AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet
EAN : 9782846184489
206 pages
PyréMonde (éd. des Régionalismes) (15/12/2008)
4/5   1 notes
Résumé :
"IL N'EXISTE PAS DU GRAND HOMME UN PORTRAIT ABSOLUMENT RESSEMBLANT..." (Bourienne). L'on connaît, effectivement, fort peu de portraits de Napoléon Ier reproduisant les traits véridiques de l'Empereur des Français. De ce postulat, Jean Deincourt imagine donc, dans cet ouvrage initialement paru en 1932, que Napoléon Ier a un sosie - le sosie de l'Aigle ! Roman uchronique acide où dominent la figure inquiétante et comploteuse du ministre de la police Fouché, celle fidè... >Voir plus
Que lire après Le sosie de l'AigleVoir plus
Citations et extraits (3) Ajouter une citation
Un personnage inquiétant , ce Fouché.
L'ex-conventionnel touche à la cinquantaine.
Squelette vivant.Dos convexe, redingote trop longue, trop ample, toujours sombre et souvent élimée. Tête de momie : cheveux plats, pommettes saillantes et menton en triangle ; des paupières battues, lourdes et mal ouvertes, des prunelles glauques, d'une impassibilité de verre ; bouche féline ; teint de son ; transverses neutres, fermés, impénétrables. Denture chevaline. Voix de polichinelle. Une main sèche.
Sphinx au physique, sphinx, le ministre de la police l'est peut être encore d’avantage au moral.
Au moral il réunit en lui, sans jamais les confondre deux personnages : l'homme privé, l'homme public.
Le premier : nature douce aux mœurs presque austères, couramment cité comme un modèle de vertu domestique - époux tendre et père exemplaire, ami sûr ou relation d'une complaisance inépuisable et d'une bienveillance inégalable. Esprit fantaisiste qui possède à son plus haut de gré le don de l’anecdotique gauloise ; ou boute-en-train incomparable, primesautier , taquin, bavard.
Alors que l'homme public est un glaçon - toujours rigide observateur de la sentence politique : "Beaucoup de réserve dans le discours et de la sévérité dans le maintien". Quoique pince-sans-rire , quelquefois d'une audace effrayante.
Commenter  J’apprécie          10
- Monsieur voudrait sans doute continuer à faire la fête, ici, pendant que moi, l'Em-pe-reur ! je braverais la mort au loin ? ... Si Monsieur s'estime lésé dans ses droits, il les connaît, ses droits !... L'égalité devant la loi !... N'étant pas réformé !... et aucune raison de l'être, gros et gras comme il l'est !... son engagement n'étant pas terminé !... Il reprendra le sac !
- Robeaud est enterré et le baron de la Cadière est réformé ! se rebiffa le courrier - effrontément.
Mais le rectificatif jaillissait déjà - cinglant :
- Tu crois ça , mon imbécile !... Le cas heureusement est prévu !... Un trait de plume ! et le baron de la Cadière redevient le voltigeur Robeaud, qui n'est mort que par ma volonté !
Commenter  J’apprécie          10
- C'est la relation du procès d'un nommé Martin Guerre qui, poursuivit Napoléon, de crainte d'être puni par son père auquel il a dérobé un boisseau de froment, abandonne sa femme pour s'enfuir en Espagne, guerroye au service de ce pays pendant douze ans et, lorsqu'il revient à Artignat, son village, y retrouve ses biens, compris sa femme, accaparés par un sosie, Jean Thil.
L'Empereur referma l'opuscule.
- Une maxime écossaise assure que chacun de nous possède ici-bas son double, et, le plus extraordinaire, non seulement au physique, mais encore au moral.
Commenter  J’apprécie          10

autres livres classés : napoléon iiVoir plus
Les plus populaires : Littérature française Voir plus

Lecteurs (2) Voir plus




{* *}