AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
EAN : 9782363260055
437 pages
Éditeur : Tabou Editions (08/04/2013)
3.9/5   30 notes
Résumé :
RESERVE A UN PUBLIC AVERTI

Devenir Sienne n'est pas une romance teintée d'eau de rose; c'est une histoire d’amour vibrante et pleine de piquant!

Au gré d'une liaison adultérine, un homme et une femme se livrent l'un à l'autre pour célébrer la chair autant que l'amour au sein d'une relation intense. Grisés par les rapports de domination et de soumission qui les unissent, ils vont se découvrir, s’apprivoiser, s’attacher l’un à l’autre et ... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (18) Voir plus Ajouter une critique
3,9

sur 30 notes
5
8 avis
4
7 avis
3
1 avis
2
0 avis
1
0 avis

le_Bison
  04 novembre 2014
Confortablement installé sur mon canapé, pas de cuir noir mais d'un brun taupe, j'ouvre les premières pages de ce premier roman d'Eva Delambre. Et d'entrée de jeu, je me sens envahi par cet étrange sentiment qui m'est difficilement définissable mais qui interpelle sérieusement mon esprit, une sensation même de plénitude qui flotte dans la pièce : je regarde alors en bas de la page et vois le numéro 2 s'afficher en police Times New Roman 8. Une conclusion s'impose vite à moi : un livre qui dès la page 2 parle ouvertement d'une fellation, je crois que je vais adorer. Pas besoin de faire les présentations, du style 'Bonjour moi je m'appelle Tom et toi, c'est quoi ton p'tit nom, baby ?' Non, un droit au vif du sujet, un « suce-moi » direct, franc et jouissif. Oh oui Mmmm, je suis sûr que je vais franchement bien apprécier un tel bouquin.
Deux collègues de travail, un homme, une femme. Puis une étincelle dans le regard, l'envie d'un petit jeu, voilà comment tout cela commence et bascule. Je regarde autour de moi, mes collègues de boulot : un chauve, un gros, un vieux, un barbu. Merde que des mecs. Putain, ce n'est pas à moi qu'une telle opportunité va s'offrir. Faut sérieusement que je pense à une reconversion professionnelle si je veux entretenir l'espoir d'une telle étincelle.
Mais quel pied, j'ai pris à lire ce roman et à suivre non pas les jeux sexuels qui se durcissent de plus en plus et s'enfoncent dans la démesure, mais à poursuivre le cheminement psychologique des deux protagonistes. Parce qu'il s'agit avant tout de se mettre dans la tête de cette femme et de cet homme, qui pour pimenter leurs vies et surtout par amour, vont dériver d'une simple fellation sur un canapé vers un univers plus gothique et baroque de l'amour, celui des chaînes et des fouets, celui de la frustration et de la jouissance. Oui, j'ai joui en même temps que ces deux héros accompagnés de fidèles compagnons partageant la volupté de ces plaisirs extrêmes.
Alors, je reconnais volontiers – et avec une certaine délectation pour les âmes que cela pourrait choquer – qu'il y aura toujours des détracteurs pour trouver que les dialogues ne sont guère développés, mais peu importe l'intellectualisation des mots ou la crudité des phrases, je te rappelle simplement que ta maman a du t'apprendre à ne pas parler la bouche pleine ! Parce qu'il est effectivement et souvent question de bouche… Mais pas que ça ! Soit rassuré, il y en a pour tous les goûts, tous les plaisirs, tous les trous…
Mais ne t'y trompe pas non plus. Derrière ces artifices de cuir, de laisse et de collier, de séances d'humiliation et de violence, il y a une grande et belle histoire d'amour. Avec un grand A et un grand H, quand l'Humiliation se mêle à l'Hamour, à en devenir Humide, à être en Hérection continue sur 436 pages. Je pense qu'il y a toujours à apprendre d'une lecture, à découvrir, à imaginer. Avec « Devenir Sienne » et Eva Delambre, crois-moi, j'ai beaucoup appris. J'ai découvert un autre monde, une forme d'amour que je n'avais pas encore exploré. Même avec une imagination fertile, je n'étais pas parvenu à exploiter cette notion de plaisir mêlé à l'humiliation, cet abandon de soi. Abandon total de son corps pour un amour profond et sans concession.
L'amour et cette étrange sensation où tout s'écroule autour de soi, où le silence demeure et les faits restent. L'acte de la perversion, de l'humiliation, de la frustration ; tous ces actes qui se réunissent dans une seule finalité, la jouissance et le bonheur d'aimer et d'être aimé. Ne te trompe pas, ce livre parle d'amour, même si les dérivés pour y arriver sont « spéciaux».
Ce roman est beau, ce roman est intense, ce roman est jouissif. Je vous ai déjà dit que j'avais adoré ce roman ?!…
« Devenir Sienne », appelle-moi désormais Maître.
Lien : http://leranchsansnom.free.f..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          4314
fnitter
  17 juillet 2020
Puissamment érotique
Une lente descente aux enfers, ou une montée au paradis, qui se confondent, d'une femme passant par tous les stades de la domination pour un amour sincère et partagé.
Une lecture pour homme ? Peut- être, ou pas. Imaginez-vous M. Grey à la puissance 1000.
C'est érotique, pornographique, mais ne dévie jamais dans le sale et dérangeant, même quand on finit dans la cave d'un allemand hautain et dominateur (à mille lieux d'un Dolorosa Soror par exemple).
Une gradation dans les sentiments et les pratiques imposées (bien qu'elle soit toujours consentante), une soumission acceptée, voulue, désirée et librement imposée (je vous la donne celle-là).
Très puissamment érotique, lecture de divertissement, objectif parfaitement rempli.
Commenter  J’apprécie          450
Chrisdu26
  29 mars 2016
« Ce roman est beau, ce roman est intense, ce roman est jouissif. Je vous ai déjà dit que j'avais adoré ce roman ?! »
Oui Maître Bison, nous l'avons bien compris que ce livre t'a plu et je dirai même plus, oooohhh ouiiiiiiiiiiiiiiiii il t'a plu !
Et comment, moi, pauvre pécheresse, pouvais je résister à une telle chronique ? Tes mots m'ont attiré dans les filets de ta perversité et je n'ai pu m'en dégager avant la 436ème page.
Je suis certaine que tu as hâte d'avoir un avis féminin.
Mais règle numéro 1 :
Ne pas parler la bouche pleine ! Peux-tu me passer un mouchoir s'il te plait ? ^^
Il est certain que dans la position d'un mâle dominateur et de se faire sucer au moindre claquement de doigts, tu ne pouvais qu'apprécier ce roman, voir même t'y projeter sur ton canapé couleur taupe … attention aux éclaboussures ! Mais redescendons sur terre mon cher Bison veux tu ? Nous sommes bien dans une fiction. Qu'une femme puisse jouir 7 à 8 fois d'affilée en changeant de queue …. Euh … faut pas abuser non plus… Tu l'as trouvé au rayon utopie ce roman ? ;-)
Bon trêve de plaisanterie ! Malgré quelques redondances, des scènes de sexe à répétitions, ce livre m'a tenu pieds et poings liés jusqu'à la dernière goutte … page…. pardon !
Une lecture addictive certes, une jolie écriture je te l'accorde, un style fluide qui glisse tout seul ouais pas mal, surtout dans les onomatopées : les OOOOOOHHHHHHHH, les AAAAHHHHH, jamais ne me lasse, les MMMMmmmmmm, les Ouiiiiiiiiiii et Encoooooooooooooore, les vas-y défonces moi le c--.
Mais ce qui m'a le plus intrigué et intéressé dans ce roman, c'est l'histoire de cette femme et ses limites, parce que justement des limites elle n'en a plus. Une épouse avec une vie bien rangée, un peu trop peut être, qui va découvrir dans les bras d'un autre, le monde pervers du sadomasochisme pur et dur. Aucun palier entre sa vie d'avant et la nouvelle. Elle se retrouve du jour au lendemain avec un collier et une laisse à faire des fellations à des inconnus, en veux tu en voilà, avec un aplomb qui m'a laissé sans voix. Les scènes d'humiliation et de soumission vont crescendo. Elle accepte toutes ces nouvelles expériences sexuelles par plaisir et surtout par Amour pour son Maître avec un grand H comme tu dirais.
Cette soumission m'a quelque peu agacé et je dirai même que parfois j'ai eu de la compassion pour cette jeune femme. Elle est toujours dans le geste d'aimer, alors que lui n'est que dans un acte de pouvoir. J'aurai aimé un peu plus d'humanité de la part de cet homme. Comment une histoire d'amour (si amour il y a) peut elle bien finir avec autant de perversion ? Comment peut-elle s'oublier dans une telle relation ? Peut on tout accepter par Amour ? Comment peut-elle trouver un épanouissement et jouissance dans ce rabaissement ? Ce sont toutes ces questions qui m'ont ligoté tout au long de ces chapitres. Des réponses à cette histoire d'amour ? J'ai douté par moment ! Trop de soumission tue la soumission. Nous ne sommes plus dans un jeu érotique mais bien dans la torture physique et morale. Leur duo SM ne m'a en rien dérangé, nous avons tous, à un degré différent, un petit coté sado-maso, mais une telle obéissance et abandon de soi à la domination et à l'humiliation, je dis STOP !
Beaucoup de passages m'ont touché. Cette adoration qu'elle lui porte sans rien demander en retour ou si peu. Je rejoins l'idée que par Amour nous sommes capables de franchir l'impossible.
Mais je pense qu'elle va trop loin dans la soumission et notamment dans l'humiliation et la douleur.
Il y a une limite à ne pas franchir, et là j'avoue ne pas comprendre.
Mais faut-il comprendre ? Ne faut-il pas juste l'accepter …
Comme je ne saisis pas ce qu'il aime en elle, ce qu'elle peut lui apporter, alors je ne cherche plus à comprendre, j'accepte et je plonge dans ce roman à ses côtés. Je rentre dans leur jeu, un monde inconnu, une autre forme de romance dans un univers gothique et de perversité. J'observe un peu gênée. Je déambule, avec curiosité, dans ces couloirs sombres et libidineux et je m'interroge : Jusqu'où suis je capable d'aller par Amour ?
"Dans le ciel au-dessus de ma tête, une multitude d'étoiles scintillent en silence. Je suis heureuse. Heureuse à en avoir le souffle coupé, comme si j'allais mourir étouffée".

Devenir Sienne …. A la recherche éternelle du grand A

Lien : http://marque-pages-buvard-p..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          262
Ubikson
  11 octobre 2014
*** RESERVE A UN PUBLIC QUAND MEME VACHEMENT AVERTI ***
"Elle" est une jeune femme mariée qui, un soir, tombe dans les bras de son patron, dont elle est depuis quelques temps attirée.
Leur relation va alors croître dans un registre de soumission, de domination soft, où "elle" sera l'esclave du Maître, et où tous deux exploreront les limites et les extrêmes d'un amour qui s'avérera autant physique qu'émotionnel (mais alors pas du tout du tout du tout platonique !)
Alors, qu'en est-il du livre ?
Pour commencer, il est vivement déconseillé aux âmes sensibles, parce que très, très cru. Jamais sale, jamais scabreux, mais Eva Delambre décrit tout absolument tout, sans aucun tabou.
Ensuite, le livre est très long. +/- 450 pages, ça n'est pas le bout du monde, mais quand on verse dans une succession de scènes "hot" particulièrement décrites alors que la vie sans sexe est plutôt réduite au minima, il s'ensuit une certaine longueur dans la narration qui pénalise quelque peu le livre. J'avoue avoir dû m'accrocher quelque peu pour arriver jusqu'au. Ce qui ne signifie pas que le livre n'est pas intéressant.
Au final : Devenir sienne est un roman initiatique dans toute sa splendeur.
"Elle" va se découvrir, physiquement, mentalement, au fur et à mesure que le récit avance, mais le récit peine un peu puisque seul le domaine du BDSM soft et du sexe est vraiment exploré.
Bien évidemment, c'est le but recherché, puisque jamais on ne saura le nom des protagonistes principaux, mais j'ai trouvé que cela défavorisait un peu trop l'éclat de l'histoire d'amour qui se trame peu à peu.
PS : En parlant du livre autour de moi, on m'a immanquablement parlé de "Cinquante Nuances de Grey". N'ayant pas lu ce dernier, il ne m'est pas possible de faire véritablement un lien entre les deux.
Ceci dit, après avoir vu la tête d'une lectrice de E.L. James qui a parcouru quelques pages de "Devenir Sienne", je peux affirmer sans me tromper que les deux ne boxent pas du tout dans le même registre, et que Eva Delambre est beaucoup, beaucoup plus trash que E.L. James.
Je vous aurai prévenu !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          140
AnneLaureM
  25 octobre 2014
Pour un public très avertis sans aucun doute !
"Devenir sienne" est un roman initiatique sur le BDSM. Il démarre par la liaison adultère d'Elle, narratrice et jeune femme mariée, avec son patron qui deviendra son Maître. de cette liaison Elle découvrira l'univers BDSM et surtout jusqu'où Elle est prête à aller pour l'amour de son maître. Car au-delà de l'aspect BDSM c'est bel et bien une histoire d'amour qui se tisse entre les deux personnages principaux.
Pour moi ce roman est une réussite car il nous transporte complètement dans la tête d'Elle et comme elle on se met à accepter de plus en plus de choses, à ne plus être choquer par rien tout en attendant avec excitation la prochaine étape. Ce n'est qu'une fois refermé le livre qu'on se rend compte de la distance parcourus entre sa vie monotone de femme mariée et l'univers qu'Elle découvre.
Si on comprend son envie, ses doutes, ceux du maître et qu'on apprend à vraiment aimer les personnages, je pense pour ma part que je ne pourrais jamais vivre une situation de domination aussi totale. Car au travers du sexe qui est très très présent dans ce livre, on ne se rend pas compte du renoncement total d'Elle à sa vie privée comme à sa vie professionnelle. Il est son Maître dans tous les domaines.
On en peut évidement pas comparer ce livre à la pâle et nunuche histoire qu'est Cinquante nuances de Gris. Car si je ressort bouleversée par l'écriture et le scénario hautement introspectif d'Eva Delambre, Cinquante Nuances de gris ne fait que hérisser de niaiserie et de fausse scènes érotiques. de plus les deux livres ne considèrent pas du tout la femme de la même façon, dans Devenir sienne, Elle a toujours la liberté de dire non et de partir, elle choisie de ne pas le faire par amour mais aussi car elle aime réellement ce genre de pratiques. Dans Cinquante nuances de gris on est face un personnage totalement pervers narcissique qui a besoin de la dominer, pas par plaisir du sexe et du jeu, plutôt par besoin viscéral de l'enfermer.
J'ajouterai un dernier élément à cette critique : le fait qu'aucune des situations ne parle de protection/contraception. Je sais que c'est une fiction mais je sais aussi que notamment dans les milieux libertins, la protection de soi et de ses partenaires est une chose importante.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          121


critiques presse (2)
Lexpress   19 septembre 2013
Une plongée dans une histoire d'amour aussi excitante que touchante...
Lire la critique sur le site : Lexpress
Lexpress   18 septembre 2013
Brutal et extrêmement tendre à la fois, Eva Delambre signe un roman au scénario sans surprise mais aux arcanes fascinantes.
Lire la critique sur le site : Lexpress
Citations et extraits (11) Voir plus Ajouter une citation
le_Bisonle_Bison   14 février 2016
- Tu aimes ça, que je te mette ma grosse queue dans le cul hein ! ?
- Oui… oui… j’aime ça… mmmm oui…
- Dis-le ! Chienne !
- Mmmm… oui… j’aime que… que vous me la mettiez… mmm dans le cul… oui… mmmm ouiii… oh oui… Hantz… c’est bon… je… oh ouiiii…
Il continua un long moment, je n’en pouvais plus, j’avais pris le risque de plier les coudes et j’enfonçais mon visage dans le lit pour étouffer un peu mes cris, il me laissa faire. Il finit par jouir dans un râle, s’enfonçant plus fort que jamais en moi, je hurlais. Il se retira et m’ordonna de ne pas bouger, et je restais ainsi, en sueur, haletante. Il me fit relever la tête en me tirant par les cheveux et m’obligea à nettoyer complètement son sexe avec ma langue. Je n’aimais vraiment pas faire ça mais refuser ne me vint pas une seconde à l’esprit. Je finis de le lécher alors qu’il débandait à peine. Il me lâcha et quitta le lit.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          1611
Chrisdu26Chrisdu26   24 février 2016
Ce n'était pas seulement notre façon de faire l'amour que j'aimais, ni le rôle qu'il me faisait jouer, c'était lui, entièrement.
Je changeai de place et vins m'asseoir entre ses jambes, le dos contre son torse, la tête au creux de son épaule, il me serra dans ses bras, tendrement, m'embrassa dans le cou. Je sentis une larme couler le long de ma joue. Une larme de bonheur de vivre ce moment merveilleux, mais une larme qui représentait surtout le désarroi d'une femme mariée qui réalise qu'elle est follement amoureuse de son amant et qui sait que rien ne sera plus comme avant.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          230
le_Bisonle_Bison   27 octobre 2014
Je regardai mon maître, l’esprit encore troublé par tout ce qui s’était passé durant ce week-end complètement insolite. Peu de gens auraient pu me comprendre, mais je l’aimais de plus en plus. J’aimais sa façon de m’obliger à dépasser mes limites, à me pousser toujours plus loin, à me remettre en question sur ce que je voulais. Avec lui, je n’avais aucun répit, aucune certitude sur ce que j’allais vivre le lendemain, il n’y avait ni routine, ni ennui.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          250
le_Bisonle_Bison   02 décembre 2014
Je me frottai à lui et sentis son sexe dur contre mon ventre. Comme j’aimais son corps contre le mien ! J’avais tellement envie de lui, de son sexe. Je glissai mes mains dans son boxer et le caressai, il gémit tout de suite mais retira ma main. Il s’allongea et je vins le prendre dans ma bouche. Je savais qu’il allait jouir et pris mon temps pour en profiter un peu.
Après quelques va-et-vient, je sentis son sperme gicler dans ma bouche à plusieurs reprises. J’avalai tout comme à chaque fois, et continuai de le lécher doucement quelques instants. Je me rallongeai près de lui, il me prit dans ses bras et me serra contre lui tendrement.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          156
le_Bisonle_Bison   22 janvier 2015
-Tu sais ce qui me fait bander ?
-…Moi ?
-Oui, toi, bien sûr. Mais là, à cet instant précis.
-Non Maître, je ne sais pas.
Je trouvais ça très excitant de le vouvoyer et de l’appeler « Maître » dans un lieu public, même si j’étais certaine que personne ne m’avait entendue.
-Je me dis que je pourrais relever ta robe jusqu’à ta taille, exhiber tes jolies fesses à tout le monde, et ce qui me fait vraiment bander, c’est de savoir que tu ne dirais rien, que tu te laisserais faire, honteuse, mais excitée.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          150

Video de Eva Delambre (1) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Eva Delambre
Elle rêvait d'absolu et de soumission. Elle se voulait esclave. Aux pieds de son Seigneur et Maître, et s'accomplira, jusqu'à devoir faire face à son ultime limite. Après "Devenir Sienne", "L'Esclave" est le second roman BDSM d'Eva Delambre.
autres livres classés : bdsmVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

L'érotisme en littérature

Lequel de ces romans de Diderot, publié anonymement, est un roman libertin ?

Le Neveu de Rameau
Les Bijoux indiscrets
Le Rêve de D'Alembert
La Religieuse

6 questions
312 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature libertine , érotisme , érotiqueCréer un quiz sur ce livre

.. ..