AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Raphaël Caussimon (Illustrateur)
ISBN : 2859202811
Éditeur : Le Castor Astral (01/02/1996)

Note moyenne : 3.75/5 (sur 4 notes)
Résumé :
Voici 53 portraits "d'irréguliers de la famille" qui dessinent la face cachée d'un siècle de création littéraire francophone. De Charles Cros (1842-1888) à Jean-Philippe Salabreuil (1940-1970), c'est tout un peloton de solitaires, d'insoumis, de réprouvés sans pedigree ni chapelle, placés sous un juste éclairage. Destins et oeuvres mêlés, ce livre se présente comme le guide indispensable de tout passionné de littérature rebelle.
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (2) Ajouter une critique
aleatoire
  09 novembre 2011
Ce livre est une bible, un trésor qui nous livre le portrait de cinquante trois écrivains "maudits" avec de superbes citations. Je lui dois la découverte de très grands talents et j'en sais infiniment gré à Patrice Delbourg.
Je l'ai souvent acheté, prêté, donné, et viens d'en acquérir un énième exemplaire mais je vous préviens, cette fois je me le conserve jalousement !
Commenter  J’apprécie          122
moravia
  27 février 2013
Voici 53 portraits de solitaires, d'insoumis, de réprouvés sans pedigree ni chapelle. Patrice Delbourg nous entraîne dans une vaste réhabilitation.
Vous y trouverez : Jean Forton , Jean Reversy, Jean Sénac, François Augiéras, André Hardellet et d'autres que je vous invite à lire.
Seul bémol, l'absence de Pierre Luccin.
Un livre de chevet !!
Commenter  J’apprécie          21
Citations et extraits (9) Voir plus Ajouter une citation
aleatoirealeatoire   09 novembre 2011
Gare de la douleur, j'ai fait toutes tes routes.
Je ne peux plus aller, je ne peux plus partir.
J'ai traîné sous tes ciels, j'ai crié sous tes voûtes.
Je me tends vers le jour où j'en verrai sortir
Le masque sans regard qui roule à ma rencontre
Sur le crassier livide où je grimpe vers lui,
Quand le convoi des jours qui brûle ses décombres
Crachera son repas d'ombres pour d'autres ombres
Dans l'étable de fer où rumine la nuit."

Léon-Paul Fargue (taxi en maraude)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          91
aleatoirealeatoire   09 novembre 2011
Sur les bords du Léman, les feuilles de marronniers prennent de l'ampleur. Une sauterelle protège le siècle sous son abdomen grenat. Une gare, un fjord, une route, tenace exhalaison, c'est là que crépitent les moteurs et les crabes. L'ombre de Cingria glisse doucement, à minuit tiède, les lèvres dans de folles répétitions :"Je ne crois qu'au bitume de l'être."
Un trottoir qui a couleur d'albâtre. Celle de l'éternité.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70
aleatoirealeatoire   09 novembre 2011
Mon âme est comme un cil sans bornes ;
Elle a des immensités mornes
Et d'innombrables soleils clairs ;
Aussi, malgré le mal, ma vie
De tant de diamants ravie
Se mire au ruisseau de mes vers.

Charles Cros (la solitude du hareng saur)
Commenter  J’apprécie          120
aleatoirealeatoire   10 novembre 2011
dans la poussière
j'écris ton nom
mon beau désastre
mon précipice
ma route défoncée
dans une cavalcade
de désirs inassouvis
je gravis
les collines de grande misère
l'oeil avide
jamais ne rêve
à la blancheur des murs
où je voulais m'étendre
pour que le soleil envahisse
mon corps repu de souffrance.

Francis Giauque (soufre noir)
Commenter  J’apprécie          70
aleatoirealeatoire   09 novembre 2011
Il fait nuit : les m'pafous ont des senteurs plus frêles ;
sourd, un marimeba vibre en des temps égaux ;
des alligators d'or grouillent parmi les prêles ;
un vent léger courbe la tête des sorghos ;

et le mont Koungoua rond comme une bedaine,
sous la Lune aux reflets pâles de molybdène,
se mire dans le fleuve au bleuâtre circuit.

Makoko reste aveugle à tout ce qui l'entoure :
avec conviction ce potentat savoure
un bras de son grand-père et le juge trop cuit."

Gorges Fourest (bateleur ovipare)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
Videos de Patrice Delbourg (17) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Patrice Delbourg
Patrice Delbourg - Une douceur de chloroforme
>Littérature des langues romanes. Littéraure française>Littératures des langues romanes. Littérature française>Littérature française : 1900- (214)
autres livres classés : Écrivains françaisVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr





Quiz Voir plus

Les écrivains et le suicide

En 1941, cette immense écrivaine, pensant devenir folle, va se jeter dans une rivière les poches pleine de pierres. Avant de mourir, elle écrit à son mari une lettre où elle dit prendre la meilleure décision qui soit.

Virginia Woolf
Marguerite Duras
Sylvia Plath
Victoria Ocampo

8 questions
731 lecteurs ont répondu
Thèmes : suicide , biographie , littératureCréer un quiz sur ce livre