AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet
EAN : 9782070402403
128 pages
Gallimard (02/09/2010)
3.09/5   11 notes
Résumé :
Le fastidieux d'un petit éloge de l'ironie: la millième critique ironique des bobos, des animateurs d'émissions littéraires, des vieux grincheux, des donneurs de leçons, des imposteurs de tout poil, des intellectuels vaniteux, des arrivistes et des parvenus, des publicistes, des footballeurs, des artistes contemporains, des démagogues, des rebelles mondains, des chanteurs, des bécasses, des Parisiens, des écrivains à la mode, des bouffons médiatiques, etc., etc. Pui... >Voir plus
Critiques, Analyses et Avis (4) Ajouter une critique
AmandineMM
  11 août 2011
Dès que j'ai vu ce nouveau petit éloge, j'ai voulu le lire, tout en m'attendant à une déception : comment faire un éloge convaincant de l'ironie ? L'auteur a pour moi réussi haut la main ce défi ! Il y a réussi par trois formes littéraires : des fragments / aphorismes, un dialogue dans le style de ceux de Diderot et un conte (en référence à Voltaire ?) Certains fragments m'ont fait sourire et j'ai trouvé le dialogue particulièrement réussi : l'auteur fait l'éloge de l'ironie tout en la pratiquant et fait même preuve d'ironie envers l'ironie elle-même ! La fin du conte m'a fait sourire en imaginant la scène relatée et m'a surprise. Un éloge particulièrement réussi, mais pas un coup de coeur.
Commenter  J’apprécie          20
gigi55
  12 septembre 2010
En deux heures de lecture, deux heures de plaisir pur.
En trois chapitres renvoyant à trois forme rhétoriques ou littéraires différentes Vincent Delecroix fait le tour de la notion d'ironie dans la littérature.
D'abord dans la forme du fragment, collection d'aphorismes plus subtiles les uns que les autres : Pourquoi diable,; afin de se faire comprendre, brouiller une communication simple, directe et transparent au risque de ne pas se faire comprendre ? A cause du diable justement.
Ensuite sous la forme du dialogue à coloration philosophique :
Lui : donc un éloge de l'ironie ?
Moi: un petit éloge. Une forme modeste. L'ironie est une forme mineure, ou un ton mineur.
Enfin sous la forme - peut-être la moins réussie - d'un conte moderne, énigmatique et un peu obscur.
Commenter  J’apprécie          10
AmandineMM
  24 décembre 2011
Avis après relecture:
Ce n'est pas un coup de coeur pour moi, mais plutôt un coup de maître de la part de l'auteur. Avant ma première lecture, j'étais assez enthousiasmée par le thème et dubitative face à l'exploitation : comment faire un éloge de l'ironie convaincant, sans tomber dans les travers dénoncés dans l'extrait en quatrième de couverture ? Après ma découverte et encore après cette relecture, je répondrais « comme l'a fait Vincent Delecroix, par exemple ». Il a repris les trois formes canoniques de l'ironie : l'aphorisme, le dialogue à la manière de Diderot et le conte philosophique voltairien, avec génie. Dans chacune de ces trois parties, il allie présentation, critique et éloge de son sujet, parvenant même à faire preuve d'ironie envers celle-ci. Les Fragments me plaisaient assez au début, mais ont fini par me lasser. Les deux formes littéraires suivantes par contre ont su prévenir cette lassitude grâce à une chute surprenante et légère, telle une pirouette, une pointe d'ironie.
Bref, un petit éloge mené de main de maître par un ironiste confirmé et virtuose.
Lien : http://minoualu.blogspot.com..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
gigi55
  21 février 2011
Un petit essai plein de charme sur un thème qui n'aurait pas supporter la pesenteur.
Commenter  J’apprécie          10

Citations et extraits (4) Ajouter une citation
cheminvert7cheminvert7   25 janvier 2012
On peut bien considérer que l'ironie relève d'une délicate pudeur. Mais cela revient à exhiber une part de soi-même (son esprit) pour en cacher une autre (son cœur). Pour cacher leurs jambes, il arrive que des femmes tirent à ce point sur leur robe qu'elles découvrent leurs seins. (page 21)
Commenter  J’apprécie          30
cheminvert7cheminvert7   25 janvier 2012
Se hâter de défigurer ce que le monde ne manquera de défigurer tôt ou tard. Et ainsi le protéger. Faire mine de le battre, pour que l'on n'y touche pas. De le piétiner, pour que l'on n'y porte pas la main. Le cacher adroitement dans les replis du langage, pour que le langage ne puisse pas le débusquer. Mais il arrive alors qu'on ne retrouve plus soi-même la cachette. (page 18)
Commenter  J’apprécie          20
clude_stasclude_stas   13 novembre 2013
On croit que c'est un cadeau, elle tient chaud un moment (on peut même s'en faire une cuirasse) et elle n'est pas dépourvue d'élégance. Elle empoisonne à coup sûr.
Commenter  J’apprécie          10
cheminvert7cheminvert7   25 janvier 2012
Il dit "Comprenez-moi à demi-mot." Et il s'étonne d'être à demi compris. C'est-à-dire pas du tout. (page 38)
Commenter  J’apprécie          10

Videos de Vincent Delecroix (11) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Vincent Delecroix
Le philosophe Vincent Delecroix s'inspire de ses deux jumeaux pour philosopher avec l'enfance. Il en embrasse les contours et les caractéristiques ; depuis l'enfance, avec son regard et son ignorance de soi ; et sur l'enfance, lorsqu'il en questionne les frontières, les traits distinctifs et la nature.
Dans son dernier livre "Leur enfance", il avance l'idée d'une naissance qui n'en finit pas de naître et d'une enfance qui n'en finit pas de devenir. Elle s'accumule par couches, sur lesquelles il est possible de porter un regard archéologique. Si l'enfant recouvre et complète progressivement les traits de l'Enfance par d'autres, l'adulte qu'il devient les conserve et peut les voir ressurgir ponctuellement.
Il y a aussi la confrontation avec la finitude de la mort, l'impossibilité de l'infini, la fixité des identités ou la perte du désir de croire. C'est l'occasion d'en tirer les expériences caractéristiques de l'enfance : le jeu, le désenchantement... Finalement, "Les enfants ne savent pas ce qu'est l'enfance. Là encore, le terme leur vient d'ailleurs. Il arrive des moments où ils vous disent ''quand j'étais petit, je faisais ça...'' et ils sont fascinés par cette petite enfance dans laquelle ils ne se reconnaissent et en même temps pas vraiment. Quand ils se reconnaissent, c'est avec une grande nostalgie, presque comme la nôtre," remarque Vincent Delecroix.
Avec cette touchante philosophie de leur enfance, Vincent Delecroix interroge aussi sa propre pratique philosophique qui, finalement, est plus proche d'un dessin d'enfant - brouillon, expressif, sujet à toutes les interprétations - qu'on ne pourrait le croire.
Olivia Gesbert invite à sa table Vincent Delecroix pour présenter son dernier livre. _____________
Prenez place à La Grande Table pour rencontrer d'autres personnalités qui font l'actualité des idées https://www.youtube.com/watch?v=9¤££¤14PLKpTasoeXDrpsBVAaqJ23¤££¤&list=PLKpTasoeXDrpsBVAaqJ_sANguhpPukaiT&index=2&t=59s&ab_channel=FranceCulture ou sur le site https://www.franceculture.fr/emissions/la-grande-table-2eme-partie
Suivez France Culture sur : Facebook : https://fr-fr.facebook.com/franceculture Twitter : https://twitter.com/franceculture Instagram : https://www.instagram.com/franceculture
+ Lire la suite
autres livres classés : dialoguesVoir plus






Quiz Voir plus

Retrouvez le bon adjectif dans le titre - (5 - essais )

Roland Barthes : "Fragments d'un discours **** "

amoureux
positiviste
philosophique

20 questions
700 lecteurs ont répondu
Thèmes : essai , essai de société , essai philosophique , essai documentCréer un quiz sur ce livre