AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2707318426
Éditeur : Editions de Minuit (23/08/2003)

Note moyenne : 4.12/5 (sur 16 notes)
Résumé :

Pourquoi réunir des textes d’entretiens qui s’étendent presque sur vingt ans ? Il arrive que des pourparlers durent si longtemps qu’on ne sait plus s’ils font encore partie de la guerre ou déjà de la paix. Il est que la philosophie ne se sépare pas d’une colère contre l’époque, mais aussi d’une sérénité qu’elle nous assure. La philosophie cependant n’est pas une Puissance.

Les religions, les États, le capitalisme, la science, le droit, l’... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (2) Ajouter une critique
SharkSherkan
  29 novembre 2015
Si je ne devais recommander ce livre qu'à une seule catégorie de personne, ce serait aux initiés. A la philosophie, mais surtout à Deleuze. Ma note explique uniquement je ne le suis aucunement.
Que contient ce livre ? Une série d'articles de journaux, de lettres, de conférences et d'interviews de Gilles Deleuze, sur cinq grands sujets : ses oeuvres composées avec le psychanalyste Félix Guattari, le cinéma, son grand ami Michel Foucault, la philosophie et la politique. Et bon nombre de ces éléments soit tournent autour de livres de Deleuze, qu'il est parfois bon d'avoir lus pour mieux les comprendre ou les assimiler. Beaucoup d'autres noms comme les philosophes Leibniz ou Heidegger, ou les cinéastes Resnais, Sybeberg et une multitude d'autres sont mentionnés. Connaître leurs idées générales, ce qui n'est de nouveau pas mon cas, est adapté à une compréhension optimale de ces Pourparlers, qui sont parfois également très difficiles à comprendre.
Vous êtes donc prévenus, vous vous aventurez dans une zone recommandée aux aguerris en particulier. Prenez tout de même en compte le fait qu'il ne s'agit là que de mon avis, c'est à dire presque rien.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
Fx1
  07 août 2014
L'on parle beaucoup de certains penseurs , que certains voient comme fondamentaux, mais trop peu de Deleuze . Et pourtant sa pensée est tout aussi importante que nombre d'autres . Cet ouvrage somme pose la réfexion de l'auteur sur de nombreux points qui font tout l'intéret de la philosophie . En effet , comment peut on dire que celle ci est importante sans l'appliquer concrétement ? Et cela dans la vie de tout les jours ? Deleuze à eu le mérite d'èlever le niveau tout en restant compréhensible pour la majorité des lecteurs . L'on ne peut que trouveressentiel cet opus qui apporte une autre vision de la philosophie , loin de celle des salons qui au final n'enrichie pas le débat . Un ouvrage trés important à découvrir .
Commenter  J’apprécie          10
Citations et extraits (7) Voir plus Ajouter une citation
chrysalidechrysalide   10 octobre 2012
Peut-être toute réflexion sur le voyage passe-t-elle par quatre remarques, dont on trouve l'une chez l’une chez Fitzgerald, la seconde chez Toynbee, la troisième chez Beckett, et la dernière chez Proust.

La première constate que le voyage
, même dans les Iles ou dans les grands espaces, ne fait jamais une vraie "rupture", tant qu'on emporte sa Bible avec soi, ses souvenirs d'enfance et son discours ordinaire.

La seconde est que le voyage poursuit un idéal nomade, mais comme voeu dérisoire, parce que le nomade au contraire est celui qui ne bouge pas, qui ne veut pas partir et s'accroche à sa terre déshéritée, région centrale (aller vers le sud, c'est nécessairement croiser ceux qui veulent rester où ils sont).

C'est que , suivant la troisième remarque, la plus profonde ou celle de Beckett, "nous ne voyageons pas pour le plaisir de voyager, que je sache, nous sommes cons, mais pas à ce point"...

Alors, quelle raison en dernière instance, sauf celle de vérifier, d'aller vérifier quelque chose, quelque chose d'inexprimable qui vient de l'âme, d'un rêve ou d'un cauchemar, ne serait-ce que de savoir si les Chinois sont aussi jaunes qu'on le dit, ou si telle couleur improbable, un rayon vert, telle atmosphère bleuâtre et pourprée, existe bien quelque part, là-bas.

Le vrai rêveur, disait Proust, c'est celui qui va vérifier quelque chose."
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          80
moklosmoklos   30 septembre 2007
La philosophie n’est pas communicative, pas plus que contemplative ou réflexive : elle est créatrice ou même révolutionnaire, par nature, en tant qu’elle ne cesse de créer de nouveaux concepts. La seule condition est qu’ils aient une nécessité, mais aussi une étrangeté, et ils les ont dans la mesure où ils répondent à de vrais problèmes. Le concept, c’est ce qui empêche la pensée d’être une simple opinion, un avis, une discussion, un bavardage. Tout concept est un paradoxe, forcément…
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          140
deuxquatredeuxdeuxquatredeux   18 août 2015
Le problème n'est plus d'amener les gens à s'exprimer mais de fournir des petits moments de solitude et de silence dans lesquels ils peuvent trouver quelque chose à dire. Les forces d'oppression n'empêchent pas les gens de s'exprimer, elles les forcent au contraire à s'exprimer. Quel soulagement que de n'avoir rien à dire, le droit de ne rien dire, parce que seulement à ce moment il devient possible de saisir cette chose rare et toujours plus rare : ce qui vaut la peine d'être dit.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
AlainLarrocheAlainLarroche   06 janvier 2013
Page 219: La ligne n'est jamais régulière, le point, c'est sulement l'inflexion de la ligne. Aussi bien, ce qui compte, ce ne sont pas les débuts ni les fins, mais le milieu. Les choses et les pensées poussent ou grandissent par milieu, et c'est là qu'il faut s'installer, c'est toujours là que ça se plie.
Commenter  J’apprécie          40
SharkSherkanSharkSherkan   29 novembre 2015
[...] ce n'est jamais faux, ce que dit quelqu'un, c'est pas que ce soit faux, c'est que c'est bête ou que ça n'a aucune importance. C'est que ça a été mille fois dit. Les notions d'importance, de nécessité, d'intérêt sont mille fois plus déterminantes que la notion de vérité.
Commenter  J’apprécie          40
Lire un extrait
Videos de Gilles Deleuze (9) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Gilles Deleuze
L'information et les sociétés de contrôle : extrait de la conférence de Gilles Deleuze donnée dans le cadre des "Mardis de la Fondation", le 17 Mars 1987.
Dans la catégorie : FranceVoir plus
>Philosophie et disciplines connexes>Philosophie occidentale moderne>France (324)
autres livres classés : philosophieVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr





Quiz Voir plus

Philo pour tous

Jostein Gaarder fut au hit-parade des écrits philosophiques rendus accessibles au plus grand nombre avec un livre paru en 1995. Lequel?

Les Mystères de la patience
Le Monde de Sophie
Maya
Vita brevis

10 questions
290 lecteurs ont répondu
Thèmes : spiritualité , philosophieCréer un quiz sur ce livre