AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
EAN : 9782266150347
403 pages
Éditeur : Pocket (23/06/2006)

Note moyenne : 3.78/5 (sur 30 notes)
Résumé :

Ce jour-là, tout ce que l'industrie lainière de Lille et de Roubaix compte de filateurs et d'ouvriers sous le second Empire a fait le déplacement : on enterre le vieux Maes. Tout en célébrant le disparu, on murmure que sa jeune veuve l'aurait peut-être aidé à s'en aller...

Au premier rang, Arthur Maes, héritier de l'empire textile du même nom, ne peut masquer son impatience et son ambition. Son frère julien, quant à lui, regrette l'absenc... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (8) Voir plus Ajouter une critique
IdeesLivresMandarine
  31 juillet 2015
Ce livre a été pris totalement au hasard sur les étagères de la bibliothèque. le petit résumé, j'avoue, m'a tenté car ... j'aime beaucoup la période de la fin du XIX siècle et l'arrivée de l'ère industrielle. Ce livre retrace l'histoire d'une famille qui a fait fortune dans le textile mais qui va être bousculée en cette fin du XIXème siècle par pas mal d'évènements tels que l'émancipation des femmes, la fin de l'image de la parfaite famille idéale, la résistance des femmes envers les mariages forcés mais aussi l'industrialisation et ses conséquences – vie des ouvriers, syndicalisme, expansion des usines. Ce qui m'a le plus plu dans cette saga (qui reste courte – moins de 400 pages), c'est le tourbillon d'évènements qui s'enchaînent les uns après les autres. Il n'y a pas une minute d'ennui ; de plus l'humour est également le bienvenu – porter un nom ridicule n'a jamais été facile, mais je ne vous en dit pas plus …
Cette saga nous permet aussi d'apprendre un peu sur la révolution industrielle, l'essor des fabriques de textiles, et vous le savez maintenant, apprendre sans m'en rendre compte, j'adore ça ! Sachez que cette révolution trouve ses origines entre autre dans le blocus continental imposé par Napoléon contre le Royaume-Uni pendant son règne. En effet la région du Nord-Pas-de-calais va commencer à produire des biens tel que le textile que les français se procuraient auparavant à l'étranger (L'École nationale supérieure des arts et industries textiles de Roubaix sera créée en 1889).Côté monde ouvrier, l'auteur fait référence aux conditions climatiques difficiles telles que les inondations et les hivers rigoureux mais aussi aux épidémies de choléra. La dernière de 1866 a provoqué le décès de 10 584 personnes dans le seul département du Nord ce qui a posé d'ailleurs des problèmes d'effectif dans les usines de l'époque.
Bon, voilà, un livre que j'ai trouvé passionnant, intéressant, tout en étant léger, facile à lire, avec beaucoup de rebondissements. Un moment de lecture sympathique que je conseille.
Lien : http://ideeslivres.jimdo.com..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
vf
  26 avril 2015
Une bonne intrigue, le roman nous emmène dans les années 1870 en plein coeur de Lille. Nous découvrons les metiers et le monde de la filature. Nous suivons une famille aisée, sous l'autorité du père et mari avec les secrets de famille. Une histoire bien ecrite, agréable à lire, bien documentée et prenante. Un bon moment de détente.
Commenter  J’apprécie          60
Mimosa99
  23 octobre 2015
Petite saga familiale sympa à lire, on s'envole en 1850 dans une famille de la haute avec ses codes, tout comme parallèlement dans une famille d'ouvriers.
J'ai bien apprécié le ton ironique gentillet, et surtout bien rigolé au moment de l'annonce du patronyme du prétendant de Giselle !
Lecture agréable et informative sur l'époque, les industries et leurs problèmes en ce temps.
Commenter  J’apprécie          40
saphira44
  01 mai 2013
Que dire , Bon pour décrire le monde ouvrier du 19eme Siècle il y a déjà mon cher Zola alors... ça ne tien pas la comparaison. Mais pour une lecture de détente ça marche, l'histoire n'est pas géniale les personnages non plus mais ça se lit facilement.
Commenter  J’apprécie          20
kikou114
  28 octobre 2011
J'ai été déçue par le dernier roman d'Annie DEGROOTE. J'avais adoré « le moulin de la dérobade », « le silence du Maître drapier », « L'oubliée de Salperwick ». L'histoire de cette famille de riches filateurs Lillois sous le second empire ne m'a pas accrochée. La soi disant intrigue ou secret n'avait rien d'intéressant. le dénouement non surprenant.
Commenter  J’apprécie          00

Citations et extraits (4) Ajouter une citation
Mimosa99Mimosa99   20 octobre 2015
Il songea à son père. Augustin était l'héritier de ces maîtres artisans du XVIII siècle, dont les apprentis - partie intégrante de la famille - travaillaient avec la conscience de préparer des chefs-d'oeuvre. Ces géants avaient laissé place à des 《 dynastes》 fortunés, des 《arrivés》,aux entreprises colossales et impersonnelles, aux ouvriers anonymes.
Commenter  J’apprécie          70
sld09sld09   29 septembre 2017
– Ne bougez plus ! Répéta pour la cinquième fois Alphonse, le daguerréotypiste.
Il transpirait sous son costume sombre, mais il était hors de question qu’il retirât sa veste. Sa mise en scène était achevée. Ils étaient enfin figés, comme il se doit, avec cet air de respectabilité hautaine qui seyait à leur condition. Il n'était guère aisé de maintenir tout le monde dans le cadre, avec ces crinolines et ces jeunes bourgeoises très dissipées. Heureusement le temps de pose s'était allégé de façon inouïe en dix ans. Il était fier de son « art photogénique », comme il l'appelait, reflet exact de la vie, plus précis que le pinceau.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
meknes56meknes56   14 juillet 2019
Toutes ces belles idées que tu m'as mises en tête ! Suis-je une aberration de la nature, parrain ? Mon père ne voit dans mes irritations que "des conséquences fâcheuses de la nature féminine et de ses contraintes". Suis-je réellement un garçon manqué ? Les filles ne peuvent-elles pas fourmiller d'idées, de projets, discuter comme les hommes ? Je ne serai jamais une vierge diaphane comme Isla, une épouse asservie mais parfaite et généreuse comme Rosaline, un ange comme ma mère.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
meknes56meknes56   14 juillet 2019
Il songea à son père. Augustin était l'héritier de ces maîtres artisans du XVIII siècle, dont les apprentis - partie intégrante de la famille - travaillaient avec la conscience de préparer des chefs-d'oeuvre. Ces géants avaient laissé place à des dynastes fortunés, des arrivés,aux entreprises colossales et impersonnelles, aux ouvriers anonymes.
Commenter  J’apprécie          00

Videos de Annie Degroote (12) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Annie Degroote
A l'occasion de la Foire du Livre de Brive, Annie Degroote évoque les trois auteurs qui l'ont inspirée pour son titre "Nocturne pour Stanislas". En savoir plus sur le livre "Nocturne pour Stanislas" : http://bit.ly/2hWaS1P
Printemps 2004, dans le Nord. En remontant les secrets de sa filiation, la jeune Hania découvre la vie tumultueuse de son grand-père, réfugié polonais en France, et réhabilite sa mémoire bafouée.
autres livres classés : 1850Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Famille je vous [h]aime

Complétez le titre du roman de Roy Lewis : Pourquoi j'ai mangé mon _ _ _

chien
père
papy
bébé

10 questions
1149 lecteurs ont répondu
Thèmes : enfants , familles , familleCréer un quiz sur ce livre