AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
EAN : 9782081257047
350 pages
Éditeur : Flammarion (25/04/2012)

Note moyenne : 4.17/5 (sur 3 notes)
Résumé :
Chanter est l'une de nos activités les plus quotidiennes. Mais elle n'est pas une simple ornementation : fugace et fragile, elle plonge ses racines dans nos existences. Qui sommes-nous lorsque nous chantons ? Rossignols ou perroquets ? De la voix de casserole au duo d'amour, on cherche ici à définir la présence au monde dont témoigne la voix chantante.
Libérant le chant de tous ses mythes, des sirènes d'Ulysse au rock and roll, en passant par les métamorphose... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (1) Ajouter une critique
Petitebijou
  26 décembre 2012
Connait-on jamais pourquoi les choses arrivent à tel moment plutôt qu'un autre ? Dans quelle mesure sommes-nous maîtres de nos vies ? Je ne suis pas philosophe, ou alors comme une Madame Jourdain qui philosopherait sans le savoir, mais nul doute que tout le monde à un moment ou un autre de sa vie, généralement important, et dont l'importance se révèle à l'occasion d'un « petit coup d'oeil dans le rétroviseur », s'est un jour posé la question.
On se surprend à examiner les faits, le plus rationnellement possible, pour justifier un bouleversement bien plus grand que soi, qui nous dépasse.
Je chante depuis toujours, aussi longtemps que je me souvienne. J'ai toujours chanté comme je respirais. Facilement, naturellement, dans la joie et la spontanéité de la petite enfance, le plaisir solitaire de l'adolescence, puis la joie et la souffrance truffaldiennes jeune adulte lorsque j'ai décidé d'apprendre la technique vocale, tenter d'approcher les voluptés lyriques et classiques, tout en continuant de chanter la « vulgaire » variété ou tout autre musique. Peu importe quoi, il me fallait chanter. Pour une personne comme pour des centaines, l'être aimé ou un inconnu, je savais que tous mes déguisements tombaient avec mon souffle, la couleur de ma voix, sur la musique. Moi, qui me cachais, je me dénudais dans la mélodie. Je séduisais, j'étais admirée, je guérissais.
Je ne m'y attendais pas. J'ai perdu ma voix. Mon identité. La maladie a attaqué certains organes, que l'on peut dire vitaux, mais je m'en suis remise. Presque. Sauf que j'ai perdu ma voix. le souffle, la parole. Je ne suis pas morte, j'ai cessé de vivre.
Il y a des combats que l'on ne peut mener que seul. Chanter, reprendre la parole, dit Vincent Delecroix. J'avais déposé les armes.
Amputée, flottante, j'ai continué. Accompagnée. Dans le renoncement progressif.
Avril 2011. Inscription à Babelio. Visites sporadiques. Lectures épisodiques. Demandes d'amis. Pourquoi pas ? A travers un écran, une voix malade ne s'entend pas. Des messages personnels. Des critiques de plus en plus longues, impliquées.
Avril 2011. Un frère providentiel. Philippe Latger. Auteur, poète. Alter ego. Vous pouvez voir sa page ici même.
Les pièces du puzzle se rassemblent. le paysage se dessine.
Mai 2012. Madame Coquecigrue, membre de Babelio, avec qui je commence à tisser des liens précieux, m'envoie un lien après avoir lu un article sur le livre de Vincent Delecroix. Je lui avais fait quelques confidences, qu'elle avait entendues.
Je remercie, prend note. Enregistre le livre dans « Pense-bête », ou « A lire ». Je ne sais plus.
Durant l'été, un jour que j'écoute un Cd d'une chanteuse à succès, je me surprends… à fredonner, à presque chanter. J'en informe mon frère, et mon amie babeliesque. Incroyable. Inouï. Ils m'encouragent, plus émus que moi, qui ne peux y croire. J'écoute des cd de variétés, la radio, des chanteuses à tube (je ne peux plus écouter Maria Callas depuis longtemps), et j'essaie de chanter. le souffle est court. La voix rauque, laide. Mais elle revient…
Passé l'étonnement et la joie de ce qui m'apparaît comme un miracle, je réalise que ce que je produis est affreux. Et me rends à l'évidence : je ne retrouverai jamais ma voix. Je dois renoncer à l'idée de reconquête. Jamais plus je ne serai ce que je fus. La douleur est terrible.
Juillet 2012. J'acquiers le livre de Vincent Delecroix, avec l'intuition qu'il est temps pour moi de le lire, que c'est le moment adéquat. Que peut-être, grâce à lui, le paysage du puzzle sera moins flou.
Vous vous dites peut-être, enfin, elle parle du livre ! Mais j'en parle depuis le début. Car c'est cela que Vincent Delecroix nous expose. le rapport à la voix, dès l'enfance. le chant instinctif. Primal. La voix de la mère. Les berceuses pour calmer et apaiser. Puis sa propre voix, comme émancipation, affranchissement. Très vite, on est catalogué : ceux qui chantent juste, ceux qui chantent faux. Et c'est déjà la rencontre de l'injustice, quand personne ne chante faux, certains ont du mal à entendre et à reproduire. La voix s'éduque par l'oreille. L'auteur aborde l'éducation musicale, à l'école, autrement dit le formatage, pour ne pas dire le carnage. le mot d'ordre est à l'uniformisation. Pourtant, certains essaient de faire entendre leur voix. de la cultiver, l'épanouir, et s'épanouir à travers elle. Il évoque ceux pour qui, comme moi, elle est une seconde peau. Il nous dit comment de l'enfant sauvage nous nous transformons en adulte policé. Comment nous oublions la joie, le plaisir, de nous écouter, d'écouter nos vrais désirs, pour rentrer dans le moule. Bien sûr, il y a le fracas de l'adolescence, mais qui n'est pour la plupart qu'une étape qui nous ramène au conformisme. Quelques apprentis rebelles sont « récupérés » par les conservatoires, où ils apprendront à chanter comme il faut, dans un cadre bien établi. Toi, tu es fait pour l'opéra, toi pour la musique ancienne, toi, tu chantes comme un chanteur de salle de bains…
Et moi je voulais tout chanter. Puisqu'au fond, c'était la même chose, même si l'art lyrique demande une vie d'abnégation pour en être digne. Je n'ai pas pu, trop occupée à suivre les chemins de traverse. A la communauté, au clan, j'ai toujours préféré l'éclectisme.
Après avoir exposé ses convictions et sa théorie pour une pédagogie vocale efficace, généreuse, basée sur un enseignement traditionnel qui n'a pas peur d'emprunter des méandres pour mieux coller à chaque individu, Vincent Delecroix aborde l' « accident ». La perte de voix. le cataclysme. de ce bouleversement qui nous dépersonnalise, nous fait perdre pied, il fait émerger un défi, une reconquête, et même une chance. Celle de se redécouvrir, de renaître, à condition d'accepter l'abandon de ces anciennes valeurs qui nous rassuraient. Vincent Delecroix nous fait l'apologie du risque, de l'inconnu, du désir retrouvé de l'inconnu que nous avions perdu, arc-boutés sur nos certitudes. Il ne dit pas la fin du chemin, mais il dit non à l'immobilisme. Reprendre la parole, c'est cesser de chanter, momentanément, pour se retrouver à l'écoute de sa voix intérieure, secrète, intime, que l'on avait étouffée avec nos canons de beauté conformistes.
Le chant n'essaie plus d'être joli, abolit la distance de l'enchanteur et de l'enchanté.
Le mystère est tissé de failles, de brisures, à l'image de nos vies. le chant est enfin désacralisé, rendu à l'enfant qui nous attend au seuil de notre vieillesse, à moins que la mélodie ne s'interrompe prématurément. Que l'on soit bien portant ou malade, l'apprentissage du chant est pour Vincent Delecroix le voyage vers la vie avant la vie.
Tandis que je lisais ces lignes, qui mettaient en mots ce que je ne savais que chanter, les pièces du puzzle ont presque une à une trouvé leur place. Ce fut un appel téléphonique, et le premier chant d'après. Ce fut une cathédrale, tandis que le mois d'octobre commençait de s'éteindre, dans une ville méditerranéenne, Mozart et Fauré, convalescents, estropiés, mais vivants pour l'oreille fraternelle du poète.
Je suis encore dans l'inconnu, parfois désarçonnée, toujours malhabile. Mais je chante, souvent, légèrement, pour rien, pour faire vibrer la note sensible qui me relie depuis toujours à mon essence.
Je ne crains plus les accidents. J'ai mes garde-fous. Il m'a fallu du temps pour être prête, à entendre, à écouter, à lire, à chanter.
Merci, Madame Coquecigrue, auditrice privilégiée, de m'avoir indiqué l'existence de ce livre à point nommé, pour me montrer la voix à suivre désormais.

Lien : http://parures-de-petitebijo..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          80


critiques presse (1)
Lexpress   02 mai 2012
Le romancier propose une odyssée philosophique, de la poésie homérique à nos jours.
Lire la critique sur le site : Lexpress
Citations et extraits (3) Ajouter une citation
PetitebijouPetitebijou   04 août 2012
Mais en réalité, ce qui nous choque alors n'est pas seulement la discordance entre le corps qui s'entend et le corps qui se voit. Si discordance il y a, c'est entre la représentation culturelle que nous avons du chant, c'est-à-dire tout ce que la culture y adjoint en termes de valeurs, de symboles, de clichés même, qui nous pousse à voir le corps chantant comme un corps spirituel (et il l'est en effet), et le démenti que lui présente ce corps intégral. Ce qui nous trouble alors nous trouble en réalité chaque fois que nous voyons et entendons chanter : c'est la présence massive de ce corps-là - son intégral dévoilement, son exhibition sans reste. Il n'y a pas de plus radicale exposition de soi-même. Ce qui nous trouble et nous fascine, c'est l'impudeur du chant.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          100
PetitebijouPetitebijou   04 août 2012
Et ce n'est même pas toi, réellement, qui chantes alors, bien que tu y sois tout entier : c'est l'état premier de la vie en toi, l'existence immédiate et presque impersonnelle qui ne trouve pas encore de raisons pour se prolonger ou s'interroger ou qui, par heureuse inadvertance, s'est si bien allégée qu'elle n'a pas d'autre expression pour se faire connaître de soi que le chant. Tu pourrais être n'importe qui, tu es n'importe qui, tu es tout le monde. Tu es à l'instant miraculeux, quasi abstrait, d'une vie sans qualité et sans qualification. Tu jouis d'être, de ta propre présence, ici, là, au monde : le chant est ta pure présence au monde, il est la tonalité, le son qu'elle rend. Curieux, minuscule cartésianisme : je suis, je chante.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
PetitebijouPetitebijou   04 août 2012
Commencement d'un chant, miraculeuse conjonction ou coïncidence de soi à soi, unité réelle du corps qui s'éprouve sans distance, bloc aérien et indivisible, reformé, reconquis chaque fois contre ce qui le divise et l'éparpille dans le langage, dans l'action, dans l'usage - avènement du corps propre. Mais en même temps, corps traversé de part en part par le souffle qui entre et qui sort, ouvert à tous les vents et ravit. Le chant transfigure parce qu'il transit le corps, et, le traversant, le bouleversant, fait surgir le corps vrai.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00

Videos de Vincent Delecroix (9) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Vincent Delecroix
#JournéeDeLaPhilo2020 #Philosophie #LesRencontresPhilosophiquesdeMonaco #Philomonaco
Philosopher ensemble !
#Trailer de présentation des Rencontres Philosophiques de Monaco
Avec la participation de: Alain Fleischer, Anastasia Colosimo, Anne Dufourmantelle, Avital Ronell, Barbara Cassin, Bernard Harcourt, Bernard Stiegler, Boris Cyrulnik, Bruno Karsenti, Camille Riquier, Catherine Chalier, Catherine Millet, Charlotte Casiraghi, Christian Godin, Claire Chazal, Claire Marin, Claude Hagège, Cynthia Fleury , Davide Cerrato, Denis Kambouchner, Dominique Bourg, Donatien Grau, Edwige Chirouter, Elisabeth Quin, Emanuele Coccia, Éric Fiat, Étienne Bimbenet, Fabienne Brugère, François Dosse, Frédéric Gros, Frédéric Worms, Gary Gillet, Geneviève Delaisi de Parseval, Geneviève Fraisse, Georges Didi-Huberman, Georges Vigarello, Géraldine Muhlmann, Gérard Bensussan, Hakima Aït El Cadi, Jean-Luc Marion, Jean-Pierre Ganascia, Joseph Cohen , Judith Revel, Julia Kristeva, Laura Hugo, Laurence Devillairs, Laurent Joffrin, Luc Dardenne, Marc Crépon, Marie Garrau, Marie-Aude Baronian, Mark Alizart, Markus Gabriel, Marlène Zarader, Martine Brousse, Corine Pelluchon, Maurizio Ferraris, Mazarine Pingeot, Michael Foessel, Miguel de Beistegui, Monique Canto-Sperber, Nicolas Grimaldi, Olivier Mongin, Paul Audi, Perrine Simon-Nahum, Peter Szendy, Philippe Grosos, Pierre Guenancia, Pierre Macherey, Raphael Zagury-Orly, Renaud
+ Lire la suite
autres livres classés : chantsVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Un pacte avec le diable

Qui est le narrateur/rice de se roman?

Roxane
la mère de Roxanne
David

7 questions
5 lecteurs ont répondu
Thème : Un pacte avec le diable de Thierry LenainCréer un quiz sur ce livre