Adieux au lecteur”, “Epilogie”).
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
sarahdu91
  04 novembre 2018
Star ou psi de Cassiopée, c'est aussi toute une civilisation en dehors de notre galaxie et sur une planète dans la constellation de Cassiopée.
Le style de ce livre est tout à fait particulier car on a là un exposé et non pas un roman, pas de personnage principal mais des descriptions de la faune, de la flore et de trois peuples qui vivaient là bas... le tout dans sa forme poétique lyrique mais qui nous laisse malgré tout un peu sur notre faim.
Beaucoup de mélanges des genres en littérature ce qui manque un peu de structure mais bon, c'est une originalité comme une autre.
Commenter  J’apprécie          60
gloubik
  20 octobre 2018
Ce livre est régulièrement réédité depuis que Raymond Queneau l'a découvert et vanté dans les années 60. alors quand une nouvelle édition a été proposée dans la dernière masse critique organisée par Babelio, je me suis enfin décidé à le lire.
Puisqu'il est tombé dans le domaine public depuis bien longtemps, je n'allais pas engager une dépense pour un livre que je n'allais peut-être pas aimer. Alors, ni une ni deux, direction Gallica pour un téléchargement. Et comme d'habitude, tant qu'à faire, autant vous en proposer dans la foulée une copie numérique que je souhaite comme d'habitude de bonne qualité.
Maintenant, qu'ai-je pensé de ma lecture ? Eh bien, avis mitigé. Je n'ai rien à reprocher au style. Par contre, j'ai été très surpris de la construction de l'ensemble. En effet, si dans le roman de John Munro : Voyage vers Venus, le style n'était pas brillant, l'histoire était, elle, plutôt agréable. Ici, c'est tout le contraire, si le style est bon, c'est la trame romanesque qui, à mon goût, laisse à désirer. Et pour une raison bien simple : il n'y en a pas. Oui. Ce livre est en fait un abrégé de l'histoire d'une civilisation extra-terrestre, avec extrait de son histoire, de sa mythologie, de sa poésie et de son théâtre. Mais les seuls personnages qu'on y rencontre sont ceux-là. Pas de héros dont les actions vous tiennent de la première à la dernière page.
En bref : Très déconcertant, il mérite quoi qu'il en soit de consacrer un peu de temps à sa lecture.
Lien : http://livres.gloubik.info/s..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
TmbM
  25 mai 2016
Mélange des registres, des formes et des tons
Star ou Ψ de Cassiopée (quel titre !) se veut
Tout à la fois ce qui suit, excusez du peu :
Mythologie, traité de morale et fiction.

Tour à tour poésie, théâtre, prose et puis chant,
C'est moins un roman de genre qu'une oeuvre totale.
Mais que raconte ce livre expérimental ?
L'histoire d'une planète et de ses habitants.

Cette langue, un vaste et bel élan poétique
Certains pourraient y voir des envolées lyriques
Mais allez donc au-delà et considérez
l'expérience d'écriture d'un homme inspiré.

Alors remettez ce livre dans son époque
Voyez que cent cinquante ans plus tard, c'est un choc !
Lien : http://touchezmonblog.blogsp..
Commenter  J’apprécie          50
Citations et extraits (5) Ajouter une citation
raton-liseurraton-liseur   04 novembre 2018
Oh ! certes, au-dessous de ma tâche
Dans mes projets je suis resté ;
Mais je dis qu’il est bien de fléchir de la sorte !
Sous un vaste sujet que je ploie écrasé,
Qu’importe !
Si j’ai mal réussi, j’aurai beaucoup osé.
Puissent ces récits d’un autre monde
vous avoir fait oublier un instant les misères de celui-ci.
(p. 245-246, “Adieux au lecteur”, “Epilogie”).
Commenter  J’apprécie          00
raton-liseurraton-liseur   04 novembre 2018
Créons-nous une terre !
Inventons des soleils ! ces astres plus heureux
Pour trouver du nouveau prêteront leur lumière.
(p. 242, “Le monde des rêves”, “Epilogie”).
Commenter  J’apprécie          00
raton-liseurraton-liseur   04 novembre 2018
Là, comme partout, l’homme est l’homme ; la nature jusqu’alors n’a rien produit de plus parfait.
(p. 42, Livre premier).
Commenter  J’apprécie          00
gloubikgloubik   14 octobre 2018
Les voyageurs furent charmés de l'hospitalité des enfants d'Élier qui les aidèrent complaisamment à satisfaire leur curiosité. Les Stariens, à qui la monotonie de cette planète avait déplu d'abord, trouvèrent à la fin dans ce globe et dans l'examen des mystères de cette nature une source de plaisirs inépuisable, et la monotonie primitive fut changée pour eux en une variété sans bornes que l'habitude de l'observation augmentait à tout instant en prolongeant pour le regard plus assuré et mieux instruit l'immensité de la perspective.
Cependant, une rumeur vague dont ils avaient été bercés avant leur départ de Lessur reportait incessamment leurs pensées vers leurs frères des satellites inférieurs. L'idée du retour de toute l'espèce starienne sur la planète-mère germait depuis longtemps dans le peuple, et ils se hâtèrent de regagner Lessur et Tassul pour être compris eux-mêmes dans cette expédition, et prêter le secours de leurs bras à toute la nation starienne qui allait peut-être combattre pour ses anciennes possessions.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
gloubikgloubik   14 octobre 2018
C'est aux jours printaniers,
Quand un vent frais dans les halliers
Des étamines d'or à la fibre amoureuse
Vient répandre à flocons
La poussière luxurieuse ;
Quand les fleurs naguère en boutons
Sous le souffle expansif d'une chaude nature
Étalent largement l'éclat de leur parure ;
Quand les quatre soleils opposés dans les cieux
Des quatre angles du monde envoient croiser leurs feux
Aux plages de Lessur ; parfois, à fleur de terre,
Passent des courants lumineux,
Un fluide inconnu traverse l'atmosphère ;
Cette tiède électricité
Aux doux ravissements, aux plus vives étreintes
Livre le peuple transporté ;
Ses secousses, surtout, lui dardent les atteintes
D'une céleste volupté.
Alors ce monde entier s'ébat, palpite et vibre
A chaque jet que pousse un courant sensuel,
Et toute vie, alors, sent tressaillir sa fibre
Aux transports délirants d'un spasme universel.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
autres livres classés : opéraVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacRakutenLeslibraires.frMomox





Auteurs proches de Charlemagne Ischir Defontenay
Quiz Voir plus

Musique et littérature

Quel grand philosophe des Lumières s'est essayé à la musique, sans succès ?

Voltaire
Jean-Jacques Rousseau
Denis Diderot
D'Alembert

10 questions
287 lecteurs ont répondu
Thèmes : musiqueCréer un quiz sur ce livre