AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet
Mortelles connivences tome 1 sur 2
EAN : 9782266164399
406 pages
Pocket (13/11/2008)
3.88/5   8 notes
Résumé :
Tout commence comme le plus excitant des jeux de piste: jeune et brillante recrue d’une grande banque bordelaise Valérie Lataste va de surprises en surprises en épluchant les comptes
extravagants d’un artisan local. De toute évidence, ce Dubreuil s’est embourbé dans des combines qui 1e dépassent mais Valérie ne veut pas croire à son entière culpabilité. Obstinée,
elle découvre qu’il n’est que le comparse floué d’un diabolique système de corruptio... >Voir plus
Que lire après Mortelles connivences, tome 1 : La banquièreVoir plus
Critiques, Analyses et Avis (2) Ajouter une critique
Grosse déception que ce polar où les gentils sont tellement idéalistes et les méchants tellement cyniques. La fin est rocambolesque à souhait, et puis le style est pesant, chaque dialogue étant entaché d'un texte en italique qui dit les pensées réelles de la personne qui parle. le résultat est d'une lourdeur ...
Exemple de dialogue, j'ai mis entre parenthèses le texte en italique dans le livre :
- Ça va se faire dans la semaine.(N'importe quoi! )
- (Il ment!) Avec qui?
- ( Pourquoi je lui vends des salades?! ) Je ne peux pas le dire. On me pistonne, ça doit rester confidentiel. (Elle me croit pas! Je suis nul! Elle me croit pas!! )

J'ai les 2 tomes en ebook, je ne vais même pas ouvrir le 2ème.
Commenter  J’apprécie          10
C'était bien parti...
La banquière avait out pour faire un bon polar.
Dommage que son auteur se soit un peu perdu dans des circonvolutions d'intrigue et une fin un peu baclée.
Commenter  J’apprécie          40

Citations et extraits (3) Ajouter une citation
Vestige recloisonné du riche passé de la vénérable banque Geoffroy-Dornan, fondée en 1883 par le négociant et armateur bordelais dont elle porte le patronyme, le bureau que rabaisse un faux plafond est étriqué et triste. Il ressemble à son hôte, un quinquagénaire décharné court sur pattes au teint bilieux, précocement vieilli : Alexis Barrois, le redouté directeur du recouvrement.
Irrité par Farrivée tardive du convoqué qu’il accueille, le petit homme cloue d’étonnants yeux bleu roi sur les iris bruns aux globes saillants qui, un peu hagards, flottent dans le vague, une tête au-dessus du crâne du banquier, aux rares cheveux autrefois blonds.
- Vous êtes en retard, monsieur. Il a vraiment une tronche de créance douteuse. Moran me pompe l’air à nous envoyer des abrutis pareils.
Trentenaire, doux rêveur à la face ronde et blême, Laurent Dubreuil a rosi, tel un enfant pris en faute. Je l ’ai fichu en rogne, c'est ma chance habituelle, ça.
- Je m’excuse, j’ai eu beaucoup de mal à me garer. Depuis qu’avec les travaux du tramway ils ont supprimé le parking des Quinconces...
- Vous avez plus de mille places sur les quais.
Commenter  J’apprécie          40
- C’est-à-dire que...
- Ne perdons pas notre temps. Asseyez-vous. J ’ai un après-midi chargé. Nous allons faire court.
- Oui, oui, bien sûr. Il va rien vouloir savoir.
L'admonesté remonte machinalement une mèche rebelle noir corbeau et trimballe son quintal jusqu’à une chaise en acier chromé et sangles de robuste cuir marron sur laquelle il s’affaisse avec mélancolie. Quant à l’atrabilaire, il achève de contourner un sinistre bureau d’ébène menuisé dans les grumes importées jadis par le fondateur et s’assied sur le rebord du fauteuil directorial assorti aux deux sièges pour visiteurs.
Il n’a pas quitté le lourdaud du regard.
Raide, semblant tirer de toutes ses forces sur les trente-trois vertèbres de sa colonne pour gagner le demi-centimètre lui conférant l’aptitude à dominer quelle que soit la taille du challenger, le chef du contentieux passe à l'attaque.
- Monsieur Dubreuil, la banque Geoffroy-Dornan n’est pas satisfaite.
- Je comprends mais l’été a été très chaud et...
- Et il a fait fondre votre compte ?
Commenter  J’apprécie          30
Paie-toi ma tête ! T'es le plus fort !
Barrois a ironisé sans un sourire, donnant l’impression d’accuser son vis-à-vis de mensonge. Pourtant, il ne peut l’ignorer : en trois semaines, la canicule a fait plus de cadavres que deux années d’accidents de la route. Un
terrifiant record hissant, en ce domaine, la France au rang des nations industrielles qu’elle affectionne tant : le premier. Une trace de cendre indélébile au front des gestionnaires de l'Etat.
Laurent Dubreuil a viré du rose au cramoisi.
- Y a un climatiseur dans votre bureau! Sur les chantiers, j’en ai jamais vu!
.... Air bonasse mais résistant.
Commenter  J’apprécie          30

Lire un extrait
autres livres classés : thrillerVoir plus
Les plus populaires : Polar et thriller Voir plus


Lecteurs (44) Voir plus



Quiz Voir plus

Retrouvez le bon adjectif dans le titre - (6 - polars et thrillers )

Roger-Jon Ellory : " **** le silence"

seul
profond
terrible
intense

20 questions
2857 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature , thriller , romans policiers et polarsCréer un quiz sur ce livre

{* *}