AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
>

Critique de hcdahlem


hcdahlem
  11 janvier 2018
Voyage au bout de l'enfer
Une journée particulière pour quatre hommes, victimes d'un accident sur les routes argentines. Un huis-clos bouleversant.

7h 35. Une journée pas tout à fait comme les autres commence pour Wolfgang, Vadim, Simon et Alexandre. Les quatre hommes se retrouvent pour rejoindre Mendoza où un avion doit les mener jusqu'à Buenos-Aires. Au fil des pages, nous allons découvrir le parcours de chacun d'eux, les liens qu'ils ont noués, leurs projets respectifs. Vadim, chercheur en physique des particules, prend le volant aux côtés d'Alexandre qui a installé les panneaux solaires du centre de recherche. Avec eux voyagent aussi Wolfgang, un astrophysicien, «spécialiste des noyaux actifs des galaxies et des rayons cosmiques» ainsi que Simon, chargé de rédiger un article sur les rayons cosmiques pour le CNRS. « Ils sont partis à 8h 30. Ils avaient 450 kilomètres de route à parcourir, dont 200 km de piste. Ils viennent de passer la borne rouge et blanc qui indique le kilomètre 3456 de la route qui symbolise l'Argentine tout entière, et traverse le pays sur 5224 kilomètres, de l'extrême sud de la Patagonie jusqu'à la provience de Jujuy à la frontière bolivienne: la route 40.»
Rien de particulier à signaler durant la première heure de route, si ce n'est la vitesse de croisière de Vadim, un peu trop rapide pour cette piste empruntée par le Paris-Dakar un mois plus tôt.
À 9h 21, ils croisent une routarde hirsute qui a campé sur le bord de la route et qui leur adresse un petit salut auxquelles nos machos répondent par un nuage de poussière. Mathilde, sur laquelle nous reviendrons, s'en souviendra.
À 9h 23 min 58 s « C'est la fin du voyage. La voiture bondit. Elle sort de la piste, elle pulvérise des cailloux sur le bas-côté et le choc brutal renverse instantanément le Suzuki. Il part en tonneaux. A l'instant qui précède le premier impact, Alexandre essaie de se tenir à la poignée du plafonnier et Wolfgang et Simon sont suspendus, en lévitation au-dessus de leurs sièges, les yeux mirés sur la trajectoire erratique de la voiture. Personne ne prononce le moinde son, pas de houlà, pas d'insulte, pas de putain, pas de merde, pas le temps.
Après le premier choc d'une violence extrême, la voiture se met à tourner sur elle-même dans le sens des aiguilles d'une montre. Elle frappe d'abord sur le côté droit de l'habitacle, du côté d'Alexandre et de Wolfgang. Dans un bruit de tôle froissée, elle cogne cinq, six, sept fois le sol désertique. »
Le roman prend alors une toute autre dimension. À compter du moment où on voit la mort de près, on est un autre homme. Il y a cet instinct de survie, ce besoin de bouger pour voir si la mécanique répond toujours, l'envie de se confier ou encore, la névessité de laisser un message, de donner une image de soi plus juste.
Alexandre, sur son brancard, théorise sur les femmes qui sont passées dans sa vie, sur l'amour «qui existe puisqu'on l'a inventé» et pense à Léna qu'il a rencontré sur la route. Ne se fourvoie-t-il pas avec son besoin maladif d'être aimé ? «Ne pourrait-on pas vivre heureux sans amour, concentré sur ses tâches, libéré des baisers ?»
Wolfgang, quant à lui, n'est pas surpris outre mesure. Cela tient sans dout edu miracle qu'à 58 ans il soit encore en vie, car il a failli perdre la vie à de nombreuses reprises, à commence rpar le jour de sa naissance ! de là vient sans doute aussi son goût pour la rêverie solitaire.
Simon ressemble le plus à l'auteur qui confiera qu'il a aussi été victime d'un accident en Argentine : « Il y a eu un mort, j'étais vraiment à la place à côté du mort et j'ai vraiment marché des kilomètres. »
Parti chercher des secours, il va croiser Mathilda qui, elle, a choisi sa galère. « À 59 ans, un beau jour de novembre, Mathilda n'est pas rentrée chez elle. Elle a laissé deux messages brefs, un à son mari (« ne me cherche pas ») et un à ses enfants (« je vous aime »). Elle a vidé son compte en banque, elle s'est acheté de nouveaux vêtements, elle a pris un billet d'avion pour Anchorage, loué une voiture, vivoté de motel en motel pendant quelques semaines, avant de devenir l'heureuse propriétaire d'un vélo VTL de marque Raleigh avec lequel elle a parcouru du nord au sud, de l'Alaska à l'Argentine, pas loin de 13000 kilomètres. Elle en a bavé. »
La confrontation des parcours respectifs des protagonistes est saisissante. Jusqu'à 22h 10, au terme de cette journée quelques certitudes vont vaciller, quelques itinéraires vont dévier de leur trajectoire.
Si nous sommes ici dans un registre totalement différent des souvenirs d'enfance d'Un parfum d'herbe coupée, on retrouve cette faculté de l'auteur à raconter des histoires, également présente dans le goût du large. Une jolie performance, surout lorsque l'on sait que parallèlement Nicolas Delesalle s'est beaucoup investi dans le lancement de l'ebdo, en kiosque ce 12 janvier, un «journal d'information, sans pub, indépendant et inspirant» a qui nous souhaitons également bon vent !

Lien : https://collectiondelivres.w..
Commenter  J’apprécie          210



Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Ont apprécié cette critique (18)voir plus