AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet
Gaston (2018) - 22 volumes tome 22 sur 23
EAN : 9791034752065
48 pages
Dupuis (22/11/2023)
3.97/5   352 notes
Résumé :
Gaston, c'est un des personnages les plus sympathiques de toute la bande dessinée franco-belge. Né il y a 66 ans sous le crayon d'André Franquin, Gaston est au début un antihéros paresseux qui très vite va devenir un personnage à l'imagination et à l'énergie débordantes (tant qu'il ne s'agit pas de travailler). La série comporte une galerie de personnages réjouissante : Moizelle Jeanne, l'amoureuse transie de Gaston (qui ne capte aucun des signaux qu'elle envoie) ; ... >Voir plus
Que lire après Gaston (2018), tome 22 : Le retour de LagaffeVoir plus
Spirou et Fantasio, tome 0 : Vacances sans histoires par Guerrive

Spirou et Fantasio

Sophie Guerrive

3.54★ (36440)

57 tomes

Les profs, tome 1 : Interro surprise par Erroc

Les Profs

Erroc

4.38★ (6415)

26 tomes

Gaston (1998), tome 1 par Franquin

Gaston (1998 et 2013)

André Franquin

4.22★ (4323)

19 tomes

Critiques, Analyses et Avis (74) Voir plus Ajouter une critique
3,97

sur 352 notes
Et une série culte de plus reprise cette année et sortie à temps pour se glisser sous le sapin !
On peut crier à l'opération commerciale, ce qu'elle est aussi, mais il ne faut pas non plus oublier que pour éditer tous les livres que l'on aime et qui parfois ne se vendent pas assez, il faut des locomotives permettant au secteur de rester en vie.
Ceci dit, revenir sur un (anti)héros aussi mythique, le compagnon de l'enfance de nombres de fans de BD, il ne fallait pas se louper. Une opération commerciale, personnellement, ne me gène pas si elle s'appuie sur une oeuvre de qualité.
Alors qu'en est-il de cette reprise de Gaston Lagaffe ?
D'abord, il faut le reconnaître, la reprise est réussie.
Delaf, dont je n'avais pour le moment, rien lu, se moule dans les chaussons du maître. le parti pris était de reprendre là où la série s'est arrêté à l'aube des années 80, dans un monde sans ordinateurs, et sans portables. Gaston revient d'un (long) « congé » et se remet au travail. M'enfin, au travail, façon de parler (ou d'écrire). Il se remet surtout, et pour notre plus grand plaisir à refaire des gaffes.
L'auteur a décidé de réutiliser presque tous les ressorts comiques de Franquin, lui rendant un hommage appuyé. le matériel du petit chimiste, le gaffophone, la Ford T, le clone en latex, etc.
Il reprend aussi les mêmes personnages Prunelle, de Mesmaeker, Lebrac, mademoiselle Jeanne, Longtarin, monsieur Boulier et fait même revenir un Fantasio qui avait quitté la série dans les années 60. Un petit nouveau, le psychiatre pour un gag qui m'a bien fait rire et qui devrait revenir. Et puis un autre que Franquin avait créé mais peu utilisé, ce dessinateur très mauvais qui veut absolument se faire publier et qui a la chance (la malchance ?) d'être l'ami de Gaston.
On se retrouve très vite dans cette ambiance loufoque que l'on adorait. Gaston se révèle tel qu'on l'avait quitté, inventif, fumiste, jovial, écologiste, paresseux (pour le travail mais pas pour le reste), etc.
L'hommage à Franquin est assumé, notamment à la fin dans une séquence de plusieurs pages sur le vol des originaux du maître qui auraient du paraître dans le journal de Spirou. Une fin d'album très réussie et qui montre les possibilités que peut offrir Delaf dans l'avenir.
Les gags sont plutôt drôles et l'humour de Franquin n'est pas dénaturé.
On pourrait certes reprocher le manque de prise de risque, mais pour un album de retour du héros après une aussi longue absence, la stratégie me semble plutôt la bonne. Obtenir l'adhésion des fans est indispensable avant de trouver un nouveau public qui pourra ensuite relire les anciens albums. Les risques pourront être pris dans les suivants.
Je regrette surtout cette petite poésie absurde et souvent désenchantée qui faisait la patte de Franquin et qui faisait de Lagaffe une série demeurer au panthéon du neuvième art. Elle n'est plus là. C'est diffus, cela n'empêche pas d'apprécier à sa juste valeur cet album, mais cela marque aussi la distance entre le maître et le jeune padawan.
Niveau dessin, c'est vraiment bluffant. Delaf a su imiter quasiment à la perfection les traits de Franquin y compris dans les expressions des visages. C'est bluffant.
Une reprise qui donc fait vibrer nos cordes nostalgiques, qui nous fait sourire, qui nous fait même rire parfois.
Commenter  J’apprécie          1348
ROGNTUDJU !
ON NE TOUCHE PAS À GASTON !

Là, c'est sacrilège, Gaston c'est Monsieur Franquin, c'est un personnage bien trop personnel, tellement fusionnel avec son créateur, que cela semble impossible, voire criminel de le reprendre. Et c'est vrai, il y a quand même un aspect bassement mercantile de la part de Dupuis d'avoir lancé cela. Première victoire pour de Mesmaeker.
Gaston, c'est l'idole de mon enfance, mon modèle, ce n'est pas ce nabot qui un jour a déclaré “Travailler plus pour gagner plus”, non, c'est ce génial tire-au-flanc, génie incompris, roi de la créativité, ennemi de la rentabilité maussade.
Et Gaston, c'est aussi le coup de crayon extraordinaire du Roi Franquin, brut, vif, un observateur de génie, une efficacité suprême dans le mouvement du crayon sur la feuille.
Alors, non, on ne touche pas à Gaston !

Mais bon, on me l'a offert, ça me laisse l'excuse de ne pas l'avoir acheté, ça m'évite la honte qui en aurait découlé, en fait, heureusement qu'on me l'a offert, sinon j'aurai dû faire avec cette honte, parce que j'aurai craqué inévitablement.
M'enfin, un Gaston que je ne possède pas dans ma bibliothèque, c'est inconcevable !
Alors je suis un peu en colère, par principe, parce que le fan de la grande époque n'a pas le droit de se réjouir, ça fait pas sérieux, mais j'ai bien du mal à rester bouder quand on me fait rire.
Et j'ai ri. Je n'ai pas craqué pour ne pas l'acheter, c'est un peu de la triche, je le reconnais, mais je n'ai pas réussi à ne pas rire, c'était trop dur.

Monsieur Franquin, je sais, je suis impardonnable, je suis vraiment désolé, j'ai ri avec le Gaston de Delaf, je n'aurai peut-être pas dû, j'espère que vous ne m'en voudrez pas trop.

En même temps, ça me soulage, le sacrilège n'est pas total, Delaf s'en sort avec brio, de toute façon, il n'avait pas le droit à l'erreur, ça aurait été le lynchage automatique. Prise de risque maximum et ouf ! le résultat est même bon, je dois l'avouer. Évidemment, pour entrer dans son sujet, Delaf va faire l'inventaire des inventions géniales du maître, et cet album se transforme alors en hommage appuyé, il fallait sans doute commencer par là : retour de tous les personnages emblématiques de la série, Prunelle, Lebrac, Jules de chez Smith, de Mesmaeker, Mademoiselle Jeanne, Longtarin, la mouette et le chat… y compris Fantasio, sorti de la série depuis 1969, et aussi des différents objets, la boîte de chimie amusante, la boule de bowling, le Gaston Latex, le Gaffophone…

L'hommage est encore plus appuyé avec une histoire qui se suit sur plusieurs pages autour de planches originales de Franquin perdues par Gaston. On pourrait imaginer qu'il s'agit de planches des facéties de Gaston, perdues par Gaston lui-même, un vieil héritage exhumé de placard mal rangé de Gaston, et cet auteur de bande dessinée maudit qui parcours les pages avec ces affreuses bandes dessinées qui font hurler d'horreur l'équipe de chez Dupuis, un personnage très discret dans le Gaston de Franquin (12 apparitions furtives), ne serait-ce pas Delaf lui-même se mettant en scène dans la tourmente de cette édition, celle de l'histoire aussi bien que celle de cet album, comme s'excusant de s'être retrouvé là, d'avoir volé la vedette au grand Franquin, mais fier et heureux quand même. J'adore les mises en abyme de ce genre.

Et oui, ce Gaston est toujours drôle, pétillant, et ça m'a fait quelques chose de le revoir, comme un vieux pote qu'on revoit après l'avoir perdu de vue, merde, je vais verser ma petite larme, non, j'ai pas le droit ! C'est pas le vrai, c'est son clone en latex !
Commenter  J’apprécie          590
Ce Retour de Lagaffe, tellement appréhendé des admirateurs (dont je suis depuis l'enfance) de Franquin... Ce Retour de Lagaffe, donc, est une très bonne surprise.
Delaf s'en sort bien, en exploitant au mieux la veine Franquin et en lui amenant quelque nouveauté bienvenue: le chat dingue et la mouette rieuse shootés aux super- vitamines sont un grand moment que n'aurait pas renié Franquin!.. de même que l'ami-dessinateur de Gaston, capable de terrible effets visuels comme les effets sonore le sont pour le gaffophone.
Et puis; un retour de Fantasio à la rédaction de Spirou ne saurait nuire à celui de Lagaffe!
Et il se pourrait même, mais à quel prix?, que Gaston parvienne même à éviter des pages blanches dans le prochain numéro de Spirou.
Qu'on se le dise, le dernier mot reste à la gaffe!
Commenter  J’apprécie          523
Comme l'indique le titre, notre héros national est de retour. Et quel retour ! J'ai adoré cet album que n'aurait pas renié Franquin, bien au contraire. Les dessins correspondent à ceux que nous connaissons, Gaston est toujours aussi gaffeur, Mademoiselle Jeanne toujours aussi folle de lui… sans oublier les fameux de Mesmaeker et Longtarin.

En prime, et ce n'est pas négligeable, il y a un fil conducteur. Car comment expliquer le retour de Lagaffe ? C'est très simple, il revient d'un long congé. Delaf a pris le parti de le faire rester dans les années 80. Et je pense que c'est très bien ainsi. Non seulement le lecteur retourne dans une décennie sans technologie ou presque, ce qui le dépayse (ou le rend nostalgique) mais en plus il retrouve son héros comme si c'était hier. Et c'est avec un sourire qui ne m'a pas quitté que j'ai lu les 49 pages de cet album.
Lien : https://promenadesculturelle..
Commenter  J’apprécie          540
Quel plaisir pour un vieux fan de retrouver son anti-héros préféré, même s'il n'est pas sorti de la plume du très grand et regretté Franquin.
Cet album réalisé par DelaF peut être paré du terme de réussite, en faisantabstaction de toutes les luttes et divergences entre la famille Franquin et les éditeurs, qu'il ne nous appartient pas de juger tant que l'esprit et le style de l'auteur sont conservés (ce qui nest pas toujours le cas dans les reprises il fajt bien en convenir).
Les personnages sont confondants de "dessinité" avec les derniers albums signés Franquin, et tous sont au rendez-vous, de Lontarin aux Ducran et Lapoigne, mon chouchou sureprsesenté de Mersmaeker et ses contrats, la mouette rieuse et le chat dingue, le gaffophone, le Gaston latex à la tragique destinée, sans oublier les piliers Spirou et Fantasio avec Spip en guest star, au milieu des habituels Prunelle, Lebrac, Mr Boulier et Mlle Jeanne...et cerise sur le gâteau l'armoire fourre-tout de Gaston qui a tendance à régulièrement chuter.
Tout et tous y sont, et c'est un régal.

LagaF, pardon DelaF, symboliquement au travers de Lebrac auquel il s'assimile sûrement, rend un hommage vibrant à Franquin, "copié jamais égalé", et ne cherche pas à s'approprier les personnages mais reste au service de l'univers gastonesque originel en y apposant discrètement sa patte.
La fin de l'album met drolatiquement en exergue la débrouillardise de Gaston dans un happy-end finalement politiquement incorrect.

Un album dessiné qui ravira les nostalgiques tels que moi, ainsi que les nouveaux lecteurs -et futurs adorateurs j'en suis convaincu.
Commenter  J’apprécie          440


critiques presse (10)
LesAmisdelaBD
06 décembre 2023
Ce "Retour de Lagaffe" vaut largement la peine qu’on y jette un œil, ne serait-ce que pour reconnaître l’infini respect et l’admiration de Delaf pour l’univers original, qui transpire des pages.
Lire la critique sur le site : LesAmisdelaBD
LaTribuneDeGeneve
28 novembre 2023
Le plus célèbre gaffeur de l’histoire de la BD renaît sous la plume de Delaf, grand fan de Franquin, et le respect se sent dans ce 22e album.
Lire la critique sur le site : LaTribuneDeGeneve
Bibliobs
23 novembre 2023
Le temps ne semble pas avoir de prise sur ce grand adolescent, défenseur des animaux, inventeur loufoque, rétif à l’autorité et aux parcmètres.
Lire la critique sur le site : Bibliobs
LaLibreBelgique
23 novembre 2023
Une reprise parfaitement maîtrisée d'un univers exceptionnellement complexe.
Lire la critique sur le site : LaLibreBelgique
ActuaBD
23 novembre 2023
Nous avons [...] été conquis par la première moitié de l’album, car on s’attendait à pire, mais nous sommes restés perplexes sur une fin dont on attendait une conclusion en apothéose.
Lire la critique sur le site : ActuaBD
LaCroix
23 novembre 2023
Le gaffeur le plus célèbre de la BD franco-belge revient dans un nouvel album assez plaisant.
Lire la critique sur le site : LaCroix
LeMonde
22 novembre 2023
Si l’album n’oublie aucun des grands thèmes de la geste gastonienne (...), et s’il accorde une large part aux inventions absurdo-poétiques du « héros sans emploi », Delaf a sorti de sa manche une carte relativement peu utilisée par Franquin : l’autodérision.
Lire la critique sur le site : LeMonde
LeJournaldeQuebec
22 novembre 2023
Les admirateurs reconnaîtront sans aucun mal l'univers du journal rendu chaotique par la maladresse et l'inconscience légendaires de Gaston.
Lire la critique sur le site : LeJournaldeQuebec
SudOuestPresse
22 novembre 2023
« Le Retour de Lagaffe » est un bel hommage à l’œuvre d’André Franquin, qui sait en saisir l’esprit, sans être dans l’imitation totale. Une jolie surprise.
Lire la critique sur le site : SudOuestPresse
LigneClaire
22 novembre 2023
Au total, même si on avait pu découvrir Gaston le retour prépublié dans Spirou, l’album a des qualités malgré des répétitions par contre de gags dont ceux du chimiste et des textes un peu longs. A quand le prochain ?
Lire la critique sur le site : LigneClaire
Citations et extraits (16) Voir plus Ajouter une citation
- Une randonnée au bord de mer avec Gaston? Oh là là!
- Il va peut-être te déclarer ses sentiments...
- Hihihi! Mais arrêtez donc!

- Ma toute dernière invention, 'Moiselle Jeanne: le premier tandem à assistance électrique!
-Votre génie brise toutes les barrières, Monsieur Gaston!

- Alors? Dis-nous tout!
- Il s'est jeté à l'eau?
- On peut dire ça...
-
Commenter  J’apprécie          90
- Qui veut une glace de ma fabrication?
- Sans façon.
- Je préfère crever de chaud plutôt que d'une indigestion!
- Sots! Vous ne pouvez pas passer à côté de la glace spéciale Lagaffe qui ne nécessite aucune réfrigération!
- Donc elle ne rafraîchit pas?
- Exact. Mais c'est son unique défaut!
Commenter  J’apprécie          111
- Pouvez-vous m'expliquer POURQUOI la signature que DE MESMAEKER a apposée HIER avec MON STYLO sur ces contrats a DISPARU??
- AAAH, tu vas rire. Je t'ai emprunté ton stylo pour tester mon encre qui disparaît...
- Oh, mais c'est très drôle, ça. Ha ha.
- MAINTENANT, FAITES COMME VOTRE ENCRE: DISPARAISSEZ!!
- M'enfin!
Commenter  J’apprécie          82
- Eh venez voir! LEBRAC à recopié la planche abîmée par la mouette!
-Bah, j'ai fait ce que j'ai pu, mais pffou! Quel génie, ce FRANQUIN!
-Ouah! C'est bluffant!! On dirait vraiment du FRANQUIN!
-Au premier coup d'œil, oui, au second, bof..
-Comme quoi, ça tient à peu de chose..
-Aaaah, FRANQUIN: souvent copié, jamais égalé!
-Vous avez raison, je ne lui arrive pas à la cheville!
Fantasio -Donne malheureux! L'imprimeur attend, faut vite envoyer ça à la photogravure!
"Mes respects pour le trait, DELAF"
Commenter  J’apprécie          30
-Dis, Fantasio, j'ai un gros dilemme moral...
-Moi aussi, mais chaque jour, je réussis à me convaincre de ne pas vous étrangler.
Commenter  J’apprécie          110

Lire un extrait
Videos de Delaf (22) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de  Delaf
Dans le 166e épisode du podcast Le bulleur, on vous présente Les guerres de Lucas que l'on doit au scénario de Laurent Hopman, au dessin de Renaud Roche et qui est édité chez Deman. Cette semaine aussi, on revient sur l’actualité de la bande dessinée et des sorties avec : - La sortie du nouveau tomes des aventures de Gaston Lagaffe baptisé Le retour de Lagaffe que l’on doit à Delaf et aux éditions Dupuis - La sortie du nouveau tomes des aventures d’Asterix baptisé L'iris blanc, un titre que l’on doit au scénario de Fabcaro, au dessin de Didier Conrad et qui est publié chez Albert René, éditions du groupe Hachette - La sortie de l’album Les indomptés, la nouvelle aventure de Lucky Luke vu à travers les crayons de Blutch, un titre sorti chez Lucky Comics, filiale des éditions Dargaud - La sortie du sixième tome de la série Les aigles de Rome, une série que l’on doit à Enrico Marini et aux éditions Dargaud - La sortie de l’album Les imbuvables que l’on doit à Julia Wertz et aux éditions L’agrume - La sortie du cinquième tome de l’intégrale Lucky Luke où l’on y retrouve le travail commun de Morris et René Goscinny, un album sorti aux éditions Dupuis
+ Lire la suite
CONVERSATIONS et QUESTIONS sur ce livre Voir plus
autres livres classés : humourVoir plus
Les plus populaires : Bande dessinée Voir plus


Lecteurs (639) Voir plus



Quiz Voir plus

Compléter les titres

Orgueil et ..., de Jane Austen ?

Modestie
Vantardise
Innocence
Préjugé

10 questions
19977 lecteurs ont répondu
Thèmes : humourCréer un quiz sur ce livre

{* *} .._..