AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
EAN : 9782268049229
147 pages
Éditeur : Les Editions du Rocher (08/01/2004)

Note moyenne : 3.07/5 (sur 74 notes)
Résumé :
Des textes courts. Ce sont des enregistrements pirates, des expressions, des bribes de phrases happées au passage, des scènes filmées à la dérobée dans la rue, dans des endroits publics, quais de gare, wagons de métro, places de marché, plages. Parfois c'est simplement un bruit, un graffiti. Philippe Delerm pose sur ces éclats d'humanité un regard amusé qui débusque la saveur de l'instant. Comme dans les tableaux du peintre vénitien Longhi qui font l'objet du premie... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (17) Voir plus Ajouter une critique
domisylzen
  08 octobre 2016
Bon heureusement que je l'ai emprunté à la bibliothèque, car à quasi quatorze euros la demi-heure de lecture ça fait cher du kilo de mots.
Peux pas dire que j'ai accroché, comme si j'étais resté à la surface du texte, survolant ces trop courtes tranches de vies. Certaines ont retenu mon attention, bien trop peu d'ailleurs.
Très vite lu … sera très vite oublié. D'ailleurs, j'écris ce texte le lendemain matin de sa lecture et franchement je ne me rappelle de rien.
Commenter  J’apprécie          392
Ambages
  21 septembre 2016
« Enregistrements pirates » est un recueil de pensées, de jeux de mots, d'instants pris au vol et soumis au jugement de Philippe Delerm. Je n'ai pas apprécié l'intégralité de ce livre car certaines réflexions n'étaient pas si surprenantes. J'attendais des chutes qui me sortent de ma zone de confort et ce ne fût pas assez le cas. D'autant que j'avais l'impression que le schéma choisi par l'auteur était trop récurrent d'une histoire à l'autre (et il y en a beaucoup dans ce recueil, elles sont très courtes). L'écriture est fluide mais je n'ai pas été émue, touchée, envoûtée. Il reste cependant quelques expressions ou intitulés : « P'tit' mère ! » ou encore « La mousseline de crabe avec son toast farci », qui, le jour où je les entendrai à nouveau, me renverront vers ce recueil. C'était la première fois que je découvrais cet auteur. Il me faudra lire un autre livre car je n'ai pu me faire une idée avec celui-ci.
Commenter  J’apprécie          310
greg320i
  06 mars 2016
Est-ce dû au hasard si le fait d'avoir connu Philippe Delerm passe de suite par ces deux ouvrages ?
" Je vais passer pour un vieux con..." (et autres petites phrases qui en disent long) et donc celui-ci ? Fallait-il y voir une ironie du destin que le titre de l'un m'évoque l'avis de l'autre..
Je me pose cette question à mi-chemin.
Car franchement incertain à continuer de lire ces bribes, missives et autres choses futiles dont il ne résulte rien, l'exercice -pourtant facile- s'avère contraignant pour son court destin.
Et toujours ce titre qui me revient " Je vais passer.." .
Et bien soit, passe Philippe ! Tu l'aura bien chercher avec ces enregistrements au registre des plus inutiles . Trop courts, trop inepte , trop à l'encontre de mes principes, tu cumules comme un mandat les généralités de l'ennui comme un conduit vers l'égout.
Où tout n'est que principe au bla-bla, au questionnement du temps, des envies, de la p'tite vie d'elle ou de lui.
" Ouvrez l'oeil et le bon "pourrait être ma maxime , la tienne en résulte de l'oreille en prime .
L'intérêt de l'auteur de s'être pencher sur tout cela -si véridique- m'indique un vide abyssal avec un grand mal au point .
Au point justement qu'il faille errer comme un mendiant dans la rue pour capter tel un voleur en passant ces odeurs de dires, ces écoutes de paroles ( et des pires) qui t'inspire ces scènes dérobées tel des visages voilés révélés.

Car enfin.. On écrit pas pour cela . Je ne pense pas. Et je ne penserai pas plus longtemps à cette critique qui va hélas dépasser son seuil de tolérance envers ces bouts de papiers dont l'encre à couler jusqu'à en créer un "livre "
...Et toujours ce pauvre arbre s'étant vu déraciner pour imprimer autant de colifichets..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          170
Mimimelie
  07 juin 2019
Une trentaine de textes miniatures très joliment ciselés, faits de rebondissements sur des expressions courantes ou des fragments de notre quotidien, tantôt drôles, tantôt un peu cruels, parfois mélancoliques ; c'est un peu de la même veine que ses petites gorgées de bière, mais cela ne m'a pas déplu, au contraire, d'en reprendre une petite lichette.
Le petit sablier qui illustre la couverture signifie-t-il que cette lecture ne prend qu'une heure de temps ?
Commenter  J’apprécie          100
JulyF
  21 février 2013
Parce que j'adore, moi aussi, faire de ces "enregistrements pirates" qui pimentent le quotidien, écouter les conversations dans le métro, observer les passants dans la rue ou les consommateurs à la table d'un bistrot, je ne pouvais pas ne pas lire ce livre de Delerm.
Je n'ai pas été déçue : on y retrouve son sens de l'observation, sa fine plume qui fait vivre, pendant quelques pages à peine, les gens. Oui, ce sont les gens qui sont au coeur de ces textes, les gens qu'on voit à peine passer mais qui ont une vie aussi remplie que la nôtre.
Bref, un régal de micro-tranches de vie, à déguster par petites touches ou à dévorer d'un coup.
Commenter  J’apprécie          80

Citations et extraits (12) Voir plus Ajouter une citation
sabine59sabine59   25 janvier 2016
- Ah! vous n'avez pas séjourné au Caire ?Pour moi, toute l'âme de l'Egypte est là ...
Dès lors, la compétition s'accélère.En cinquante kilomètres ferroviaires, les safaris kényans montent à l'assaut des tableaux de Saint- Pétersbourg, la plage de Porto- Vecchio à la mi-juin lutte courageusement contre les palmiers de Maurice en janvier.Mais la petite dame en noir a du tonus.C'est elle qui porte l'estocade, en tirant de sa ceinture une dague assassine:
- L'année prochaine, nous faisons la Finlande en brise- glace.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70
domisylzendomisylzen   08 octobre 2016
Tous ceux qui ont accepter de tirer se rendent dans le rond central avec les deux gardiens de but. Ils sont soudain si loin de tout, prisonniers dans ce cercle de courage.
Commenter  J’apprécie          180
SeraphitaSeraphita   28 juillet 2009
Le ronron du réfrigérateur. [...] Il monte dans des heures suspendues, des heures de rien, milieu de matinée, milieu d'après-midi, il joue sur la profondeur du silence, en donne la conscience en l'abolissant - c'est un bruit qui fait du silence.
Commenter  J’apprécie          90
line70line70   19 mars 2011
C'est comme quand on lit. Au bout d'une demi-page parfois on se rend compte qu'on a perdu le fil, ou plutôt que les mots se sont mis à nous parler de tout autre chose: de nous. On reprend pied, mais c'est toujours difficile de savoir à quel instant précis on s'est échappé vers soi-même. On a eu cette absence.
Commenter  J’apprécie          50
kathelkathel   16 mars 2014
Parfois, elle admire vraiment sa mère. Plus souvent, une espèce de pitié attendrie s’allume au fond de son regard, quand elle voit s’approcher la bonne âme espérée, chute obligée du story-board de la séduction maraîchère. Le texte est déjà prêt. La dame au cabas croit-elle l’inventer, ou bien a-t-elle conscience de le dire avec un vague apprêt ? Tant pis si les mots sont un peu cruels pour l’adolescente, c’est si bon de pratiquer la flagornerie rampante, quand la scène s’impose avec autant d’éclat :
- Écoutez, vraiment, on ne sait pas qui est la mère, qui est la fille !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20

Videos de Philippe Delerm (49) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Philippe Delerm
Cette semaine, François Busnel reçoit Philippe Delerm pour "La Vie en relief", publié au Seuil. Être riche, à chaque époque de notre existence, de tous les moments qu'on a vécus, qu'on vit, qu'on vivra encore : c'est cela, la vie en relief. Voir ses souvenirs et ses sensations non pas additionnés les uns aux autres, mais comme démultipliés, à l'infini. Vivre comme si c'était la première fois. Trouver de la beauté dans l'ordinaire des choses. Aimer vieillir, écouter le bruit du temps qui passe.

Retrouvez l'intégralité de l'interview ci-dessous : https://www.france.tv/france-5/la-grande-librairie/
+ Lire la suite
autres livres classés : nouvellesVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Delerm - La Première Gorgée de bière …

Complétez le titre : Les loukoums chez ….

L'Arabe
Madame Rosières

10 questions
46 lecteurs ont répondu
Thème : La Première Gorgée de bière et autres plaisirs minuscules de Philippe DelermCréer un quiz sur ce livre

.. ..