AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2707344753
Éditeur : Editions de Minuit (06/09/2018)

Note moyenne : 3.5/5 (sur 148 notes)
Résumé :
Ça raconte Sarah, sa beauté mystérieuse, son nez cassant de doux rapace, ses yeux comme des cailloux, verts, mais non, pas verts, ses yeux d’une couleur insolite, ses yeux de serpent aux paupières tombantes. Ça raconte Sarah la fougue, Sarah la passion, Sarah le soufre, ça raconte le moment précis où l’allumette craque, le moment précis où le bout de bois devient feu, où l’étincelle illumine la nuit, où du néant jaillit la brûlure. Ce moment précis et minuscule, un ... >Voir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacRakutenLeslibraires.frMomox
Critiques, Analyses et Avis (64) Voir plus Ajouter une critique
Sebthos
  23 octobre 2018
Ça raconte la passion, une passion « con fuoco »
Elle mène une vie tranquille, « bien rangée ». Jeune professeure, jeune mère célibataire, abandonnée par le père de son enfant. Elle dirige sa vie, seule, calme et sereine, dans le XVe arrondissement de Paris.
Elle se sent pourtant en « latence », sans trop savoir pourquoi, ni même ce que cela signifie.
C'est Sarah, rencontrée lors d'un réveillon du nouvel an chez des amis, qui lui en donnera la première définition. La latence : « c'est le temps qu'il y a entre deux grands moments importants ».
De rendez-vous en rapprochements, un attachement naîtra entre ces deux femmes, puis la passion, avec fougue.
"Tu me fais tourner la tête"
Elle est « animée, exaltée, passionnée ». Tout les sépare.
Les concerts, d'abord. Sarah est violoniste dans un quatuor à cordes. La musique dirige sa vie. le premier trio de Brahms la transcende.
Ces interprétations les éloignent, avant qu'elles ne se retrouvent comme si leurs vies en dépendaient.
« Elle voudrait tout et son contraire » et se moque des convenances ou de la bienséance. « Sarah la fougue, Sarah la passion, Sarah le soufre ». C'est une tempête, un tremblement de terre, un raz-de- marée d'amour débordant qui ravage tout sur son passage.
"Oh oh, vertige de l'amour"
Elle gouverne, c'est une reine. Si le bonheur est à portée de main, c'est à corps perdu qu'il advient. Jusqu'à quand ? Jusqu'où ?
Dans un dictionnaire médical : « Latence : état de ce qui existe de manière non apparente mais peut, à tout moment, se manifester par l'apparition de symptômes. »
« Ça raconte ça : le souffle, le soufre, la tempête ». L'amour absolu, l'amour à mort.
D'une écriture envoûtante, faite de phrases récurrentes et hypnotiques, Pauline Delabroy-Allard, pour son premier roman, nous offre une dévorante « définition de la passion ».
Une lecture irrésistible qui se lit d'une traite, ardemment...
Lu en septembre 2018.
Retrouvez mon article sur Fnac.com/Le conseil des libraires :
Lien : https://www.fnac.com/Ca-raco..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          1209
La_Bibliotheque_de_Juju
  11 septembre 2018
Ca raconte Sarah.
Ça raconte une histoire d'amour. Que l'on vit. Que l'on pleure. Que l'on prend en pleine gueule.
Jamais écriture ne t'avais trituré à l'intérieur de cette façon. Ça virevolte, ça farandole, ça t'écrabouille le coeur et ça te laisse pantelant. Émerveillé. Bluffé.
Ça prête à rire, peut être à souffrir mais ça va à toute allure et ça t'ébranle à l'intérieur. Ça parle d'amour fort, d'amour vrai. Ça fait parfois si mal, ça t'essouffle un peu, beaucoup, passionnément, à la folie et ça t'envole haut, très haut. Ça fait de la musique, du rock' n' roll, une symphonie, ça fait valser les mots. Ça va vite, très vite, trop vite.
Ça te prend là comme ça, ça t'arrache à l'instant présent et ça te bouscule dans tous les sens. C'est fou, simple et terrible. C'est de l'amour. C'est de la vie. C'est de la folie.
Ça raconte ce qu'on ne sait pas dire. Ça te ramasse en mille morceaux. Ça t'envoie valser dans le décor. Sans crier gare et sans préavis. Ça t'empêche de t'endormir et ça t'insomnise.
Ça ne te laisse pas le choix. Ça te donne envie de ne jamais refermer le livre. Ça raconte de belles choses. Ça te fait battre le coeur de plus en plus vite.
Plume virtuose qui t'embarque à sa suite sans te laisser le choix.
Et puis.
Peut-être, un peu.
Ça raconte Sarah.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          977
Annette55
  17 octobre 2018
C'est l'histoire d'un amour fou, dévorant entre deux femmes , mais qui est donc cette mystérieuse Sarah? Femme fantasque,? Femme bizarre? Femme ténébreuse? Femme seule?
Une belle violoniste jouant dans un quatuor dont s'éprend passionnément la jeune narratrice ..
Rencontre, fusion, flamme, initiation., brûlure vive....
Outre la fulgurance du sentiment qu'elle porte à Sarah, son amante dévorante : "-----L'amour avec une femme, une tempête" ----la narratrice décrit magnifiquement ,comme si elle avait mal , à force d'aimer, combien cet attachement tumultueux l'aliène ....
Le Récit intense de l'adoration absolue qu'elle éprouve pour le talent de musicienne de Sarah , cette passion semblable au crescendo d'une valse, accompagnée du danger que la narratrice contemple avec fascination et abandon.
Femme tornade qui s'abat sur une autre, qui perd pied et raison, emportée par la rage d'aimer de Sarah, par son intransigeance, ses hurlements , sa violence, ses abandons, ses caprices, ses toquades....
Une Sarah imprévisible, ondoyante, déroutante, versatile , terrifiante!
Un amour fou , hors norme, devenu obsession où les mots flambent , tranchent et chantent à l'aide d'une écriture puissante , incandescente,tourbillonnante, débordante , énivrante , sublime qui enveloppe et décuple ces sensations , une joie et une douleur frénétiques prises dans les contradictions et les antagonismes d'un amour de l'extrême , un érotisme exacerbé jusqu'à la déprise, la chute, la dépossession, ensemble pour toujours par delà la fin...
Un roman d'amour impossible , une folie amoureuse interprétée par l'auteur avec une puissance telle que l'on vacille à la lecture de ces flashs éclatants de l'extrême , une fusion précipitée .....
Un premier roman étonnant , coup de poing !!
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          598
MarcelineBodier
  12 octobre 2018
Je me suis plongée dans la lecture de Ca raconte Sarah avec la certitude d'être emportée, tant j'en avais lu des chroniques enflammées. Je n'ai pas été déçue... mais pas exactement pour les raisons qu'on m'avait annoncées.
Le sujet principal du livre serait une passion amoureuse dévorante et tragique ? Je ne suis pas d'accord.
C'est bien plutôt un roman initiatique où la sexualité est placée au centre de la quête de soi de l'héroïne, au lieu d'être reléguée en périphérie, carrément négligée ou au contraire l'unique obsession de l'auteur. L'éveil à la sexualité et l'éveil à soi ne sont que les facettes d'une seule et même chose, et ce, même si on a trente ans, même si on est mère de famille, même si on a déjà une première vie derrière soi. Que savait la narratrice d'elle-même avant de rencontrer Sarah ? Pas grand chose, sans doute… Or, ce parti-pris est vraiment intéressant car il n'est pas si fréquent de trouver une voie juste entre la romance érotique et le roman d'apprentissage traditionnel. Et je suis frappée de voir que la rentrée littéraire nous a réservé au moins deux oeuvres qui lient étroitement quête de soi et découverte de la sexualité : Ca raconte Sarah, et Dans la chair des anges de Cathy Borie (cf. ma chronique sur ce roman, même si elle l'aborde sous un tout autre angle).
La première partie serait exceptionnelle, mais la deuxième un cran en-dessous, voire ennuyeuse ? Je ne suis pas d'accord.
Pour moi, au contraire, la première partie est certes intéressante (le mot me paraît plus juste qu'"exceptionnelle"), mais c'est la deuxième qui lui donne son prix, après-coup, et touche bien plus. Toutes les frontières y sont brouillées, à tel point que des confusions se font, pour la narratrice comme pour le lecteur, entre vie et mort, entre rupture et meurtre, entre santé et maladie, entre fantasme et réalité. On ne sait pas, elle ne sait pas non plus, et si elle ne sait pas, c'est à la fois la conséquence de la fin d'une passion et le symptôme de l'ébranlement psychique que cette fin provoque. On a la preuve du fait que la première partie allait bien au-delà de la description d'une histoire d'amour et était bien le récit d'une construction de soi, qui s'effondre si la passion s'éloigne. Une structure à la Belle du seigneur, si vous préférez...
Pauline Delabroy Allard, la fille spirituelle de Cathy Borie et d'Albert Cohen ? Quelle découverte, quelle rentrée littéraire ! On ne peut que souhaiter aux deux auteures contemporaines le destin de leur illustre aîné...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          410
isabelleisapure
  05 septembre 2018
Il est peu de dire que j'ai aimé ce roman, j'y ai trouvé tout ce que j'attends d'une nouvelle plume : élégance et précision.
Pauline Delabroy-Allard nous donne à lire une histoire d'amour magnifique entre deux femmes.
La narratrice vivant en couple, mère d'un jeune enfant tombe sous le charme de Sarah rencontrée au hasard d'une soirée, sa vie en sera à jamais bouleversée.
Elle est littéralement envoutée par cette jeune femme un peu vulgaire, exaltée, qui parle trop, trop fort, qui est trop maquillée et qui un jour lui dit : « Je crois que je suis amoureuse de toi ».
Sarah fascine par sa singularité faite d'extravagance et de simplicité. Pour elle, la vie est tellement importante qu'il faut la vivre à cent à l'heure en faisant fi du regard des autres. La narratrice tente d'être l'élément modérateur dans ce couple improbable.
Dans une première partie nous suivons la naissance et l'épanouissement d'une passion.
L'amour est magnifié par une écriture à la sensualité extraordinaire, à chaque phrase les mots se font caresses.
La seconde partie est plus violente, elle nous parle de mort et de désillusion.
Pauline Delabroy-Allard réussit à merveille à nous faire ressentir le désarroi de la narratrice face à la perte d'un amour.
Il me semble très difficile d'exprimer tout ce que contient ce roman qui m'a profondément émue.
« Ca raconte Sarah », ça raconte le bonheur, ça raconte l'incompréhension, « ça raconte ça, la vie éclatante en toutes circonstances »
Pour moi, ça raconte aussi les débuts d'une primo romancière particulièrement brillante que je suis impatiente de lire à nouveau.
Un coup de coeur.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          433

critiques presse (10)
LeDevoir   29 octobre 2018
Avec un mélange plutôt rare d’intensité et de sobriété, Pauline Delabroy-Allard nous offre une machine impeccablement huilée, un grand galop, une sorte de manège fou qui s’emballe dans la nuit. Avec ses hauts et avec ses bas.
Lire la critique sur le site : LeDevoir
LaPresse   26 octobre 2018
L'écriture de Pauline Delabroy-Allard est fiévreuse, insistante, lyrique. Ce roman n'est pas parfait - on se noie parfois dans le trop-plein de mots et d'émotions - mais c'est un très beau texte illuminé par le personnage incandescent de Sarah, une femme plus grande que nature.
Lire la critique sur le site : LaPresse
Liberation   08 octobre 2018
Son roman séduit par son écriture scandée et émotionnelle. Du sujet à la fois rebattu et inépuisable de la passion amoureuse, elle fournit une variante éclatante et sans complaisance. Pas de suspense. Pas de bluette.
Lire la critique sur le site : Liberation
Liberation   08 octobre 2018
Un des premiers romans les plus frappants de la rentrée, en piste pour le prix Goncourt.
Lire la critique sur le site : Liberation
Telerama   05 octobre 2018
“Ça raconte Sarah” : que cache ce titre à l’emporte-pièce ? Un premier roman sur la passion amoureuse, qui se dévale et se dévore.
Lire la critique sur le site : Telerama
Culturebox   11 septembre 2018
Avec ce premier roman court et dense, Pauline Delabroy-Allard évoque avec une précision de chirurgien cet état qui emporte tout sur son passage, quel que soit le sexe des protagonistes.
Lire la critique sur le site : Culturebox
LeMonde   07 septembre 2018
Sous la plume de Pauline Delabroy-Allard, le sexe en général et la caresse amoureuse en particulier deviennent bel et bien un exercice, oui, mais au sens noble d’une ascèse, d’un travail sur soi, propres à enfanter les plus brûlants écrits, la plus charnelle des vérités.
Lire la critique sur le site : LeMonde
LeFigaro   07 septembre 2018
Quatre-vingt-quatorze premiers romans paraissent en cette rentrée 2018. Parmi nos dix coups de cœur, celui de Pauline Delabroy-Allard.
Lire la critique sur le site : LeFigaro
Actualitte   31 août 2018
Ça raconte Sarah subjugue instantanément. C’est un livre qu’on lit avec le ventre, le cœur. Le lecteur ressent au plus près chaque émoi, chaque étreinte charnelle, chaque désillusion. Une prouesse pour un premier roman que d’envoûter le lecteur avec autant de verve.
Lire la critique sur le site : Actualitte
Lexpress   22 août 2018
C'est presque moins un roman qu'un éclatant poème que propose Pauline Delabroy-Allard dans cette série de courtes phrases compressées les unes contre les autres comme les pulsations d'un cœur qui bat à toute vitesse.
Lire la critique sur le site : Lexpress
Citations et extraits (41) Voir plus Ajouter une citation
xstxst   05 novembre 2018
Dans le taxi qui nous ramène, on fait le compte de tout ce qu'on a bu, et cela ne suffit jamais à expliquer l'ivresse qui nous exalte. C'est que la griserie vient des heures passées ensemble, de la folie de cette vie qu'on mène tambour battant, du temps volé au temps. Je me souviens de ça. Dès que nous sommes deux, la magie opère.
Commenter  J’apprécie          40
LepetitmoiLepetitmoi   05 novembre 2018
La splendeur fugace des montagnes qui entourent le lac de Garde me coupe un instant le souffle. Alors, c'est comme ça ? La vie peut s'arrêter, l'amour peut mourir, et ce monde peut continuer, juste à côté, dans le même temps, dans le même espace, à étinceler de beauté ?
Commenter  J’apprécie          20
LepetitmoiLepetitmoi   04 novembre 2018
Je lui demande comment elle définirait la latence. Elle penche un peu la tête quand je lui explique que j'ai ce mot en surimpression sur les images de ma vie, qu'il ne quitte pas mon esprit, que je ne sais pas très bien pourquoi mais qu'il m'obsède.
Après un silence : " C'est le temps qu'il y a entre deux grands moments importants. "
Commenter  J’apprécie          10
MascarponeMascarpone   03 novembre 2018
Et les nuits affreuses, les nuits terrifiantes, avec le mugissement qui ne s'arrête pas, qui hurle à tous les interstices, le souffle mou du vent qui semble vouloir s'introduire jusqu'en moi, jusqu'au plus profond de moi, un vent glacial à l'haleine macabre qui s'acharne à toquer aux fenêtres, à rentrer sous mes ongles sales, sous ma peau.
Commenter  J’apprécie          30
MascarponeMascarpone   03 novembre 2018
Elle dit qu'elle va fumer une deuxième cigarette, pour fêter ça, son audace, son courage, l'allumette craque dans la nuit, l'odeur du soufre devient à jamais et pour toujours l'odeur de l'aveu qui soulage, l'odeur de la réalité inexprimable enfin exprimée, l'odeur de la vérité dénudée, mise à terre, déposée devant moi comme un cadeau.
Commenter  J’apprécie          10
Videos de Pauline Delabroy-Allard (5) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Pauline Delabroy-Allard
Payot - Marque Page - Pauline Delabroy-Allard - Ca raconte Sarah
autres livres classés : homosexualitéVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacRakutenLeslibraires.frMomox





Quiz Voir plus

Les Amants de la Littérature

Grâce à Shakespeare, ils sont certainement les plus célèbres, les plus appréciés et les plus ancrés dans les mémoires depuis des siècles...

Hercule Poirot & Miss Marple
Pyrame & Thisbé
Roméo & Juliette
Sherlock Holmes & John Watson

10 questions
3029 lecteurs ont répondu
Thèmes : amants , amour , littératureCréer un quiz sur ce livre
.. ..