AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2364754186
Éditeur : Voy'el (05/03/2018)

Note moyenne : 3.9/5 (sur 5 notes)
Résumé :
Le roi Balthazar est également un magicien. Rendu furieux par le rejet de son peuple qui l'a obligé à exiler son amant, il a plongé son royaume dans une nuit éternelle. Mais il est à son tour victime d'une malédiction qui le change peu à peu en pierre. Lorsque Dervan, un guérisseur, se présente à lui et affirme pouvoir le soigner, le magicien jette aussitôt cet impudent en prison. Mais déterminé à sauver les sujets de Balthazar, le jeune homme ne compte pas renoncer... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (5) Ajouter une critique
MenInBooks
  18 mars 2018
Je vais faire un truc que je n'ai pour ainsi dire jamais fait (et qu'il me semble avoir dit à mes camarades de blog qu'il n'était pas utile de faire en plus #incohérence), je vais remercier Voy'[El] et leur auteur, Cyriane. Parce que, voyez vous mes petits chats (ouais, je vous ai JAMAIS appelé mes « petits chats », mais j'ai envie aujourd'hui et vous pouvez pas vous défendre, l'avantage du proverbial échange à sens unique mwahahahaha), ce livre est un SP, le premier (forcément) depuis mon retour. Et quand on a dis à Cyriane que c'était moi qui allait le lire, alors que je serrais les fesses en espérant qu'elle ne dirait pas « oh non, pas elle, elle est méchante/difficile/absente depuis trop longtemps" (pas de mentions inutiles), ce qu'elle aurait carrément été en droit de faire, elle a juste dit « ok », jore « hein ? je m'en fiche, faite ce que vous voulez voyons, vous être grandes, indépendantes et je ne suis pas votre mère de blog, ENFIN ! ». Donc, Cyriane, merci de votre confiance.
Maintenant, je peux évacuer les deux trucs qui m'ont posés problème dans ce livre, avant d'attaquer avec touuuuuuut le positif que j'ai à en dire :D (ouais, je suis comme ça, je dis merci et ensuite je défonce, hop hop hop, on change pas le chat).
La première chose qui m'a fait tiquer, dès le départ en fait, c'est l'abus (on parle d'abus oui) de périphrases. Ok, les répétitions de prénoms, c'est parfois un peu lourd. Mais utiliser des formules comme « le jeteur de sorts », « l'écailleux », « le champion », « le héraut », c'est très lourd à force. J'ai même eu un moment de flottement quand j'ai vu passer un Balthazar, croyez moi ou pas, j'ai eu un doute quand je me suis dit « hein, c'est lequel déjà ? ». Parce que j'ai une petite tête et que les prénoms des persos, surtout au début du livre, ça doit être callé, ferme et définitif. Sinon, c'est compliqué (rappelez-vous, Cael/Morgan du Squatteur. Ou encore pire, Tatiana/Olivia de Californie Equestre). D'autant que Balthazar et Dervan sont des noms parfaits pour les personnages. Balthazar, c'est fort, épique, royal. Dervan, c'est doux, chaleureux, court mais pas trop. Ils correspondent tellement bien aux caractères des personnages que c'est dommage de ne pas les utiliser plus et de leur préférer des périphrases.
L'autre point dommage, c'est que j'ai attendu longtemps que le livre démarre. Très longtemps. Avant de me rendre compte qu'il avait démarré, mais que j'avais l'impression de lire un résumé très détaillé. Je ne sais pas trop comment expliquer ça sans donner l'impression que l'auteur n'écrit pas bien, parce qu'elle ECRIT BIEN. Ce n'est pas le problème. C'est plus un souci de rythme de narration pour moi. Je m'explique : au départ, elle pose la situation décrite dans le résumé : un roi et un peuple en souffrance chacun à leur manière et comment on est arrivé là. Ok, c'est un peu rapide : il a été vilain, il a été puni, hop, il faut régler la situation, donc c'est rapidement évoqué, c'est normal. Ensuite, un personnage clef va chercher une solution pour soulager tout le monde, la solution en question est ‘activée', un nouveau personnage entre en jeu, c'est toujours évoqué plus que raconté, mais c'est parce que ça va commencer pour de vrai quand il sera là… sauf que non. On continue sur le même ton.
Les anglophones disent « show, don't tell ». Montre, ne raconte pas. C'est un peu le gros défaut que j'ai trouvé à ce livre : on me raconte beaucoup de chose, on me raconte une putain de bonne histoire, épique et passionnante, mais sans me la faire vivre. Je suis restée un peu sur le côté, spectatrice plutôt qu'actrice. Je n'ai pas été dans les batailles, je n'ai pas été coincée dans le temps ou à attendre. Ce que j'ai fais, par contre, c'était le retour à la forêt, avant la première intervention de Rakîn. Voilà un passage immersif où j'ai ressenti le bonheur du personnage à être chez lui et sa terreur après. Mais c'est un peu le seul. C'est un des passages les plus détaillés, les plus, oui, immersifs, du livre. Celui qui me fait dire que OUI, Cyriane Delanghe a une plume intéressante et que je la relirais.
Evidemment, le livre est déjà long comme ça et l'aurait été encore plus s'il avait été moins « survolé » tout le long. Peut-être est-il un peu dense et aurait-il mérité deux tomes au lieu d'un (d'ailleurs, je vais être sincère, rien que pour le siècle passé à attendre, il aurait mérité un deuxième tome. Ce passage est totalement survolé alors que j'aurai voulu voir les changements qu'il a induit sur le personnage). L'histoire est riche, pleine de rebondissements, de passages passionnants, il mérite un deuxième tome, ou des nouvelles annexes qui les racontes en détail, ou ce que vous voulez, mais ne me frustrez pas !
Pourtant, malgré ces deux « défauts », je ne peux qu'encourager à lire ce livre. Parce que l'histoire est épique. Parce que l'univers est parfaitement construit et cohérent, que les détails sont réfléchis, tous, et participent à la crédibilité de l'univers. On croit à ce monde, à ses règles, à ses dragons et es rapports commerciaux. L'auteur a créé un vrai monde, lui a donné des règles et des détails et s'y est tenue. Pas de « ta gueule c'est magique » là, tout est expliqué, justifié, intelligent et ça fait tellement de bien. La remontée en puissance de Balthazar, sa malédiction, l'évolution de Dervan, l'entrée en jeu des dragons, tout est posé parfaitement au bon moment et dosé avec talent. Les personnages sont tous passionnants et cohérents (à part peut-être Rankîn qui manque un poil de fond, qui est un peu méchant parce qu'il le faut bien, mais c'est tellement pas le pire dans ce genre que, franchement, ça passe crème). J'ai aimé découvrir le royaume et me demander comment Balthazar avait jeté son sort de nuit, alors qu'on s'en fiche, mais l'auteur a tellement travaillé son monde que je suis sûre qu'elle a, quelque part, le comment exact de ce sort et ça se ressent dans l'histoire : elle n'a pas l'air en roue libre, il n'y a pas un moment ou je me suis dit « hey madame, tu sais où tu vas là ? ».
Parce qu'elle sait, en tout cas elle m'en a donné l'impression. Il y a une grande maîtrise dans cette plume, une vraie construction d'histoire et, dans la fantasy et à notre époque (et encore PLUS dans le mm) c'est précieux. C'est avec des auteurs ayant cette maîtrise que le mm pourra, un jour, ne plus être un genre à part à entière. Que des fans de fantasy iront acheter des livres en se disant « hey, ça a l'air classe ça » et que la sexualité des personnages n'aura pas d'importance. Parce que ce qui compte, c'est la qualité de l'histoire, pas la sexualité des personnages. Surtout en imaginaire. En imaginaire, les lecteurs (ou la plupart), se moquent de qui couche avec qui, parce que le sexe n'est pas le plus important. Ce qui compte, c'est l'aventure, l'univers, l'immersion et il ne m'a pas manqué grand-chose pour être à 100% avec ce livre.

"Il leva la main et Dervan la prit dans la sienne. Ce seul contact provoqua un frisson chez le jeteur de sorts qui tendit les bras vers son ami, lequel se pencha pour l'étreindre de toutes ses forces.
Ça n'avait pas la même saveur qu'autrefois, mais c'était toujours là. Sa présence.
Quand il s'écarta, Balthazar prit le visage de l'ancien guérisseur entre ses mains et le contempla longuement.
— J'ai vieilli, grogna Dervan, gêné par cet examen prolongé.
— Moi aussi, lui fit remarquer le magicien.
— À peine.
— Je n'arrive pas à croire que tu m'as attendu tout ce temps."
Chapitre 20 (qui a dit que le romantisme était mort ? qu'il change d'avis tussuite !)
Antha
Lien : http://meninbooks.eklablog.c..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Tsukibou
  09 mars 2018
Merci aux éditions Voy'el pour ce moment de lecture.
Etant une fan de MxM, mais exigeante, j'ai assez rapidement accepté de lire ce roman mêlant fantastique, magie, amour, amitié mais aussi douleur et cruauté. L'histoire m'a plu très vite, le passé de Balthazar qui a largement contribué à le forger dans sa cruauté et sa haine du genre humain, l'arrivé de Dervan, missionné par l'ancienne reine pour sauver son fils malgré le sort qu'elle a elle-même jeter pour empêcher son fils de faire souffrir d'avantage son peuple. Nous assistons à l'évolution du lien entre Dervan, guérisseur reconnu, un homme doux, franc mais aussi naïf et Balthazar, roi cruel et en colère rongé par un sort qui le transforme peu à peu en pierre à l'image de son "coeur". Si l'on se doute des aboutissants de cette histoire, j'ai trouvé la trame et la façon dont l'auteur amène les divers rebondissements très étonnante, prenante et d'un côté fascinant, je remercie l'auteur d'avoir réussi à me surprendre à chaque retournement de situation.
J'ai été happée par cette univers emplis de magie et de créatures mythiques que j'adore et qui me font rêver. Il est difficile de parler de l'intrigue sans trop en révéler, l'histoire n'est pas uniquement basée sur la romance entre le roi et son guérisseur, c'est évidemment la trame de fond mais celle-ci est entouré par le "fantôme" de l'ancien amant du roi, sa soif de vengeance et de pouvoir. Les deux protagonistes principaux ont su me toucher, chacun à leur façon, la naïveté de Dervan, sa compassion, sa passion, sa volonté d'aider et de sauver ceux qui l'entoure font de ce personnage quelqu'un de très humain même si utopiste et son évolution m'a beaucoup plu. Balthazar, un roi égoïste, en colère contre la terre entière, change au contact de son guérisseur, l'auteur arrive à rendre un personnage détestable en un roi juste et touchant, sa compréhension du monde au début est faussée par sa douleur et sa haine des autres, mais la présence de Dervan qui est son opposé fait qu'il apprend à changer sa vision et ainsi évoluer.
Vous aurez compris que j'ai beaucoup apprécié cette lecture, sans être un coup de coeur, c'est une excellente découverte qui mêle des thèmes que j'apprécie particulièrement et pour ne rien gâcher la couverture est tout de même très belle ! Je vous le recommande et je suis curieuse de découvrir d'autres texte de l'auteur, ce qui tombe bien puisque j'en ai quelques uns dans ma liseuse ^.^
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
LesLecturesdOriane
  06 mars 2018
Déjà, je souhaite vivement remercier les Éditions Voy'el pour ce Service Press et pour leur confiance.
Balthazar, depuis que son amant a été exilé, est un roi cruel envers ses sujets au point de les faire vivre dans une nuit éternelle. Ne supportant pas de voir un tel spectacle, la mère de Balthazar lui jeta une malédiction : il se change petit à petit en pierre. Dervan semble être son seul espoir, mais il n'est pas près à l'accepter. Pourtant le jeune guérisseur ne va pas abandonner et fera tout pour aider le roi à surpasser son mal-être autant pour lui que pour son peuple.
Je suis obligé de commencer par ça car c'est la première chose qui m'a marqué avec ce roman : sa couverture ! J'en suis littéralement tombé amoureuse tant elle est belle. C'est une des plus belles couvertures que j'ai vue si ce n'est pas la plus belle. Voilà, je me devais de le dire car je ne parle pas assez des couvertures dans mes chroniques. Pourtant c'est souvent la première chose que l'on voit d'un roman. Et, pour moi en tout cas, la couverture joue beaucoup sur mon intérêt pour le livre. Donc plus la couverture est belle, plus je vais avoir envie de découvrir le roman. Alors après il ne faut pas uniquement juger un livre par sa couverture je le sais bien, mais ça reste quelque chose d'important.
Maintenant parlons de l'histoire. Balthazar est un roi furieux qui fait vivre son peuple dans une nuit éternelle. Au vu de ça l'ancienne reine, sa propre mère, va le punir d'une malédiction. Mais elle va aussi essayer d'aider son fils voyant qu'il refuse de changer sa manière d'être malgré qu'il se change en pierre. C'est là qu'apparaît Dervan, un jeune guérisseur qui souhaite aider autant de gens que possible. Alors quand on lui demander d'aider tout un peuple en sauvant son roi des ténèbres dans lesquelles il s'enfonce, il n'hésite pas avant d'accepter.
Mon avis sur ce roman est en grande partie positif, mais pas seulement. En effet j'ai adoré la première partie du roman où on suit les échanges entre Dervan et Balthazar. Mais aussi l'évolution du roi et de sa malédiction. J'ai d'ailleurs particulièrement aidé le roi autant au début que par la suite quand son personnage commence à changer de caractère. de plus j'ai trouvé l'histoire dans son ensemble assez cohérente par rapport à l'univers et bien écrit.
Mon souci est plutôt personnel et vient d'ailleurs. Déjà le personnage de Dervan. Si je l'ai aimé au début, je n'ai pas du tout apprécié son évolution qui ne va plus vraiment avec son personnage je trouve. Alors l'explication est dite clairement, mais malgré tout cela m'a laissé un goût étrange en travers de la gorge. Et pour finir je n'ai pas vraiment aimé la fin. Toute la deuxième partie du livre prend une tournure différente du début. C'est dû à l'apparition d'un personnage bien précis dont je tairai le nom. En tout cas à partir de ce moment-là j'ai trouvé que le roman était différent. Et même si la fin va avec ces changements j'ai trouvé qu'il manquait quelque chose. Ou au contraire qu'il y avait quelques longueurs. Après je parle bien de la fin directement, pas de la deuxième partie du roman dans sa globalité. Et puis ça reste un ressentit personnel, mais qui m'a attristé parce que j'avais adoré le début du livre.
Donc au final je suis mitigé sur ce roman. La plume de l'auteur et fluide et c'est le meilleur roman d'elle que j'ai lu à ce jour. Après même quelques détails m'ont attristé l'histoire reste prenante, la romance adorable sur plusieurs points et l'univers très intéressant à découvrir.
Lien : https://lecturesmmdoriane.wo..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
myormerod
  23 juillet 2018
Je remercie, tout d'abord, énormément les Éditions Voy'el pour leur confiance !!!
Voici un roman qui m'a conquise par l'imagination et les personnages attachants. Je ne savais pas vraiment à quoi je m'attendais, mais j'ai été agréablement surprise par le style d'écriture. Un conte, une légende comme on les aime, sur deux êtres opposés et foncièrement différents qui vont apprendre à se connaître.
J'ai particulièrement aimé aussi la mère de Balthazar qui fait tout pour aider son fils, même si elle sait que cela va aussi le blesser. Une femme admirable qui m'a énormément touchée.
J'ai aimé l'éveil de conscience, la perspicacité de Dervan, mais aussi le combat qu'il mène contre lui-même pour ne pas se laisser aller à ses instincts.
Nous y retrouvons de tendres moments, tout comme des moments plus sombres et tristes. Ces mélanges sont délicatement amenés pour notre plus grand bonheur et offrent une tension qui nous pousse à connaître la fin.
Dervan, ce jeune et beau guérisseur entre dans la vie de Balthazar pour bousculer son quotidien. Parviendra-t-il à le sauver de son maléfice, de ses pensées noires et destructrices ? Si on imagine au départ que cela ne va tourner qu'autour de cette malédiction, c'est se tromper lourdement, car c'est bien plus ! C'est un voyage dans un monde de magie où sentiment et aventure se mêlent à merveille.
On y retrouve dragon, mage, bataille, amour, passion, trahison... et j'en passe !
Je conseille assurément pour tous, car ce fut pour moi une très belle découverte.

+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
BulledEleyna
  05 mars 2019
Si l'idée d'un conte pour adulte dans un univers fantaisiste m'a plu, le manque d'explications ainsi que le manque de réactions des personnages figurants m'a donné une impression d'inachevée dans ce récit. Dommage, car beaucoup d'idées sont bonnes et les deux protagonistes sont attachants. Néanmoins, je pense que cette fameuse histoire d'amour promise saura combler les fans du genre. 🙂
Voir la chronique complète :
Lien : https://bulledeleyna.wordpre..
Commenter  J’apprécie          00
Citations et extraits (2) Ajouter une citation
LesLecturesdOrianeLesLecturesdOriane   06 mars 2018
« — Je devrais te faire couper la tête, grogna le roi.
— Dans ce cas, il vous faudrait supporter le guérisseur qui sent mauvais, répliqua le jeune homme avec un sourire hypocrite.
— Je te déteste.
— Assurément, Majesté. Mais vous aimez mes remèdes.
Dervan se leva pour emporter ses ingrédients dans le placard où il les conservait.
Balthazar l’observait sans mot dire. Non, il ne le détestait pas. Loin de là, en vérité. Plus les jours passaient et plus la compagnie du jeune homme lui était agréable. Dès qu’il ouvrait les yeux le matin, Balthazar trépignait jusqu’à le voir. Le soir, il retardait le plus possible le moment de la séparation. Quand Dervan ne se présentait pas à la salle du trône, le souverain envoyait immédiatement quelqu’un s’enquérir de l’endroit où il se trouvait. Sa pire crainte était de découvrir un jour que ce dernier, lassé de sa mauvaise nature, n’ait déguerpi avec ses médecines et ses bagages. Mais tous les matins, le jeune homme était là, massait ses jambes et lui suggérait ces idées absurdes. »
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
LesLecturesdOrianeLesLecturesdOriane   06 mars 2018
« — Que puis-je vous servir ? s’enquit-il ensuite auprès du magicien maudit.
— Je ne peux pas bouger, comment veux-tu que je mange ?
— Eh bien, comme ça.
Le guérisseur s’approcha, en lui présentant un morceau de poulet piqué au bout d’une fourchette. Furibond, le souverain rétorqua :
— Tu comptes me donner la becquée ?
— Bien sûr, pourquoi pas ? Allez, ne vous faites pas prier. Goûtez-moi ça !
Dervan continua ainsi ses cajoleries et pour ne plus l’entendre geindre et se moquer de lui, Balthazar finit par céder, ouvrit la bouche et la referma sur la chair savoureuse. Il mâcha lentement, surpris de trouver autant de plaisir à s’alimenter. Devant lui se déployaient les collines et les rivières de son royaume. Il se sentait… bien et ce constat le plongea dans une perplexité encore plus grande. »
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
autres livres classés : dragonVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr





Quiz Voir plus

C'est trop fort !

Episode rocambolesque qui se déroula du 12 août au 20 septembre 1899, quand Jules Guérin se retrancha pendant 38 jours dans un immeuble de Paris, alors que le gouvernement français Waldeck-Rousseau (alors président du Conseil) craignait une émeute nationaliste et monarchiste à l'occasion du procès en révision d'Alfred Dreyfus à Rennes.

Lauderdale
Boyard
Brégançon
Chabrol
Douaumont

15 questions
11 lecteurs ont répondu
Thèmes : histoire , poésie , géographie , chanson , expressionsCréer un quiz sur ce livre