AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
>

Critique de Aryia


Aryia
  24 décembre 2020
Il y a quelques années, une de mes « bienveillantes thérapeutes » m'a reproché de ne jamais sortir de ma zone de confort littéraire … Encore une qui parlait sans savoir. Car la vérité, c'est que même si je reste effectivement très attachée aux littératures de l'imagine et à la littérature de jeunesse, il m'arrive très fréquemment de prendre des risques, de m'aventurer au-delà de cette soit-disant « zone de confort », de tester de nouvelles choses. C'est ainsi que lors de la dernière Masse Critique Graphique, au lieu de rester cantonnée aux beaux-livres de photographie animalière, j'ai préféré donner sa chance à cette novella généreusement illustrée, appartenant à un sous-genre de la fantasy que je connais fort mal : la fantasy historique. Et sans avoir jamais lu le roman auquel il est rattaché, pour encore plus de folie !


Mai 1588. le Royaume de France est en proie aux guerres de religion, et le trône est disputé par pas moins de trois Henri : le roi Henri III (soutenu par les royalistes et les politiques), son cousin Henri de Navarre (chef des huguenots) et le duc Henri de Guise (à la tête de la Ligue catholique). Acculé, Henri III fait appel, à des mercenaires pour prêter main forte à ses troupes. Parmi eux, la Compagnie du Chariot, composée d'Axelle la capitaine, de N'a-qu'un-oeil le prêvot, Tourne-en-rond le sergent, Gueule-en-biais, Crache-Misère et Mange-la-boue les trois chefs d'unité, Tremble-voix le porte-drapeau bégayant, artiste à ses heures perdues, et enfin Une-chance-sur-deux le médecin et son assistante Quitte-ou-double … Mais il semblerait que leur rôle ne se limite pas à la seule protection du royal Henri, et qu'ils aient une tâche bien plus importante à jouer dans cette guerre …


Le premier point que je veux aborder, car c'est assurément la plus grande force de ce petit ouvrage … c'est la beauté de l'objet-livre en lui-même. Déjà, j'adore les livres reliés en dur, avec le petit marque-page ruban : ça change des brochés encollés qui menacent à tout instant de tomber en déliquescence entre vos mains, et surtout, c'est drôlement plus joli à exposer dans la bibliothèque ! Et clairement, l'intérieur est à la hauteur de l'extérieur : mais quelle beauté ! On a vraiment le sentiment d'ouvrir le journal de bord de la Compagnie : le papier est comme « usé », il y a des « tâches d'encre », des « brulures » … et surtout, il y a les nombreux croquis de Tremble-Voix (enfin, de Marc Simonetti, tout dépend de quel point de vue on se place), ainsi que quelques illustrations colorées pour parfaire le tout. C'est vraiment sublime, il fallait que je le précise !


Il faut dire que pour le reste, même si le récit est vraiment intéressant et captivant, il est surtout atrocement court. Si court que c'est difficile de trouver quoi en dire sans tout dévoiler … C'est un peu mon regret, finalement : j'étais tellement happée par l'histoire, tellement intriguée par cette Compagnie et encore plus par cette guilde d'Artbonniers, que j'ai vraiment été frustrée de voir la fin arriver si vite. On a le sentiment que ce petit récit est plus une sorte d'introduction à l'univers, destiné à nous donner atrocement envie de se ruer sur Royaume de vent et de colères, qui se déroule quelques temps après les événements de la guerre des trois rois si j'ai bien compris. Alors il faut le dire : ça marche parfaitement, je suis en train de tourner en rond car je ne possède pas le roman et ne peut donc pas retrouver dès à présent les membres de la Compagnie !


En bref, je pense qu'il n'est pas utile d'en dire plus, vous l'aurez bien compris : j'ai vraiment beaucoup apprécié ce petit ouvrage mais je regrette justement qu'il soit aussi court. On a à peine le temps de saisir qui est qui (car c'est difficile de s'y retrouver avec tous ces surnoms) qu'il faut déjà les laisser partir. Et l'intrigue en elle-même est quelque peu précipitée, on a donc un peu de mal à s'y immerger complétement … Mais il n'empêche, c'est très bien écrit, et très bien illustré, on s'y croit vraiment et on a vraiment envie d'en savoir plus sur cette guilde, sur cette compagnie, et cela d'autant plus que l'épilogue attise notre curiosité comme le soufflet attise le charbon à la forge … C'est donc une très belle découverte, à réserver toutefois à ceux qui connaissent déjà le roman associé, ou à ceux qui ont la possibilité de le lire dans la foulée, pour éviter toute frustration !
Lien : http://lesmotsetaientlivres...
Commenter  J’apprécie          30



Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura
Ont apprécié cette critique (3)voir plus