AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2367468915
Éditeur : La Geste (07/09/2017)

Note moyenne : 3.17/5 (sur 3 notes)
Résumé :
Le téléphone sort Abert de ses rêveries solitaires.

— Inspecteur Abert ?

— Oui ? c’est moi, j’écoute...

— En ce jour des défunts, je vous annonce que vous trouverez un nouveau venu au 29 rue des Ursulines, 1er étage.

— Quoi ?! Qui êtes-vous ?...

L’inconnu raccroche et l’inspecteur se reproche sa dernière question, indigne du plus minable des stagiaires de la P. J. Tiens !... Au fait, où donc ... >Voir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle
Critiques, Analyses et Avis (4) Ajouter une critique
titiseb77
  06 novembre 2017
L'histoire de ce policier se passe à Tours, il fait partie de ces collections dédiées à des régions ou des villes de France.
Un premier meurtre est commis et le meurtrier appelle l'inspecteur Abert pour le prévenir de l'endroit où celui-ci va retrouver le corps. C'est donc avec l'aide de son stagiaire Karim, que l'inspecteur va enquêter.
Ce livre est un bon passe-temps, ce n'est pas le livre inoubliable, mais l'auteur sait captiver son lecteur, son écriture est très plaisante, les personnages agréables et les situations plausibles.
J'ai aimé cette lecture, et je ne regrette pas d'avoir lu ce livre, ça fait du bien quelques fois de lire des auteurs moins connus, voire pas connus du tout, qui nous offre un autre style de livre, tout aussi agréable que certains best-sellers.
Commenter  J’apprécie          100
Miss_Huakinthos
  13 décembre 2017
Les éditions La Geste m'ont déjà fait découvrir des ouvrages au grand coeur (« Terminus : la gare en noir » et « Rififi chez Loti ») et je me lançais donc dans un nouveau roman sans aucune retenue, prête à me laisser prendre par la plume de Jean-Noël Delétang. Résidant à Tours depuis vingt ans, ancien professeur d'histoire et d'histoire de l'art, il s'est lancé dans l'écriture : textes historiques, nouvelles et désormais polar. Fan de Georges Brassens, il partage sa passion au sein de "Trois petits tours et puis s'en va".
Dans ce roman, on suit un chic duo à travers une enquête particulière. L'inspecteur Abert est appelé par un témoin, ou l'assassin lui-même, qui lui demande de se rendre sur le lieu d'un crime. Accompagné de son stagiaire Karim, ils découvrent le corps d'un homme, "nu, étranglé dans sa chambre avec pour seul témoin un ours en peluche". La plume de cet auteur est plaisante et fluide, les personnages sont attachants, avec des pointes d'humour, l'enquête est bien ficelée.
Bercé par la poésie de Brassens, dans une ambiance lugubre et pragmatique, on fait face à l'ignominie d'un tueur qui s'en prend à de vieux messieurs, homosexuels, anciens scouts et ayant résidé à Châteauroux. A chaque crime, on retrouve une mise en scène, un petit nounours, des photos, un morceau de canne et des noms de fleurs. Pourtant les victimes semblent des hommes tranquilles, sans histoire particulière. Que motive le tueur à choisir ces personnes-ci ? En parallèle, l'auteur nous promène dans les rues de Tours dans lesquelles on pourrait retrouver la boulangerie préférée de l'Inspecteur.
"Trois petits tours et puis s'en va" est un petit roman qui se lit très vite, mais qui détend et nous rappelle que le passé refait toujours surface. J'ai vraiment apprécié la plume, la présentation des personnages et le petit-tour dans la ville de Tours. de plus, pour les profanes de Brassens comme moi, les références des citations sont précisées à la fin de l'ouvrage et nous permet de mieux connaître ce grand homme.
Lien : https://abaciaetacu.wordpres..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
Chrystaalle
  26 octobre 2017

Un roman policier d'une moulure relativement classique.

Un homme de 77 ans est assassiné l'Inspecteur George Abert et son adjoint stagiaire, Karim Bechar mènent l'enquête. Ils cherchent, interrogent, fouillent, creusent le présent, le passé, l'entourage, le voisinage ...

Quand un autre cadavre, un homme du même âge, est découvert, leur supérieur, le Commissaire Chapier et la Presse s'interrogent : s'agit il d'un tueur en série ? Des moyens supplémentaires leur sont alloués.

Georges Abert lui s'interroge et pose l'hypothèse d'une vengeance. Même si il est difficile de penser qu'il puisse avoir un lien entre la première victime, un homme raffiné, limite manique et la seconde victime, un homme très dégradé, vivant dans une maison abominablement sale.

Abert tire toutes les ficelles possibles et entraine son équipe dans des endroits tout à fait improbables et, résous l'énigme avec brio.

Mon avis : bon roman policier de moulure classique mais agréable à lire, l'enquête reste dynamique et interroge le passé en lien avec le présent : l'homophobie, la non dénonciation des crimes commis au sein de l'Eglise catholique, le guerre 39-45 et la collaboration, la guerre d'Algérie, la vie en province, le racisme ordinaire ... Chaque fil est tiré jusqu'à ce que les enquêteurs trouvent le bon fil.

Comme point négatifs
- un détail, un micro détail me dérange car il pourrait indiquer un manque de recherche concernant un personnage qui n'a pas une place prépondérante dans l'intrigue, mais pour moi chaque personnage est important dans un roman, même un témoin anecdotique. Bref, il s'agit du couple de retraité qui vit au dessus de la première victime. Ils se présentent tous les deux comme étant retraités de la fonction publique , l'un des impôts, l'autre de la Caf. Or la Caf est un organisme de sécurité sociale, c'est un organisme de droit privé qui ne fait pas partie de la fonction publique.

- L'Inspecteur s'exprime en citant quasiment à chaque phrase des chansons de Brassens, par fois deux chansons différentes en une phrase. Personnellement j'adore Georges Brassens, vraiment, mais franchement trop de Brassens tue le Brassens. Un titre de chapitre et une citation en guise de conclusion de chaque chapitre aurait été bien plus agréable.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
Capucine214
  12 novembre 2017
Georges Abert aime Georges Brassens et parsème ses phrases de textes de ce chanteur. Georges Abert est un policier à l'ancienne qui réfléchit et qui cherche les indices. Georges Abert est un vieux de la vieille que plus grand chose ne surprend si ce n'est qu'un tueur en série sévit dans sa ville. Mais est ce vraiment un tueur en série ou ne serait ce pas simplement une vengeance.
Nous plongeons dans le monde obscur de l'homosexualité, du transformiste. Un monde qui essaie d'exister, de trouver sa place. Pas évident. Mais Abert ne lâche pas le morceau et va mettre à jour une bien triste histoire qui ne peut que nous laisser un arrière goût de déjà vu ou entendu.
Cet inspecteur, qui ne cesse de citer son maître Brassens, est bien sympathique de part son flegme, sa ténacité et son sens du détail. Un Hercule Poirot des temps moderne. Aidé de son stagiaire Karim, il part à la recherche d'un tueur pas ordinaire, qui le défit, et qui semble animé d'un esprit de vengeance insatiable.
Une gentille lecture qui m'a été offerte par le site Babelio et la maison d'édition la Geste
Lien : https://jelisquoi.blogspot.f..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
Citations et extraits (1) Ajouter une citation
Miss_HuakinthosMiss_Huakinthos   13 décembre 2017
- C'est l'été de la Saint-Martin, Monsieur l'Inspecteur, les feuilles tombent mais le soleil se r'dresse !, lui a confirmé sa boulangère. 

Toujours le sens de la formule, cette femme-là...
Commenter  J’apprécie          00
autres livres classés : vengeanceVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle




Quiz Voir plus

Retrouvez le bon adjectif dans le titre - (6 - polars et thrillers )

Roger-Jon Ellory : " **** le silence"

seul
profond
terrible
intense

20 questions
1211 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature , thriller , romans policiers et polarsCréer un quiz sur ce livre