AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
Critiques sur Arcanes Medicis (17)
Classer par :   Date   Les plus appréciées  



Ajouter une critique
Kathleene
  03 décembre 2018
Ce qui m'a fait pencher pour lire ce livre dans le cadre d'une masse critique littérature a été le fait que ce roman se passait dans le domaine de l'art. Domaine dans lequel je suis novice et néanmoins sensible aux émotions qui peuvent ressurgir a la vision de toutes ces oeuvres d'art et admirative devant le talent de ces créatrices et de ce créateurs, même si, tout ne me plaît pas.

Naviguer au sein de la Vila Médicis ne pouvait donc être que tentant.
J'ai ainsi fait la connaissance d'Yvan Sauvage, commissaire-priseur, dont le passé m'a l'air assez chargé au niveau de son vécu, tant d'un point de vue professionnel que personnel.

Me voilà donc propulsée dans les méandres des secrets et des uns et des autres. Notre commissaire-priseur apparaît comme quelqu'un de fort sympathique comparé aux autres personnages, aux caractères plutôt désagréables et dérangés ; sans parler de la personnalité du commissaire qui mène l'enquête. Cependant j'ai trouvé ces personnages trop irréels - peut-être parce que navigant dans un monde dont je n'ai pas les codes - et par conséquent inaccessibles. Pour le coup, je n'ai pas su trouver l'intrigue intéressante et je dois avouer que la personnalité du meurtrier et des résidants ne m'a pas convaincue. J'attendais peut-être trop d'éléments liés au domaine de l'art, oubliant par ailleurs qu'il s'agissait d'un polar.

Il aurait peut-être fallu que je lise les aventures précédentes du personnage récurrent qu'est Yvan Sauvage, afin de me faire une meilleure idée du contexte dans lequel il évolue.

D'une écriture plaisante à lire, ce polar est une lecture détente.

Merci à Babelio et aux Éditions de Borée de m' avoir permis de rentrer dans le monde étonnant d'Yvan Sauvage.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          90
zazy
  08 janvier 2019
Marion, que je retrouve avec plaisir, est pensionnaire de la Villa Médicis à Rome. Malgré le plaisir qu'elle devrait y trouver, elle n‘est pas au mieux de sa forme « Elle avait pris pension dans un musée hanté, voilà ce qu'elle avait ressenti en posant ses affaires à la Villa Médicis. »
La quiétude des lieux est troublée par la découverte d'un cadavre dans une vasque emplie d'eau, celui de Valente Peyron, un résident et fils du directeur Boris Peyron. Il a été énuclée « Valente Peyron n'est plus qu'une pauvre face aux orbites vides. Deux trous purulents qu'affouilent les diptères et un corbeau aux ailes déployées. »
Le Commissaire Pietro Castelli, chargé de l'enquête se trouve face à des pensionnaires au profil plus ou moins barré.
Edouard Savary, secrétaire général, arrive tout gommeux, tout servile qu'il est pour poser, après, les condoléances d'usage, la question que faire avec l'exposition ? « Des mécènes ont donné leur accord pour… Je crains qu'on ne puisse annuler, je crains vraiment… Comment allons-nous faire face ? ». Peut-être pense t-il récupérer le dossier. Que nenni, le directeur de la vénérable institution demande à… Yvan Sauvage lui-même, expert en beaux arts et qui connait parfaitement Marion ; ils se retrouvent au fil des livres de Samuel Delage.
La Villa Médicis est fermée au public et les pensionnaires vont vivre un huis clos sous l'oeil suspicieux du commissaire Castelli.
Survient l'assassinat du jardinier, énuclée lui-même qui met un peu plus de pression, de peur sur les résidents qui en arrivent à se soupçonner. L'ambiance est lourde, dure à supporter pour des artistes qui sont au-dessus des contingences matérielles en ce lieu magique.
Arcanes, mystères, secrets, retournements, suspicion, Samuel Delage, dans son style classique, sans aucun temps mort, m'a menée en bateau, jusqu'à un dénouement rendu visible qu'à quelques pages de la fin de ce thriller. Il a l'art de brouiller le pistes. Il a su maintenir le suspens, brouiller les pistes jusqu'à la fin.
J'aime ces polars qui misent plus sur l'ambiance, la psychologie des personnages que sur les litres de sang, qui me laissent le temps de m'installer.
Samuel Delage, merci de m'avoir permis de lire ce livre.
Marion et Yvan, j'aurai plaisir à vous retrouver très bientôt j'espère. Vous baignez dans des histoires où l'art et la beauté se confrontent aux meurtres et à la laideur.
Lien : http://zazymut.over-blog.com..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
TomMartinetti
  15 décembre 2018
Nouvelle aventure pour Yvan Sauvage et l'insaisissable Marion Evans. Plus encore que dans les ouvrages précédents de Samuel Delage, le décor de la Villa Médicis à Rome est ici un personnage à part entière, confronté à un tueur sordide. Son atmosphère et sa galerie de résidents sont la force du livre. On se laisse entraîner jusque dans les recoins les plus étroits de ce site unique. L'enquête officielle du commissaire Castelli perturbe régulièrement celle, plus personnelle, d'Yvan pour notre plus grand plaisir. Ce Cluedo franco-italien fondu dans le monde de l'art fonctionne à merveille, malgré quelques errements, et une résolution un peu abrupte... J'ai envie de croire que l'auteur s'est laissé happer par l'ambiance magique de son décor. On ne peut pas lui en vouloir.
Commenter  J’apprécie          20
violaine124
  13 décembre 2018
En septembre 2018 est paru le dernier roman relatant les aventures de nos héros imaginés par Samuel Delage : Arcanes Médicis.
Titre très prometteur !
Invitation au voyage dans cet endroit mythique qu'est la Villa Médicis à Rome !

Suivez le guide, c'est Samuel Delage qui dirige !
Lorsque nous pénétrons dans cette Villa, l'art et le calme prennent le pas sur la couverture sombre. Mais dès que nous apercevons le prénom de Marion, consciemment ou pas, nous savons que tout va basculer.
Un meurtre a été commis dans l'enceinte de la Villa Médicis et aussitôt la sérénité de l'endroit s'envole. Nous voilà donc entrainés dans un huis clos aussi terrifiant que passionnant. Où doivent se porter les soupçons ? Qui sera la prochaine cible ?

Autant de questions que le directeur de la Villa va poser aux enquêteurs mais en parallèle il lui faut aussi recruter un organisateur d'exposition pour mener à bien cet événement qui doit avoir lieu sous peu malgré le chaos Et ainsi Yvan Sauvage fera son apparition !
Qui de la police ou du duo Marion-Yvan résoudra l'énigme du lieu ?

Je vous laisse le soin de vous procurer cet ouvrage pour répondre à toutes ces questions et pour en apprendre encore plus sur nos héros !

Un petit conseil : gardez un oeil ouvert car l'apparente facilité avec laquelle votre regard se portera sur un personnage ne pourrait être qu'une astuce de Samuel Delage pour jouer avec votre instinct !
Samuel Delage réussi le pari de nous faire (re)découvrir un endroit singulier chargé d'histoires qui attirera toute notre attention

La plume de l'auteur est acérée pour procurer aux lecteurs les sensations dignes d'un excellent polar, où frissons, sentiments et intrigues permettent de passer un excellent moment en compagnie ici de Marion et Yvan. Mais son écriture porte aussi la fougue, la passion alliée à la douceur et la délicatesse qui lui sied à merveille.

Si vous aimez les romans avec des intrigues passionnantes qui permettent à la fois de se détendre mais aussi d'apprendre c'est celui-ci qu'il vous faut !
Lien : https://leslecturesdelailai...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          21
Ivre_de_mots
  10 décembre 2018
Merci à Babelio pour cette Masse critique, à l'auteur pour l'écriture de ce livre et aux éditions de Borée pour leur confiance.

Le roman tourne autour d'un meurtre suspect, celui d'un habitant de la villa de Médicis, Valente Peyron, le fils du directeur, retrouvé mort dans une fontaine, les yeux retirés de leurs orbites. Dans ce huis-clos, tout le monde est soupçonné d'être le coupable et personne n'aide le commissaire Castelli dans son enquête pour découvrir la vérité.

C'est à l'aveugle que je me suis lancée dans cette saga ou le scénario tourne autour de deux personnages phares, Marion et Yvan. Je n'avais encore jamais lu un livre de cette série, peut-être que j'aurai été plus emballé par ma lecture si ça avait été le cas. Ou pas. J'ai trouvé que ce roman avait beaucoup de longueur, je n'ai pas été porté par le mystère, ni par la tension de ce huis clos. Dans cet opus, nous (re)découvrons Marion, une femme que j'ai trouvé compliqué à cerner tellement elle m'a paru négative et sur la réserve tout le long de ma lecture. Celle-ci est une pensionnaire de la Villa et effectue des recherches historiques. Avec le mort, Marion a entretenu une relation charnel tout comme avec Yvan qui va intervenir en tant qu'expert en art pour organiser un événement qui est prévu depuis un moment, et ne peut être annulé. Ensuite nous faisons la rencontre du commissaire Castelli, un homme qui est déterminé à trouver le fin mot de cette histoire ou tout un tas de personnage sont concernés et semble avoir quelque chose à se reprocher.

Il est vrai que cette histoire ressemble un peu à une sorte de partie de Cluedo sauf qu'au lieu du Manoir, c'est d'une Villa qu'il s'agit. Je n'ai pas vraiment cherché à comprendre qui était le responsable, j'avais surtout hâte de savoir qui, comment et pourquoi avoir tué Valente. Dès le premier chapitre lu, l'auteur nous met dans le flou et jusqu'à le mot fin. Samuel, par de subtile indice mis au compte goutte, nous mets sur la piste de tueur, mais en nous embrouillant en même temps sur l'identité du tueur. L'énigme est sympa pour un lecteur qui désire jouer à l'enquêteur et elle se tient aussi ! Si j'avais pris le temps de chercher comme Castelli, peut-être que j'aurai compris qui était le responsable de tout le mystère qui découle du livre, malheureusement, je n'en ai pas eu l'envie. J'ai eu du mal à m'y retrouver avec tous les personnages, leurs secrets, leurs talents... Tous sont différents et caches des choses, si bien que j'ai été confuse et me suis retrouver à m'arracher les cheveux pour comprendre ce qu'il se passait. En revanche, j'ai apprécié que chacun d'entre eux avaient une raison qui auraient pu causer la morte de Valente et quelque chose qui les rendaient étrange à nos yeux.

Concernant la plume de l'auteur, je l'ai beaucoup apprécié. Je me suis retrouvée comme catapultée à Rome, dans la Villa Médicis qui existe belle et bien. Tout comme le montre bien sa couverture, nous sommes dans une ambiance sombre ou on ne peut faire confiance à personne. Les lieux sont biens décrits, tout comme l'art que les pensionnaires font. Peinture, jardinage, menuiserie,... En tant que lectrice, j'ai eu cette impression de me balader dans les allées de cette demeure et les souterrains mystérieux qui s'y trouve, tout en étant allongé dans mon lit. L'écriture est au passé, à la troisième personne du pluriel, j'ai peu l'habitude de lire un roman dont le point de vu est externe, c'est peut-être une des raisons pour lesquels je n'ai pas été conquise par ce livre, je n'ai pas ressentie les émotions des protagonistes ce qui, pour moi, est important. Toutefois, je ne peux pas reprocher le style de l'auteur qui sait nous retranscrire correctement les lieux, les détailler de sorte à ce que l'on s'y voit.

En conclusion, bien que j'ai été malheureusement déçue par ce thriller dû au fait que je l'ai trouvé lent, j'ai tout de même apprécié l'écriture de l'auteur qui m'a donné la sensation d'être en plein dans les lieux de la Villa Médicis tellement les descriptions étaient biens faites. Aussi, l'énigme qui entoure le meurtre m'a paru très plausible, bien que je n'ai pas cherché qui en était le coupable.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
NLG
  16 octobre 2018
Quand la villa Médicis héberge "L'art de Tuer".

Valente Peyron, artiste peintre, surprend un cambrioleur dans son atelier. L'affrontement s'en suit mais l'individu s'enfuit en emportant avec lui un foulard. Objet précieux pour l'artiste.
Lorsque son corps et découvert le lendemain flottant dans une fontaine, Marion Evans se trouve à proximité.
Elle est horrifiée à la vue du cadavre , il n'a plus d'yeux.
Tous les habitants de la Villa Médicis sont sous le choc. le directeur, père de la victime, se voit dans l'obligation de confier la préparation de l'expo prévu à l'expert en art Yvan Sauvage.
Le commissaire Castelli dépêché sur l'affaire va devoir résoudre bien des énigmes.

L'auteur nous offre en lecture un superbe huis clos étouffant.
Sa plume cinématographique entraîne le lecteur des somptueux jardins aux ateliers d'artistes. Artistes qui rivalisent tous de créations fantasques et de comportements ambigus. Et sans compter le personnel de la Villa !
La tension et le suspense monte d'un cran à chaque évènements et rebondissements. Tous les habitants de la Villa Médicis sont susceptibles d'être l'assassin. du plus rebelle au plus soumis à l'autorité !
Une belle intrigue dans le milieu de l'art où j'ai retrouvé Marion Evans et Yvan Sauvage, ces personnages du roman 'Pyramidion" à la relation : je t'aime moi non plus !
Et puis son commissaire Castelli, un vrai pot de colle !
Il patauge allègrement dans son enquête, mais heureusement que Marion et Yvan veillent au grain !


Lien : https://imagesderomans.blogs..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          22
Ticafouillou
  13 septembre 2018
ROME, de nos jours. Alors que la nuit règne sur la Villa MEDICIS, l'un des artistes qu'elle abrite, Valente PEYRON, surprend un cambrioleur dans son atelier. La confrontation vire à la bousculade et le voleur s'enfuit avec un objet si cher au coeur de l'artiste que celui-ci se lance à la poursuite de l'Arsène LUPIN. Alors que PEYRON est sur le point de récupérer son bien, un coup violent l'envoie se fracasser le crâne sur la vasque de pierre de la fontaine. Si son corps est vite découvert le lendemain, ses yeux, eux, ont disparu. L'affaire s'annonce épineuse pour le commissaire CASTELLI d'autant que personne ne semble prêt à coopérer. Et encore moins Yvan SAUVAGE, l'Expert en art, dont la présence n'est pas due qu'à sa volonté de réconquérir l'historienne de l'art Marion EVANS, résidente de la Villa; il cache manifestement un bien plus sombre dessein.

ARCANES MEDICIS va vous mettre les nerfs à rude épreuve. Pourtant, pas de tension extrême dans ce roman, pas de rebondissements étonnants. Non, ce qui va vous agacer, c'est ce sentiment de tourner en rond - tout comme CASTELLI - dans votre recherche du coupable. Non pas que le récit soit ennuyeux, bien au contraire, c'est juste que Samuel DELAGE ne nous donne pas le moindre os à ronger et prend un malin plaisir à nous faire tourner bourrique. "Mais c'est qui ce foutu coupable?" est la phrase qui a accompagné ma lecture jusqu'aux toutes dernières pages. le suspense est intenable.

En effet, ARCANES MEDICIS c'est d'abord un huis clos étouffant dans un décor pourtant idyllique, celui de la Villa MEDICIS à ROME. le coupable est forcément dans ces murs, mais qui, pourquoi et comment? Parmi tous ces artistes logés à la Villa, chacun est suspect, et d'abord à cause de cette aura de mystère qui entoure par définition ces hommes et ces femmes fantasques, originaux, créatifs incompris évoluant dans un monde à part. Si leur décalage est signe de leur talent pour les habitués de la Villa, pour le quidam comme pour CASTELLI, la différence est souvent signe de dangerosité...

Le cadre de ce polar, le milieu de l'art et particulièrement la Villa MEDICIS, est particulièrement original par rapport à mes lectures habituelles, et j'ai cru comprendre qu'il était une composante récurrente des ouvrages de Samuel DELAGE. Si je me suis parfois perdue dans les références culturelles (l'auteur sait de quoi il parle... mais pas moi!), cela fonctionne parfaitement car l'écriture nous transporte réellement au cour de la Villa MEDICIS; on a l'impression d'y être, on arpente les allées avec CASTELLI et les soutterains avec SAUVAGE.

Le duo que forment les personnages d'Yvan SAUVAGE et Marion EVANS (déjà présents dans les précédents romans de l'auteur) est très intéressant car tous deux sont loin d'être lisses et leur relation est complexe donc passionnante.

J'ai seulement une réserve; j'avoue avoir été un peu déçue du coupable en définitive; j'ai trouvé qu'il manquait de panache et ses motivations m'ont laissée quelque peu perplexe, mais ça c'est sûrement dû à mon esprit tordu de lectrices de thrillers et à tous les scénaris diaboliques que le talent de Samel DELAGE m'a forcé à échafauder.

Merci Samuel DELAGE pour ce voyage en ITALIE !

Lien : http://cousineslectures.cana..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
bibliobleue
  02 septembre 2018
C'est avec grand plaisir que j'ai retrouvé Marion Evans et Yvan Sauvage, personnages récurrents des romans de Samuel Delage. Le duo nous plonge, une nouvelle fois, dans le milieu de l'art. Mais pas n'importe lequel, celui de la Villa Médicis !
Avec le talent qu'on lui connaît, l'auteur égraine son chapelet de cadavres au coeur de l'institution française perchée sur la colline du Pincio à Rome.
Les phrases sont courtes, les actions s'enchaînent sans temps morts, l'histoire de l'art est distillée sans érudition.
Un thriller comme je les aime, dynamique et intense.
Samuel Delage est incontestablement un auteur intéressant pour ses intrigues atypiques.
Lien : https://mabibliothequebleue...
Commenter  J’apprécie          21
lolo60
  17 novembre 2018
Ce voyage virtuel en Italie, dans cette somptueuse villa et son immense jardin m'a  donné envie d'aller y passer quelques jours. Les descriptions des alentours et des techniques employées par les artistes sont nécessaires et bienvenues sans apporter de longueurs à l'histoire. On ressent une atmosphère oppressante qui s'amplifie au fur et à mesure des événements et les personnages petit à petit deviennent tous suspects. On découvre le passé, les secrets de chacun et toutes les pièces se mettent en place, comme dans un puzzle. La villa Médicis va révéler ses parties les plus sombres.
Lien : https://pausepolars.wordpres..
Commenter  J’apprécie          10
RJuillet
  05 novembre 2018
J'ai mis du temps avant de me laisser entrainer dans cette histoire rocambolesque.

L'enquête débute "tranquillement" dans un lieu culte "La Villa Médicis" avec un premier cadavre. Elle est menée par le commissaire Pietro Castelli qui tient plus de Rouletabille que de Franck Sarko. Ce n'est pas désagréable car cela donne à l'histoire un petit côté rétro qu'on finit par apprécier. Tout est fluide et je dirais "rondement" mené.

La Villa Médicis est un magnifique décor pour cette enquête, on apprend beaucoup sur les lieux, sur la peinture et sur l'art.

Au fil des pages, on découvre que cette histoire est loin d'être aussi simple qu'elle en a l'air. A mi-chemin, tout s'accélère, les cadavres et les évènements se succèdent, les secrets se dévoilent, les suspects se font la belle, le commissaire s'affole, on découvre des souterrains et les secrets d'Histoire refont surface ...

J'ai donc découvert encore une fois, grâce aux Masse Critique, un auteur, un style, un roman que j'aurais sans aucun doute ignoré en d'autres circonstances.


+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10


Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr





Quiz Voir plus

Code Salamandre - Premier Chapitre

Le personnage principal Yvan Sauvage, est :

Journaliste
Expert en art
Officier de Police
Artiste peintre

3 questions
25 lecteurs ont répondu
Thème : Code Salamandre de Samuel DelageCréer un quiz sur ce livre