AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
EAN : 9782213016160
443 pages
Éditeur : Fayard (01/05/1985)
2.83/5   18 notes
Résumé :
" Il est un coin du Poitou dans lequel coule une rivière qui, tour à tour, prend des allures de torrent puis se pavane un peu plus loin comme une Loire paresseuse: elle s'appelle la Gartempe. Sur ses rives, j'ai rêvé et pleuré. Elle a vu mes baignades d'enfant, mes navigations d'adolescente, mes nostalgies de femme. Elle n'était que cris et rires et jeux d'eau du temps de Blanche et Lucie, elle fut fuite et refuge au moment du Cahier volé et devint synonyme de tendr... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (2) Ajouter une critique
araucaria
  28 juillet 2020
Sous ce titre "Sur les bords de la Gartempe" sont rassemblés trois courts romans autobiographiques de Régine Deforges.
Dans le premier " Blanche et Lucie", elle évoque son enfance et ses deux grands-mères. La gamine est sexuellement en avance pour son âge ne se contentant pas de regarder des garçons de son âge mais aussi des adultes. Ce qui à provoqué me semble-t-il un dérapage de l'auteur, lorsque se retournant sur son passé elle écrit : ""Je suis cependant souvent émue au souvenir de l'enfant que j'étais. Il aurait fallu si peu de chose pour éviter tant de souffrances intérieures. Mon avidité à vivre, à comprendre, à aimer, était telle que je vivais dans un état de vibration permanent. Je sentais que les hommes m'aimeraient mieux, qu'ils sauraient mieux comprendre ce besoin de caresses, d'amour. Que d'eux me viendraient des révélations. D'abord, ils jouaient avec leur sexe, je n'avais jamais vu de femme en faire autant; ils me le montraient, ils me le faisaient toucher, et cela me plaisait bien et me faisait au ventre une crispation agréable. J'ai longtemps regretté que les lois, les morales, les moeurs, interdisent les rapports sexuels entre les petites filles et les hommes. Je suis sûre que l'enfance se passerait mieux, sans les angoisses liées à la puberté, si on faisait l'amour aux petites filles qui en ont manifestement le désir."
Les textes ont été rédigés à la fin des années 70 et au début des années 80, alors qu'il était de bon ton de vanter la liberté sexuelle et que tout semblait permis... Avec du recul et après bien des affaires de pédophilie ou d'inceste, qui ont fait la une des journaux et conduit à juste titre d'immondes individus devant les tribunaux, je suis choquée par cette façon de penser et cette déclaration émanant d'une femme, d'une mère...
Le second roman "Le cahier volé" retrace les quinze ans de l'auteur qui flirte avec les garçons de son âge, se frotte toujours aux adultes et a une relation homosexuelle avec une amie de son âge.
Le troisième volet, "Les enfants de Blanche" est un retour au début du 20 ème siècle et décrit la vie quotidienne d'une famille provinciale dans une petite ville. Famille marquée par l'instruction religieuse, un nombre important de naissances, la guerre de 14, des drames... des petits bonheurs...
En dehors du paragraphe de la page 120, qui m'aura choquée j'ai plutôt bien apprécié cette lecture riche d'enseignements sur ce qu'était la vie de nos ancêtres.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          181
Miss9
  17 octobre 2018
J'ai très peu accroché à la première et troisième histoire. Elles ne me laisseront pas un grand souvenir. J'ai quand même aimé suivre l'évolution des personnages mais je trouvais qu'il y avait trop de longueurs et les actions peu nombreuses et palpitantes.
Par contre, "le cahier volé" m'a plus interpellée par cette histoire d'adolescente dont l'histoire passionnelle avec sa meilleure amie est révélée au grand jour dans une France qui à cette époque voyait cela d'un très mauvais oeil.
Commenter  J’apprécie          10

Citations et extraits (7) Voir plus Ajouter une citation
araucariaaraucaria   27 juillet 2020
Blanche et René se marièrent le même jour.

De mémoire de Vierzonnais, on n'avait jamais vu ça : un frère et une soeur descendre ensemble les marches de l'église. Tout le monde savait que cela portait malheur. Mais l'amour de Blanche pour son frère René était si grand qu'elle avait fait fi de toute superstition. Et c'est le coeur débordant de joie qu'au bras de Léon, son mari, elle était sortie de l'église en prenant bien garde, toutefois, de ne pas être en avant de sa jolie belle-soeur, car il ne fallait quand même pas tenter le sort.
Rien de plus gracieux que ces deux jeunes épousées chacune amoureusement accrochée au bras de l'homme qu'elle avait choisi. Ce fut aussi l'avis de la foule qui, massée sur le parvis de l'église, cria d'une voix unanime : "Vive les mariés!... Vive les mariés!..."
Emilia, qui venait d'avoir dix-huit ans, était ravissante, enveloppée de dentelles blanches, son front lisse couronné de fleurs d'oranger, le visage rose de plaisir levé vers René avec un regard de félicité enfantine, René, beau garçon très mince, le teint pâle, la contemplait avec cette satisfaction un peu niaise de l'époux comblé.
Bien différent était l'autre couple : Blanche, vêtue de satin, toute concentrée sur son amour qui lui donnait un air grave, un peu mélancolique, s'appuyait d'une main timide sur cet homme à peine plus grand qu'elle, au front déjà dégarni, au fin visage qu'animaient deux yeux sombres et intelligents.
(Les enfants de Blanche)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          110
araucariaaraucaria   25 juillet 2020
- Que veut-elle cette belle enfant?, disaient-elles en me pinçant la joue ou en me caressant les cheveux.
- Quels beaux cheveux!
Je demandais toujours un livre, car je savais par expérience que la visite pouvait se prolonger et que je ne devais pas bouger sous peine de me faire gronder.
Après un moment d'hésitation, on sortait du bas d'une armoire ou d'une bibliothèque d'énormes volumes reliés de L'Illustration ou du Petit Parisien. Je dois à ces journaux de la fin du siècle dernier mes plus beaux cauchemars d'enfant. Les couvertures violemment coloriées n'étaient que scènes d'horreurs, de tueries ou de catastrophes.
Je me réveillais en sursaut devant les têtes fraîchement coupées d'Annamites rebelles, ou les flammes qui enveloppaient les premières communiantes se propageaient à moi, ou un anthropophage me tendait un bras saignant à manger, ou l'explosion détruisant le navire me projetait à la mer, ou le tueur de la rue Monge levait sur moi son couteau dégouttant du sang de ses précédentes victimes, ou j'étais broyée par les anneaux d'un serpent géant, attachée sur une fourmilière et dévorée vivante.
(Blanche et Lucie)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70
araucariaaraucaria   26 juillet 2020
- Tu verras cet été-là ne sera pas comme les autres.

Qui disait cela tout à l'heure à la récréation? La grosse Marie-Josèphe ou la petite Marie-Thé, les deux inséparables? J'ai souri, car les étés dans ce coin du Poitou, quand on a quinze ans, se ressemblent tous : baignades, pique-niques, bals dans les assemblées sous le regard des parents ou des soeurs aînées, travaux des champs pour celles qui vivent à la campagne, le cinéma une fois par semaine où les films les plus récents ont cinq ou six ans. Même chose pour le programme d'actualités, ce qui provoque immanquablement les rires de la salle, qui découvre ainsi les incohérences de ceux qui nous gouvernent et la relativité des choses humaines, plus deux ou trois visites à la ville la plus proche, Poitiers ou Limoges,et, pour les plus favorisées, un séjour à la mer ou à la montagne.
(Le cahier volé)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          80
ladesiderienneladesiderienne   16 janvier 2013
Je dois à Lucie ma passion des livres. Lucie avait toujours un livre dans la poche de son tablier. Et, quand elle allait aux champs garder les vaches, accompagnée de son grand chien noir, elle s'asseyait au pied d'une haie, à l'écart souvent des autres femmes. Elle sortait de sa poche une de ces petites publications mal imprimées, à vingt centimes, à la couverture illustrée, et se perdait dans sa lecture. Ces petits livres avaient été lus et relus. Ils étaient sales, déchirés, usés. Dans les greniers à grains de la ferme, il y avait des "maies", de grands coffres pleins de livres d'où sortait une odeur de moisi quand on en soulevait le couvercle. Leur découverte a été pour moi un des moments les plus extraordinaires de mon enfance. Toute la littérature était là : la pire et le meilleure. Victor Hugo et Paul Féval, Lamartine et Zévaco, Balzac et Georges Ohnet, Jules Verne et Xavier de Montépin, George Sand et Delly, Voltaire et Léo Taxil, Zola, Daudet, Gautier, Gaston Leroux, Maurice Leblanc, Gyp, Rachilde, Dumas... J' ai lu par dizaine des romans d'amour larmoyants, de rocambolesques romans d'aventures. Lucie les avait tous lus, tous dévorés. Bien sûr, elle ne lisait pas autant qu'elle le voulait, la vie de la terre était dure en ce temps-là. Il fallait s'occuper de bêtes et des hommes. Les bêtes passaient toujours avant les hommes. Les femmes venaient bien après.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
araucariaaraucaria   26 juillet 2020
L'amour? C'est ce qui manque le plus aux enfants. Même les plus tendrement aimés ne le sont jamais assez. Une fois devenus grands ils chercheront, dans une interminable quête, à combler ce vide, sans jamais réussir à assouvir leur désir. D'où leur mal de vivre. Les grandes personnes peuvent composer, compenser, les enfants jamais. Tout ce qui leur arrive est immédiatement ressenti, même s'ils n'en montrent rien. Leur pouvoir de dissimulation concernant leurs émotions est immense et l'on découvre, quelquefois des années plus tard, la marque irrémédiable d'un geste, d'une parole. C'est trop tard, le mal est fait et rien ne peut l'effacer.
(Blanche et Lucie)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60

Lire un extrait
Videos de Régine Deforges (20) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Régine Deforges
Disparition de Régine Deforges, femme libre et insoumise Régine Deforges, femme de caractère et insoumise, s'est éteinte à l'âge de 78 ans. Autrefois libraire et éditrice, l'auteur de la saga de 'La Bicyclette bleue', qui s'est vendue à plus de 7 millions d'exemplaires était aussi connue pour ses engagements féministes. C'est Lambert Wilson qui va enfiler le costume de maître de cérémonie pour le 67ème festival de Cannes. Le comédien de cinéma et de théâtre est un habitué de la croisette. Il est déjà venu défendre Des Hommes et des Dieux de Xavier Beauvois en 2010. Et pour finir, l'écrivain Philippe Delerm, invité de A l'Affiche, nous confie que son dernier roman 'Elle marchait sur un fil' est un récit plus grave, qui occupe déjà une place singulière dans son écriture. Comment les cinéastes , les romanciers, les artistes nous racontent-ils le monde? FRANCE 24 va au-delà de l'info à la rencontre de la culture engagée dans son temps. Une émission présentée par Louise Dupont.
+ Lire la suite
autres livres classés : autobiographieVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox

Vous aimez ce livre ? Babelio vous suggère




Quiz Voir plus

Régine Deforges

Née le 15 août...

1925
1935
1945
1955

10 questions
67 lecteurs ont répondu
Thème : Régine DeforgesCréer un quiz sur ce livre