AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
EAN : 9782864322856
125 pages
Éditeur : Verdier (01/11/1998)

Note moyenne : 4.38/5 (sur 8 notes)
Résumé :
Dame en rouge sur fond gris est un admirable portrait de la femme aimée que la maladie a trop tôt enlevée à l’affection de l’époux désemparé.
Le narrateur est un peintre célèbre dont le désespoir a tari la créativité. La pudeur de la transposition ne peut faire oublier le drame vécu par l’écrivain confronté à la mort d’Ángeles, la mère de ses sept enfants.
Le récit, à la fois hommage et exorcisme, est mené sur le mode chuchoté de la confidence à l’une ... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (3) Ajouter une critique
MarianneL
  11 septembre 2014
Avec en trame de fond les derniers jours gris du franquisme, un peintre se confie en un long monologue, dressant un portrait de la femme qu'il a aimé et qui vient de mourir. Ce monologue s'adresse à l'une de ses filles, qui vient d'être libérée après plusieurs années de détention dans les geôles franquistes, car Franco, cet homme, a enfin fini par mourir lui aussi.
«Souviens-toi de ton découragement des premiers jours. Tu disais : Leo va en perdre les cheveux. Tu te souviens ? Ceux de San Julio non plus n'étaient pas optimistes : Trop de charges contre eux ; l'organisation du Front, la photocopieuse de la villa, les cartons de tracts… Pas moins de six ans ! Mon Dieu, six ans ! Dans ces tristes réunions, c'était elle qui apportait un peu d'espoir. Cet homme ne sera pas éternel ; c'est ce qu'elle a dit la première fois, je m'en souviens. Elle l'a dit sereinement, sans animosité. Elle a simplement dit «cet homme». Elle n'a pas haussé le ton mais, inconsciemment, en le dépouillant de ses titres, elle l'a mis à bas de son piédestal, elle a arraché les médailles de sa poitrine, elle l'a déshabillé.»
Publié en 1991, et traduit en 1998 par Dominique Blanc aux éditions Verdier, «Dame en rouge sur fond gris» est ce portrait admirable que le narrateur ne sut pas peindre de la femme qu'il aimait, le portrait d'une mère idéale, d'une femme qui aimait la peinture et les livres, d'une muse inventive, d'une magicienne pour créer des liens avec les autres, d'une étincelle évanouie trop tôt.
«Elle pensait que le vice ou la vertu de la lecture dépendait du premier livre. Celui qui parvenait à s'intéresser à un livre devenait inévitablement esclave de la lecture. Un livre te renvoie à un autre livre, un auteur à un autre auteur car, contrairement à ce qu'on dit, les livres ne résolvent jamais tes problèmes, ils en créent de nouveaux, de sorte que la curiosité du lecteur n'est jamais satisfaite.»
Sans abîmer ce portrait ni le souvenir de son amour, il dit sans l'éluder la maladie de sa femme et son agonie, il dit sa panne d'inspiration, ses mains encombrantes devenues inutiles et ses mouvements mesquins pour masquer la colère et la peur.
Le roman-tableau d'une femme, «qui par sa seule présence, allégeait le poids de la vie.»
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          120
zazy
  11 juillet 2017
Le narrateur, peintre de grande renommée, sombre dans l'alcool et la dépression depuis la maladie et, surtout, la mort de sa femme.
Dans un long monologue adressé à une de ses fille nouvellement sortie des geôles de Franco, il raconte sa muse, sa femme, , son amour, eux, leurs vies, le franquisme.
Avec ses mots, Miguel Delibes, prend la place du peintre, à moins que ce ne soit l'inverse, sur fond de famille, de franquisme, de bonheur malgré les malheurs, puis sur le fond gris du deuil, il peint l'aimée, l'adorée, celle qui « par sa seule présence allégeait le poids de la vie ».
Les regrets de ne pas avoir dit combien il l'aimait, combien elle était primordiale pour lui « Mais un jour, elle, elle n'est plus là, il devient impossible de la remercier d'avoir resserré le bouton de la chemise et, subitement, cette attention ne te semble plus superflue ; elle devient quelque chose d'important. ».
Le tableau qui donne le titre au livre n'est pas de lui, mais d'un autre « Alors oui, alors j'ai ressenti de la jalousie pour ce tableau, pour ne pas avoir su le peindre moi-même, parce qu' c'était un autre qui l'avait saisie dans toute sa splendeur. »
Ce tableau qu'il n'a pas su peindre, ce qu'il n'a pu saisir par le pinceau, le narrateur nous le donne par les mots.
« Puisque la mort est inévitable, n'est-ce pas mieux ainsi ? »
La mort a cueilli son amour avant qu'elle ne se flétrisse, avant que la maladie ne l'ait abimée. C'est tout le thème de son long et beau monologue.
Ce livre est un hommage vibrant. Il côtoie l'intime, l'universel et le sublime. Miguel Delibes dessine le portrait de l'aimée, de l'Espagne, avec son récit. Un plume admirable pour un pinceau tout en douceur. Un chant d'amour, un hymne à la femme aimée
Un superbe livre intime ; une écriture comme je les aime. Dominique Blanc, le traducteur a fait du travail d'orfèvre.
Un coup de coeur.
Une fois de plus, les éditions Verdier m'ont régalée. Dommage que je doive rendre le livre à la bibliothèque.

Lien : http://zazymut.over-blog.com..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
Turquesamelie
  02 février 2018
Un livre magnifique. Cela se passe à l'époque franquiste et malgré la dureté des événements on prend un très grand plaisir à lire le livre qui relate de la difficulté d'avoir des proches en prison. Un hymne à l'amour également. À lire !
Commenter  J’apprécie          20
Citations et extraits (2) Ajouter une citation
SZRAMOWOSZRAMOWO   31 mai 2015
Ses cheveux étaient pour moi une chose tellement essentielle que j’ai retardé leur sacrifice jusqu’au dernier moment. Alicia nous a accompagnés et sa coiffeuse, dont elle m’avait parlé comme d’une fille irresponsable, a pris soin de sa tête avec une sollicitude extrême. Je ne sais si ma présence l’intimidait, mais elle n’osait pas parler. Elle se contentait de répondre à ta mère par monosyllabes et une fois que ta sœur s’est assise près du balcon et a ouvert une revue, elle s’est enfermée dans un mutisme complet. Moi, je la regardais faire, appuyé au montant de la porte, sans me résoudre à entrer. Nous essayions tous de donner un air de geste quotidien à ce rituel, alors qu’à la vérité la tension était telle que l’on aurait cru assister aux préparatifs de sa décapitation. La fille a soulevé timidement les cheveux de la nuque : Je coupe ici. Ses yeux brillaient quand ta mère lui a donné courage : Coupe, ne t’inquiète pas. Elle a donné le premier coup de ciseaux et dans le silence de la petite pièce a résonné le léger impact de la mèche au contact du parquet. Ta mère serrait sur sa poitrine la perruque qu’elle avait achetée la veille. Elle l’avait essayée des douzaines de fois à la maison : les unes sur le front, les autres enfoncée sur la nuque ; comme une calotte, ensuite. À chaque fois, elle accompagnait l’essayage d’un commentaire ironique et elle contrefaisait quelqu’un. Tu veux bien me peigner cette perruque ? Tout à coup, elle a dit : Elle est horrible, d’une seule pièce, comme un casque, je ne peux pas la supporter. La fille séparait les mèches de cheveux et plaçait les ciseaux à leur base. Inopinément, elle a levé une main et interrompu l’opération. Elle m’a dit : Pourquoi tu n’irais pas faire un tour ? On n’a pas besoin de toi ici. Comment pourrais-je te laisser seule ? Je jouais les indispensables, le rôle de l’homme fort. Elle a ajouté : Alicia est là pour me tenir compagnie, ça me suffit. Je me suis empressé de déserter. Je me suis senti excusé et j’ai fui, j’ai descendu les escaliers quatre à quatre, sans me soucier de l’ascenseur.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
zazyzazy   11 juillet 2017
Mais un jour, elle, elle n’est plus là, il devient impossible de la remercier d’avoir resserré le bouton de la chemise et, subitement, cette attention ne te semble plus superflue ; elle devient quelque chose d’important.
Commenter  J’apprécie          10
Videos de Miguel Delibes (3) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Miguel Delibes
Vidéo de Miguel Delibes
autres livres classés : littérature espagnoleVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Littérature espagnole au cinéma

Qui est le fameux Capitan Alatriste d'Arturo Pérez-Reverte, dans un film d'Agustín Díaz Yanes sorti en 2006?

Vincent Perez
Olivier Martinez
Viggo Mortensen

10 questions
64 lecteurs ont répondu
Thèmes : cinema , espagne , littérature espagnoleCréer un quiz sur ce livre