AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2070421813
Éditeur : Gallimard (29/10/2002)

Note moyenne : 2.99/5 (sur 92 notes)
Résumé :
On aurait pu croire l'auteur de La Première Gorgée de bière désaltéré, repu, comblé par le bonheur. Son personnage, un professeur de lettres entre deux âges (toute ressemblance avec l'écrivain serait fortuite !) connaît pourtant la faille, la fêlure. De celles qui rendent soudain difficile le moindre petit rien du quotidien : "Faire la queue chez le boulanger, attendre au guichet de la Poste, écha... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (10) Voir plus Ajouter une critique
fanfanouche24
  06 juillet 2016
"Et puis à l'évidence, le moment tombait mal. Sébastien était censé se trouver dans la force de l'âge, et il se sentait précisément depuis quelques mois dans la faiblesse de l'âge; ses certitudes pédagogiques n'étaient pas épargnées par l'inquiétude qui le poignait
dans tous les domaines" (p. 56)
Une lecture mitigée... J'ai retrouvé dans mes réserves d'écureuil ce texte de Philippe Delerm où ce dernier met en scène un professeur de lettres , entre deux âges, assailli subitement par les doutes, le mal-être, la difficulté de vivre au quotidien...Un récit où on voit le protagoniste central se battre pour poursuivre au mieux son métier d'enseignant qu'il adore.
En parallèle des remarques, critiques sur les aspects parfois trop normatifs de l'Education Nationale, son goût des jardins, de la nature, d'une maison ancienne, où il décide pour conjurer son état dépressif d'aménager autrement le jardin, en y ajoutant un "Portique"...sorte de pergola... à teneur hautement symbolique....
"...Mais dans le mot -Portique- dormait aussi l'idée d'une sagesse hellénique. On y voyait déambuler des philosophes en robe blanche, exposant leur pensée avec une parfaite maîtrise du corps qui traduisait la paix de l'âme. Peut-être sous son portique Sébastien retrouverait-il le pouvoir de se connaître et de s'accepter ? Dans - portique-il y avait -porte- aussi, le signe d'un passage dont il ignorait le sens , mais qui gagnerait en substance avec sa construction" (p. 30)

Ce texte sur la dépression ne m'a guère convaincue... D'autres éléments intéressants sur l'amour de l'enseignement, et plus particulièrement celui de la Littérature, la joie de se créer un petit paradis à soi, à l'écart de la ville, pour se préserver et se
ressourcer...
Ma déception ne concerne que la manière de dire "La Dépression"... qui n'a pas accroché... Ce texte reste fort agréable à lire pour les autres thématiques,
secondaires....
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          310
carre
  24 mai 2012
Sébastien Sénécal est un quadra plutôt installé bien dans sa vie, professeur de collège, il doit pourtant consulter un médecin après un malaise devant sa classe. Et de découvrir qu'il est au bord de la dépression.
Choisissant la fuite en avant, il décide pour répondre à ces troubles existentiels de construire un portique dans son jardin.
On retrouve l'écriture plein de charme de Delerm à s'arréter sur les petites choses de la vie, qui vous maintiennent la tête hors de l'eau , si l'on veux bien y regarder. L'écriture futile et légère fait merveille, même si l'histoire manque d'épaisseur. Un roman à l'image de Delerm, sympathique, léger, avec un regard tendre et humoristique sur nos petits malheurs.
Commenter  J’apprécie          200
Lorraine47
  25 mai 2016
La mort n'est rien qui nous concerne; car ce qui est dissous n'a aucune sensation, et ce qui n'a aucune sensation n'est rien qui nous concerne.
Epicure Tetrapharmakon, seconde maxime (p41)
Sébastien,prof de lettres au mitan de sa vie pourrait faire sienne cette maxime. Il ne va pas très bien physiquement, il se regarde un peu pédaler. Les enfants sont partis du nid faire leurs études, sa femme Camille viole de gambiste émérite le seconde de son mieux avec une douce bienveillance. Son jardin et son métier le tiennent et l'empêchent de sombrer.
Un petit roman tout en nuances, sur fond de dépression qui ne dit pas son nom, une ambiance nostalgique un peu comme le film "Une semaine de vacances" avec la belle Nathalie Baye.
Le portique a su faire vibrer quelques cordes sensibles chez moi un peu comme les mélodies chaudes et profondes de Marin Marais, ah, tous les matins du monde peuvent être des enchantements pour ceux qui savent les déguster...
Commenter  J’apprécie          140
kathy
  21 août 2013
Je n'ai pas vraiment retrouvé dans ce court roman les qualités d'écritures et la capacité de Philippe Delerm à nous communiquer les petites ambiances de la vie quotidienne, ainsi que je les avais goûtées avec délectation dans « La première gorgée de bière ». Cela tient-il au sujet même de l'ouvrage ?
Dans ce roman il nous présente un homme atteint de dépression. "Ça peut venir n'importe quand. On se croit fort, serein dans sa tête et son corps, et puis voilà. Un vertige, un malaise sourd, et tout de suite on sent que ça ne passera pas comme ça. Tout devient difficile". Alors il s'engage dans la confection d'un portique qui sera le déclencheur d'une série de questions existentielles propices à soigner son mal.
Petit à petit, il nous narre, non sans une certaine dérision, comment il va sortir de ce mal-être. Et c'est avec des mots simples qu'il nous convie à son cheminement vers une nouvelle vie.
Commenter  J’apprécie          50
LauBlue
  25 juin 2019
Dans ce court roman, le portique, de Philippe Delerm il y a Sébastien Sénégal, la quarantaine, professeur de lettres au collège qui fait face avec plus ou moins d'objectivité à un « passage à vide » dans sa vie.
Et puis il y a tout le reste.
De jolies pépites au détour d'une phrase, de courts passages qui tout à coup séduisent, et des mots qui racontent avec simplicité et justesse ces moments qui peuplent l'existence.
Ma lecture a été comme un voyage tranquille, une douce plongée dans l'écriture limpide et fluide de Philippe Delerm. Ce n'est pas réellement à l'histoire que l'on s'attache mais bien au style de l'auteur et au plaisir de la lecture qui en émane.
Commenter  J’apprécie          62
Citations et extraits (18) Voir plus Ajouter une citation
fanfanouche24fanfanouche24   25 juin 2016
Ecouter la radio, entendre la radio, la mêler au pain grillé qui saute dans le grille-pain quand on ne l'attend plus, à l'odeur mentholée du dentifrice, c'était une façon de se livrer au monde qui préservait l'intégrité, la solitude.
Mais ce jour-là il suspendit le geste de sa main avançant vers le poste, comme s'il y avait eu dans ce besoin des autres voix une solution de facilité, un aveu de faiblesse. (...)
C'était lui qui avait besoin de la radio, et soudain c'était trop. Lui qui prétendait ne jamais s'ennuyer, ne jamais se sentir seul, pourquoi éprouvait-il dès le matin ce besoin de ronron radiophonique ? Il y avait là déjà comme un vide à combler, une interrogation, une inquiétude . (p. 60-61Editions du Rocher, 1999)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          180
fanfanouche24fanfanouche24   06 juillet 2016
...Mais dans le mot -Portique- dormait aussi l'idée d'une sagesse hellénique. On y voyait déambuler des philosophes en robe blanche, exposant leur pensée avec une parfaite maîtrise du corps qui traduisait la paix de l'âme. Peut-être sous son portique Sébastien retrouverait-il le pouvoir de se connaître et de s'accepter ? Dans - portique-il y avait -porte- aussi, le signe d'un passage dont il ignorait le sens , mais qui gagnerait en substance avec sa construction. (p. 30)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          230
carrecarre   24 mai 2012
Très vite, on culpabilise, et ça n’arrange rien. Il y a les handicapés, les cancéreux, les sidéens, tous ceux qui viennent de perdre quelqu’un. De quel droit peut-on se sentir mal, être si mal ? Et puis c’est beaucoup plus stupide encore, mais on se sent vexé. On ne meurt pas.
Commenter  J’apprécie          290
fanfanouche24fanfanouche24   26 juin 2016
Il lui restait du temps. Mais, depuis quelques mois, ce temps gratuit, naguère savouré, devenait un temps pour être mal et pour s'interroger. Un temps à ne trop savoir quoi en faire. Un temps pour redouter le temps. (p. 114 / Editions du Rocher, 1999)
Commenter  J’apprécie          100
alainmartinezalainmartinez   01 janvier 2016
Camille et Sébastien avaient leurs moments privilégiés pour se parler des choses graves ; En voiture, souvent, le parallélisme et le sens de la route favorisaient les déclarations délicates, les projets esquissés.
Commenter  J’apprécie          110
Videos de Philippe Delerm (43) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Philippe Delerm
« Pierre Arditi lit ce qu'il aime ». C?est le titre du spectacle que cet amoureux des mots donne actuellement au Théâtre du Rond-Point et jusqu?au 28 avril 2018. Une pièce dans laquelle le comédien aborde trois grands cycles de lectures consacrés à Jean-Michel Ribes, Yasmina Reza, Philippe Delerm et Michel Onfray, justement, à ses côtés.
autres livres classés : dépressionVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Delerm - La Première Gorgée de bière …

Complétez le titre : Les loukoums chez ….

L'Arabe
Madame Rosières

10 questions
45 lecteurs ont répondu
Thème : La Première Gorgée de bière et autres plaisirs minuscules de Philippe DelermCréer un quiz sur ce livre