AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizForum
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2253033839
Éditeur : Le Livre de Poche (30/11/-1)

Note moyenne : 3.64/5 (sur 1348 notes)
Résumé :
Août touchait à sa fin. Léa, la deuxième fille de Pierre Delmas, qui venait d'avoir dix-sept ans, les yeux mi-clos, assise sur la pierre encore chaude du petit mur de la terrasse de Montillac, tournée vers la plaine d'où montait certains jours l'odeur marine des pins, balançait ses jambes nues et bronzées, aux pieds chaussés de bazardaises rayées. Le bonheur de Léa semble aussi certain que l'est sa beauté. ... >Voir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle
Critiques, Analyses & Avis (72) Voir plus Ajouter une critique
Gwen21
03 octobre 2012
Pourquoi je n'ai pas aimé ce roman... Autant dire que si mes états d'âme de lectrice vous indiffèrent, ce qui serait tout à fait compréhensible, autant arrêter votre lecture ici.
Je n'AIME pas quand un auteur forge sa notoriété sur une idée originale... d'un autre auteur ! Or, "la Bicyclette bleue" est un cas d'école en la matière. Transposition à peine masquée de la trame du célèbrissime et brillantissime "Autant en Emporte de Vent" de Margaret Mitchell pendant la Seconde Guerre Mondiale et l'Occupation. Sauf que de mon point de vue, une Léa Delmas n'aura jamais le charme diabolique ni le tempérament d'une Scarlett O'Hara.
Je n'AIME pas quand le lecteur est invité à être attentif au moindre battement de cil d'une héroïne qui se révèle être une pimbêche capricieuse et égoïste.
Je n'AIME pas la facilité.
Commenter  J’apprécie          524
Marple
11 mars 2013
Au-delà d'une fresque plutôt réussie sur la vie en France pendant la 2nde guerre mondiale, entre résistance et collaboration, ce livre reste à mes yeux celui de mes premiers émois 'de femme'. Comme d'autres auteures de critiques, je l'ai lu au collège, je me suis complètement identifiée à Lea Delmas et j'ai été très troublée par son histoire sensuelle avec François Tavernier...
Ça fait près de 20 ans maintenant, mais je m'en souviens très bien, parce que je l'ai lu et relu, de même que les 2 tomes suivants de la saga. La filiation avec 'Autant en emporte le vent' est évidente, mais pas reellement gênante. D'autant que le décor est radicalement différent, et plutôt bien brossé : la France de Vichy, la résistance, les persécutions contre les juifs, la collaboration...
Cela dit, si ça plaisait énormément à l'adolescente que j'étais, je ne suis pas du tout sure que j'aurais le même ressenti si je le découvrais aujourd'hui. Lea est certes très attachante par sa volonté farouche, sa liberté et son insouciance, le livre n'en reste pas moins un roman à l'eau de rose un peu sexy et plutôt donneur de leçons. Bref, une lecture sympa pour la plage plutôt qu'un chef d'oeuvre de la littérature !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          350
celdadou
16 juillet 2015
Dans ce premier tome, Léa est amoureuse de Laurent d'Argilat qui épouse sa cousine Camille, une fille pas très futée.
Il s'agit d'une dénonciation des mariages co-sanguins dans la France de l'époque, puisque l'enfant qui naît de cette union, Charles, a été accouché avec l'aide d'un soldat allemand : c'est un destin tragique et proprement écoeurant.
Dégoûtée de la vie, Léa ne cesse de dire non à François Tavernier, qui est pourtant ultra-louche, tout en ressentent un dérèglement sexuel de tous les sens et du coup, après l'avoir savonné au bord d'une route, elle se détend du slip dans une maison désertée et elle est super jouasse parce que pour elle, la première fois n'est pas ce désastre douloureux et oubliable avec absence total de plaisir, mais bien un truc dément qui va lui révéler la portée du discours du général De Gaulle.
L'auteure souligne les rapports étroits entre orgasme et militantisme.
Après elle couche avec François et Laurent, et elle fait une fellation à Laurent, et recouche avec François après l'enterrement de son père.
Les thèmes qui ressortent dans ce livre sont les suivants:
AMOUR:
Léa est tellement amoureuse de Laurent d'Argilat qu'elle épouse son frère et couche avec François. Tout les hommes sont amoureux de Léa comme toute héroïne un tant soit peu crédible. Un vrai fantasme masculin. Mais il faut retenir de tout cela que c'est l'amour qui entraîne les engagements dans la résistance et non les croyances politiques.
LA JALOUSIE:
Parce que Léa couche avec tout le monde, les hommes sont carrément jaloux à en crever, et ils crèvent. Les Allemands enrôlent des français dévastés pour les envoyer sur le front Russe.
LA SOLIDARITE
Léa couche avec des hommes et ça leur donne un sacré courage. Elle est très solidaire.
LE COURAGE:
Léa couche avec des hommes dont on se doute qu'ils ne sont pas tous magnifiques. Même sales elle ne se refuse jamais à eux.
En analysant bien ce livre on se rend compte que les Allemands, lorsqu'ils ont la chance d'être individualisés, sont en fait de grands esprits qui sont limite pas d'accord avec Hitler.
Les Juifs sont des gens comme les autres, mais super classes. C'est sans doute pour cela que les Allemands les forcèrent à mourir.
L'amant est un homme extrêmement mystérieux et qui a beaucoup voyagé
Ce livre qui est une satyre de la société française durant la seconde guerre mondiale.On voit la férocité des rapports sexuels entre humains.
Ce premier tome donne envie de lire les autres tomes...c'est une partie de notre histoire qui est racontée ..certes c'est dur , avec un langage cru ....mais on est en période de guerre et cette jeune femme de a été tellement blessée par le mariage de celui qu'elle aimait depuis l'enfance qu'elle grandira plus vite que prévu ...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          201
kikou114
02 novembre 2011
Un souvenir de collégienne... Quand j'étais en 5ème, j'avais une copine dont la mère lui avait offert le premier tome. Je pense que sa mère a du croire que c'était une histoire bien innocente, genre "Le tricycle bleu"... Sauf, que ce roman est riche en scènes érotiques et pour des toutes jeunes adolescentes des années 80, cela était très intéressant... Ah ! Léa DELMAS et François TAVERNIER... du coup, j'ai lu à l'époque les 3 premiers tomes. Mis à part, les fameuses scènes, j'ai beaucoup aimé le personnage de Léa, femme libérée et ses aventures sous l'occupation. Belle, sauvage, amoureuse, courageuse... Nous aurions aimé lui ressembler. Plus tard l'auteure a écrit la suite en x tomes, je ne les ai pas lu. Mais les 3 premiers sont excellents !
Commenter  J’apprécie          230
mag290781
10 février 2016
La Bicyclette bleue roman français de Régine Deforges paru en 1981.
Le titre fait référence à la bicyclette qu'utilise l'héroïne pour passer clandestinement des lettres de propagande de la zone occupée à la zone libre
Ce livre m'a été offert.
Je ne connaissais cet auteur qu' à travers le registre érotique avec Lola et quelques autres... j'avais quelques réticences avant de lire: Je sais qu'il y a eu une adaptation télé pour France 2 avec Laetitia Casta mais je ne l'ai pas vue.
Je m'attendais à la saga familiale ennuyeuse pour sauver sa "Terre bordelaise" avec " cinquante" personnages et des descriptions qui traînent en longueur.
Au final, j 'ai été agréablement surprise.
Le style est simple ça se lit rapidement.
Nous sommes en 1939 dans la région bordelaise:
Léa Delmas est une jeune fille de dix sept ans qui a passé une enfance paisible avec sa famille dans le domaine viticole de Montillac.
Belle et sauvage, elle ne manque pas de soupirants: Mathias, les frères Lefèvre, Claude, mais le seul qu'elle aime est Laurent d'Argilat. Choc celle -ci apprend son futur mariage avec sa cousine Camille. Têtue, elle décide malgré tout de lui déclarer son amour et mais elle se fait rejeter.C'est ce jour là aussi qu'elle fait la connaissance de l'intriguant et énervant François Tavernier dont elle ignore qu'il deviendra un personnage clé de son avenir.
Léa est blessée mais tout s'accélère:
la France est en guerre et les hommes doivent rejoindre l'armée.
On va voir Léa mûrir est devenir une femme, une battante, qui va prendre des risques pour sauver le domaine familial.
Épicurienne, elle aime la bonne gastronomie française et découvrira bientôt qu'elle aime aussi les plaisirs de la chair. Plusieurs scènes sensuelles du roman nous rappellent que l'auteur affectionne l'érotisme.
Cette première partie couvre la période 1939-1941. On retrace les événements de la Seconde guerre mondiale en France: la déclaration de la guerre,les bombardements, l'exode, l'appel de De Gaulle, l'occupation, la début de la résistance et de la déportation des juifs.
Les trois soeurs Delmas ont un comportement différent face à cette guerre: Léa du coté de la résistance,Françoise et sa liaison secrète et interdite avec un allemand, Laure la plus jeune pro Marechal Pétain.
J'ai bien envie de lire la suite: La saga compte au total dix tomes. y a du boulot ! Bonne lecture !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          124
Citations & extraits (26) Voir plus Ajouter une citation
JeannepeJeannepe08 mars 2017
Au même instant, on entendit, dominant le ronflement des moteurs, les cris des enfants, les piétinements de milliers de gens, les vrombissements tant redoutés.

– Vite, descendez, cria Antoine en quittant le voiture, couchez-vous dans le fossé.

Aidée par Léa, Camille sortit de la voiture, les mains crispées sur son ventre en un geste de protection dérisoire. Elle courut et roula dans l’herbe poussiéreuse du fossé auprès de Josette qui tremblait de tous ses membres et d’un couple de vieillards blottis dans les bras l’un de l’autre.

À basse altitude, les avions les survolèrent, si proches qu’on distinguait nettement les pilotes, puis remontèrent vers le ciel sans nuage. L’étreinte de la peur s’éloignait et quelques têtes commençaient à se relever quand, dans une subite volte-face, les aviateurs allemands mitraillèrent la longue et immobile colonne des fuyards aplatis contre terre.

La poussière projetée par les balles qui crépitaient su la route éclaboussa Léa. Deux fois, trois fois les avions repassèrent. Quand le vacarme meurtrier cessa, il y eut comme un long silence, puis les premiers gémissements, les premiers cris, les premiers hurlements se firent entendre, tandis qu’une fumée noire et nauséabonde, faite de chair humaine, de caoutchouc et d’essence mêlés, enveloppait le désastre. La première, Josette se releva, hébétée, couverte de sang. Elle hurla et tournoya sur elle-même. Camille se souleva lentement, indemne. Près d’elle, les deux vieux ne bougeaient pas. La jeune femme secoua l’épaule de l’homme. Le mouvement les fit roulez, révélant qu’une même balle les avait tués sa femme et lui. Sers deux points fermés, Camille étouffa un cri. Dominant son dégoût, elle se pencha sur les corps, dont elle ferma les yeux. Antoine n’avait rien. Dès que Léa fut debout, tout tourbillonna autour d’elle. Sans Camille, elle serait tombée.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          90
missmolko1missmolko114 août 2011
Il y avait longtemps que Léa n'avait fait un rêve aussi agréable : valser lentement dans les bras d'un homme qu'elle désirait et qui manifestement la désirait aussi. Quelle délicieuse sensation de se laisser emporter ! Surtout, ne pas la réveiller, ne pas ouvrir les yeux. Elle se serra davantage contre le corps de François. Elle oubliait l'endroit ou elle était, ces gens qui l'entouraient, Allemands ou Français, la mission dont l'avait chargée Adrien, la guerre, Laurent même. Elle ne voulait plus être qu'une femme dans les bras d'un homme.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          220
strawberry33strawberry3312 mai 2013
- A quoi bon vous détromper, petite fille ?
J'ai des bonheurs, mais jamais un bonheur complet. Je suis habité par une souffrance aiguë, confuse et profonde, qui ne me quitte jamais. A vingt ans, je voulais écrire un livre sublime; maintenant, je me contenterai d'un bon livre. Car ce livre, Léa, je le porte en moi. Mon travail d'écrivain, c'est le seul que j'aime vraiment, et c'est le seul que je ne parviens pas à faire. Tout me distrait et m'entraîne, je m'éparpille. J'ai l'ambition d'une gloire future, mais pas d'ambition quotidienne. Tout me lasse très vite. J'aime toute le monde et personne, la pluie et le beau temps, la ville et la campagne. Je garde au fond de l'âme la nostalgie du bien, de l'honneur et des lois dont je ne me suis jamais soucié. Quoique fâché de ma mauvaise réputation, j'ai la faiblesse d'en tirer vanité. Ce qui me nuit, voyez-vous, c'est de n'être pas un vicieux absolu, d'être généreux jusqu'à l'extravagance, le plus souvent d'ailleurs, par lâcheté, de n'avoir jamais fait semblant d'être un demi-vertueux, c'est-à-dire, comme tout le monde au fond, de préférer les mauvais garçons aux hypocrites qui prétendent avoir de l'honneur alors qu'ils en ont à peine plus que moi. Je ne m'aime pas, mais je me veux du bien.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          90
hema6hema615 février 2011
Léa, ne bougeait plus, attentive soudain à l'écho que réveillaient dans sa chair les caresses de Mathias. Elle se disait qu'elle ne devait pas, que c'était Laurent qu'elle aimait, qu'elle était folle et imprudente mais toute résistance était d'avance vaincue chez elle tant son désir d'un corps entre le sien, d'un sexe dans son ventre était fort. Elle s'entendait gémir, balbutier des mots sans suite. Vite, vite... qu'il la prenne... mais qu'attendait-il ? (...) Elle s'offrit impudique et splendide.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          200
PenelopePenelope04 décembre 2010
Le premier levé, Pierre Delmas prenait un mauvais café, tenu au chaud par la servante sur un coin de l'antique cuisinière. Puis, sifflant son chien, il sortait, l'hiver dans la nuit, et l'été, dans le petit matin triste qui précède l'aube.
Commenter  J’apprécie          260
Videos de Régine Deforges (24) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Régine Deforges
Disparition de Régine Deforges, femme libre et insoumise Régine Deforges, femme de caractère et insoumise, s'est éteinte à l'âge de 78 ans. Autrefois libraire et éditrice, l'auteur de la saga de 'La Bicyclette bleue', qui s'est vendue à plus de 7 millions d'exemplaires était aussi connue pour ses engagements féministes. C'est Lambert Wilson qui va enfiler le costume de maître de cérémonie pour le 67ème festival de Cannes. Le comédien de cinéma et de théâtre est un habitué de la croisette. Il est déjà venu défendre Des Hommes et des Dieux de Xavier Beauvois en 2010. Et pour finir, l'écrivain Philippe Delerm, invité de A l'Affiche, nous confie que son dernier roman 'Elle marchait sur un fil' est un récit plus grave, qui occupe déjà une place singulière dans son écriture. Comment les cinéastes , les romanciers, les artistes nous racontent-ils le monde? FRANCE 24 va au-delà de l'info à la rencontre de la culture engagée dans son temps. Une émission présentée par Louise Dupont.
+ Lire la suite
autres livres classés : seconde guerre mondialeVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle





Quiz Voir plus

la bicyclette bleue

Quelle age à Léa Delmas

25ANS
26ANS
17ANS
19ANS

5 questions
2 lecteurs ont répondu
Thème : La Bicyclette bleue, tome 1 de Régine DeforgesCréer un quiz sur ce livre
. .