AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
EAN : 9782130551409
Éditeur : Presses Universitaires de France (01/02/2003)

Note moyenne : 4.18/5 (sur 56 notes)
Résumé :
Cette analyse rigoureuse et critique de la philosophie de Nietzsche est une lumineuse introduction à l'œuvre d'un philosophe trop souvent réduit au nihilisme, à la volonté de puissance et à l'image du surhomme. « La philosophie de Nietzsche a une grande portée polémique », remarque G. Deleuze.
Gilles Deleuze (1925-1995) était professeur de philosophie à l'Université de Paris VIII-Vincennes. Il est l'auteur d'une oeuvre philosophique parmi les plus commentées ... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (6) Voir plus Ajouter une critique
Pingouin
  11 juillet 2012
Deleuze m'a déçu la première fois que je l'ai lu -dans son ouvrage sur Foucault-, style trop conceptuel, abstrait, obscur. Je redoutais donc cette deuxième lecture, bien que partant d'une meilleure connaissance de l'oeuvre de Nietzsche que de celle que j'avais de Foucault à l'époque, j'avais peur de ramer de la même manière.
Éh bien ce ne fut pas le cas, je ne sais pas à quoi est imputable ce fait, à ma plus grande maturité littéraire et philosophique, me permettant d'aborder des oeuvres plus ardues ? A ma meilleure connaissance de la pensée résumée ? Sans doute un peu des deux, toujours est-il que j'ai beaucoup appris à la lecture de cet ouvrage.

Je connaissais donc Nietzsche pour avoir lu quelques unes de ses oeuvres ainsi que certaines synthèses de sa pensée, mais à la lecture de ce Nietzsche et la philosophie, force m'a été de constater que je n'en avais qu'une connaissance partielle, sinon tronquée sur certains points. C'est une pensée extrêmement difficile à cerner parce qu'elle est à considérer sous le prisme de la volonté de puissance, qui est à diviser en deux parties -affirmative et négative-, ces deux parties qui sont elles-mêmes composées de forces opposées -actives et réactives. Mais tout se complique encore lorsque la négation et l'affirmation peuvent toutes deux exister dans un processus d'affirmation ou de négation qui les domine, autrement dit, la négation peut et doit exister dans l'affirmation. Bref, c'est peu dire que la mésinterprétation est possible, c'est encore moins dire que de déclarer qu'elle a eu lieu à de trop nombreuses reprises et qu'elle domine encore dans la critique de cette philosophie.
Deleuze nous expose toutes ces nuances avec une précision chirurgicale, bien que l'accessibilité de l'ouvrage en pâtisse, l'on ne peut renier la précision, parfois au dépend de la clarté, mais pour peu que l'on ait une connaissance sommaire de la pensée nietzschéenne, le problème est résolu. Car le plan de l'ouvrage est fait de telle sorte qu'il se décompose en trois parties dominantes qui sont des commentaires de livres de Nietzsche : La naissance de la tragédie ; La généalogie de la morale ; Ainsi parlait Zarathoustra. La lecture préalable de ces oeuvres, bien que non indispensable, facilite grandement la compréhension. Quoique, une fois la dernière page tournée, l'unique envie qui nous domine est celle de se replonger dans ces livres, fort de ces nouveaux outils d'interprétation.
Il est dit au dos de l'ouvrage qu'il est "une lumineuse introduction à l'oeuvre d'un philosophe trop souvent réduit au nihilisme" -à sa lecture, l'on se rend d'ailleurs compte que si Nietzsche a eu un rapport avec le nihilisme, c'est un rapport d'ennemi à ennemi-, mais il est bien plus qu'une introduction, il est d'ailleurs peut-être un peu trop ardu pour être une introduction, il est une réelle synthèse brillamment menée d'une pensée difficile à appréhender et d'autant plus difficile à synthétiser. Deleuze se charge de cette épreuve avec un génie clairvoyant que je n'avais que peu eu l'occasion d'apprécier, la lecture de ce livre vous aidera sans aucun doute à, si ce n'est revoir totalement votre conception de cette pensée -ce qui est possible-, dissiper le brouillard présent sur quelques points embrumés de cette dernière -ce qui est certain.

Il faut être prêt avant de se lancer dans ce livre, la connaissance de certaines oeuvres de Nietzsche, si elle n'est pas une nécessité absolue à la compréhension, est largement préférable à la découverte au fil de la lecture. Il faut parfois s'accrocher, le vocabulaire employé est d'une précision chirurgicale et ne laisse aucun temps de repos à l'attention sous peine de négliger quelques points capitaux. Pour autant, la démarche reste très pédagogique et aucune partie n'est traité sommairement, il est courant de voir ressurgir les termes d'une analyse préalable, cette nouvelle évocation permettant de renforcer et consolider, ou même reprendre si nécessaire le développement de celle-ci.
Lire ce livre revient à planter une graine que l'on sait dur à entretenir, que l'on sait qu'elle interdit la moindre faute d'attention, mais les fruits naissants de l'arbre auquel elle donnera vie méritent amplement ce sacrifice. Car il m'apparaît maintenant évident, encore plus que durant le temps précédant cette lecture, que Nietzsche est un génie ayant révolutionné la philosophie, Deleuze, prouvant sa capacité à synthétiser une telle pensée, n'a pas non plus volé la considération géniale dont il est désormais la cible de ma part. En effet, partant d'un tel esprit analytique et doté d'un regard aussi perçant, il a du lui aussi mettre au point une philosophie capable de m'apporter une infinité de beaux fruits tels que ceux qui poussent actuellement dans mon esprit sur le grand arbre qu'y occupe la pensée de Nietzsche.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          101
Fx1
  13 avril 2014
Quand un penseur majeur s'attache à un projet d'explication et d'analyse de l'oeuvre d'un des maitres de la philosophie dont il est trés proche , cela donne un ouvrage d'une pédagogie rare , avec une volonté manifeste de faire découvrir au plus grand nombre les textes de l'un des péres fondateurs de la pensée contemporaine . Méme si le tout demande de bonnes connaissances en matiére philosophique , l'on est ici en présence d'un ouvrage de grande qualité , remarquablement écrit et réfléchit. Indispensable pour comprendre Nietzsche.
Commenter  J’apprécie          40
Lestempsmodernes
  18 février 2014
Les philosophies de Nietzsche et Deleuze ont en commun que la pensée, comme la vie qu'elle recèle, n'est que mouvements. Mouvements rapides et hétérogènes parcourant les surfaces, comprenant l'être lui-même comme surface à traverser. Mouvements et surface organisent un jeu, celui de la pensée.
Commenter  J’apprécie          30
juanitocage
  08 mars 2010
Une très bonne introduction à Nietzsche. je le lis depuis quelques années. A la lecture de Deleuze, je me suis rendu compte que je n'avais rien compris à la philosophie de Fredo (pour les intimes).
Commenter  J’apprécie          20
Charybde2
  25 mai 2019
L'une des premières oeuvres de Gilles Deleuze, et déjà un jalon essentiel, à la fois d'une certain manière de pratiquer la lecture philosophique, et d'une tentative de compréhension combative d'une pensée complexe.
Sur le blog Charybde 27 : https://charybde2.wordpress.com/2019/05/25/note-de-lecture-nietzsche-et-la-philosophie-gilles-deleuze/
Lien : https://charybde2.wordpress...
Commenter  J’apprécie          20

Citations et extraits (9) Voir plus Ajouter une citation
Charybde2Charybde2   25 mai 2019
Le projet le plus général de Nietzsche consiste en ceci : introduire en philosophie les concepts de sens et de valeur. Il est évident que la philosophie moderne, en grande partie, a vécu et vit encore de Nietzsche. Mais non pas peut-être à la manière dont il l’eût souhaité. Nietzsche n’a jamais caché que la philosophie du sens et des valeurs dût être une critique. Que Kant n’a pas mené la vraie critique, parce qu’il n’a pas su en poser le problème en termes de valeurs, tel est même un des mobiles principaux de l’œuvre de Nietzsche. Or il est arrivé dans la philosophie moderne que la théorie des valeurs engendrât un nouveau conformisme et de nouvelles soumissions. Même la phénoménologie a contribué par son appareil à mettre une inspiration nietzschéenne, souvent présente en elle, au service du conformisme moderne. Mais quand il s’agit de Nietzsche, nous devons au contraire partir du fait suivant : la philosophie des valeurs, telle qu’il l’instaure et la conçoit, est la vraie réalisation de la critique, la seule manière de réaliser la critique totale, c’est-à-dire de faire de la philosophie à « coups de marteau ». La notion de valeur en effet implique un renversement critique. D’une part, les valeurs apparaissent ou se donnent comme des principes : une évaluation suppose des valeurs à partir desquelles elle apprécie les phénomènes. Mais, d’autre part et plus profondément, ce sont les valeurs qui supposent des évaluations, des « points de vue d’appréciation », dont dérive leur valeur elle-même. Le problème critique est : la valeur des valeurs, l’évaluation dont procède leur valeur, donc le problème de leur création. L’évaluation se définit comme l’élément différentiel des valeurs correspondantes : élément critique et créateur à la fois. Les évaluations, rapportées à leur élément, ne sont pas des valeurs, mais des manières d’être, des modes d’existence de ceux qui jugent et évaluent, servant précisément de principes aux valeurs par rapport auxquelles ils jugent. C’est pourquoi nous avons toujours les croyances, les sentiments, les pensées que nous méritons en fonction de notre manière ou de notre style de vie. Il y a des choses qu’on ne peut dire, sentir ou concevoir, des valeurs auxquelles on ne peut croire qu’à condition d’évaluer « bassement », de vivre et de penser « bassement ». Voilà l’essentiel : le haut et le bas, le noble et le vil ne sont pas des valeurs, mais représentent l’élément différentiel dont dérive la valeur des valeurs elles-mêmes.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Charybde2Charybde2   25 mai 2019
Chez Nietzsche, jamais le rapport essentiel d’une force avec une autre n’est conçu comme un élément négatif dans l’essence. Dans son rapport avec l’autre, la force qui se fait obéir ne nie pas l’autre ou ce qu’elle n’est pas, elle affirme sa propre différence et jouit de cette différence. Le négatif n’est pas présent dans l’essence comme ce dont la force tire son activité : au contraire, il résulte de cette activité, de l’existence d’une force active et de l’affirmation de sa différence. Le négatif est un produit de l’existence elle-même : l’agressivité nécessairement liée à une existence active, l’agressivité d’une affirmation. Quant au concept négatif (c’est-à-dire la négation comme concept), « ce n’est qu’un pâle contraste, né tardivement en comparaison du concept fondamental, tout imprégné de vie et de passion ». À l’élément spéculatif de la négation, de l’opposition ou de la contradiction, Nietzsche substitue l’élément pratique de la différence : objet d’affirmation et de jouissance. C’est en ce sens qu’il y a un empirisme nietzschéen. La question si fréquente chez Nietzsche : qu’est-ce que veut une volonté, qu’est-ce que veut celui-ci, celui-là ? ne doit pas être comprise comme la recherche d’un but, d’un motif ni d’un objet pour cette volonté. Ce que veut une volonté, c’est affirmer sa différence. Dans son rapport essentiel avec l’autre, une volonté fait de sa différence un objet d’affirmation. « Le plaisir de se savoir différent », la jouissance de la différence : voilà l’élément conceptuel nouveau, agressif et aérien, que l’empirisme substitue aux lourdes notions de la dialectique et surtout, comme dit le dialecticien, au travail du négatif. Que la dialectique soit un travail et l’empirisme une jouissance, c’est les caractériser suffisamment. Et qui nous dit qu’il y a plus de pensée dans un travail que dans une jouissance ? La différence est l’objet d’une affirmation pratique inséparable de l’essence et constitutive de l’existence. Le « oui » de Nietzsche s’oppose au « non » dialectique ; l’affirmation, à la négation dialectique ; la différence, à la contradiction dialectique ; la joie, la jouissance, au travail dialectique ; la légèreté, la danse, à la pesanteur dialectique ; la belle irresponsabilité, aux responsabilités dialectiques. Le sentiment empirique de la différence, bref, la hiérarchie, voilà le moteur essentiel du concept plus efficace et plus profond que toute pensée de la contradiction.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Charybde2Charybde2   25 mai 2019
Nous ne trouverons jamais le sens de quelque chose (phénomène humain, biologique ou même physique), si nous ne savons pas quelle est la force qui s’approprie la chose, qui l’exploite, qui s’en empare ou s’exprime en elle. Un phénomène n’est pas une apparence ni même une apparition, mais un signe, un symptôme qui trouve son sens dans une force actuelle. La philosophie tout entière est une symptomatologie et une séméiologie. Les sciences sont un système symptomatologique et séméiologique. À la dualité métaphysique de l’apparence et de l’essence, et aussi à la relation scientifique de l’effet et de la cause, Nietzsche substitue la corrélation du phénomène et du sens. Toute force est appropriation, domination, exploitation d’une quantité de réalité. Même la perception dans ses aspects divers est l’expression de forces qui s’approprient la nature. C’est dire que la nature elle-même a une histoire. L’histoire d’une chose, en général, est la succession des forces qui s’en emparent, et la coexistence des forces qui luttent pour s’en emparer. Un même objet, un même phénomène change de sens suivant la force qui se l’approprie. L’histoire est la variation des sens, c’est-à-dire « la succession des phénomènes d’assujettissement plus ou moins violents, plus ou moins indépendants les uns des autres ». Le sens est donc une notion complexe : il y a toujours une pluralité de sens, une constellation, un complexe de successions, mais aussi de coexistences, qui fait de l’interprétation un art. « Toute subjugation, toute domination équivaut à une interprétation nouvelle. »
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
Charybde2Charybde2   25 mai 2019
L’interprétation révèle sa complexité si l’on songe qu’une nouvelle force ne peut apparaître et s’approprier un objet qu’en prenant, à ses débuts, le masque des forces précédentes qui l’occupaient déjà. Le masque ou la ruse sont des lois de la nature, donc quelque chose de plus qu’un masque et une ruse. La vie, à ses débuts, doit mimer la matière pour être seulement possible. Une force ne survivrait pas, si d’abord elle n’empruntait le visage des forces précédentes contre lesquelles elle lutte. C’est ainsi que le philosophe ne peut naître et grandir, avec quelque chance de survie, qu’en ayant l’air contemplatif du prêtre, de l’homme ascétique et religieux qui dominait le monde avant son apparition. Qu’une telle nécessité pèse sur nous, n’en témoigne pas seulement l’image ridicule qu’on se fait de la philosophie : l’image du philosophe-sage, ami de la sagesse et de l’ascèse. Mais plus encore, la philosophie elle-même ne jette pas son masque ascétique à mesure qu’elle grandit : elle doit y croire d’une certaine manière, elle ne peut que conquérir son masque, lui donnant un nouveau sens où s’exprime enfin la vraie nature de sa force anti-religieuse. Nous voyons que l’art d’interpréter doit être aussi un art de percer les masques, et de découvrir qui se masque et pourquoi, et dans quel but on conserve un masque en le remodelant. C’est dire que la généalogie n’apparaît pas au début, et qu’on risque bien des contresens en cherchant, dès la naissance, quel est le père de l’enfant. La différence dans l’origine n’apparaît pas dès l’origine, sauf peut-être pour un œil particulièrement exercé, l’œil qui voit de loin, l’œil du presbyte, du généalogiste. C’est seulement quand la philosophie est devenue grande qu’on peut en saisir l’essence ou la généalogie, et la distinguer de tout ce avec quoi, au début, elle avait trop d’intérêt à se confondre. Il en est ainsi de toutes choses : « En toute chose, seuls les degrés supérieurs importent. » Non pas que le problème ne soit pas celui de l’origine, mais parce que l’origine conçue comme généalogique ne peut être déterminée que par rapport aux degrés supérieurs.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
PingouinPingouin   04 juillet 2012
La volonté (volonté de puissance) est l'élément différentiel de la force. Il en résulte une nouvelle conception de la philosophie de la volonté ; car la volonté ne s'exerce pas mystérieusement sur des muscles ou sur des nerfs, encore moins sur une matière en général, mais s'exerce nécessairement sur une autre volonté. Le vrai problème n'est pas dans le rapport du vouloir avec l'involontaire, mais dans le rapport d'une volonté qui commande à une volonté qui obéit, et qui obéit plus ou moins.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70

Videos de Gilles Deleuze (10) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Gilles Deleuze
Frédérique Berthet Never(s) éditions P.O.L : où Frédérique Berthet tente de dire de quoi et comment est composé son nouveau livre "Never(s)" et où il est notamment question de Casablanca et de Saint-Benin-des-Bois, entre 1942 et 1948, de la libération de la France et de l'Indochine, de Gilles Deleuze et de Marguerite Duras, d'amour et d'éloignement, de jamais et de toujours, de correspondance et de parenthèses, de la différence entre écrire, écrire des lettres et faire des écritures, et de Nevers, à l'occasion de la parution aux éditions P.O.L de" Never(s)", à Paris le 4 juin 2020 "un jour vous avez sorti la valisette de l'ombre de la chambre toutes les disparitions étaient envisageables même la vôtre, que vous avez vue venir toutes, sauf ces efforts ces élans inspirés avec plume encrier papier – vos écritures je vous ai lue, j'ai nagé de Saint-Benin à Saïgon il se pourrait donc bien que ce livre ait commencé de s'écrire un été 42, dans une caserne de l'infanterie coloniale de Casa."
+ Lire la suite
Dans la catégorie : Allemagne et AutricheVoir plus
>Philosophie et disciplines connexes>Philosophie occidentale moderne>Allemagne et Autriche (278)
autres livres classés : philosophieVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Philo pour tous

Jostein Gaarder fut au hit-parade des écrits philosophiques rendus accessibles au plus grand nombre avec un livre paru en 1995. Lequel?

Les Mystères de la patience
Le Monde de Sophie
Maya
Vita brevis

10 questions
338 lecteurs ont répondu
Thèmes : spiritualité , philosophieCréer un quiz sur ce livre