AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
EAN : 9782757851944
216 pages
Éditeur : Points (02/04/2015)

Note moyenne : 3.18/5 (sur 93 notes)
Résumé :
À cinquante ans, Marie se retrouve seule. Telle la marée montante, la vie a effacé la trace de ses pas. Un autre chemin reste à inventer. La rencontre d'un groupe de jeunes comédiens lui ouvre de nouveaux horizons : elle montera avec eux le spectacle qu'elle avait imaginé pour son fils. Mais du rêve à la tragédie, la frontière est plus mince qu'il n'y paraît.

«Chaque vie mérite sa musique. »
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (25) Voir plus Ajouter une critique
cicou45
  26 octobre 2014
Lu sur les conseils de ma belle-mère qui idolâtre Philippe Delerm, j'e me suis à mon tour laissée charmée par ce roman à l'écriture légère et aux chapitres courts, d'où une lecture extrêmement rapide. Ici, le lecteur découvre Marie, une femme qui, la cinquantaine bien passée, se retrouve dorénavant seule puisque son compagnon de ces trente dernières années, Pierre, vient de lui annoncer qu'ils désirait la quitter. Pourtant, Marie est-elle réellement seule pour autant ? Je crois au contraire qu'elle n'a jamais été aussi épanouie. En effet, elle a tout d'abord son fils Etienne qui forme une parfaite famille avec son épouse Sarah et leur fille de presque dix ans, Léa ; elle a aussi son vieil ami André avec qui elle adore discuter parler littérature, et en particulier celle de Proust mais cet été-là, d'autres personnes vont faire irruption dans sa vie. Tout d'abord, en Bretagne, dans le petit village dans lequel elle possède une maison secondaire et dans lequel elle vient se reposer chaque été pour échapper au stress infernal de Paris, Marie a décidé, avec l'accord d'Agnès bien sûr, la propriétaire d'une galerie-restaurant et très bonne amie, de travailler pour elle. Cela lui permettra de faire un "break" et la changera de son travail quotidien, très contraignant qui plus est car, travaillant dans le monde de l'édition, Marie est sans cesse en pourparler avec les auteurs qu'elle décide de prendre sous son aile. Cependant, ce qui va illuminer son été sera la rencontre avec ses jeunes nouveaux voisins : Micka, Olivia, Jeanne, Louise et Joseph. Tous les cinq souhaitent rentrer au Conservatoire, tout comme son fils à elle l'avait fait quelques années plus tôt afin de devenir comédiens...
L'histoire se répéterait-elle une deuxième fois pour Marie en lui offrant une seconde chance, à savoir celle d'accompagner ces cinq jeune gens, plein de projets et avec des étoiles pleins les yeux, jusqu'à la gloire ?
Un roman sur le désir de s'accomplir pleinement dans la vie, de voir certains de ses rêves se réaliser tandis que d'autres s'écroulent...bref, un roman sur la vie quoi !
A découvrir !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          361
Missbouquin
  06 novembre 2014
A cinquante ans, Marie vient d'être quittée par son mari et se retrouve déboussolée. A l'occasion d'un voyage en Bretagne, où elle pense se ressourcer et retrouver goût à la vie et à l'écriture, elle va faire la rencontre de jeunes théâtreux qui ne semblaient attendre qu'elle pour monter un spectacle … L'occasion rêvée de montrer qu'elle vaut encore quelque chose, qu'elle peut rebondir et que sa vie n'est pas finie … Alors que Philippe Delerm nous avait plutôt habitué à des textes courts, voire très courts (cf. « Je vais passer pour un vieux con »), il renoue ici avec la forme romanesque, plus longue, plus fournie. On m'avait d'ailleurs mise en garde, en me disant que la qualité n'était pas au rendez-vous, et pour moi qui n'était pas une spécialiste de Delerm, qu'il ne fallait pas que je juge sur ce seul texte. Or j'avais été plutôt sévère avec son précédent recueil, et pour le coup je tends plutôt vers l'indulgence pour ce roman !
En effet, je me suis laissée lentement embarquer dans cette histoire de théâtre, et surtout j'ai poussé Marie de toutes mes forces à faire ce qu'elle avait envie de faire. Même si parfois ses efforts semblent dérisoires aux yeux de ses proches, son courage est salutaire. Et l'acte final (que je ne dévoilerai pas ici) le montre : Marie est un Personnage romanesque par excellence, qui ne peut transiger avec la littérature, l'amour et la beauté. Un Personnage de cinéma aussi puisque Philippe Delerm démarre son texte en évoquant une musique de film. Comme il le dit lui-même « beaucoup de vies sont accompagnées ─ ou pourraient l'être ─ par une musique de film. »
Personnage romanesque donc, tout au long du roman, Marie marche sur un fil, comme nous tous, au jour le jour et envers et contre tout … un fil qui mène au bonheur ? Peut-être oui mais alors le vrai bonheur, pas celui dont on parle partout à la télévision, à la radio, qui fait l'objet d'un véritable phénomène éditorial, comme veut nous le faire comprendre l'auteur …
« Partout dans les journaux, les publications, sur les chaînes de télévision on ne parle que du bonheur. Je pense que le bonheur n'est pas une morale applicable en toutes choses. Aujourd'hui il y a une inflation du bonheur. Lorsque je suis à Paris, comme Pierre, je n'entends que des gens qui parlent fort et expriment leur bonheur de travailler, de vivre, de partir en vacances… Ils parlent trop fort pour parler vrai. Tout le monde est ivre d'un faux bonheur, les autres doivent se taire. «
Sans être un grand livre, c'est donc un texte agréable à lire, doté de quelques réflexions très justes sur la littérature, le théâtre, sur l'édition (l'éparpillement étant peut-être du coup son principal défaut, qui peut déranger.)
Lien : http://missbouquinaix.com/20..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          120
Floyd2408
  20 octobre 2015
«Chaque vie mérite sa musique » chante ce Roman Elle marchait sur un fil lorsque Boris Pasternak fredonnait «Le monde, c'est une musique dont il faut trouver les paroles»
Philippe Delerm joue le funambule de ce «fil» parole capricieuse, énigmatique. salvatrice de ce rêve de spectacle au porte d'une vie nouvelle.
Les tableaux de petit moment de vie singulier précieux leitmotiv de notre auteur s'infusent avec douceur dans ce roman, de ces moments perdus, souvenirs de plaisirs savoureux, mémoire trouble d'une Madeleine Prousienne...
Comme cette tarte au citron meringuée au Loir dans la lumière. le rituel du café matinal pour déguster quelques de temps entre amies, On prend l'apéro phrase de Léa était devenu le sésame des bonnes soirées de famille ou d'amitié, ce vin exquis le mercurey d'Agnès encourageant les rires et promettant un sommeil sans remords, la connivence entre une grand-mère Marie et sa petite fille Léa -Souvent Delerm souffle cette amitié entre ces deux générations dans ces livres comme dans son dernier recueil Les eaux troubles du mojito et autres belles raisons d'habiter sur terre où un grand-père apprend à lire à son petit fils, les musique de films de Georges Delerue faisant écho à Philippe de Broca et d'autres réalisateurs, une rétrospective de Maurice Denis au musée Maillol respire la complicité d'un ancien couple....Tous ces instants fige la temps pour émulsifier le nectar invisible du bonheur, ce refrain résonne notre coeur d'une chaleur tiède ...
L'histoire d'une quinquagénaire Marie travaillant dans l 'édition séparé récemment de Pierre son mari récemment, mère d'un fils Étienne, aspire une vie nouvelle de femme célibataire avec ce choix de réaliser ce rêve d'exister dans l 'accomplissement du spectacle, celui de l'écrire.
Nous aimons cette femme Marie, perdu dans le monde de la littérature, un univers féroce sombrant dans les clichés de la société, désirant se souvenir de André, un ami voisin maintenant dans une maison de retraite la petite madeleine, nom faisant référence à Proust, leur lecture commune, puis l'amitié utérine avec Léa, dix ans, sa petite fille, une belle relation c'est installé entre ces deux filles. un couple familiale savoureux.
J'aime beaucoup ce roman Delermien, toujours amoureux des plaisirs de la vie.funambule d'une vie Marie s'évade dans la joie de l 'écriture de son bonheur.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
raynald66
  27 septembre 2014
J'ai toujours aimé l'écriture de Philippe Delerm (depuis son roman "la première gorgée de bière). L'histoire : Marie se retrouve seule à cinquante ans. Elle rencontre une jeune troupe de comédiens et décide de monter une pièce de théâtre...
Extrait :
A une époque où l'on faisait miroiter aux yeux de tant de jeunes l'éclat souvent fugace d'une gloire publique vécue comme une fin en soi, elle rêvait de bien autre chose : une réalisation profonde dont le théâtre lui avait semblé le synonyme, avec sa part d'incarnation dans le présent, la chair des textes et des personnages
Commenter  J’apprécie          140
sylire
  03 avril 2014
Marie, cinquante ans, vient d'être abandonnée par son mari pour une autre femme, plus jeune. Scénario malheureux mais hélas classique. Une page blanche s'ouvre à elle. Comment va t'elle la remplir ? Au début du roman, nous la trouvons en Bretagne, dans une petite maison de bord de mer pleine de livres, où elle aime se ressourcer. Elle ne semble pas aller trop mal. Pöur s'occuper, elle donne un coup de main à une amie qui tient un restaurant. de temps en temps, elle rend visite à son vieux voisin, hospitalisé à Rennes. Elle partage son temps entre Paris et la Bretagne, s'occupant, dès qu'elle le peut, de sa petite fille avec laquelle elle entretient une douce complicité. Complicité qu'elle n'a plus avec son fils aîné, depuis qu'il a abandonné le théâtre.
En Bretagne, de nouveaux voisins s'installent dans la maison d'à côté. de futurs comédiens, avec lesquels elle sympathise. le théâtre, c'est sa passion alors pourquoi ne pas offrir ses services aux jeunes gens ? C'est ainsi qu'elle s'embarque à corps perdu dans un projet qui va mobiliser toute sa personne et lui donner la perspective d'un "après".
Ce livre avait tout pour me plaire, la Bretagne, les livres, une femme seule qui cherche à se reconstruire. Malheureusement, je n'ai pas vraiment ressenti d'empathie pour Marie et je ne l'ai pas comprise, visiblement. La fin du livre m'a complètement déroutée. Je n'avais pas perçu de signes qui pouvaient laisser supposer une telle issue à cette histoire. Peut-être suis-je passée à côté de ce livre ?
Un roman qui m'a déroutée...
Lien : http://sylire.over-blog.com/..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          130


critiques presse (2)
LaPresse   26 mai 2014
L'auteur français nous est arrivé cette semaine avec un rare roman, Elle marchait sur un fil, livre intergénérationnel dans lequel on retrouve son écriture séduisante, son amour pour les arts et sa capacité de capter la lumière qui émane des lieux et des gens.
Lire la critique sur le site : LaPresse
Lexpress   22 avril 2014
Toujours dans la veine des petits bonheurs, Elle marchait sur un fil, le dernier roman de Philippe Delerm relève plus de la comédie douce-amère que de la saynète sautillante.
Lire la critique sur le site : Lexpress
Citations et extraits (46) Voir plus Ajouter une citation
AgatheDAgatheD   17 décembre 2016
Ça me choque en tout cas de vivre dans une société où la mélancolie , la tristesse sont des fautes, qu'on avoue pas aux autres, et même pas à soi-même . Pour le reste... Je crois que je n'attends pas de la vie la même chose que toi. Je ne prétends pas être un sage capable d'arrêter le temps dans ce verre de vin traversé par un rayon de soleil, mais...
Commenter  J’apprécie          90
pgremaudpgremaud   07 février 2015
La météo avait parlé d'un temps vivifiant, ce qui peut faire craindre le pire, dans les Côtes-d'Armor. Pourtant il faisait beau. Un ciel parfaitement lavé. La mer passait du bleu au vert autour des rochers découverts. Un de ces coups de lumière dont on sait bien ici qu'ils peuvent s'effacer si vite. « En Bretagne, il fait beau dix fois par jour ! » Marie s'amusait comme tout le monde de ces petits adages autochtones qui relèvent moins de l'autodérision que de la fierté. Pas le même climat qu'ailleurs, c'est sûr. Un temps difficile à prévoir, et Marie avait longtemps maugréé contre ces incertitudes qui viennent bousculer les états d'âme.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
raynald66raynald66   27 septembre 2014
Dans le cercle des poètes disparus, il y a cette scène où le prof de latin se tourne au réfectoire vers son jeune collègue révolutionnaire et lui dit :
Montre moi un coeur débarrassé du fardeau de ses rêves, et je dirai :
voilà un homme libre !
Commenter  J’apprécie          110
MissbouquinMissbouquin   06 novembre 2014
« Partout dans les journaux, les publications, sur les chaînes de télévision on ne parle que du bonheur. Je pense que le bonheur n’est pas une morale applicable en toutes choses. Aujourd’hui il y a une inflation du bonheur. Lorsque je suis à Paris, comme Pierre, je n’entends que des gens qui parlent fort et expriment leur bonheur de travailler, de vivre, de partir en vacances… Ils parlent trop fort pour parler vrai. Tout le monde est ivre d’un faux bonheur, les autres doivent se taire. «
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
mamouskamamouska   05 juin 2015
Ça me choque en tout cas de vivre dans une société où la mélancolie, la tristesse sont des fautes, qu'on n'avoue pas aux autres, et peut-être même pas à soi-même.
Commenter  J’apprécie          110

Videos de Philippe Delerm (47) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Philippe Delerm
Et vous, quel geste vous trahit ?
Il y a les gestes qui disent l'embarras, d'autres la satisfaction de soi, certains encore le simple plaisir d'exister, là maintenant, sur cette terre. Mais tous nous révèlent, dans nos gloires comme nos petitesses, nos amours comme nos détestations :
- le selfie, geste roi de nos vies modernes ; - le « vapotage », qui relègue l'art de fumer à un plaisir furtif, presque honteux ; - les hommes de pouvoir qui se grattent le dessous de leur chaussette ; - cette façon qu'on a parfois de tourner le volant avec la paume de la main bien à plat ; - un verre qu'on tient à la main sans le boire…
À lire Philippe Delerm, on se dit souvent : « Mais oui, bien sûr, c'est exactement cela ! » Mais lui seul aura su décrire ces gestes du quotidien avec tant de finesse et de vérité – tant de profonde analyse de la nature humaine.
Inventeur d'un genre dont il est l'unique représentant, l'« instantané littéraire », Philippe Delerm s'inscrit dans la lignée des grands auteurs classiques qui croquent le portrait de leurs contemporains, tels La Fontaine ou La Bruyère. Il est l'auteur de nombreux livres à succès, dont La Première Gorgée de bière, Je vais passer pour un vieux con ou Sundborn ou les Jours de lumière (prix des libraires, 1997).
Retrouvez les informations sur notre site : http://bit.ly/2lErFeL
Suivez-nous sur Facebook : https://www.facebook.com/editions.seuil/ Twitter : https://twitter.com/EditionsduSeuil Instagram : https://www.instagram.com/editionsduseuil/
+ Lire la suite
autres livres classés : séparationVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Delerm - La Première Gorgée de bière …

Complétez le titre : Les loukoums chez ….

L'Arabe
Madame Rosières

10 questions
46 lecteurs ont répondu
Thème : La Première Gorgée de bière et autres plaisirs minuscules de Philippe DelermCréer un quiz sur ce livre